MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Comment agir passifiquement contre israel ?

01 – « Buycott » : l’application indispensable pour boycotter les produits israéliens

02 – Les médecins de Gaza : une autre facette de la résistance

03 – Flash mob en soutien à la cause palestinienne dans un centre commercial

04 – Erdogan invite les blessés gazaouis à venir se faire soigner en Turquie « peu importe leur nombre »

05 – Une campagne publicitaire turque appelle au boycott de Coca-Cola

************************************************

Source : http://www.ajib.fr/2014/08/buycott-lapplication-indispensable-pour-boycotter-les-produits-israeliens/
image : http://buycott.com/img/buycott1024.jpg

« Buycott » : l’application indispensable pour boycotter les produits israéliens

« Buycott » est une application pour les systèmes IOS et Android, avec laquelle vous pouvez lancer ou soutenir des campagnes pour ou contre l’éthique de certaines entreprises.

Concrètement, après vous être gratuitement enregistré via votre adresse e-mail ou votre compte Facebook, vous pouvez choisir les campagnes que vous souhaitez rejoindre. Pour notre part, nous avons bien entendu sélectionné « Long live Palestine boycott Israël » et « Avoid israeli settlement product ». Autrement dit, nous choisissons le boycott des produits issus d’Israël et de ses colonies illégales.

Dès lors, vous avez accès à la fonction « Scanner » que vous pouvez utiliser sur tous les codes-barres des produits. L’application vous informe alors si le produit est conforme ou pas à l’éthique voulue.

De nombreuses autres campagnes sont disponibles : le boycott Coca-Cola, Nestlé, OGM, huile de palme… Sur le tableau de bord, vous pouvez vous informer sur les nouvelles campagnes et voir celles auxquelles vous avez adhéré.

Vous pouvez aussi, dans la section « recherche », trouver toutes les campagnes disponibles sous différentes catégories : cause animale, justice, droits civils, environnement, droits humains, santé, et bien d’autres. L’application, qui existe depuis un an, est en plein développement.

Seul hic, l’application est en anglais. Mais elle reste néanmoins un excellent outil vers une consommation plus éthique. Cet application est un outils parmi d’autres afin de sélectionner les produits que l’on achète selon les relations qu’ont les sociétés qui les produisent avec Israël. Un autre moyen et pas des moindre est aussi de vérifier où sont fabriqués les produits.

Pour la télécharger sur le Google Play cliquez ici : https://play.google.com/store/apps/details?id=com.buycott.android

Pour la télécharger sur l’Apple Store cliquez ici : https://itunes.apple.com/us/app/buycott-barcode-scanner-grocery/id585933440?mt=8
——————————————————————————–

source : http://oumma.com/202955/medecins-de-gaza-une-facette-de-resistance

image : http://oumma.com/sites/default/files/imagecache/400xY/mads_gilb_3_0.jpg

Les médecins de Gaza : une autre facette de la résistance

Les médecins à Gaza ont, pendant 29 jours, travaillé dans des mares de sang et au milieu des parties des corps humains. Comme des centaines de personnes très gravement blessées ne cessent d’affluer, le corps médical est malheureusement contraint d’accorder la priorité à ceux qui peuvent être sauvés. Entre-temps, les concierges qui les assistent n’ont pas arrêté de rincer à grande eau les flaques de sang.

Dr Nidal Ahmed vient de finir d’opérer une des victimes de la guerre israélienne sur la Bande de Gaza. En enlevant ses gants, il essuie la sueur qui perle sur son front et respire profondément. A vrai dire, il est épuisé. Dans une demi-heure, il est programmé pour une nouvelle opération chirurgicale sur un patient qui a perdu une de ses jambes.

Âgé d’une trentaine d’années Dr Ahmed a, pendant près de 20 jours, travaillé en tant que chirurgien à l’hôpital Kamal Adwan au nord de Gaza. S’il sait rester persévérant, dit-il, c’est notamment grâce à « la mission humanitaire qu’il effectue et qui est aussi importante que celle des combattants sur le champ de bataille. »

Un très grand nombre de médecins, notamment ceux affiliés à l’ancien gouvernement du Hamas, n’ont pas touché leurs salaires depuis quatre mois. Toutefois, ils continuent de faire leur travail tout comme le reste des médecins qui ont été payés par le gouvernement d’unité nationale puisqu’ils avaient été nommés par l’ancien gouvernement de Ramallah.

Une cigarette à la main et une tasse de café qu’il sirote debout devant une fenêtre qui donne sur le portail de l’unique hôpital dans cette zone, Ahmed n’ pas vu sa famille depuis plus de dix jours et n’a pas fermé l’œil depuis de nombreuses heures. Il a préféré le café à la nourriture depuis qu’il a perdu l’appétit à cause des scènes macabres et déchirantes des martyrs et des blessés qui arrivent en grand nombre.

A moins de cinq minutes intervalle, deux ambulances sont arrivées à l’hôpital Kamal Adwan. Elles évacuaient des blessés de Abraj al-Sheikh Zayed, au nord du camp de réfugiés de Jabalya. Avec son stéthoscope pendant autour de son cou, Ahmed s’est précipité pour vérifier l’état des blessés.

La plupart des médecins à Gaza n’ont pas été en mesure de voir leurs familles durant la guerre qui a duré plus de 29 jours, ayant fait plus de 1850 martyrs et près de 9000 blessés. Certains ont échangé les vœux de l’Aïd al-Fitr avec les leurs, par téléphone seulement.

Le porte-parole du Ministère de la Santé de Gaza, Dr Ashraf al-Qudra, a profité de la trêve temporaire annoncée vendredi matin pour sortir de l’hôpital Al-Shifa situé au centre de Gaza, son lieu de travail, et courir jusqu’à Khan Younis au sud de Gaza pour vérifier si son épouse et ses quatre enfants se portent bien.

Diplômé en médecine alternative au Pakistan, Qudra précise que c’est seulement la deuxième fois qu’il rend visite à sa famille depuis le début de la guerre. Toutefois, il a été contraint d’écourter sa visite car Israël a violé la trêve et a repris le bombardement de la province du sud. A l’instar de beaucoup de ses confrères, Qudra s’est précipité vers l’hôpital al-Shifa, habillé de sa blouse blanche. Depuis son retour au poste, son téléphone n’a pas arrêté de sonner. En effet, les médias et organes de presse locaux et internationaux appelaient à maintes reprises pour venir aux dernières nouvelles et connaître le nombre des martyrs et de blessés sous les bombardements israéliens.

En sa qualité de porte-parole du Ministère de la Santé, Qudra évoque les immenses difficultés auxquelles ils sont confrontés, puisque la plupart des hôpitaux et des centres d’urgences à Gaza ont été pris pour cible. Ceci constitue désormais une préoccupation majeure pour les médecins en général et pour le personnel médical de l’hôpital al-Shifa en particulier. Ils ne parviennent plus à répondre aux nombreux blessés qui ne cessent d’affluer vingt-quatre heures sur vingt-quatre, dépassant ainsi leurs capacités à gérer et à prendre tout le monde en charge.

Par ailleurs, Qudra souligne que les médecins souffrent énormément « notamment ceux qui ont perdu des êtres chers ou ceux dont les maisons ont été détruites alors qu’ils étaient à leur poste. » Durant le mois de Ramadan, a-t-il indiqué, de nombreux médecins rompaient leur jeûne à l’intérieur des salles d’opération avec seulement une gorgée d’eau. « Certains d’entre eux n’avaient même pas le temps de changer leurs vêtements couverts de sang avant de s’asseoir pour manger leurs repas, » ajoute Qudra. Il y a même des histoires de médecins dont les proches blessés ou décédés, parfois même leurs propres enfants, arrivaient à leur insu à l’hôpital où ils travaillent.

S’agissant de la question de la prise en charge des milliers de cas qui dépassent la capacité d’accueil des centres médicaux, Qudra précise que les hôpitaux manquent terriblement de lits ; D’ailleurs, de nombreuses personnes blessées ont dû être soignées dans les couloirs de l’hôpital. Et d’ajouter : « L’hôpital a dû envoyer certains patients continuer leur traitement chez eux et ce, dans le but de pouvoir accueillir et prendre en charge les centaines de nouveaux cas. »

Mohamed Abu Arab est un médecin Palestinien qui vit en Norvège. Dès le déclenchement de la guerre, il est venu à Gaza en compagnie d’autres médecins pour venir en aide et renforcer le corps médical. Il explique que la priorité est accordée aux blessés dont les vies peuvent être sauvées : « Nous avons été confrontés à des choix très difficiles. Face aux dilemmes, nous avons parfois été contraints de ne pas nous atteler sur les cas dont le pronostic vital était engagé ou qui avaient très peu de chances de survie afin de pouvoir sauver ceux pour lesquels il y a avait un espoir. »

Il a informé Al-Akhbar que les médecins décidaient en fonction du type de la blessure et de son degré de gravité « Les médecins ne ménagent aucun effort pour sauver les vies pour lesquelles il y a un espoir de guérison. »

Il a avoué que les cas des enfants, « notamment ceux amputés des jambes » l’ont particulièrement affectés et lui ont causé un immense chagrin et une immense peine. Il a indiqué que le quart des martyrs de Gaza sont des enfants « ce qui contredit les allégations israéliennes qui prétendent bombarder des ’terroristes’. »

Il convient d’observer que la guerre a coûté la vie à plus de dix membres du personnel médical à Gaza. En outre, environ 13 hôpitaux ont été pris pour cible et 9 ambulances ont été détruites. Selon les statistiques du Ministère de la Santé, la guerre israélienne a conduit à la fermeture de 27 centres médicaux dans différentes parties de la Bande de Gaza, alors que les installations de santé font actuellement face à de graves pénuries et manquent d’équipements et de médicaments.

Il n’est pas exagéré de dire que les médecins n’ont pas une seconde pour être interviewés. Dans une visite éclair à l’hôpital al-Shifa, nous les apercevons clairement en train de travailler d’arrache-pied, très actifs comme s’ils étaient dans une ruche, notamment au moment de la réception où les blessés sont enregistrés et envoyés sur les lits pour se faire ausculter par des médecins portant des tenues trempées de sang.

Dans ce tourment, il ne faut pas non plus oublier le personnel d’entretien et d’assistance qui n’a pas une seule seconde de répit. Il travaille 24h heures sur 24 à laver et à éliminer le sang des couloirs de l’hôpital et à stériliser tout ce qui peut être utilisé. Ces agents passent par les morgues et vaporisent des désodorisants afin de se débarrasser de la puanteur qui se dégage des corps en décomposition, tirés de sous les décombres.

Al-Akhbar – Traduction : Info-Palestine.eu – Niha
—————————————————————————–

source : http://www.katibin.fr/2014/08/14/video-flash-mob-en-soutien-cause-palestinienne-centre-commercial/

image : http://www.katibin.fr/wp-content/uploads/2014/08/Capture-d%E2%80%99%C3%A9cran-2014-08-14-%C3%A0-12.14.23-620×330.png

video : http://youtu.be/V2tQDfODUqM

Flash mob en soutien à la cause palestinienne dans un centre commercial

Le 11 août dernier, c’est à travers un flash mob (mobilisation éclair) que les citoyens se sont mobilisés pour soutenir la cause palestinienne. Utilisant le hall du centre commercial Auchan mistral 7 à Avignon, une foule de personnes a mis en scène différentes situations subites par les Gazaouis : mort d’un proche, assassinat, enfants apeurés et choqués etc.


———————————————————————————-

source : http://www.ajib.fr/2014/08/erdogan-invite-les-blesses-gazaouis-a-venir-se-faire-soigner-en-turquie-peu-importe-leur-nombre/

image : http://www.ajib.fr/wp-content/uploads/2014/08/fillebless%C3%A9egaza.jpg

Erdogan invite les blessés gazaouis à venir se faire soigner en Turquie « peu importe leur nombre »

Au cours d’un discours dans le cadre de sa campagne présidentielle, Recep Tayyip Erdogan, nouvellement élu Président de la Turquie avait annoncé que les hôpitaux turcs accueilleront les palestiniens blessés de la bande de Gaza pour les soigner à titre gracieux. Il avait précisé que peu importe le nombre de palestiniens qui viendront se faire soigner, la Turquie assurera leur prise en charge complète. Des discussions avaient déjà été menées avec l’Autorité Palestinienne pour l’organisation de l’envoi de blessés. Une fois élu, Recep Tayyip Erdogan a de nouveau évoqué l’arrivée des blessés de l’agression israélienne au cours de son discours de victoire présidentielle.

La concrétisation de cette annonce a été rapide. Le lundi même, les premiers blessés palestiniens sont arrivés dans des hôpitaux d’Ankara. Parmi eux, se trouvent également des femmes. Le Président turc est parti rentre visite à des blessés de Gaza.

En plein coeur de la campagne électorale turque, Recep Tayyip Erdogan a vivement critiqué l’offensive israélienne, et n’a pas hésité à qualifier la sauvagerie d’Israël.
—————————————————————

source : http://www.katibin.fr/2014/08/12/video-campagne-publicitaire-turque-appelle-au-boycott-coca-cola/

image : http://www.katibin.fr/wp-content/uploads/2014/08/Capture-d%E2%80%99%C3%A9cran-2014-08-12-%C3%A0-11.11.58-620×330.png

video : http://youtu.be/xAXLU5ATlPs

Une campagne publicitaire turque appelle au boycott de Coca-Cola

Au même titre que la vidéo sur Sodastream réalisée par BDS France, une publicité turque invite les spectateurs à ne plus consommer les produits de la marque Coca-Cola.

La Turquie est, un de ces rares pays, a avoir pris position en faveur des Palestiniens sans avoir peur des représailles de la Communauté Internationale. Le pays met fin à ses relations diplomatiques avec Israël et lance, également, une campagne de boycott des grandes marques israéliennes -ou contributeurs du massacre-. Voyez cette publicité incitant les consommateurs à ne plus acheter les produits du géant américain : The Coca-Cola Company.

Nombreuses sont les boissons commercialisées par The Coca-Cola Company, soyez vigilants lors de vos achats.



——————————————————————————–

Sur le vif- 13/08/2014
L’Afrique du Sud, mobilisée pour la Palestine, appelle à boycotter Israël
La campagne BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) engrange toujours plus de succès et des porte-voix prestigieux de cette initiative internationale se multiplient. Outre l’archevêque Desmond Tutu,, Thabo Mbeki, l’ex-président sud-africain, a appelé, lundi 11 août, les partis politiques, les syndicats et les instances religieuses à se mobiliser pour le boycott des produits israéliens et à se désengager des entreprises israéliennes afin de marquer la solidarité de son pays avec les Palestiniens.

Face au carnage constaté dans la bande de Gaza, l’opinion publique doit se mobiliser contre Israël afin qu’il « paie un prix pour la position qu’il prend », a indiqué Thabo Mbeki à Pretoria, dans un discours adressé aux étudiants de l’Université d’Afrique du Sud (UNISA). « Ce n’est pas de la responsabilité du gouvernement de mobiliser les gens. Nous devons nous mobiliser nous-mêmes », a-t-il ajouté.

Il a toutefois rejeté les appels visant au rappel de l’ambassadeur d’Afrique du Sud à Tel-Aviv, jugeant que son pays a besoin de « parler » avec Israël en vue d’une « solution juste » au conflit, ce qui ne peut se faire « en retirant les ambassadeurs ».

L’Afrique du Sud, anciennement régie par un régime d’apartheid jusqu’à l’arrivée au pouvoir de Nelson Mandela, est sensible à la cause palestinienne. A l’appel de la Coalition nationale pour la Palestine (NC4P) qui comprend une trentaine d’associations, d’organisations religieuses, de syndicats et de partis politiques, environ 50 000 personnes ont manifesté le 9 août dans les rues du Cap afin de dénoncer Israël.

Le Congrès national africain (ANC) au pouvoir, qui soutient officiellement la campagne BDS, a fermement dénoncé en juillet les massacres à Gaza, jusqu’à comparer l’intervention israélienne à la politique des nazis contre les juifs. « Nous n’avons pas d’excuses à faire car notre déclaration est une vérité sur ce que nous ressentons au sujet d’Israël », a déclaré le porte-parole de l’ANC, Zizi Kodwa, aux pro-israéliens qui réclamèrent des excuses. Des mesures contre les ressortissants sud-africains s’engageant pour l’armée israélienne sont également envisagées par les autorités, alertées par un groupe de défense des droits des Palestiniens.
——————————————————————————
katibin.fr titre : Boycott : les grandes chaînes de supermarchés refusent de vendre les fruits israéliens

Le boycott des produits israéliens s’accentue avec pour nouvelle cible les fruits exportés par Israël, tels que les mangues, les pamplemousses et les grenades, qui ne trouvent plus d’acheteurs en Europe.

Un boycott en marche

Les grossistes chargés de fournir les grandes chaînes de supermarchés, à travers l’Europe, ont déjà été prévenus d’après certains spécialistes :

« Ces grandes surfaces n’ont pas fait de communication officielle sur le sujet pour le moment, mais le message a été transmis par téléphone aux grossistes qui les approvisionnent en Scandinavie, en Grande-Bretagne, en France, en Belgique et en Irlande. »

Ces derniers acheteurs demandent désormais aux exportateurs de garantir la provenance de leurs produits afin de s’assurer qu’ils ne proviennent en aucun cas d’Israël. Les exportateurs israéliens ont tout de même pris conscience de l’importance du boycott qu’ils décrivent comme résultant d’un « puissant lobby musulman dans ces pays ».

Plus de produits israéliens dans certaines grandes surfaces

« Les importateurs me disent qu’ils ne peuvent pas vendre de produits israéliens. L’un d’entre eux m’a dit qu’il a été bloqué par plusieurs grandes surfaces tant au Danemark, qu’en Suède et en Belgique.

Et la semaine dernière, il m’a dit que les mangues qui avaient été emballées aux Pays-Bas comme d’habitude, puis expédiées par bateau en Irlande, ont été renvoyées parce qu’il n’était pas question d’accepter des produits israéliens. » se plaint Amir Porat, directeur marketing de Edom Fruits.

Un vendeur de grenade, Ben Cohen, a été lui aussi contraint d’annuler toutes ses exportations en Grande-Bretagne, Belgique et Scandinavie, en rétorquant que les acheteurs préféraient désormais se tourner vers la Turquie et l’Egypte.
——————————————————————–
source : http://www.katibin.fr/2014/07/23/deputee-norvegienne-appelle-au-boycott-produits-israeliens/
image : http://www.katibin.fr/wp-content/uploads/2014/07/anniken-huitfeldt-new-600×330.jpg

Une députée norvégienne appelle au boycott des produits israéliens

En réponse aux crimes perpétrés par l’Etat sioniste, Anniken Huitfeldt, députée norvégienne, appelle au boycott des produits israéliens fabriqués en territoires occupés.

L’appel au boycott d’Anniken Huitfeldt soutenu par les autres partis politiques norvégiens

C’est une information rapportée par l’agence Anadolu, ce dimanche.

La députée du parti travailliste, et présidente de la commission de la Défense et des Affaires étrangères du Parlement norvégien, Anniken Huitfeldt, appelle depuis un certain temps au boycott des produits israéliens dont la confection a été réalisée sur les territoires occupés illégalement.
La députée a également interpellé le gouvernement afin d’appliquer le boycott « sans perdre de temps ».

Six autres partis de gauche ont soutenu l’initiative d’Anniken Huitfeldt. Parmi eux, les partis travailliste et du centre ont insisté sur la nécessité de revoir la politique de la Norvège en matière de vente d’armes aux pays du tiers-monde. Bien que la Norvège ne vende pas d’armes directement à Israël, les pays du tiers-monde constituent un intermédiaire entre le pays nordiste et « l’Etat des juifs ».
————————————————————————————–
source : http://www.katibin.fr/2014/08/06/video-boycott-les-irlandais-retirent-les-produits-israeliens-rayons/
image : http://www.katibin.fr/wp-content/uploads/2014/08/belfast-600×330.jpg

katibin.fr titre : Boycott : les Irlandais retirent les produits israéliens des rayons !

Le boycott s’organise à travers le monde, afin de protester contre Israël et sa politique d’apartheid et faire pression sur les entreprises étrangères afin qu’elles arrêtent leur collaboration avec cet Etat criminel.

Les Irlandais jouent le jeu

Au supermarché Sainsbury, dans l’ouest de Belfast, en Irlande, des dizaines de personnes ont retiré des produits israéliens des rayons, y compris ceux de la société Coca-Cola (Fanta, Sprite, Minute Maid etc.). Ils ont ensuite immobilisé les marchandises dans les chariots, pour ne pas qu’elles soient achetées par les consommateurs.
——————————————————————————-
katibin.fr titre : Saint-Etienne : le centre commercial Mémorient boycotte les produits israéliens !

Suite à l’appel au boycott des produits israéliens, lancé il y a plusieurs semaines à travers le monde entier, le supermarché Mémorient, situé dans le quartier de Bellevue à Saint-Etienne, n’a pas perdu de temps à agir.

Soutien moral et impacts économiques

Samedi dernier, près de 350 personnes s’étaient réunies place de l’Hotel de ville, en guise de soutien au peuple palestinien. La situation déplorable des Gazaouis ont poussé les gérants de Mémorient à agir rapidement afin de protester également contre la politique d’apartheid d’Israël.

Ce centre commercial s’est en effet défait de tous produits en lien avec Israël, dont la société Coca-Cola, et notamment de la marque isla délice, connue pour être l’une des plus importantes marques halal en France, mais qui avait fait l’objet de controverses il y a plus d’un an. Interviewé par la radio France Bleu, Mehmet Akin, responsable du magasin, justifie sa décision , ecouter son interview :

Il affirme aussi que son magasin boycottera tous les produits israéliens tant que les bombardements ne prendront pas fin. Les autres commerces suivront-ils le pas?
————————————————————————————-
katibin.fr titre : Boycott des produits israéliens à Carrefour Marseille

Les actions de boycott se multiplient. Après le retrait des produits israéliens dans un supermarché en Irlande, des actions similaires de boycott ont suivi au Carrefour Grand Littoral de Marseille mercredi 06 août.

Des citoyens français soutenant la cause palestinienne ont pris l’initiative de retirer de nombreux produits israéliens des rayons dont Sodastream, Coca Cola et Fanta. Par la suite, avec en arrière plan un décor mettant en scène des enfants sans vie drapés dans des linceuls blancs sous les yeux du criminel de guerre Netanyahu, une militante prend le micro, dit :

Maintenant il faut passer des paroles aux actes. Il est temps que l’on se mette en conformité avec les obligations au regard du droit international et des droits de l’Homme. Nous ne participons plus à l’économie de la colonisation israélienne, nous ne soutenons pas non plus directement ou indirectement l’essor des colonies israéliennes.

Le gouvernement a le devoir et la responsabilité dans un premier temps de s’assurer que sa politique ne soutient pas directement ou indirectement la pérennisation et l’expansion des colonies, prendre les mesures nécessaires pour mettre fin à toutes les relations qui lie son économie à l’économie de la politique de colonisation israélienne. Dans cette optique, nous exigeons et pressons le gouvernement d’adopter les mesures suivantes :

Dans un premier temps, interdire l’importation des produits provenant des colonies
Exclure les colonies des accords bilatéraux et de la coopération avec Israel

En France et partout dans le monde, le militantisme économique devient l’arme la plus percutante. Les actions citoyennes interpellent les instances politiques. En Belgique, le gouvernement fédéral réfléchit à la mise en place d’un label pour les produits provenant des colonies se trouvant dans des territoires occupés par Israël. L’économie israélienne, bien que solide, est en train de se fissurer lentement. Après avoir perdu la guerre sur le plan médiatique et sur le plan politique, Israël serait-elle en passe de perdre la guerre économique ?
———————————————————————————
source : http://oumma.com/202930/malaisie-lancement-d-une-campagne-de-boycott-entrepri
image : http://oumma.com/sites/default/files/imagecache/400xY/malaysiamuslims-punish-pro-israel-companies.jpg

oumma.com titre : Malaisie: lancement d’une campagne de boycott des entreprises soutenant Israël

Des organisations non gouvernementales malaisiennes ont lancé une campagne de boycott d’une durée d’un mois qui visent clairement quatre grandes entreprises américaines et britanniques, dont ces organisations estiment qu’elles soutiennent la politique coloniale israélienne.

Cette campagne qui a démarré dimanche 10 août s’intitule « Le mois de la colère de la Oumma ». Les quatre entreprises particulièrement visées sont la marque de boisson Coca cola, la chaîne de restauration rapide McDonald, la chaîne de café Starbucks, et la banque britannique HSBC.

Un des leaders de cette campagne Abdullah Zaik Abd Rahman a précisé que cette initiative qui est avant tout pacifique se veut solidaire de la bande de Gaza. Lors de l’inauguration de cette campagne, des pancartes ont été brandies pour sensibiliser les clients de ces sociétés en jouant sur des symboles. Ainsi une frite Mac Do symbolisait une balle de l’armée israélienne et une goutte de Coca, était assimilée à une goutte de sang des Palestiniens de Gaza.

Laisser un commentaire