MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Pour écouter MouslimRadio choisit ce qui te plait

MouslimRadio sur Winamp MouslimRadio sur iTunes MouslimRadio sur Windows Média Player MouslimRadio sur Real Player MouslimRadio sur QuickTimes MouslimRadio en Streaming MouslimRadio sur SHOUTcast Stream Status MouslimRadio sur SHOUTca.st player MouslimRadio sur Tunein MouslimRadio sur android
Mouslimradio sur tunein Mouslimradio sur android Mouslimradio sur iphone Mouslimradio sur Windows Phone Mouslimradio sur tablette, mobile, téléphone
mars 2018 – MouslimRadio

Flash info pour le 15 Rajab 1439.

Flash info pour le 15 Rajab 1439.

Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein sur www.tunein.com, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.

AJIB.FRkatibin.frjournaldumusulman.frislametinfo.fr
saphirnews.comoumma.comdesdomesetdesminarets.frC P I, Centre Palestinien D'Information
www.mizane.infowww.agencemediapalestine.frhttp://www.tribunelecteurs.com/https://lemuslimpost.com/

Sur saphirnews.com, voici les titres.

Palestine : Une « Marche du retour » sanglante pour les Palestiniens, 16 morts.
Au moins quinze Palestiniens ont été tués, vendredi 30 mars, par des soldats israéliens à la frontière de la bande de Gaza. Ils participaient avec plusieurs dizaines de milliers de personnes à la « Marche du retour » annoncée de longue date pour dénoncer le blocus illégal contre l’enclave palestinienne, instaurée en 2007 par Israël.
Les protestataires entendaient aussi faire valoir leurs droits dont celui de revenir sur les terres de leurs familles expulsées après 1948. La manifestation de vendredi n’était que la première d’un mouvement qui devait durer six semaines, jusqu’au 15 mai, date de la Nakba pour les Palestiniens.
Israël, qui refuse d’entendre parler du droit au retour pour les Palestiniens, a décidé de réprimer dans le sang ce mouvement en tirant sur les manifestants à balles réelles. Outre les 15 morts, le bilan du ministère palestinien de la Santé fait également état de plus de 1 400 blessés.

Sur oumma.com, voici les titres.

Hommage à Haziès Mousli, décédé brutalement.
Sensible plus que quiconque à la souffrance humaine, sous toutes ses formes et quels que soient les gouffres vers lesquels elle entraîne, curieux de tout, ayant une soif d’apprendre intarissable et resté fidèle à ses convictions profondes tout au long d’une existence qui ne fut pas un long fleuve tranquille, souvent douloureuse et parfois extraordinairement lumineuse, jalonnée d’épreuves personnelles mais aussi riche en rencontres et en réalisations, Haziès Mousli, le frère de Djamel Mousli, un fidèle collaborateur d’Oumma, s’est éteint brutalement à l’âge de 54 ans.
L’équipe Oumma tient à rendre hommage à cet homme sincère et intègre, doté d’un sens rare de l’empathie envers autrui, qui n’avait fait que croître au fil de son parcours professionnel passé en milieu psychiatrique et carcéral. Un homme droit et digne, qui avait trouvé dans l’écriture un précieux exutoire à ses propres questionnements et tourments.
Sous sa plume d’une extrême sensibilité, il avait levé un voile pudique et plein de compassion sur le profond mal-être de sa défunte cousine Souad, à ce point traumatisée par la décennie noire en Algérie qu’elle en avait perdu le goût de vivre, à l’aube des années 2000. Nous avons souhaité saluer la mémoire de Haziès Mousli en vous invitant à lire ou à relire son récit poignant intitulé « Le sacrifice de Souad », que nous avions eu le plaisir de publier en 2008.
Encouragé à laisser sa plume courir sur la page blanche par les nombreuses réactions positives suscitées par son tout premier texte, il avait alors franchi un palier supplémentaire en traitant encore et toujours de la souffrance humaine, son sujet de prédilection, celle qui prend de « multiples visages » selon ses propres termes, dans un recueil de chroniques au titre évocateur : « Trajectoires, entre ombre et lumière ». Un auteur prometteur et prolifique était né.
Très touchée par la triste nouvelle de son décès, l’équipe Oumma présente ses sincères condoléances à Djamel Mousli et à sa famille, et tient à s’associer pleinement au deuil cruel qui les frappe.
Qu’Allah accueille le défunt en son vaste Paradis. « De Lui nous venons, vers Lui nous retournerons », mettait en exergue le regretté Haziès Mousli dans son premier et unique ouvrage.

Palestine : GAZA : l’AFPS demande une intervention immédiate du Président de la République.
A Gaza, ce sont des snipers de l’armée israélienne qui ont tiré sur les habitants palestiniens qui se rassemblaient pour célébrer, comme partout ailleurs en Palestine, la Journée de la terre.
L’armée israélienne a elle-même confirmé qu’une centaine de snipers avaient l’ordre de tirer contre quiconque s’approcherait de la frontière. Des snipers suréquipés avaient donc le feu vert pour tirer sur des civils sans défense. Effroyable !
Au cours de ce vendredi noir du 30 mars 2018, 16 Palestiniens ont été abattus froidement et 1 400 autres ont été blessés.
Depuis 11 ans, les 2 millions d’habitants de Gaza, dont les deux-tiers sont des réfugiés, vivent sous un blocus inhumain imposé par l’armée israélienne. Un blocus qui pousse au désespoir une population inventive, éduquée, qui demande à vivre.
Des rassemblements et des villages de tentes ont été mis en place en différents points de la Bande de Gaza. Par ces rassemblements pacifiques, les Palestiniens de Gaza réclament la fin du blocus et l’application de leurs droits. Les manifestations sont prévues pour 6 semaines jusqu’au 15 mai, l’anniversaire de la Nakba.
Le droit au retour des réfugiés palestiniens est inscrit dans la résolution 194 de l’ONU, que l’Etat d’Israël s’est engagé à respecter lors de son admission à l’ONU, en 1949. Mais les résolutions de l’ONU sont toujours bafouées par l’Etat d’Israël, qui se considère au-dessus du droit international.
Président de l’Association France Palestine Solidarité, Bertrand Heilbronn, que nous avons interviewé récemment, s’est adressé en ces termes au Président de la République :
“Monsieur le Président de la République, vous ne pouvez pas accepter que l’armée de l’Etat d’Israël, avec qui la France et l’Europe entretiennent de multiples relations, tire ainsi à balles réelles sur des manifestants désarmés. Nous vous demandons d’intervenir en urgence, de faire convoquer l’ambassadrice d’Israël, et d’indiquer clairement que la France prendra des sanctions si ce scandale ne cesse pas immédiatement.
Les lignes rouges sont franchies depuis longtemps, la France et l’Europe doivent au minimum, et en urgence, protéger le peuple palestinien. Les tirs contre des manifestants désarmés doivent cesser, le blocus de Gaza doit être levé immédiatement, et Israël doit suspendre toute action de colonisation, d’annexion, de déplacement de population et de démolitions des maisons et des infrastructures palestiniennes. Les mots ne suffisent plus et l’heure est aux sanctions si ces exactions ne cessent pas.”

Sur tribune lecteurs.com, le journal d’algérie, voici les titres.

6ème conférence internationale du droit des peuples à la résistance : » La colonisation du Sahara Occidental n’a que trop duré « .

Abdelahmid Si Afif, président de la commission des affaires étrangères à l’APN : » Nous assumons pleinement notre rôle «.

Sénat : Quatre ministres passent l’orale.

Réduction de la facture, contrôle des produits : Le ministère du Commerce recadre les importateurs.

Fulgurante réplique de la Russie aux sanctions diplomatiques qui l’ont visée : OEil pour oeil, dent pour dent.

Il aura lieu du 20 au 25 juin : La date du bac fixée.

Ould Abbès à propos de la Présidentielle de 2019 : » Le candidat du FLN sera issu du parti « .

Face à la gravité de la situation des droits de l’homme : Sidati alerte l’UE.

Qualité et standards internationaux en matière de construction : Temmar insiste sur le respect des normes.

Sur agence media palestine.fr, voici les titres.

L’UE finance l’industrie de guerre d’Israël.
La propagande ne se déroule pas toujours comme prévu. L’armée israélienne a choisi en début de mois de retirer une vidéo de Facebook qui la présentait comme une organisation féministe.
Certains sionistes moins libéraux avaient été contrariés par le message implicite de la vidéo selon lequel les femmes soldats sont tout aussi capables de tuer les Palestiniens que leurs collègues masculins. Israël a la chance que ses principaux partenaires soient indifférents devant de telles prises de bec embarrassantes.
EmanueleGiaufret, l’ambassadeur de l’Union européenne à Tel Aviv, fait partie de ces partenaires. Il a de quoi s’occuper avec le soutien aux Israéliens qui bénéficient des subventions scientifiques de l’UE. Lors d’une récente réception, Giaufret a loué les entreprises et institutions israéliennes pour leurs « idées incroyables ». Il y a aussi promu un court métrage sur les « projets de collaboration » entre l’UE et Israël. Le film montre un représentant d’Israel Aerospaces Industries (IAI – une entreprise de construction aéronautique israélienne). Ce qui n’est pas dit aux spectateurs, c’est qu’IAI est aussi un fabricant d’armes. À la place, ils apprennent que cette firme est en train de développer l’avion de l’avenir.
Israel Aerospace Industries – une entreprise propriété de l’État – a fabriqué le drone Heron, celui qui a été utilisé dans les agressions contre Gaza. La société semble considérer cela comme un argument de vente. Les brochures sur le Heron le présentent comme « ayant fait ses preuves au combat ».
Effrayant.
Les bureaucrates de Bruxelles n’ont pas été perturbés par cet affreux euphémisme. Ils ont donné leur accord à la participation d’IAI à Horizon 2020, le dernier programme de recherche de l’UE. Au moins l’une des subventions que l’entreprise a perçues grâce à ce programme est destinée aux travaux sur la technologie des drones. D’autres subventions sont affectées à la recherche sur les moteurs et la fabrication d’avions et d’hélicoptères légers. Les activités scientifiques de l’UE sont censées être civiles. Pourtant, les représentants de l’UE ont précédemment admis que rien n’empêchait que les fruits de la recherche qu’ils supervisent soient utilisés à d’autres fins.
Cela indique que l’UE aide Israël à fabriquer plus d’armes meurtrières qu’il n’en possède à ce jour.
Israel Aerospace Industries n’est pas une petite société familiale qui aurait besoin d’être lancée par les contribuables de l’UE. À la fin de l’année dernière, son carnet de commandes dépassait les 11 millions de dollars. L’une des divisions les plus rentables de l’IAI s’appelle Elta Systems. Cette entreprise a récemment été sélectionnée par l’Administration Trump pour construire un prototype pour le mur prévu le long de la frontière des États-Unis avec le Mexique.
Les systèmes de radars développés par Elta ont connu ce que les marchands d’armes appellent leurs débuts opérationnels lors de l’agression de 2014 contre Gaza. Ces radars permettent apparemment d’identifier de multiples cibles simultanément. Comme l’agression de 2014 a causé des morts et des destructions massives sur les civils et les infrastructures civiles, cela veut dire qu’Elta a apporté une contribution importante aux crimes contre l’humanité commis par Israël. Et cela n’a pas empêché l’Union européenne d’accorder à Elta un certain nombre de subventions scientifiques.
Une complicité cruelle.
Israël est un expert pour obtenir des fonds de l’UE. Il a déjà soutiré plus de 530 millions de dollars à Horizon 2020. Comme ce programme de sept ans court jusqu’à la fin de la décennie, le montant final de ce qu’Israël aura perçu sera inévitablement beaucoup plus élevé. Les diplomates de l’UE ont esquivé certaines questions vitales : les « idées incroyables » qui excitent Emanuele Giaufret sont souvent façonnées ou influencées par l’armée israélienne.
Mellanox, par exemple, est une affaire lucrative qui se consacre à l’accélération du transfert de données via Internet. Son directeur général, Eyal Waldman, s’est vanté d’avoir servi dans la Brigade d’ « élite » Golani – une unité de l’armée israélienne. Sa formation avec cette brigade a permis à son entreprise « de tuer avec une seule balle, au lieu des cinq ou cent de nos concurrents » a-t-il dit. Le fait qu’il s’exprime par métaphores ne change rien à la façon dont Israël a tourné son occupation de la Cisjordanie et de la bande de Gaza – une occupation dans laquelle la Brigade Golani a joué un rôle de premier plan – à son avantage dans cette compétition.
Un secteur technologie florissant a été créé en grande partie parce que l’occupation offre de nombreuses opportunités pour tester les innovations. En distribuant des subventions à des sociétés comme Mellanox, l’UE encourage le militarisme israélien. Par le biais de ses programmes de recherche, l’UE accorde aussi des millions à Elbit Systems, une des plus importantes usines d’armements d’Israël qui fabrique des bombes à fragmentation interdites à l’échelle internationale.
D’autres participants à Horizon 2020 ont l’armée israélienne dans la liste de leurs clients. Notamment IsraTeam, un cabinet-conseil impliqué dans le projet financé par l’UE pour la recherche sur le « terrorisme » et le crime organisé. Israël se sert du mot « terrorisme » comme d’un terme général pour désigner la résistance à son comportement oppressif. Ce faisant, il s’en tire à bon compte de ses violations grotesques des droits humains, et notamment de son usage habituel de la torture.
Les fournisseurs d’armes et de services à l’armée d’Israël mènent des expériences cruelles contre les Palestiniens. Inviter ces fournisseurs à ses programmes scientifiques est un moyen important que l’UE utilise de manière complice et avec cruauté.

Festival Régional du film palestinien « Palestine En Vue » 2018 – 4e édition du mardi 3 au mercredi 11 avril.
Le festival « Palestine En Vue » 2018 se déroulera du mardi 3 au mercredi 11 avril (et même au delà …) dans de nombreuses villes de la région Auvergne Rhône-Alpes.
L’objet du festival est de présenter dans sa diversité le cinéma palestinien dans la région Auvergne Rhône-Alpes. Après celui de « la femme palestinienne » en 2016, celui de l’exil en 2017, c’est autour du thème « 1948 – 2018 RÉSISTANCES ET RÉSILIENCE EN PALESTINE » que la sélection s’est articulée.
Le festival Palestine en Vue ne peut ignorer cette année les 70 ans qui ont bouleversé et bouleversent encore la Palestine et la vie des Palestinien.ne.s : la vie de celles et ceux qui ont dû partir et tout abandonner, rejoignant des camps de réfugié.e.s en Cisjordanie, à Gaza ou dans d’autres pays proches, d’où ils et elles pensaient revenir bientôt, la disparition des centaines de villages palestiniens qui, pour la plupart, ont été rasés depuis, et dont même les noms ont été effacés des cartes. Toutes ces douleurs, colères et nostalgies, ces histoires transmises de génération en génération se sont fixées sur les pellicules des cinéastes palestiniennes et palestiniens que nous vous présenterons cette année.
Le festival aura l’honneur et le plaisir d’accueillir Maryse GARGOUR, Norma MARCOS, Abdel Salam SHEHADEH, Alaa ASKAR, Amir HASSAN, Ahmad DARI et bien d’autres invité.e.s à découvrir). Le festival remercie Leïla SHAHID et les autres invités présents d’ouvrir de ce quatrième festival.
La soirée d’ouverture pour l’agglomération lyonnaise aura lieu au cinéma Comoedia (13 Avenue Berthelot Lyon 7°) le mardi 3 avril avec la projection du film d’Annemarie JACIR Wajib, l’invitation au mariage sera projeté. Il est prudent de réserver.
« 8 heures pour la Palestine » est un événement qui se déroulera le samedi 7 avril au CinéDuchère (Lyon 9) à partir de 14h, avec 2 tables rondes :
* l’une sur la Palestine d’avant 1948 illustrée par une expo du palestinien Dari,
* l’autre sur la francophonie en Palestine avec des témoignages de Palestiniens de Bethléem et Gaza les uns enseignant, les autres apprenant le français, à travers le cinéma.
Ahmad Dari présentera son exposition de photos de la Palestine de 1880 à 1942.
Le dessin original de l’affiche a été réalisé pour le festival par Dadez (David Abry).
Elle représente « Handala » personnage symbolique de la Palestine créé par Naji al-Ali.
Partagez la page Facebook du festival.
Participez, invitez vos amis sur l’évènement facebook.

####### Aujourd’hui en Palestine #######

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

Abou Teir: Le soulèvement palestinien de la Journée de la Terre est un coup pénible à « l’Accord du siècle »
.
Le député jérusalémite au Conseil législatif , Mohammed Abou Teir a confirmé que la sortie de milliers de Palestiniens hier en commémoration de la « Journée de la Terre » à Gaza et la Cisjordanie occupée, en offrant des sacrificezs, des martyrs et des blessés, est un coup aux conspirateurs sur la cause de notre peuple, et en cherchant à mettre en œuvre le prétendu « Accord du siècle ».
.
L’occupation empêche le voyage de 18 Palestiniens de la Cisjordanie la semaine dernière
.
Hamas à Abbas: « Gaza a besoin d’actions et non de déclarations »
.
Comment la position officielle arabe et populaire s’est-elle exprimée sur la Grande marche du Retour?
.
Maher Salah: La marche du retour est la preuve que nous avons une force de persuasion
.
Appels à l’intérieur occupée pour se solidariser avec Gaza
.
L’ONU exige une enquête transparente et indépendante sur le massacre de Gaza
.
Grève générale en l’honneur des martyrs de la
.
Haniyeh : Pas d’alternative au droit au retour
.
15 morts et des centaines de blessés dans la Grande marche du Retour
.
Hamas: L’occupation est choquée par la grande marche du retour
.
Sinwar: La marche du retour se poursuivra jusqu’à la libération
.
La coordination internationale: la répression de la marche du retour est un crime contre l’humanité
.
Un Palestinien renversé et blessé par un colon au sud d’Hébron
.
L’occupation mène une guerre électronique pour influencer la Marche du Retour
.
Les autorités de Cisjordanie arrêtent et convoquent 9 citoyens
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information
LES TAGS
#flashinfo #journal #quotidien #information #presse #attentat #daesh #étatislamique #isis #tv #radio #article #islam #news #musulman #coran #sourate #croyance #islamophobie #ccif #islamophobe #cri #ldj #ldjm #gaza #palestine #ouighours #immigration #fn #israel #valls #hollande #terroriste #racisme #nazisme #Rohingyas #tartar #réfugier #migrant #hindoue #hindou #cpi #CentrePalestinienD’Information #sif #secoursislamique #mouslimradio #tunein #Hui #AmirTheVoice

flash info,journal,quotidien,information,presse,attentat,daesh,état islamique,isis,tv,radio,article,islam,news,musulman,coran,sourate,croyance,islamophobie,ccif,islamophobe,cri,ldj,ldjm,gaza,palestine,ouighours,immigration,israel,valls,hollande,terroriste,racisme,nazisme,Rohingyas,tartar,réfugier,migrant,hindoue,hindou,cpi,Centre Palestinien D’Information,sif,secours islamique,mouslimradio,Chams,tunein,life,ajib,katibin,oumma,saphirnews,mizane,jdm,journal du musulman,islam,info,Autorité Palestinienne,hamas,Hébron,Cisjordanie,Haaretz,Aquaboulevard,algérie,maroc,tunisie,maghreb,+972,Agence Media Palestine,Electronic Intifada,Ouïgours,Mintpress,MiddleEastEye,Newsweek,#AmirTheVoice

Flash info pour le 14 Rajab 1439.

Flash info pour le 14 Rajab 1439.

Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein sur www.tunein.com, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.

AJIB.FRkatibin.frjournaldumusulman.frislametinfo.fr
saphirnews.comoumma.comdesdomesetdesminarets.frC P I, Centre Palestinien D'Information
www.mizane.infowww.agencemediapalestine.frhttp://www.tribunelecteurs.com/https://lemuslimpost.com/

Sur Ajib.fr, voici les titres.

Neom, une mégapole futuriste en plein désert saoudien.
Le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane (surnommé MBS) a décidé de ruer dans les brancards. Il a entrepris de bouleverser le Royaume saoudien en opérant de grands changements tant au niveau politique, économique que social.
Il se présente comme le grand réformateur d’un royaume qui dépend majoritairement du pétrole. En 2016, il dévoilait son vaste programme « Vision 2030 » dont le but est de diversifier l’économie du pays et surtout de trouver un produit de remplacement à l’or noir, une ressource qui devrait s’épuiser dans quelques années.
Selon le prince héritier, dès 2020 l’Arabie Saoudite pourra se passer de pétrole. Une affirmation toutefois réfutée par les spécialistes de l’énergie qui la trouve peu « réaliste ».
Dans le cadre de ce vaste projet, Mohammed ben Salmane compte construire une mégapole à la pointe de la technologie au bord de la Mer rouge.
Neom accueillera des fermes éoliennes, une agriculture verticale, des taxis drones, … Une ville dont l’architecture, les sources d’énergie ou encore le transport seront dédiés au « Nouveau futur ». Modernité et innovation seront au rendez-vous dans une zone totalement désertique.
Neom (Neo-Mostaqbal qui signifie “Nouveau futur”) devrait occuper 26.500 m² sur trois pays, l’Arabie Saoudite, l’Egypte et la Jordanie. Un projet pharaonique estimé à 500 milliards de dollars (+/- 423 milliards d’euros).
L’Arabie Saoudite et ses partenaires espèrent faire de Neom un « mode de vie idyllique combiné à d’exceptionnelles perspectives économiques », comme l’assure un document de présentation.
Le projet prévoit l’aménagement du plus grand jardin installé au cœur d’une métropole, un mode d’agriculture vertical, des cultures en zones arides et en eau de mer.
Les transports seront écologiques et durables, les voitures et les transports en commun se déplaceront de manière autonome. Les travaux devraient être terminés pour 2025.
reportage a voir sur ajib.fr.

Le fabuleux destin de Rachid, vendeur de rue devenu docteur en ingénierie.
Rachid Khadiri Abdelmoula a un destin hors du commun. Originaire de Khouribga au Maroc, le jeune marocain a tenté sa chance en partant en Italie dans l’espoir de décrocher un boulot.
Après avoir rejoint ses deux frères en 1998, il se met très vite en quête d’un travail pour lui permettre de payer ses études, car l’objectif de son exil est surtout de s’inscrire à l’Université polytechnique de Turin.
Le jeune marocain a divisé son emploi du temps entre d’un côté la Faculté et de l’autre son travail de marchant ambulant.
En 2013, il décroche son diplôme de docteur en ingénierie, mais Rachid en veut plus, il décide alors de se lancer dans une spécialisation dans son domaine.
Son parcours atypique a bien sûr ému les internautes qui l’ont soutenu tout au long de son cursus. Après avoir obtenu son diplôme, Rachid a été embauché chez le géant suisse Cemex, groupe multinational du mondial du béton.
Ce qui ne l’a pas empêché de présenter sa thèse sur « les effets des nanomatériaux de carbone ajoutés aux composite de ciment », il s’agit d’une « immersion expérimentale menée dans l’entreprise »
Le trentenaire se rappelle de sa « merveilleuse » expérience au sein de Cemex, elle fût riche en opportunités et en rencontres :
« j’ai pu côtoyer des personnes de 24 nationalités différentes » explique Rachid satisfait, tout en relativisant :
« La Suisse est très restrictive. Une personne devrait profiter de ses chances en fonction du mérite et non sur la base de certificats ».
Aujourd’hui le polytechnicien fourmille de projets, il souhaiterait « faire une activité similaire à celle effectuée en Suisse, entre recherche et application industrielle », ce sera en sorte sa contribution à la recherche de « structures intelligentes » dans le bâtiment.
Dans son fort intérieur, l’ingénieur souhaite rester à Turin, mais il est toutefois ouvert à toutes les propositions, il reste « flexible, prêt à voyager à tout moment, car de nombreuses entreprises ont des relais à l’étranger » dit-il.
En attendant de trouver l’entreprise de ses rêves, Rachid Khadiri Abdelmoula continu durant son temps libre à vendre des briquets.
« Même si les réseaux sociaux existent, je suis de la veille école, j’aime rencontrer les gens et leur parler de vive voix ».

Sur islam et info.fr, voici les titres.

Le combat d’une école pour le droit !
Une récente loi islamophobe visait une nouvelle fois à rendre quasiment impossible la création de nouvelles écoles musulmanes en France.
Mais l’école Al Badr a porté cette affaire en justice avec succès. Espérons que le Conseil Constitutionnel demandera le retrait de cette loi scélérate d’exception.
COMMUNIQUE de l’Imam Rahhaoui.
Le 14 décembre dernier, le Groupe scolaire Al-Badr a déposé une QPC (Question Prioritaire de Constitutionnalité) qui est un droit nouveau reconnu par la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008 (art. 61-1) et entré en vigueur le 1er mars 2010. Il permet à tout justiciable de contester, devant le juge en charge de son litige, la constitutionnalité d’une disposition législative applicable à son affaire parce qu’elle porte atteinte aux droits et libertés que la Constitution garantit.
La loi remise en cause par l’établissement est l’article L227-17-1 du code pénal cité par le code de l’éducation, qui encadre le régime du contrôle, de la mise en demeure et de la fermeture des classes sans jugement du tribunal ainsi que la condamnation du directeur, toute une panoplie de sanctions pénales qui vont à l’encontre de la constitution d’après notre analyse juridique.
La Cour d’appel de Toulouse a retenu cette QPC en la renvoyant à la Cour de Cassation où elle y a été plaidée le 14 mars dernier.
VERDICT: La Cour de cassation nous donne entièrement raison en statuant qu’il y a lieu de la renvoyer au CONSEIL CONSTITUTIONNEL où l’article de loi risquerai d’être abrogé.
Rappelons que cet article du code pénal est en lien direct avec la proposition de loi de la sénatrice Gatel qui vise à simplifier et mieux encadrer le régime d’ouverture et de contrôle des établissements privés hors contrat.
Maintenant que cette QPC est arrivée au Conseil Constitutionnel, toutes les écoles privées hors contrat de France sont concernées et peuvent se constituer parties civiles afin de défendre cette inconstitutionnalité.
Rappelons que selon les termes de l’article 61-1 de la Constitution, la QPC consiste à soutenir «qu’une disposition législative porte atteinte aux droits et libertés que la Constitution garantit».
Le plus dur est fait, j’espère de tout cœur que nos écoles musulmanes seront unies dans ce processus de défense de nos droits ainsi que leurs responsables.
Ce communiqué ne peut avoir lieu sans remercier l’acteur principal de cette victoire, Me. Samim BOLAKY. Je tenais à le remercier très profondément et chaleureusement pour son soutien sans faille et tous les efforts fournis pour la défense des droits et libertés des citoyens.
Très fraternellement, AbdelFattah RAHHAOUI.

Sur saphirnews.com, voici les titres.

Des arrêtés contre les expulsions locatives signés par 12 maires d’Ile-de-France .
Avec la fin de la trêve hivernale qui court du 1er novembre au 31 mars, la crainte pour beaucoup de familles vivant dans la précarité de se retrouver à la rue revient. C’est contre ces expulsions que 12 maires de la région francilienne ont annoncé qu’ils se donnent rendez-vous vendredi 30 mars à la mairie de Stains (Seine-Saint-Denis) pour signer des arrêtés « anti mises à la rue ».
Rappelant l’engagement du président Emmanuel Macron qui voulait que, « d’ici la fin de l’année 2017, plus personne ne dorme « à la rue ou dans les bois » », les maires de Stains, La Courneuve, Saint-Denis, l’Ile-Saint-Denis, Villetaneuse, Bondy, Aubervilliers, Villeneuve-Saint-Georges, Gennevilliers, Bagneux, Champigny-Sur-Marne et Bonneuil-Sur-Marne ont uni leur voix pour dénoncer « une multiplication des concours à la force publique accordés par les préfectures, condamnant, in fine, toujours plus de familles à être mises à la rue ».
Les élus ont également déploré que les arrêtés qu’ils ont pris depuis 2011 pour « lutter contre les expulsions locatives » ont été « systématiquement cassés par les tribunaux sur demande des préfets ».
Selon ces élus, leur annulation est motivée « non pas sur un point de droit » mais sur une « intention supposée » des maires de « s’opposer aux expulsions ». « Nous réaffirmons, en tant que maires, qu’il n’est pas de notre ressort de nous opposer à une décision de la justice, mais qu’une fois l’expulsion exécutée, personne ne doit être laissée à la rue », soulignent-ils, indiquant qu’il appartient à l’État, « garant du droit au logement » de « fournir aux personnes, une fois expulsées, une solution de relogement ».

USA : un homme menaçant d’incendier une mosquée condamné à cinq ans de prison.
Un homme âgé de 46 ans a été condamné, mercredi 28 mars, à une peine d’emprisonnement ferme de cinq ans pour avoir menacé d’incendier une mosquée du quartier de Roxbury, à Boston.
Selon les procureurs en charge de l’affaire, Patrick Keogan a posté la photo d’une mosquée brûlée, avec le message « Brûlez votre mosquée locale », sur la page du Centre culturel islamique de Boston, basé à Roxbury, quelque temps après les attaques terroristes du 13 novembre 2017 à Paris. Le même message avait également été publié sur la page d’une association estudiantine musulmane de l’université Northeastern, à Boston.
Une enquête sur son compte Facebook ont fait apparaître que l’individu a plusieurs fois fait des posts soutenant la destruction des mosquées bien avant 2015. L’un des posts, rapporte le journal LowellSun, félicitait l’incendiaire d’une mosquée dans le Missouri, qualifié par Patrick Keogan comme « un héros inconnu, le champion du peuple, un vrai Dieu parmi les mortels ».
Outre les menaces, il a également été condamné pour deux autres chefs d’accusation, la possession illégale d’armes et de munitions et la possession de film de pornographie juvénile pour lequel il est désormais inscrit dans le registre des délinquants sexuels.

Verdun : deux jeunes, qui ont exhorté des religieuses à se convertir à l’islam, relaxés.
L’intrusion inopinée de deux jeunes dans le carmel de Verdun (Meuse) un jour de novembre 2017 avait choqué les religieuses présentes dans le couvent. Ils avaient exhorté les sœurs à se convertir à l’islam sous peine d’aller « en enfer ». Ils n’ont certes pas été agressifs – ils ont même remercié les sœurs pour leur accueil – mais leurs intrusion comme leurs propos ont été violemment vécus. Par ailleurs, ils se sont aussi mis à prier en arabe en pleine prière des carmélites.
Selon Sœur René, la prieure du carmel de Verdun citée par La Croix, un médecin a pu constater chez des religieuses des « impacts psychologiques perceptibles (ou) marqués ». Des incapacités allant de deux jours à huit jours leur ont été délivrées.
Poursuivis pour « violences volontaires aggravées », le tribunal correctionnel de Verdun a relaxé, mercredi 28 mars, les prévenus âgés de 26 ans et 28 ans, constatant l’absence de violence et l’altération de leur discernement du fait que l’un souffre de troubles psychiatriques tandis que l’autre a un problème de drogue. « Aucun lien ne peut être fait entre vos agissements et un acte terroriste », a indiqué la présidente du tribunal aux deux jeunes.
Sœur René assure, pour sa part, ne pas conserver de ressentiment envers les deux jeunes, préférant se souvenir des larmes de la mère de l’un d’eux, qui s’était excusée pour l’attitude de son fils.

Sur oumma.com, voici les titres.

Raïf Badawi, le blogueur saoudien emprisonné, récompensé pour son courage en Journalisme.
Le prince héritier Mohammed bin Salman poussera-t-il le volontarisme réformiste jusqu’à libérer de ses chaînes Raïf Badawi, l’écrivain et blogueur saoudien emprisonné depuis six longues années, et du bâillon qui la muselle sur ses terres la liberté d’expression ?
Haidar, l’épouse combative de celui qui est devenu un symbole de la liberté d’expression opprimée, n’a pas perdu l’espoir, depuis son exil au Canada, de parvenir à sensibiliser le nouvel homme fort de Riyad au sort inique subi par son époux depuis 2012, même si son exhortation à le relaxer est restée lettre morte en 2017.
Son cri du cœur a eu en effet la résonance d’un prêche dans le désert, son mari Raïf Badawi n’ayant toujours pour seul horizon que les barreaux de sa cellule, après avoir été condamné à une lourde peine de 10 ans de prison, assortie de 1000 coups de fouet, un raffinement de cruauté moyenâgeux.
Dans le collimateur des autorités saoudiennes depuis plusieurs années, il avait été accusé dans un premier temps d’avoir « insulté l’islam et encouragé l’apostasie », avant de payer le prix fort pour avoir plaidé en faveur d’une plus grande liberté de parole et de la laïcisation du gouvernement. Autant dire, un véritable crime de lèse-majesté…
Alors qu’une campagne internationale de soutien #FreeRaif appelle à sa libération dans toutes les langues, le dur combat de Raïf Badawi, unanimement salué dans le monde entier, lui vaut une moisson de prix honorifiques qui lui offrent une précieuse visibilité, lui évitant le terrible écueil de sombrer dans l’oubli.
Ainsi, après le prestigieux Prix Sakhahrov pour les droits de l’Homme qui lui a été décerné par le Parlement européen en 2017, il est le nouveau lauréat du Prix Daniel Pearl 2018 pour l’intégrité et le courage en Journalisme, un prix créé en mémoire du journaliste de Wall Street qui fut enlevé et tué au Pakistan en 2002.
« Nous espérons que le Prince héritier ira un peu plus loin dans son réformisme et montrera au monde que l’Arabie saoudite moderne croit en la liberté d’expression de tous ses citoyens », a déclaré le comité du Prix Daniel Pearl dans son communiqué officiel.
Haidar Badawi, accompagnée de ses trois enfants, se rendra à Los Angeles le 24 juin prochain, afin de se voir remettre la nouvelle distinction qui récompense le militantisme courageux de son mari, poursuivi jusqu’au sacrifice de sa vie, en faveur de la libéralisation morale de la monarchie wahhabite.

Mohamed Ali: des répliques aussi puissantes que ses uppercuts.
Il a raccroché les gants à jamais en 2006, à 74 ans, Mohamed Ali n’est plus, mais son souvenir demeure. Le boxeur de légende, converti à l’islam à 22 ans, était adulé dans le monde entier pour ses KO infligés sur et en dehors des rings, à tous ses adversaires, sportifs comme politiques…Admiré et respecté pour son exceptionnelle puissance et le courage de ses positions,son refus d’aller au Vietnam, préférant la prison à une « guerre injuste, contraire à l’islam », a marqué l’histoire. Mohamed Ali est passé à la postérité pour ses uppercuts et ses répliques percutantes. En voici un florilège :
A un journaliste qui lui demanda : « Qu’est-ce que cela fait d’avoir la même religion que Ben Laden ? Il lança : « Et vous, qu’est-ce que cela vous fait d’avoir la même religion qu’Hitler ? »
« Que vous soyez musulman, chrétien ou juif, n’a pas d’importance. Si vous croyez en Dieu, vous devriez penser que chaque être humain fait partie d’une seule et même famille. » L’âme d’un papillon, publié en 2004
« Le véritable ennemi de mon peuple est ici. Je ne vais pas déshonorer ma religion, mon peuple ou moi-même en devenant un outil pour asservir ceux qui se battent pour leur propre justice, liberté et égalité. » Redemption Song : Muhammad Ali and the Spirit of the Sixties, 1999
« Je n’ai rien contre le viet-cong. Aucun vietnamien ne m’a jamais appelé négro. »
Propos rapportés à la suite de son refus d’aller combattre au Vietnam.
« Il n’y a rien d’islamique à tuer des innocents à Paris, San Bernadino ou ailleurs. Les vrais musulmans savent que la violence des djihadistes islamistes va à l’encontre des principes mêmes de notre religion » Déclaration aux médias, suite à la décision de Trump de refouler les musulmans aux frontières.
« Nos dirigeants politiques seraient mieux avisés d’utiliser leur pouvoir pour faciliter la compréhension de l’islam auprès du plus grand nombre », à l’adresse de Trump.
reportage a voir sur oumma.com.

Rencontre du Bourget : une minute de silence en hommage aux victimes de l’Aude et à Mireille Knoll.
Inscrite dans le paysage culturel de la communauté musulmane, hexagonale et européenne, depuis 35 ans, la Rencontre Annuelle des Musulmans de France (RAMF), placée sous l’égide de l’association les Musulmans de France (MF), demeure un rendez-vous populaire incontournable dont le succès ne s’est jamais démenti au fil des ans.
Chaque année, à l’heure où la nature reverdit, dans le Parc des Expositions du Bourget, ce grand événement fédérateur, à la fois familial et convivial, éducatif et récréatif, très prisé pour ses stands variés et colorés, mais aussi pour ses nombreux temps forts (conférences et veillées spirituelles et artistiques) élevant l’esprit et l’âme, ouvre ses portes à un large public qui s’y presse toujours plus nombreux.
A la veille d’une 35ème édition particulièrement riche de sens, éclairée « A la lumière du Coran », une chaude lueur illuminant les coeurs comme une guidance, loin des ténèbres de l’obscurantisme, Amar Lasfar, le président des MF, se félicite de la belle « longévité du rassemblement des musulmans de France et d’Europe » dans la diversité de leurs composantes, ainsi que de « sa constante évolution », résolument en phase avec son temps.
Contacté par Oumma, le grand ordonnateur de cette Rencontre annuelle exceptionnelle qui, cette année encore, du 30 mars au 2 avril, proposera toute une panoplie d’activités et de services pour satisfaire les attentes des quelque 160 000 visiteurs attendus, se réjouit qu’elle soit placée sous le signe d’une meilleure compréhension du Texte et de la réhabilitation du vrai visage de l’islam, afin de privilégier une « pratique religieuse éclairée, en harmonie avec nos sociétés plurielles ».
A la question de savoir s’il redoute qu’une énième polémique bruyante pollue la tenue de la RAMF, Amar Lasfar nous a expliqué que « la meilleure réponse à l’hostilité farouche de nos détracteurs, c’est de continuer à l’organiser, chaque année, avec persévérance, rigueur et de manière responsable et citoyenne, conforté par le succès qu’elle rencontre depuis 35 ans ». « Nous n’avons plus rien à prouver, notre longévité parle pour nous, notre crédibilité ne peut pas être remise en cause ! », s’exclame-t-il, insistant sur le fait que ses thématiques évoluent continuellement, en collant au plus près des problématiques et préoccupations d’une société agitée par de violents tumultes.
Une minute de silence en hommage aux victimes de l’Aude et à Mireille Knoll.
Horrifié, comme l’ensemble de ses coreligionnaires, par les attaques terroristes sanglantes qui, vendredi dernier, ont cruellement endeuillé les localités de Trèbes et de Carcassonne, faisant quatre victimes dont le lieutenant-colonel Beltrame, et par l’assassinat sauvage de l’octogénaire Mireille Knoll, Amar Lasfar leur rendra samedi un vibrant hommage posthume, en présence de centaines de familles musulmanes.
« Une minute de silence sera observée pour saluer la mémoire des victimes de l’Aude et de Mireille Knoll, ces victimes de la folie des hommes, avec une pensée particulière pour l’héroïsme admirable de Arnaud Beltrame », a-t-il indiqué, en ayant à cœur de désamorcer les controverses passionnelles naissantes et les amalgames pernicieux associant « islam et islamisme radical ».
« Ces douloureuses circonstances vont nous permettre de mettre en lumière les versets humanistes du Coran, de les lire ici, maintenant, devant tous, où il est interdit de tuer un homme innocent, sous peine de tuer l’humanité tout entière », souligne Amar Lasfar.
« Tariq nous manque à tous ».
Longtemps intervenant vedette des conférences organisées par la RAMF, Tariq Ramadan, le grand absent de cette édition 2018, car maintenu en détention provisoire depuis le 2 février dernier et très affaibli, selon différentes sources proches du dossier, sera dans tous les esprits.
« Il me manque, il manque à tous, à sa femme, à sa famille, à sa communauté », se désole Amar Lasfar, avant de donner libre cours à son indignation. « Nous dénonçons le lynchage médiatique dont il est victime ! La présomption d’innocence doit prévaloir, jusqu’à ce que la justice ait tranché. Nous sommes dans un Etat de droit, nous ne devons certes pas nous immiscer dans la procédure judiciaire, mais je suis néanmoins indigné devant le traitement qui lui est réservé », s’est-il insurgé au téléphone.
C’est en adressant une invitation à l’ensemble de ses concitoyens, de toutes origines et confessions, et notamment à ceux qui mènent une féroce croisade contre la RAMF, sans jamais descendre de leurs destriers, que Amar Lasfar a tenu à conclure notre entretien.
« Venez massivement nous voir au Bourget, venez massivement écouter notre discours, notre exégèse du Coran, venez à notre rencontre, venez vous rendre compte par vous-mêmes, nous serons heureux de vous accueillir », s’enthousiasme-t-il, en espérant que « La lumière du Coran » transpercera, cette année et dans l’intérêt général, l’épais rideau de l’ignorance et des préjugés.

Le prince héritier saoudien révèle que le wahhabisme a été exporté à la demande des Occidentaux.
Une déclaration du prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane (surnommé «MBS») publiée par le Washington Post le 22 mars et passée, semble-t-il, inaperçue dans les médias francophones, fait office d’aveu. En effet, le prince héritier saoudien a assuré que l’idéologie wahhabite avait été propagée au cours de la seconde moitié du XXe siècle par Riyad à la demande des alliés occidentaux du royaume, dans le but de contrer l’influence de l’Union soviétique dans les pays musulmans ” rapporte le site RT France
Toujours selon RT France , “en visite diplomatique aux Etats-Unis, «MBS» s’est exprimé lors d’une rencontre avec des membres de la rédaction du Washington Post. Bien que cette réunion ait été tenue secrète dans un premier temps, l’ambassade saoudienne a par la suite autorisé le célèbre journal américain à publier des extraits spécifiques des propos tenus par le prince héritier. Ainsi, le journal relate des déclarations de Mohamed ben Salmane sur différents dossiers, dont sa relation avec Jared Kushner, le gendre de Donald Trump et conseiller de la Maison Blanche, ses réformes internes au royaume, la guerre au Yémen ou encore le conflit israélo-palestinien.”
Interrogé sur la propagation du wahhabisme, idéologie islamiste rigoriste née en Arabie saoudite et parfois accusée par la presse et des responsables politiques en Occident d’être une source du terrorisme islamiste, le prince héritier a déclaré que les investissements saoudiens dans les mosquées et écoles islamiques à l’étranger trouvaient leur origine dans le contexte de la guerre froide. Le prince héritier a expliqué que, à cette époque, les alliés occidentaux de Riyad avaient demandé à l’Arabie saoudite d’utiliser ses ressources afin d’empêcher l’Union soviétique de «conquérir le monde musulman ou d’y acquérir de l’influence».
Interrogé par RT France, Pierre Conesa, historien français, auteur du livre Dr. Saoud et Mr. Djihad, qualifie cette révélation de «tardive». Pour ce spécialiste en stratégies politiques internationales, cette révélation permet au prince héritier de «se décharger d’une partie de sa responsabilité sur le financement du terrorisme».
Dans un article publié dans le Monde Diplomatique de juin-juillet 2016, intitulé «Un demi-siècle de diplomatie wahhabite», Pierre Conesa expliquait déjà que la politique étrangère du royaume saoudien avait été anticommuniste durant la guerre froide et opposait le panislamisme au panarabisme socialisant de Gamal Abdel Nasser, dirigeant égyptien de 1954 à 1970. Cette politique était largement soutenue par les Occidentaux et notamment les Américains. «L’adage très répandu pendant la guerre froide selon lequel “l’ennemi de notre ennemi est notre ami” empêche alors [les Occidentaux] de voir que le royaume wahhabite a son propre programme », ajoute l’historien. Une véritable industrie «théo-idéologique» qui «emprunte au soft power américain et à la propagande soviétique» se met alors au service du wahhabisme.

Marche blanche à Paris : Marine Le Pen escortée par la LDJ.
Ennemis jurés dans l’arène politique, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, considérés comme persona non grata par le CRIF à la Marche blanche organisée hier, mercredi 28 mars, en mémoire de Mireille Knoll, ont été accueillis sous des huées en se mêlant à la foule venue nombreuse. A ce petit détail près que la présidente du FN a bénéficié d’une protection rapprochée pour le moins inattendue, à laquelle n’a pas eu droit le leader de la France Insoumise, contraint d’être exfiltré sous les insultes et les menaces qui pleuvaient.
Selon BuzzFeed, citant notamment le site StreetPress, ce sont les nervis de la Ligue de Défense Juive (LDJ), cachés sous des casquettes ou des capuches noires – ce groupuscule néo-fasciste et islamophobe qui sévit en toute impunité en France, alors qu’il est blacklisté aux Etats-Unis et en Israël -, qui ont escorté l’héritière de Jean-Marie Le Pen, ce négationniste patenté.
Cherchez l’erreur, pourrait-on s’exclamer ! Pourtant, force est de constater que ce qui semble être une incroyable anomalie n’en est pas une, les liaisons dangereuses, voire contre nature, entre le FN et la LDJ, étant bien réelles et nouées depuis quelques années.
En 2014, une enquête publiée par StreetPress révélait que le porte-parole de la LDJ, un dénommé Eliahou, celui-là même qui a hurlé hier au passage de Mélenchon « C’est une ordure ce mec-là, c’est une honte pour la France, faut le dégager !», « disposait de connexions parmi les leaders communautaires, avec qui il est à tu et à toi. Ainsi, l’actuel président du Crif, Francis Kalifat, est tout comme Eliahou un ancien membre du Bétar », un mouvement juif radical. En 2013, Mediapart dévoilait les liens que certains membres de la LDJ avaient tissés avec le FN.
Pour couronner le tout, selon Le Point, des militants de la LDJ, également fichés S, ont déboulé lundi au domicile du suspect du meurtre de Mireille Knoll. D’après les dires des parents du suspect et d’un ami de la famille, ils ont frappé à leur porte et menacé de brûler toute la fratrie du mis en examen.

Sur tribune lecteurs.com, le journal d’algérie, voici les titres.

Djamel Ould Abbès lors de l’installation de la commission d’évaluation du bilan présidentiel : » De vrais miracles ont été accomplis « .

Groupe Télécom Algérie : Ahmed Choudar désigné premier responsable.

Lutte contre la contrefaçon : A vos… » marques « …

Projets de loi portant code de procédure pénale et traitement des données personnelles : Les députés disent oui.

Stigmatisation des femmes musulmanes par les médias français : Un collectif dénonce.

Kim Jong-un s’est bel et bien rendu en Chine : Mauvaise nouvelle pour Trump.

Hadj 2018 : Le premier vol prévu le 25 juillet.

Grève des médecins spécialistes : Un suivi « mitigé ».

Nouvelles wilayas déléguées du grand sud du pays : L’attention particulière du président.

Sur le muslim post.com, voici les titres.

Doux : le fleuron du poulet halal français désossé.
Le fleuron français de la volaille (et du halal) est-il en passe de passer sous pavillon saoudien ? Ce jeudi 29 mars, dans un communiqué de presse, la coopérative Terrena annonce soutenir « des offres concertées pour assurer la pérennité de l’essentiel des emplois et des activités de Doux. » Employant 1 200 salariés, Doux est en difficulté : le groupe déposera une demande de mise en liquidation judiciaire au tribunal de commerce de Rennes le 3 avril prochain.
Mais Terrena, propriétaire de Doux, assure que 920 emplois pourront être sauvés grâce aux « offres émanant respectivement du leader français de la volaille LDC et du groupe saoudien Al Munajem pour la reprise des activités de Doux dans le cadre de la liquidation de l’entreprise. »
Dans son communiqué, Terrena ne parle pas une seule fois de halal. Pourtant, c’est bien là qu’est l’enjeu de cette opération : les poulets Doux sont exportés principalement dans le Golfe et le halal est le fer de lance du groupe. Un audit réalisé au moment du rachat de Doux par Terrena avait démontré que la concurrence du poulet d’entrée de gamme produit au Brésil à partir de soja et de céréales transgéniques handicapait sérieusement l’entreprise bretonne. Et c’est l’une des raisons pour lesquelles l’entreprise a connu de nombreuses difficultés ces dernières années.
Doux avait alors pris un virage avec une stratégie tournée vers l’Hexagone : le groupe s’était lancé dans la production de poulet frais halal — un poulet riche en Oméga 3, sous la marque FitLife —, tout en préservant les marchés export au Moyen-Orient de poulets congelés.
Le royaume du poulet se vend au plus offrant.
La « halalité » des poulets Doux a toujours fait débat au Moyen-Orient. En annonçant, en septembre dernier, avoir identifié que sur les marchés du Moyen-Orient, « il y a une très forte attente pour des produits qui apportent des qualités nutritionnelles meilleures », Doux avait reconnu à demi-mots avoir toujours proposé du halal bas de gamme. Le groupe avait annoncé à l’époque qu’il ferait produire son poulet bas de gamme chez un partenaire européen, « plus compétitif et à coûts plus faibles » que lui. Il s’agissait de MHP, un groupe ukrainien qui s’est également positionné pour reprendre Doux. L’Ukrainien avait proposé d’investir 76 millions d’euros pour construire une nouvelle usine à Châteaulin.
Désormais, bien aidé par l’action de Jean-Yves Le Drian, qui a rencontré le roi Salmane pour parler du sujet, Terrena va offrir à Al Munajem, le principal client de Doux, « l’exploitation de l’abattoir de Châteaulin redimensionné à ses besoins pour le marché du grand export sur l’Arabie Saoudite principalement. L’offre inclut la reprise de 347 salariés », peut-on lire dans le communiqué.
Les Saoudiens vont donc exploiter un abattoir… en Bretagne. De quoi inquiéter les près de 350 salariés ? Dans le royaume wahhabite, les syndicats, la négociation collective, les grèves et les manifestations sont interdits. La CGT, FO, la CFDT et la CFTC, les quatre principales organisations syndicales du site, sont prévenues.
L’autre information de cette offre saoudienne, c’est qu’Al Munajem a proposé de racheter le nom de Doux pour le Golfe. Désormais, les Saoudiens pourront donc vendre, sous le nom de la marque « made in France » du poulet brésilien sans avoir à en référer au groupe breton. Al Munajem est arrivé à ses fins. Quant à Terrena, en se séparant de Doux, la coopérative est-elle en train de se désengager du halal dans le domaine de la volaille ?

Israël en pleine « guerre chimique » dans la bande de Gaza.
En Israël, la colonisation passe aussi par un sabotage de l’agriculture palestinienne. Près de 50 000 Palestiniens travaillent dans ce secteur qui ne cesse de chuter. Voilà plusieurs années que l’armée israélienne vaporise des pesticides toxiques sur la zone tampon établie par les Israéliens sur la frontière entre la bande de Gaza et Israël. Un ruban de 300 mètres de large qui accueille plus d’un tiers des terres agricoles de la bande de Gaza.
Selon des agriculteurs locaux, il y a quelques jours, pour la deuxième fois en deux mois, les Israéliens ont pulvérisé des pesticides dans la région. Selon ces agriculteurs, cités par Al Monitor, « chaque année depuis la guerre de 2014, les Israéliens pulvérisent des pesticides et brûlent les récoltes au début de la saison », soit en janvier et en avril.
Une situation dénoncée par les autorités palestiniennes. Un responsable au ministère de l’Agriculture de Gaza indique de son côté que « les pesticides israéliens affectent les cultures sur les terres palestiniennes. » En coordination avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), le ministère de l’Agriculture tient des statistiques très précises : de décembre dernier à mars, 544 hectares ont été touchés par les pulvérisations de l’armée côté palestinien.
Des traces de substances empêchant la germination retrouvées
Le ministre dénonce « une guerre chimique. » Il a fait analyser les substances pulvérisées sur les champs palestiniens. Il affirme : « Tous les composants des pesticides pulvérisés n’ont pas été identifiés, mais les résultats de l’analyse en laboratoire des plantes traitées ont montré des traces d’oxygal », une substance qui empêche la germination saisonnière et brûle la partie verte des plantes.
Le CICR estime que la situation est « préoccupante. » Suheir Zakout, son porte-parole, assure que son organisation « suit de près les pulvérisations près de la frontière depuis trois ans. Cela nous inquiète. » Il appelle les autorités israéliennes à arrêter la pulvérisation aérienne de pesticides, « car cela a des effets négatifs à long terme sur l’environnement et la population », continue-t-il. En avril 2017, le CICR s’inquiétait déjà de cette pratique.
L’armée israélienne réfute les accusations de « guerre chimique » lancées par le ministre de l’Agriculture à Gaza. Elle assure que ces épandages ont pour objectif d’augmenter la visibilité dans la zone. En attendant, la part de l’agriculture dans le PIB de la bande de Gaza est passée de 12 % à 3,3 % en vingt ans.

Ramadan 2018 : des imams algériens accueillis en France « pour leur belle voix ».
Le mois de Ramadan approche à grand pas. Pour réciter des versets du Coran, la France a besoin de renfort et fera donc venir des imams, notamment d’Algérie et du Maroc. Mi-mars, le ministre algérien des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, annonçait l’envoi de 150 imams en Europe. Un choix qui a été fait, indique le ministre, « parmi les meilleurs qui ont exprimé le vœu d’aller à l’étranger pour diriger les prières durant le mois sacré de Ramadan. »
Sur ces 150 imams, une centaine seront accueillis par la France. Un convoi qui ne fait pas l’unanimité au moment où la France discute de l’influence des consulats sur l’Islam en France. Manuel Valls, ancien Premier ministre et ministre de l’Intérieur, affirme qu’il faut « mettre un terme » aux accords avec Alger et Rabat « le plus vite possible. » Selon le député, faire venir des imams du Maghreb est contraire à son idée d’un « Islam des Lumières en France, d’un Islam de France. »
Sauf qu’en réalité, les imams algériens et marocains ne prêcheront pas, assure Djelloul Seddiki, directeur de l’institut Al-Ghazâli de la grande mosquée de Paris, à LCI. Celui qui est en charge de l’accueil de ces invités algériens et marocains assurent que, si ces derniers « n’ont pas de formation en arrivant », c’est simplement parce qu’ils vont « réciter les 60 sourates du Coran en arabe, ils n’ont pas besoin de savoir parler français. »
Pour le directeur d’Al-Ghazâli, le casting s’est d’ailleurs concentré sur des qualités loin de la spiritualité : « Ils ont été choisi pour leur belle voix, pour faire plaisir aux fidèles », assure Djelloul Seddiki.
C’est dans le cadre d’un accord entre le ministère des Affaires religieuses et le ministre français de l’Intérieur Gérard Collomb que l’accord avec l’Algérie a été signé. Mi-mars, le ministre d’Etat demandait aux imams envoyés en France qu’ils diffusent une message « modéré et éclairé » et qu’ils soient les « ambassadeurs de la paix. » Les imams seront présent vingt-neuf jours dans l’Hexagone, avant de repartir dans leur pays.

####### Aujourd’hui en Palestine #######

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

Hamas: Le peuple palestinien a pratiquement abandonné « le deal du siècle »
.
Le mouvement du Hamas a déclaré que « les masses de notre peuple palestinien ont pratiquement abandonné (le deal du siècle) et ont giflé durement le président américain, Donald Trump, et à son administration ».
.
L’occupation israéliennes bombarde un point d’observation de la résistance à l’est de la bande de Gaza
.
prédicateur d’Al-Aqsa: La Journée de la Terre est l’un des monuments de la mobilisation populaire
.
53 blessés dans la Marche du retour à Gaza
.
Les foules du « retour » commencent à affluer vers les zones frontalières
.
56 colons prennent d’assaut la mosquée Al-Aqsa
.
Un mort et un blessé par des tirs israéliens à Gaza
.
La Ligue arabe appelle la communauté internationale à mettre fin à l’occupation
.
Israël refuse la libération conditionnelle de Sheikh Raed Salah
.
L’occupation israélienne arrête deux enfants de Jérusalem pour avoir jeté des pierres
.
Le Hamas appelle à une large participation aux marches de la Journée de la Terre
.
Yasin Saradih enterré aujourd’hui
.
La Jordanie et la Palestine réaffirment leur engagement en faveur des efforts de paix
.
L’occupation renouvelle l’assignation à domicile et l’interdiction de voyager d’un jérusalémite pour la 14ème fois
.
L’occupation israélienne arrête un Palestinien à Beersheba sur des soupçons d’attentat
.
Amman approuve la nomination du nouvel ambassadeur israélien
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information
LES TAGS
#flashinfo #journal #quotidien #information #presse #attentat #daesh #étatislamique #isis #tv #radio #article #islam #news #musulman #coran #sourate #croyance #islamophobie #ccif #islamophobe #cri #ldj #ldjm #gaza #palestine #ouighours #immigration #fn #israel #valls #hollande #terroriste #racisme #nazisme #Rohingyas #tartar #réfugier #migrant #hindoue #hindou #cpi #CentrePalestinienD’Information #sif #secoursislamique #mouslimradio #tunein #Hui #AmirTheVoice

flash info,journal,quotidien,information,presse,attentat,daesh,état islamique,isis,tv,radio,article,islam,news,musulman,coran,sourate,croyance,islamophobie,ccif,islamophobe,cri,ldj,ldjm,gaza,palestine,ouighours,immigration,israel,valls,hollande,terroriste,racisme,nazisme,Rohingyas,tartar,réfugier,migrant,hindoue,hindou,cpi,Centre Palestinien D’Information,sif,secours islamique,mouslimradio,Chams,tunein,life,ajib,katibin,oumma,saphirnews,mizane,jdm,journal du musulman,islam,info,Autorité Palestinienne,hamas,Hébron,Cisjordanie,Haaretz,Aquaboulevard,algérie,maroc,tunisie,maghreb,+972,Agence Media Palestine,Electronic Intifada,Ouïgours,Mintpress,MiddleEastEye,Newsweek,#AmirTheVoice