MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 29 Joumada al Awwal 1439.

Flash info du 29 Joumada al Awwal 1439.

Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein sur www.tunein.com, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.

AJIB.FRkatibin.frjournaldumusulman.frislametinfo.fr
saphirnews.comoumma.comdesdomesetdesminarets.frC P I, Centre Palestinien D'Information
www.mizane.infowww.agencemediapalestine.frhttp://www.tribunelecteurs.com/https://lemuslimpost.com/

Sur Ajib.fr, voici les titres.

Grande-Bretagne : « Visit My Mosque » est de retour, une initiative destinée à rapprocher les communautés.
La communauté musulmane meurtrie dans sa chair par un acharnement médiatique sans précédent au lendemain des attentats, ressent aujourd’hui le besoin de donner une image loin des clichés véhiculés par la presse.
A l’image des musulmans de Birmingham et des Midlands en Grande-Bretagne qui préfèrent s’ouvrir aux autres plutôt que de se morfondre en ruminant leur peine.
C’est ainsi qu’à chaque événement, les mosquées de ces deux villes invitent les personnes de tout horizon à venir partager un moment de convivialité lors de journées portes ouvertes.
200 autres lieux de culte musulman à travers le Royaume-Uni participent à l’initiative organisée par le Conseil musulman de Grande-Bretagne (MCB), un organisme indépendant qui représente plus 500 organisations différentes, y compris des mosquées, des écoles et des organisations caritatives.
« Visit My Mosque » va donner la possibilité à chacun de découvrir les musulmans, leur foi et leurs traditions autour d’un thé chaud et de bons petits gâteaux. Une initiative qui tend à rétablir les liens qui ont toujours uni les différentes communautés du pays.
Un élan de fraternité sous forme de portes ouvertes dès le 17 février 2018 ou chacun qu’il soit musulman, chrétien, juif ou athée, pourra visiter une mosquée et avoir un aperçu des activités quotidiennes d’un centre de culte musulman.
L’année dernière, 150 mosquées ont pris part à l’initiative, les organisateurs espèrent faire encore mieux cette année. Chaque mosquée organise ses propres activités, certaines ont prévu de diffuser des vidéos et d’autres ont organisé des expositions sur l’Islam.
« Beaucoup de mosquées organisent des événements où les gens d’autres religions (ou pas de foi) sont les bienvenus et de nombreuses mosquées organisent déjà des journées portes ouvertes régulièrement. »
« Ils réussissent parce que les mosquées à travers le pays se sont rassemblées pour un but commun, et c’est ce que le MCB est à propos », a déclaré le responsable du centre islamique.
Les objectifs de « Visit My Mosque » sont bien sûr d’améliorer l’entente et la cohésion entre les différentes communautés :
Encourager toutes les mosquées en Grande-Bretagne à tenir une journée portes ouvertes au moins une fois par an.
Travailler pour une appréciation plus éclairée de l’Islam et des musulmans dans la société en général.
Travailler pour réduire les idées fausses sur l’Islam et les musulmans en Grande-Bretagne.
Célébrer la vaste gamme de projets de bienfaisance, de sensibilisation et d’action sociale réalisés par les mosquées en Grande-Bretagne.
Le devoir du musulman est de respecter les enseignements transmis par notre Prophète ‘alayhi wa salam. Dans leur pays d’immigration, ils doivent s’attacher à leur mosquée, l’ouvrir aux autres et prendre soin de son rôle spirituel et cultuel.
Un cerveau croyant, une foi intelligente, un sourire chaleureux et une belle patience, tels sont les obligations qui incombent aux musulmans du monde entier.

Sur Katibin.fr, rien de neuf.

Sur journal du musulman.fr, rien de neuf.

Sur islam et info.fr, rien de neuf.

Sur saphirnews.com, voici les titres, rien de neuf.

Attentats du 13-Novembre : Jawad Bendaoud, « le logeur de Daesh », relaxé.
Le tribunal correctionnel de Paris a prononcé, mercredi 14 février, la relaxe de Jawad Bendaoud, jugé pour « recel de malfaiteurs » après avoir mis à disposition à deux auteurs des attentats du 13-Novembre un squat à Saint-Denis.
Agé de 31 ans Jawad Bendaoud, surnommé « le logeur de Daesh », avait clamé son innocence durant son procès qui a duré trois semaines. « Il faut souligner que vous avez été constant dans vos déclarations. Vous avez eu instantanément des doutes sur les personnes que vous alliez héberger », a indiqué la présidente du tribunal correctionnel de Paris.
Jawad Bendaoud devrait être libéré dans les prochaines semaines, après avoir purgé une peine liée à une autre affaire. L’homme, qui est apparu méconnaissable au tribunal, a fait la Une des médias lors de l’assaut de Saint-Denis le 18 novembre 2015 après avoir déclaré, face aux caméras de BFM, qu’il avait « rendu service » à des hommes sans savoir que « c’étaient des terroristes ».
Mohamed Soumah, jugé comme Jawad Bendaoud pour « recel de malfaiteurs terroristes », a en revanche écopé de cinq ans de prison avec maintien en détention pour avoir mis en relation Hasna Aït Boulahcen, la cousine d’Abdelhamid Abaaoud, l’un des cerveaux présumés des attentats du 13-Novembre, avec Jawad. « Vous ne pouviez ignorer que les terroristes étaient des fugitifs liés aux attentats du 13-Novembre », a signifié la magistrate.
Youssef Aït Boulahcen, le cousin d’Abdelhamid Abaaoud et frère d’Hasna Aït Boulahcen, a été, quant à lui, été condamné à quatre ans de prison, dont un avec sursis pour « non-dénonciation de crime terroriste ».

Racisme : après la double peine pour Mario Balotelli, le CRAN porte plainte
Un malheur ne vient jamais seul et le footballeur Mario Balotelli l’a appris à ses dépens sur le terrain à Dijon. Après avoir encaissé des propos racistes de la part du public, l’arbitre a décidé… de donner un carton jaune au joueur de Nice.
La sanction est tombée après que Mario Balotelli se soit « agacé d’insultes racistes du public », a indiqué son club. Les propos racistes ont coulé à flot contre l’international italien pendant le match au point où le speaker a dû intervenir pour inciter les spectateurs à arrêter les propos racistes contre le joueur.
Interpellé par les préjudices psychologiques subis par Mario Balotelli, le Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN) a dénoncé un racisme de l’arbitre et a entamé des procédures judiciaires contre Nicolas Rainville. Pour Louis-Georges Tin, président du CRAN, « c’est le monde à l’envers. Une fois de plus, ce sont les victimes qui sont sanctionnées ». Sur le site du CRAN, Ghyslain Vedeux, administrateur de l’association, a fait savoir que « le temps de l’impunité est terminé et le droit doit être respecté ».
Ce n’est pas la première fois que Mario Balotelli subit des propos racistes lors de matches. Et il n’en est pas l’unique victime.
Après ce récent incident, Jean-Pierre Rivère, président de l’OGC Nice, a exprimé son indignation par rapport aux insultes subies par Mario Balotelli, rappelant que « le racisme n’a pas sa place dans un stade de football, ni où que ce soit ». À quelques mois de la Coupe du monde en Russie, le CRAN lance « une campagne contre le racisme dans le sport » et exige l’intervention de la ministre des Sports Laura Flessel, « avec toute la sévérité nécessaire ».

Saint-Valentin : fêter l’amour n’est pas un péché, pour le mufti de Tunisie .
Fêter la Saint-Valentin, fête de l’amour célébrée le 14 février, est-elle contraire aux préceptes de l’islam ? Non, pour le mufti de la République tunisienne Othman Battikh qui a affirmé au journal Akher Khabar,
Fêter l’amour n’est pas un péché tant que « ça ne transgresse pas des bonnes mœurs », a-t-il affirmé, et ceci sans que cela ne signifie pour les musulmans célébrant la Saint-Valentin qu’ils embrassent le christianisme.
« Tout ce qui rapproche les gens les uns des autres et les réunit est quelque chose de bon et requis » en islam, a ajouté le dignitaire religieux, déplorant l’intolérance qu’une occasion de prôner l’amour suscite. « L’amour est une des valeurs de l’islam. L’islam, c’est l’amour d’Allah et aimer Allah, c’est aimer les autres », a-t-il indiqué.
Ce n’est pas la première fois qu’Othman Battikh fait une telle déclaration sur la Saint-Valentin. Le mufti déclarait déjà en 2013 qu’« il n’y a pas de mal si certains le fêtent sans pour autant dévier de la bonne morale ».

Megan Markle en visite privée dans une mosquée en soutien aux survivants de la tour Grenfell .
Megan Markle, la fiancée du prince Harry, a effectué une visite privée dans une mosquée de Londres afin d’y rencontrer les survivants de l’incendie de la tour Grenfell, qui avait fait 80 morts en juin 2017.
Marchant sur les traces de la défunte princesse Diana, Meghan Markle participe à des œuvres de charité dans la discrétion. Elle a ainsi effectué des rencontres secrètes auprès de survivants et de familles des victimes pour leur manifester son soutien et leur apporter du réconfort, st’en fait l’écho la presse britannique mardi 13 février.
L’action de la princesse a naturellement été bien accueillie. Au cours de l’une de ces visites, Meghan Markle serait passée à la mosquée Al Manaar, située à côté des ruines de la tour Grenfell, dans la partie ouest de Londres, accompagnée uniquement de quelques gardes royales et d’une assistante.
Les princes William et Harry ont également visité la mosquée au mois de septembre 2017 en guise de soutien aux victimes de l’incendie.
Le directeur exécutif de la mosquée Al Manaar, Abdulrahman Sayed, a rapporté que, depuis la visite des princes, au moins trois visites de la famille royale ont été organisées. La reine Elizabeth II a également effectué une visite – publique cette fois – de la mosquée, qui a été l’un des premiers centres à recevoir de la nourriture, de l’eau, des refuges et des accompagnements psychologiques pour les victimes et leurs familles après l’incendie.

Sur oumma.com, voici les titres.

France : Var : la justice tranche en faveur de la décision d’inaugurer une plaque de rue en mémoire de Yasser Arafat.
A la Seyne-sur-Mer, dans le département du Var, la quiétude des lieux a été moins troublée par l’inauguration d’une plaque de rue portant le nom de Yasser Arafat que par la polémique bassement politicienne attisée par un conseiller municipal d’opposition…
Irrité par le bel hommage rendu au défunt leader palestinien par Marc Vuillemot, le premier magistrat de la cité, Jean-Pierre Colin, un élu UDI-Les Républicains, n’a manifestement pas supporté que sa commune soit la première, à l’échelle nationale, à honorer ainsi la mémoire de la grande figure de la résistance palestinienne.
Ni une ni deux, ce dernier a saisi le tribunal administratif de Toulon afin de faire annuler une délibération municipale qui lui restait en travers de la gorge.
Jouant les Cassandre, il prédisait l’irruption de « troubles à l’ordre public » dans sa bonne ville, consécutifs au dévoilement de la plaque « Yasser Arafat, prix Nobel de la paix 1994 », sans réaliser que celui qui semait vraiment le trouble en en faisant tout un foin, c’était lui !
Les lendemains qui déchantent prophétisés par Jean-Pierre Colin ont laissé de marbre le tribunal de Toulon, qui vient de rejeter sa demande et de donner raison à la municipalité. Le moins que l’on puisse dire est que le juge n’a pas été sensible à sa rhétorique anxiogène, selon laquelle « cette dénomination porterait atteinte à l’image de la ville ou du quartier ».
En plus d’être passé pour le trublion local, il est l’arroseur arrosé de l’histoire, puisqu’il a été condamné à verser 2 000 euros à la commune, en dédommagement des frais de procédure. Reste à savoir s’il aurait attrapé le même coup de sang devant une plaque de rue baptisée du nom d’un leader israélien…

La femme de Tariq Ramadan soutient son mari.
Le comité de soutien de Tariq Ramadan a publié une vidéo de son épouse Iman Ramadan qui évoque la situation de son mari. Elle affirme que jusqu’à présent, elle n’ a pas pu obtenir un permis de visite qui lui permettrait de voir son époux en prison. Elle estime également que Tariq Ramadan “a été désigné coupable dès le début”, et qu’il “est victime d’un lynchage médiatique.” Elle se dit également très inquiète de l’état de santé de son mari qui souffre “d’une sévère maladie chronique depuis des années”.
reportage a voir sur oumma.com.

Quel est l’avenir judiciaire de Tariq Ramadan?
L’incarcération de l’islamologue suisse est-elle justifiée juridiquement ? Un procès est-il inévitable? Combien de temps va encore durer l’instruction? Autant de questions d’une actualité brûlante auxquelles a répondu un expert en la matière : l’avocat Hosni Maati.
reportage a voir sur oumma.com.

Isla Mondial licencie son directeur général Karim Acherchour.
Arrivé en 2013 à la direction de Isla Mondial et à l’origine du partenariat avec AVS ( l’organisme de certification halal), Karim Acherchour a été limogé par Isla Mondial. Contacté par Oumma, un membre de la direction générale d’Isla Mondial a confirmé cette information, indiquant qu’une procédure de licenciement était actuellement en cours.
Isla Mondial, une société spécialisée dans la charcuterie halal et filiale française du groupe Cévital, dirigée par la famille Rebrab, l’un des groupes algériens les plus importants par son chiffre d’affaires (environ 5 milliards de dollars), a nommé un tout nouveau directeur général qui n’est autre que Xavier Delcourt, le directeur de son site de production depuis 2012.
Dans notre entretien avec la direction générale d’Isla Mondial, il nous a été précisé qu’une rencontre a eu lieu récemment avec les dirigeants d’AVS, afin de confirmer la poursuite du partenariat entre les deux structures. Rappelons que Karim Acherchour a joué un rôle majeur dans l’établissement de ce partenariat entre AVS et Isla Mondial.
Contacté par la rédaction d’ Oumma, Karim Acherchour dément catégoriquement ce licenciement et affirme que son départ est lié à la fin de sa mission accomplie au sein d’Isla Mondial, au terme de 5 années de bons et loyaux services.
Selon des sources proches des différents acteurs, ce licenciement, soudain et inattendu, pourrait s’expliquer par un éventuel conflit d’intérêt, impliquant l’un des fournisseurs de la société Isla Mondial, découvert par la famille Rebrab.

Une institutrice marocaine égaye l’hiver de ses petits élèves.
Alors que la rigueur hivernale sévit à Sidi Bennour et ses alentours, engourdissant la nature mais aussi les habitants, transis de froid, la belle attention d’une enseignante à l’égard de ses petits élèves leur a procuré une douce sensation de réconfort, de celle qui réchauffe l’âme et les corps à la fois.
Encensée sur les réseaux sociaux marocains pour avoir su égayer un pâle matin de février, Imane Karam a mis du soleil dans les cœurs en disposant sur chaque table une paire de bottes et de chaussettes.
Cette surprise, aussi agréable qu’utile, qui a fait oublier en un instant la rudesse de l’hiver aux plus vulnérables d’entre nous, recèle un autre bienfait, comme l’ont rappelé certains internautes : elle renoue avec la jolie tradition d’antan, quand il était de coutume, dans les écoles marocaines, qu’un instituteur accueille ses écoliers avec un cadeau déposé sur leur petit bureau.

Palestine : La police israélienne demande l’inculpation de Netanyahou pour corruption, fraude et abus de confiance.
Dans le collimateur de la police israélienne qui a recommandé mardi à la justice de l’inculper pour un beau palmarès crapuleux, fait de corruption, fraude et abus de confiance, Benyamin Netanyahou, le Premier ministre israélien et grand fossoyeur de la paix au Proche-Orient, clame son innocence, balayant d’un revers de main l’idée même de démissionner, avec l’arrogance qui le caractérise.
Dans un communiqué, la police a indiqué ce mardi “qu’il existait suffisamment de preuves contre le Premier ministre pour l’inculper pour avoir accepté des pots-de-vin, pour fraude et abus de confiance” dans deux affaires qui ont demandé deux ans d’enquête.
Lors d’une intervention télévisée, Benjamin Nétanyahou s’est enferré dans ses dénégations. “Notre gouvernement terminera son mandat et je suis sûr qu’aux prochaines élections (en novembre 2019) j’obtiendrai de nouveau votre confiance”, a-t-il martelé, les traits du visage crispés, en s’adressant aux Israéliens. “Ces recommandations n’ont aucune valeur juridique dans un pays démocratique”, a-t-il ajouté.
Dans le premier des deux scandales qui l’éclaboussent, le boucher de Gaza est soupçonné d’avoir reçu des des pots-de-vin sous forme de cadeaux – par exemple des cigares de luxe dont il raffole – de la part de riches personnalités comme James Packer, milliardaire australien, ou Arnon Milchan, producteur israélien à Hollywood.
La valeur totale de ces présents a été chiffrée par les médias à des dizaines de milliers de dollars.
La police considère également qu’il y a eu corruption dans le cadre d’un accord secret qu’il a tenté de conclure avec le propriétaire du Yediot Aharonot, Arnon Moses, pour une couverture favorable de la part de ce journal, le plus grand quotidien israélien payant. La police a recommandé l’inculpation de M. Moses pour corruption.
La décision de mettre officiellement en examen Benyamin Netanyahou, 68 ans, dépend maintenant du procureur général Avishaï Mandelblit, dont l’arbitrage ne sera rendu que d’ici à plusieurs semaines. A quand son inculpation pour crimes de guerre et contre l’humanité dans une Palestine illégalement occupée et opprimée dans le sang ?

Sur Mizane.info, rien de neuf.

Sur des domes et des minarets.fr, rien de neuf.

Sur tribune lecteurs.com, le journal d’algérie, voici les titres.

Djamel Kaouane, ministre de la Communication : « L’Etat ne se désengagera pas du soutien à la presse ».
Le ministre de la Communication, Djamel Kaouane, a affirmé hier à Alger que l’Etat ne se désengagera pas du soutien à la presse, soulignant que des aides seront dégagées à travers le Fonds d’aide à la presse qui est « en cours de constitution ». « L’Etat ne se désengagera pas de son soutien multiforme à la presse, impactée par la crise économique qui touche l’Algérie, à l’instar des autres pays dans le monde », a affirmé M. Kaouane qui s’exprimait sur les ondes de la Chaîne 3 la Radio nationale, relevant, toutefois, que la presse nationale « doit trouver les ressources nécessaires pour passer ce cap et se redéployer ». « Il s’agit d’un soutien indirect à travers la publicité institutionnelle et l’impression des journaux », a expliqué le ministre, faisant observer que « de bout en bout de la chaine, le papier et les intrants sont soutenus ». Il a ajouté que « d’une manière directe, il y aura des aides à travers le Fonds d’aide à la presse, qui est en cours de constitution », précisant que « sans ces formes de soutien direct ou indirect et sans le soutien de l’Etat, aucun média ne pourrait survivre à un marché très difficile ». Interrogé sur les dettes des titres de la presse nationale envers les sociétés d’impression publiques, le ministre a indiqué que ces dettes sont « très importantes », relevant au passage que le marché de la publicité « est en crise ». Selon M. Kaouane, les chiffres d’affaires de certains annonceurs ont chuté de plus de 60%, ce qui a eu des effets sur les médias, a-t-il relevé, estimant, à ce propos, que « le modèle économique de la presse algérienne doit être revu ». Dans le même sillage, il a fait remarquer que la loi sur la publicité « ne concerne pas uniquement le volume d’annonces destinés aux journaux, mais elle relève aussi d’une question de régulation, d’éthique et de contenu ».

Dégringolade du dinar, 2000 milliards du DA dans la nature, les réserves de change en baisse… : Le noir bilan des finances publiques.
La masse monétaire circulant dans l’économie jusqu’au 31 décembre 2017 était de 4780 milliards de dinars, a déclaré le gouverneur de la Banque de l’Algérie, Mohamed Loukal, hier en réponse aux questions des députés à propos de la présentation du rapport annuel 2016 relatif à l’évolution économique et monétaire en Algérie. Selon le gouverneur de la Banque d’Algérie sur les 4780 milliards de dinars » entre 1500 et 2000 milliards de dinars sont en dehors du circuit bancaire, thésaurisés chez les privés et/ou opérateurs économiques. D’où l’importance d’introduire cet argent dans le circuit bancaire « . Mohamed Loukal a aussi précisé que » la masse monétaire hors du circuit bancaire a connu une baisse de 105 milliards de dinars en un mois (décembre 2017) « . Il a expliqué cette baisse par l’instruction prise par la Banque d’Algérie, en octobre 2017, concernant la domiciliation bancaire des importations destinées à la vente en l’état. En outre, il a souligné » que le taux de change a connu une stabilité relative au deuxième semestre 2016 et au premier semestre de 2017 par rapport aux deux monnaies, le dollar et l’euro, 0.53% et 0.23% respectivement. A ce sujet le gouverneur de la Banque d’Algérie a assuré que » le dinar n’a pas été dévalué « . Les réserves de changes de l’Algérie ont connu une régression de 16,8 milliards de dollars au cours de l’année 2017, passant de 114,1 Mds de dollars en décembre 2016, à 97,3 Mds de dollars fin 2017, a indiqué hier le gouverneur de la banque d’Algérie Mohamed Loukal.Le gouverneur a dans ce sens, averti sur les capacités de la Banque d’Algérie de faire face aux chocs extérieurs, si la baisse continue sur ce rythme. Ainsi, compte tenu des perspectives de stabilité des prix des hydrocarbures à moyens terme à des niveaux proches de ceux actuels, et le déficit des comptes extérieurs, qui reste élevé, notamment celui des biens et services, » des efforts supplémentaires sont nécessaires pour diminuer la demande interne et améliorer l’offre locale de biens, et pour réduire l’érosion des réserves officielles » a exhorté l’intervenant.

Compatibilité de l’islam avec les valeurs de la société française : 56% des Français ont une opinion positive.
Au moment où la majorité des Français pense que l’islam est compatible avec les valeurs de la République, le devenir de l’islam en France occupe une fois de plus la scène du débat politique, notamment depuis l’annonce de la volonté du président Emmanuel Macron de réorganiser le culte. Dans un sondage effectué, les 2 et 3 février derniers, sur ce sujet, l’Institut français d’opinion publique (Ifop) a posé une nouvelle fois aux Français la question de la compatibilité de l’islam avec les valeurs de la société française. Pour 56 % des Français, la réponse était oui, contre 43% qui pensent l’inverse. En septembre 2016, 56% des sondés répondaient, au contraire, que l’islam était incompatible avec les valeurs de la société française (contre 44%). En effet, selon le JDD, le président français prépare une réorganisation » complète » du culte musulman en France, prévoyant la création de nouvelles instances représentatives des musulmans, l’élaboration d’un cadre pour le financement des lieux de culte et la collecte des dons et un programme de formation des imams. Mais en toile de fond à cette « restructuration » c’est sa volonté de « réduire l’influence des pays arabes », qui, selon le premier magistrat de l’Hexagone, à en croire le JDD, » empêche l’islam français d’entrer dans la modernité « . Depuis le rapport établi par le Sénat sur le financement du culte musulman, dans lequel il a donné des chiffres par pays, aucune solution n’a été trouvée par l’Etat français, piégé par sa laïcité, une barrière qui lui interdit de s’immiscer dans les affaires religieuses. Même la Fondation de l’islam de France, mise en place par François Hollande, semble se mouvoir sur un terrain défavorable, notamment par le choix d’un chrétien à sa tête en la personne de Jean-Pierre Chevènement. Ce que beaucoup de musulmans en France, soucieux de vivre leur religiosité comme leurs concitoyens chrétiens ou juifs, craignent qu’à travers cette » structuration » l’on se dirige vers une » déstructuration » de l’islam en France. D’abord, ils récusent l’appellation de » « l’islam de France « , de par l’universalité de cette religion monothéiste au même titre que le christianisme ou le judaïsme et du fit qu’il n’existe pas de christianisme ou de judaïsme de France.

La DGSN célèbre la journée nationale du chahid : La mémoire collective nationale mise en avant.
Le directeur Général de la sûreté nationale accorde un intérêt particulier à la préservation de la mémoire collective nationale, à travers l’organisation de plusieurs journées et rencontre historiques dans ce sens. En effet, hier à l’école de police Ali Tounsi , la DGSN a organisé une réunion historique intitulée : » le message du chahid ; un message de sécurité et de stabilité » , animée par Tayeb El Houari , secrétaire général de l’organisation nationale des fils de chouhada en présence des cadres parlementaires, des cadres du sénat, de la sûreté nationale et la société civile. La célébration de la Journée nationale du chahid qui coïncide au 18 février de chaque année est l’occasion de rappeler aux générations futures que l’Algérie d’aujourd’hui est le fruit des sacrifices de ceux qui ont résisté à l’invasion française. Dans son allocution, lue au nom du DGSN, le contrôleur de police,Aboubekeur Bouhamed a mis l’accent sur l’importance de cette journée nationale et historique pour entretenir la mémoire de tous ceux qui ont sacrifié leur vie pour une Algérie indépendante. Il a insisté égalementsr la fierté de l’Algérie d’avoir un passé glorieux qui constitue l’avenir d’une génération future. » Chacun de nous devra assumer ses responsabilités, en s’engageant à préserver la paix et la sécurité dans notre pays « . Le même responsable a fait savoir que la mémoire collective et nationale est primordiale pour assurer l’avenir de nouvelles générations. De son côté, le secrétaire général de l’Organisation nationale des enfants de chouhada (ONEC), Tayeb El Houari, a mis en avant la symbolique de la commémoration de cette journée en guise de reconnaissance aux sacrifices des martyrs. Il a souligné l’importance de préserver le legs des martyrs de la guerre de libération nationale et d’en tirer les enseignements pour assurer la sécurité et la stabilité du pays. » Le message du chahid a permis que notre Algérie reste sécurisée et très forte » a-t-il ajouté. Le conférencier a salué les efforts de la DGSN dans la préservation de la mémoire collective nationale de l’histoire de l’Algérie. » La création du forum de la mémoire de la sûreté nationale atteste l’intérêt accordé par la DGSN pour préserver la mémoire nationale des algériens. La DGSN entant qu’institution très forte et efficace est la seule à ancrer le principe du message du chahid . La DGSN est un exemple de persévérance de professionnalisme » a-t-il souligné.

Sur le muslim post.com, voici les titres.

Un « nouveau concordat » pour l’Islam, la fausse bonne idée ?
C’est l’idée qui ressort tous les ans. A l’été 2016, Gérald Darmanin, alors maire Les Républicains de Tourcoing, Jean-François Copé ou encore Benoist Apparu évoquait la possibilité de mettre en place un concordat vis-à-vis de l’Islam, comme ce qui se fait actuellement avec plusieurs religions en Alsace-Moselle. Au moment de l’attentat à Saint-Etienne-du-Rouvray, le ministre de l’Intérieur de l’époque, Bernard Cazeneuve, avait alors déclaré : « Tout en gardant mes principes républicains, je m’interroge sur l’usage vis-à-vis de l’Islam d’un concordat tel que celui en vigueur en Alsace-Moselle ». En envisageant ce concordat, Bernard Cazeneuve entendait, disait-il, « arrêter de se faire instrumentaliser par la droite sur la question de l’Islam. »
Qu’impliquerait un concordat ?
Historiquement, le Concordat a été promulgué par Napoléon pour, entre autres, encadrer le judaïsme en 1807. S’il s’agit officiellement « de créer les conditions d’une concorde, c’est-à-dire d’une paix durable » entre religion et République, l’idée était surtout de contrôler le judaïsme français en le centralisant et en le hiérarchisant grâce à la mise en place du Consistoire. Or, les musulmans, eux, n’ont pas d’organisation centralisée et hiérarchisée. Certes, le Conseil français du culte musulman (CFCM), mis en place par Nicolas Sarkozy, devait jouer ce rôle. Mais on en est encore loin.
La loi de 1905 ne permet aujourd’hui pas officiellement à l’Etat français de gérer le financement des lieux de culte. Les dirigeants favorables au concordat estiment que ce dernier permettrait d’éloigner le culte musulman des influences extérieures. Jean-François Copé expliquait par exemple qu’il fallait « créer un institut de formation des imams, consacrer la reconnaissance de la communauté musulmane française dans les cimetières, poser le principe d’un programme de construction de lieux de culte musulmans (…) dont le financement serait assuré par un fonds, géré par la Caisse des dépôts et alimenté par les dons des musulmans de France. »
Les sénateurs contre un concordat.
Le concordat, s’il allait dans ce sens, serait « donnant-donnant », proposait Jean-François Copé il y a deux ans. En contrepartie, les instances dirigeantes de l’Islam devraient, insistait-il, s’engager à « défendre les règles républicaines. » Pour Copé, cela implique le fait d’accepter d’interdire le voile ou de réaliser des prêches en français. Un rapport des sénateurs estimait pour sa part qu’il ne fallait pas revenir sur la loi de 1905. C’est également l’avis de Rachid Benzine suite aux propositions faites par l’institut Montaigne à l’équipe de campagne du candidat Macron en fin d’année dernière. L’institut proposait alors, dans un mail envoyé à l’équipe d’Emmanuel Macron, l’extension du « concordat à l’Islam en Alsace-Moselle afin d’assurer la formation des cadres religieux musulmans en France. » L’islamologue Benzine estimait alors qu’un débat sur le concordat amènerait à la disparition de cette « anomalie » alsacienne qui n’est, aujourd’hui, qu’un « héritage de l’histoire. »
Emmanuel Macron a repris cette idée à son compte en évoquant la possibilité de mettre en pace « un nouveau Concordat. » Ces derniers jours, plusieurs personnalités politiques se sont positionnées pour un concordat généralisé en France. Jean-Christophe Lagarde, patron de l’UDI, estime que cela peut « permettre à l’Islam de s’organiser. » Seulement, nous ne sommes plus en 1801, date à laquelle le concordat a été créé en Alsace-Lorraine. Enfin, mettre en place cette mesure simplement pour les besoins d’un culte, en l’occurrence l’Islam, stigmatiserait encor plus une population qui n’en a pas besoin. Imaginez par exemple des imams salariés par la République… On serait loin de l’esprit de la loi de 1905. Mais en parlant de « nouveau concordat », Emmanuel Macron a certainement une autre idée en tête : il compte certainement sur l’un de ses proches, Hakim El Karoui, pour lui souffler quelques nouvelles idées qui permettraient à l’Etat de gérer, sans avoir à demander à la communauté musulmane, l’Islam en France.

Emmanuel Macron doit-il engager une réforme de l’Islam?
Dans le Journal du dimanche, Emmanuel Macron a indiqué vouloir « poser les jalons de toute l’organisation de l’Islam de France. » S’il veut engager ce chantier lors du « premier semestre 2018 », le président est resté flou sur ce qu’il fera concrètement. Il a annoncé qu’il continuera « à consulter beaucoup. » « Ma méthode pour progresser sur ce sujet, c’est d’avancer touche par touche, indique le chef de l’Etat. Je ne dévoilerai une proposition que quand le travail sera abouti. »
« Nous sommes assez grands pour prendre notre destin en mains »
Une annonce qui a donné lieu à de nombreuses réactions. Ahmet Ogras, président du CFCM, a indiqué sur le plateau de CNEWS que « la réforme de l’Islam de France n’est pas seulement une ambition du président » et que « c’est avant tout l’ambition des musulmans de France et du CFCM. » Selon lui, « le chef de l’Etat a simplement un rôle de facilitateur dans un pays laïque. » Une façon de dire à Emmanuel Macron de ne pas se mêler d’une réorganisation de l’Islam en France ? « Nous sommes confiants et assez grands pour prendre notre destin en mains. Laissons le temps aux musulmans de débattre en interne », exhorte le patron du Conseil français du culte musulman, qui estime cependant que « l’engagement d’Emmanuel Macron devrait faciliter ce grand saut, même si les grands débats devront se faire en interne, entre les musulmans de France. »
« Tirer des leçons de cet échec qui a fini par désespérer les musulmans de France ».
De leur côté, Kamel Kabtane et Azzedine Gaci, respectivement recteurs des mosquées de Lyon et de Villeurbanne, publient un communiqué dans lequel ils écrivent que l’initiative lancée par le président de la République les « réjouit. » Les deux hommes critiquent le CFCM : « Tout le monde se pose des questions sur le rôle de cette instance qui ne peut se prévaloir d’aucune grande réalisation », estiment-ils. Eux veulent « dresser le bilan d’une décennie mouvementée et de tirer des leçons de cet échec qui a fini par désespérer les musulmans de France et les éloigner progressivement de cette structure. » Kamel Kabtane et Azzedine Gaci estiment que « les responsables du CFCM et des CRCM ont laissé s’installer au sein de la communauté musulmane, et en particulier les jeunes, le sentiment selon lequel, ils ne seraient que des gestionnaires intéressés du culte musulman et les ambassadeurs d’intérêts étrangers. »
« Sortir de l’immobilisme ».
Pour les recteurs des mosquées de la région lyonnaise, « la structure de représentation des musulmans de France, doit émerger d’eux-mêmes, d’en bas, au niveau départemental. » « Quoi de mieux que le département où les différentes associations cultuelles et culturelles qui se connaissent pourraient travailler ensemble, réfléchir ensemble et avancer ensemble autour de projets communs dans une structure représentative des musulmans du département et échapper ainsi à toute emprise des pays d’origine ? », demandent-ils. Ils en appellent également à la création d’un Conseil théologique des imams qui « leur donnera l’occasion de s’exprimer publiquement et de manière indépendante pour apporter la voix qui manque tant, aux instances représentatives actuelles. » Pour Kamel Kabtane et Azzedine Gaci, il faut « sortir de l’immobilisme » et « faire émerger une représentation fondée non pas sur l’origine nationale mais sur la compétence des individus qui la composent et la qualité des projets qu’ils entendent porter. »

Tariq Ramadan : son état de santé alarme son épouse.
Dans une intervention filmée, l’épouse de Tariq Ramadan revient pour la première fois sur l’incarcération de son mari. L’occasion de parler de l’affaire judiciaire sur le fond, mais également sur la forme.
Tariq Ramadan « ne bénéficie pas d’un traitement juste et digne »
Jeudi, la justice décidera, en appel, si Tariq Ramadan reste incarcéré en attendant son procès. Iman Ramadan, épouse du Suisse, indique qu’elle « croit fondamentalement en son innocence. » Elle en appelle au droit : son mari, rappelle-t-elle, est présumé innocent. Iman Ramadan dénonce surtout du traitement médiatique de l’affaire : Tariq Ramadan, dit-elle, « ne bénéficie pas d’un traitement juste et digne. » Le professeur a été, ajoute-t-elle, « désigné coupable » sans avoir eu droit à un procès.
« Quand on souffre d’une maladie et qu’on ne peut pas bénéficier du traitement adéquat, cela atteint le mental »
« Le portrait qu’on fait de mon mari ne correspond absolument à rien de ce qu’on connaît de lui, de ce que je connais de lui, de ce que sa famille connaît de lui », assure Iman Ramadan qui ajoute que son mari est « un homme fondamentalement droit. » Elle réclame sa remise en liberté, afin qu’il puisse assurer sa défense « sereinement. »
Mais Iman Ramadan profite surtout de cette vidéo pour alterter sur une « maladie chronique sévère » dont souffre Tariq Ramadan. Elle affirme qu’il ne peut avoir accès, en prison, à son traitement. « Quand on souffre d’une maladie et qu’on ne peut pas bénéficier du traitement adéquat, cela atteint le mental », affirme l’épouse de Tariq Ramadan qui se dit « alarmée » par l’état de son époux.

Sur agence media palestine.fr, rien de neuf.

####### Aujourd’hui en Palestine #######

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

Une délégation du Hamas rencontre le ministre égyptien du renseignement
.
Un membre du bureau politique du Hamas, Khalil al-Hayya, a déclaré que la délégation du Mouvement au Caire avait rencontré le ministre égyptien du renseignement, Abbas Kamel, pour discuter de diverses questions.
.
Les forces de l’Autorité Palestinienne arrêtent 3 palestiniens pour affiliation politique
.
Un jeune homme de Jérusalem agressé et blessé par des colons
.
Une énorme grue de construction installée sur la place d’Al-Buraq
.
« La Marche du retour » fera échouer la déclaration de Trump et la « patrie alternative »
.
La Turquie rejette des accusations de l’occupation sur les liens de l’un de ses ressortissants avec une cellule du Hamas
.
Badran: Les jeunes palestiniens résistent face aux crimes israéliens
.
Netanyahou inculpé officiellement pour corruption
.
Liebermann loue la coordination de sécurité avec l’Autorité Palestinienne
.
Les colons sionistes attaquent la ville d’Asira al-Qiblia
.
Les forces israéliennes arrêtent 18 palestiniens en Cisjordanie et à Jérusalem
.
L’occupation ferme les entrées de 3 villages à Salfit
.
Les renseignements de l’Autorité Palestinienne prend d’assaut la maison de la fille d’Aziz Dweik
.
Jarrar quitte les cellules de détention israéliennes pour l’hôpital
.
Naplouse : plusieurs blessés lors des affrontements à Salem
.
Hamas: Le gouvernement doit lever les sanctions de Gaza ou se retirer
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information
LES TAGS
#flashinfo #journal #quotidien #information #presse #attentat #daesh #étatislamique #isis #tv #radio #article #islam #news #musulman #coran #sourate #croyance #islamophobie #ccif #islamophobe #cri #ldj #ldjm #gaza #palestine #ouighours #immigration #fn #israel #valls #hollande #terroriste #racisme #nazisme #Rohingyas #tartar #réfugier #migrant #hindoue #hindou #cpi #CentrePalestinienD’Information #sif #secoursislamique #mouslimradio #tunein #Hui

flash info,journal,quotidien,information,presse,attentat,daesh,état islamique,isis,tv,radio,article,islam,news,musulman,coran,sourate,croyance,islamophobie,ccif,islamophobe,cri,ldj,ldjm,gaza,palestine,ouighours,immigration,israel,valls,hollande,terroriste,racisme,nazisme,Rohingyas,tartar,réfugier,migrant,hindoue,hindou,cpi,Centre Palestinien D’Information,sif,secours islamique,mouslimradio,Chams,tunein,life,ajib,katibin,oumma,saphirnews,mizane,jdm,journal du musulman,islam,info,Autorité Palestinienne,hamas,Hébron,Cisjordanie,Haaretz,Aquaboulevard,algérie,maroc,tunisie,maghreb,+972,Agence Media Palestine,Electronic Intifada,Ouïgours,Mintpress,MiddleEastEye

Laisser un commentaire