MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 18 Rabi al Thani 1439.

Flash info du 18 Rabi al Thani 1439.

Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein sur www.tunein.com, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.

AJIB.FRkatibin.frjournaldumusulman.frislametinfo.fr
saphirnews.comoumma.comdesdomesetdesminarets.frC P I, Centre Palestinien D'Information
www.mizane.infowww.actualiteislamiquedebelgique.comwww.agencemediapalestine.frhttp://www.tribunelecteurs.com/
https://lemuslimpost.com/

Sur Ajib.fr, voici les titres.

Appelez les gens à l’Islam de la meilleure façon.
Ibnou Hibbân a rapporté dans son SaHîH d’après Abôu Dharr, que Allâh l’agrée, qu’il a dit :Retour ligne automatique
« Mon Bien-aimé [MouHammad] m’a recommandé des comportements de bien. Il m’a recommandé de regarder celui qui a moins que moi et de ne pas regarder celui qui a plus que moi. Il m’a recommandé d’aimer les pauvres, de me rapprocher d’eux, et il m’a recommandé de dire la vérité même si elle est amère. Il m’a recommandé de maintenir les liens avec les gens de ma famille proche même s’ils ont pris des distances. ) »
Le bon comportement fait partie des obligations du musulman qui se doit d’emboîter les pas du Prophète (sallAllahou ’alayhi wa salam).Retour ligne automatique
‘Aïcha que Allah l’agrée a dit dans la description du Prophète (sallAllahou ’alayhi wa salam) : « Il n’était pas vulgaire, il n’était pas indécent, il n’était pas de ceux qui levaient la voix dans les marchés et il ne répondait pas au mauvais acte par un mauvais acte mais il pardonnait » .Retour ligne automatique
Le messager de Allâh (sallAllahou ’alayhi wa salam) a dit : « Dieu accorde à ce qui est fait avec douceur ce qu’il n’accorde pas à ce qui est fait avec violence », [rapporté par Mouslim].Retour ligne automatique
Le Prophète (sallAllahou ’alayhi wa salam) nous enjoint de faire preuve de modestie, de ne pas être hautains face aux musulmans et non-musulmans. Donner une belle image de l’Islam et des musulmans afin d’éviter d’apporter de l’eau au moulin de nos détracteurs qui souhaitent noircir les cœurs par de fausses paroles.
Quel est donc le bon comportement avec lequel nous devons nous embellir ? Qu’est-ce qu’a dit `Abdou l-Lâh Ibnou Moubârak dans la description du bon comportement ? Il a dit : « C’est d’avoir les traits du visage souriants, de prodiguer du bien et de ne point nuire ».Retour ligne automatique
Une mission qui sera facilité en gardant en mémoire tous les bienfaits que Allah nous a accordés. Concernant les choses de ce bas-monde, portons notre regard sur ceux qui ont moins d’argent que nous, qui n’ont pas d’enfants, qui font face à plus d’épreuves, qui ont une maladie grave.Retour ligne automatique
Ceux qui ne se satisfont pas des bienfaits d’Allah vont œuvrer dans l’interdit pour obtenir plus de biens.
Notre Prophète (sallAllahou ’alayhi wa salam) recommande de maintenir les liens avec ses proches même si ceux-ci ont pris leurs distances, car casser ce lien peut entraîner la dislocation de la communauté, en briser les liens fraternels que Allah ta’ala nous a incité de maintenir.Retour ligne automatique
Il convient de faire preuve de patience et d’indulgence envers les autres en encourageant à garder le bon chemin. Car la règle de base en Islam est la suivante : aider au bien est un bien et aider au péché est un péché donc aider à la mécréance est un mécréance.Retour ligne automatique
Allâh ta`âlâ dit : « Aidez-vous pour le bien et la piété et ne vous aider pas pour le péché et l’injustice » [sôurat al-mâ’idah ‘âyah 2].
Le bon comportement est un élément essentiel de l’Islam et un mauvais comportement condamnera irrémédiablement l’Islam à l’échec et reflétera une image négative aux yeux de tous.Retour ligne automatique
« Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon . » (Sourate 16 ‘An-Nahl’ Ayah 125).

Sur Katibin.fr, rien de neuf.

Sur journal du musulman.fr, rien de neuf.

Sur islam et info.fr, rien de neuf.

Sur saphirnews.com, voici les titres.

Un faux héros de l’attentat de Manchester admet avoir volé des victimes au sol.
La vérité finit toujours par éclater, tôt ou tard, et c’est ce qui est arrivé à Chris Parker. Ce SDF britannique, épinglé au rang de héros après l’attentat de Manchester en mai 2017, a admis, mercredi 3 janvier devant la justice, avoir volé des victimes au sol.
Alors que la Grande-Bretagne était sous le coup de l’émotion, Chris Parker avait déclaré avoir secouru des personnes blessées par l’attentat survenu en plein concert. Il avait même affirmé qu’une femme avait rendu son dernier souffle dans ses bras.
« J’ai vu une petite fille…. elle n’avait plus de jambes. Je l’ai enveloppée dans un T-shirt et je lui ai demandé « où est ta maman et ton papa ? » Elle a répondu : « Mon papa est au travail et ma maman est là-haut » », racontait-il aussi à l’AP.
Très vite, une campagne de crowdfunding sur GoFundMe avait été lancée afin d’aider Chris Parker à sortir de la rue. Plus de 52 000 livres sterling (près de 60 000 euros) avaient alors été récoltés grâce à quelque 4 000 personnes touchées par son histoire.
Les caméras de surveillance, dont le contenu a été récemment dévoilé, disent autre chose. On y voit le SDF profiter du mauvais état de victimes pour faire leurs poches, sans se soucier de leur sort. Au moins deux femmes ont été victimes de ses agissements. Pour la justice, il a apporté une aide « très limitée » aux victimes mais en a surtout profité pour tirer avantage d’elles et commettre des vols.
Chris Parker, qui a plaidé coupable des chefs d’inculpation de vol et de fraude devant un tribunal de Manchester, a reconnu avoir volé le téléphone d’une victime ainsi que le sac et le portefeuille d’une mère de famille blessée, dont la fille de 14 ans était en train de mourir non loin d’elle. Il a d’ailleurs utilisé la carte bancaire peu après dans un fast-food de la ville.
Le verdict sera rendu le 30 janvier. Il a tout de même été placé en détention. Des donateurs, horrifiés par l’acte de Chris Parker, ont réclamé le remboursement de leurs dons. S’estimant flouée, l’une des personnes à l’origine de la campagne financière en faveur de Chris Parker a estimé auprès de The Independent que l’argent devrait être intégralement rendu aux donateurs. Par chance, les sommes récoltées n’ont jamais été versés au sans-abri.

Nigéria : un attentat contre une mosquée fait 14 morts.
Boko Haram continue de faire couler le sang au Nigéria. Un attentat-suicide contre une mosquée de Gamboru, située près de la frontière avec le Cameroun, a été perpétré mercredi 3 janvier, peu avant la première prière du matin.
L’attaque, attribuée au groupe terroriste, a fait au moins 14 morts et le bilan humain pourrait s’alourdir en découvrant d’éventuels autres corps sous les décombres du lieu de culte, qui a totalement détruit.
Abubakar Shekau, https://www.saphirnews.com/De-l-usage-du-takfir-la-controverse-de-Boko-Haram-avec-l-Etat-Islamique-en-Afrique-de-l-Ouest_a23073.html le chef historique du groupe terroriste a revendiqué l’attentat ainsi que d’autres attaques récentes à Damboa, à Gamboru et à Maiduguri.
Pour ses vœux du Nouvel an, le président nigérian Muhammadu Buhari a indiqué, lundi 1er janvier, que Boko Haram avait été « vaincu ». Le groupe terroriste continue pourtant de sévir dans le pays. Selon l’UNICEF, Boko Haram a forcé au moins 135 enfants à mener des attentats-suicides au Nigeria et au Cameroun, soit près de cinq fois plus qu’en 2016.

France : Des tags antisémites retrouvées devant des commerces de Créteil.
Des croix gammées ont été découvertes, dans la matinée du mercredi 3 janvier, sur la devanture de deux magasins vendant du casher, HyperCacher (à ne pas confondre avec celui de Vincennes, visé par l’attentat de janvier 2015) et Promo & Destock, de Créteil, dans le Val-de-Marne.
« Quand je suis arrivé, il y avait trois croix sur mes grilles et deux sur celles du voisin. C’était choquant », a fait part au Parisien le gérant de l’Hypercacher, qui indique que c’est la première fois qu’un tel acte se produit depuis son installation en 2009.
« Certains veulent créer des polémiques, ou importer le conflit israélo-palestinien. Ce que je constate, c’est que les communautés cohabitent très bien à Créteil. Je suis moi-même musulman et je vends du casher ici depuis bientôt dix ans », signale pour sa part le gérant de Promo & Destock.
Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb s’est exprimé « avec une profonde indignation » pour condamner « fermement » ces actes antisémites dans un communiqué, qui signale également des inscriptions antisémites sur la porte d’accès d’un immeuble du 14e arrondissement de Paris « dans lequel habitent des personnes de confession juive, directement visées ».
Il a adressé « son soutien aux résidents visés par cette attaque ainsi qu’à la communauté juive de France » et a appelé à ce que « que tout soit mis en œuvre pour identifier les auteurs afin qu’ils aient à en rendre compte devant la justice ».

Sur oumma.com, voici les titres, rien de neuf.

TV française: le débat sur l’islam et les musulmans au ras des pâquerettes !
En l’espace de deux décennies, le débat sur l’islam et les musulmans a atteint le niveau zéro, faisant les heures indigentes, propagandistes et pitoyables du petit écran.
Si autrefois, nous prenions plaisir à regarder les prestations d’islamologues de renom, arabisants distingués et dotés d’une immense culture, qui avaient en commun d’avoir consacré leur vie à la recherche, tels J. Berque, L. Massignon Eva de Vitray-Meyerovitch, M. Arkoun, il n’en va pas de même aujourd’hui…
A leur place, c’est un ramassis de propagandistes haineux, d’incultes, d’opportunistes, de carriéristes insignifiants intellectuellement, de marionnettes minables dont l’insondable bêtise fait injure aux citoyens français, d’experts autoproclamés de l’islam brillant par leur méconnaissance crasse du Texte, qui s’invitent dans les foyers en se donnant tristement en spectacle dans la vaste farce médiatique.
Loin de l’érudition et de l’éloquence admirables des grands intellectuels d’hier, qui avaient l’art d’élever le niveau du débat sur l’islam en révélant son vrai visage, les Zemmour, Finkielkraut, Chalghoumi ou encore Lydia Guirous, pour ne citer que ceux-là, ne savent qu’éructer de rage, semer la confusion dans les esprits, attiser l’islamophobie, ânonner de manière inintelligible ce qu’ils ont appris par cœur, et faire trembler dans les chaumières en prédisant l’apocalypse liée au péril vert. Cette vidéo montre l’écart vertigineux entre les débats d’hier et ceux d’aujourd’hui.
reportage a voir sur oumma.com.

Algérie : Alger : la violente répression contre une grève de médecins soulève l’indignation générale.
Une violente répression policière a fait plusieurs blessés graves à Alger, après avoir usé de la manière forte pour briser un sit-in observé par des médecins algériens au Centre hospitalo-universitaire (CHU) Mustapha Pacha, et contrecarrer leur marche protestataire contre leurs conditions de travail difficiles, affectés dans des régions isolées, sans considération aucune pour leur situation familiale.
Ces contestataires en blouse blanche souhaitaient « faire entendre leur voix » auprès des différents départements ministériels directement concernés par leurs récriminations, avec une détermination d’autant plus grande que la rencontre, mercredi dernier, entre leurs représentants et le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui, s’est soldée par un échec.
Dénoncée vigoureusement par le Collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA), par le syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP) et des partis politiques, dont le RCD et le FFS, cette démonstration de force désastreuse des forces anti-émeutes a été largement relayée sur les réseaux sociaux, où les images des médecins grévistes, le visage et la tête en sang, ont créé un vif émoi.
Des « blessures graves au niveau de la tête », dont des « traumatismes crâniens majeurs » et des « fractures diverses » ont soulevé l’indignation de plusieurs autres syndicats, praticiens de la santé exerçant dans différentes wilayas, ainsi que de nombreux responsables de partis politiques. Le bureau régional du CAMRA a même appelé à un sit-in dans la wilaya d’Oran, pour « rendre justice à tous ces blessés ».
Les images de ces médecins algériens tabassés sans retenue et se retrouvant aux urgences ont provoqué une forte onde de choc émotionnel, notamment au sein du syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP) qui a exprimé sa « profonde inquiétude », accusant les autorités publiques « d’entretenir les conflits ». Le « sang qui a coulé aujourd’hui et entaché les blouses blanches est celui de tous les médecins algériens », se sont émus ses responsables, avant de déplorer vivement une « image honteuse de trop », un « dépassement intolérable et non justifié ».
De son côté, le syndicat national des enseignants chercheurs hospitalo-universitaires s’est dit « choqué par les brutalités policières » dont ont été victimes les médecins résidents, appelant les autorités à ce que le dialogue l’emporte sur la violence. Une violence contre le corps médical qui, pour beaucoup, représente une tache de honte sur le drapeau.
Dans un communiqué publié suite à cette répression, le CAMRA avait menacé de « suspendre le service minimum, y compris les services de gardes et des urgences », après l’arrestation de plusieurs grévistes. Ses responsables se sont finalement ravisés à l’annonce de la relaxe des 7 praticiens concernés, exigeant aussitôt de « rencontrer les hautes autorités ».
C’est désormais chose faite. A l’issue de leur réunion avec le ministre Mokhtar Hasbellaoui, ce dernier a indiqué que « les revendications des médecins résidents pour l’amélioration de leurs conditions de travail avaient été prises en compte, à travers la mise en place de mesures incitatives dans le cadre des lois en vigueur ». Peut-être faut-il y voir une sortie de crise qui se dessine dans la douleur…

Honteux : Les pays arabes figurent dans le classement mondial de la consommation d’alcool.
Proscrite par l’islam, rigoureusement interdite par les contrées musulmanes les plus conservatrices et faisant l’objet de réglementations très strictes dans celles qui le sont moins, c’est peu dire que l’on n’attendait pas les pays arabo-musulmans en général, et l’Arabie saoudite en particulier, dans le classement de la consommation d’alcool établi par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
Et pourtant, selon un état des lieux dressé en 2014, des effluves alcoolisées enivrantes s’échappent bel et bien de cette région du monde, sans doute sous le manteau, et contre toute attente, le royaume wahhabite, aussi rigoriste soit-il, se classe 5ème dans une hiérarchisation par ordre croissant.
Selon le rapport de l’OMS, l’homme moyen âgé de 15 ans ou plus consomme 6,2 litres d’alcool pur par an. Si l’on considère que moins de 40% de la population mondiale consomme effectivement de l’alcool, cela signifie que le buveur moyen consomme environ 17 litres par an.
A la lueur de ces chiffres, il est intéressant d’observer que si la plupart des pays arabes se situent nettement en dessous de la moyenne internationale, les buveurs recensés dans plusieurs d’entre eux se démarquent toutefois en frôlant cette même moyenne, voire en la faisant exploser… Un paradoxe pour le moins saisissant.
reportage a voir sur oumma.com.

France : Non conviée à la cérémonie des vœux du Président de la République, la Grande Mosquée de Paris se retire du CFCM.
C’est parce qu’elle n’a pas été conviée à la traditionnelle cérémonie des vœux du Président de la République aux autorités religieuses, à l’occasion du Nouvel An, que la Grande Mosquée de Paris a annoncé dans un communiqué (voir ci-dessous) son retrait “de toutes les instances du CFCM” et sa décision “de ne plus participer à toute initiative émanant des pouvoirs publics sur l’organisation du culte musulman”. Cette “mise à l’écart” a été qualifiée par la Grande Mosquée de Paris “d’injuste et inexplicable“.
La Grande Mosquée de Paris s’étonne que son Recteur n’ait pas été convié à la traditionnelle cérémonie des vœux du Président de la République aux autorités religieuses, à l’occasion du Nouvel An.
Il est surprenant que l’institution religieuse musulmane la plus emblématique de France, fruit d’une loi d’État pour manifester la reconnaissance de la Nation aux milliers de soldats musulmans morts pour la France durant la Première guerre mondiale, soit ainsi marginalisée voire ostracisée.
La Grande Mosquée de Paris, gardienne vigilante de l’islam du juste milieu depuis sa création en 1926, s’est résolument et activement engagée, malgré les hostilités et les risques encourus, pour l’intégration harmonieuse des citoyens de confession musulmane dans la République et pour leur dignité.
L’édification de l’islam de France, que l’État appelle de tous ses vœux, ne peut raisonnablement se faire sans la participation active et responsable de la Grande Mosquée de Paris qui a notamment contribué à la fondation et à la pérennisation du Conseil français du culte musulman (CFCM) en ne négligeant aucune sensibilité de l’islam en France.
Prenant acte de cette injuste et inexplicable mise à l’écart, la Grande Mosquée de Paris décide, par conséquent, de se retirer de toutes les instances du CFCM et de ne plus participer à toute initiative émanant des pouvoirs publics sur l’organisation du culte musulman.
Dr Dalil BOUBAKEUR.
Recteur de l’Institut Musulman
de la Grande Mosquée de Paris.

L’Iran annonce la fin de la “sédition”.
En Iran, des milliers de personnes ont défilé dans une dizaine de villes. Objectif, soutenir le régime et condamner les “troubles” qui agitent le pays depuis près d’une semaine. Le mouvement de protestation, appelé “troubles” est appuyé par Washington, selon Téhéran, et Donald Trump enfonce le clou dans un tweet : “Tellement de respect pour les Iraniens qui essayent de reprendre le contrôle sur leur gouvernement corrompu. Vous verrez en temps venu un grand soutien des Etats-Unis! ” D’autres manifestations sont prévues jeudi à Ispahan et Mashhad pour soutenir le pouvoir et condamner les violences des derniers jours. Les manifestants d’aujourd’hui crient leur soutien à leur guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei. Un peu plus tard, le chef des Gardiens de la révolution annonce “la fin de la sédition”.
reportage a voir sur oumma.com.

Sur Mizane.info, voici les titres.

Quand Facebook sous-traite la répression israélienne.
Mark Zuckerberg, le créateur de Facebook, en présence de l’ancien président israélien décédé, Shimon Perès.
Le géant des réseaux sociaux aurait rencontré en septembre 2016 les autorités israéliennes qui sollicitaient une politique de fermeture des comptes de militants palestiniens au prétexte de lutter contre la violence. Un message qui semble avoir été entendu. Zoom.
« Une délégation de Facebook et le gouvernement israélien se sont rencontrés en septembre 2016. L’objectif de cette entrevue : pousser Facebook et les autres réseaux sociaux à censurer les posts incitant à la violence, et avant tout ceux des activistes palestiniens qui protestent contre l’occupation israélienne illégale depuis plusieurs décennies. » Révélée par The Guardian et The Intercept et relayée en France par le Muslim Post, l’information vient confirmer ce que beaucoup d’internautes avaient pu remarquer : les accointances manifestes entre Facebook et les autorités israéliennes, le premier ayant accepté de sous-traiter la censure répressive demandé par Tel Aviv. Dans les faits, cette collaboration s’est traduite par la fermeture nombreuse de comptes de militants ou d’organisation, politique ou informative, pro-palestinienne quand ceux d’internautes israéliens appelant au meurtre ou à la violence de Palestiniens étaient tolérés.
La ministre israélienne de la Justice, Ayelet Shaked, aurait elle-même reconnu avoir soumis 158 demandes à Facebook de fermeture. 95 % d’entre elles ont été validées.
Un simple message de résistance à l’occupation ou aux crimes commis par les soldats israéliens est assimilé à un appel à la violence justifiant la fermeture du compte. Selon les sources précédemment citées, la ministre israélienne de la Justice, Ayelet Shaked, aurait elle-même reconnu avoir soumis 158 demandes à Facebook de fermeture. 95 % d’entre elles ont été validées. D’après le Centre palestinien pour le développement et les libertés des médias (MADA), une vingtaine de comptes de journalistes, de militants ainsi que plusieurs pages ont été fermées. « Israël ne veut pas que l’histoire palestinienne des violations commises dans les territoires occupés atteigne une audience mondiale », a déclaré sur Al Jazeera, Musa Rimawi, le directeur du MADA, cité par le Muslim Post. On apprend également qu’une division militaire israélienne du renseignement a été affecté à la surveillance de ces comptes et de l’activité des réseaux pro-palestiniens.

Sur des domes et des minarets.fr, voici les titres, rien de neuf.

Boukhara, cité d’islam.
Située sur la route de la soie en Ouzbékistan, Boukhara est avec ses plus de 2 000 ans l’une des plus vieilles cités du monde. Carrefour commercial sous les perses, elle devient au après conquête par les musulmans l’une des cités les plus reconnues de la civilisation islamique.
Avant que la ville ne s’islamise, Boukhara est d’abord prise par Ubayd Allah ibn Ziyad, gouverneur du Khorasan (vaste région d’Asie centrale) qui un peu plus de 50 ans après le début de l’Hégire (sous le règne de Mu’awiya) soumet la cité la laissant à son chef contre capitation. Mais le pouvoir califale ne se consolide sur Boukhara que sous al Walid ibn Abd al Malik devenu calife en 86 de l’Hégire (705). À ce moment, le fameux gouverneur de l’Iraq, al Hajjaj ibn Yusuf, place à la tête du Khorasan Qutayba ibn Muslim, à qui il est ordonné de reprendre Boukhara à son gouverneur. C’est chose faite en 91H (710). Boukhara tombée, l’autorité ommeyade y place un nommé Tougchada, un local qui se fera plus tard musulman. Qutayba y fait bâtir une première mosquée. Des premiers locaux se convertissent, l’islam se fait sa place.
De 261H à 389H (875-999), la ville devient la capitale de la dynastie persane vassale des Abbassides : les Samanides. La ville se développe sur tous les plans avant d’être prise par les Karakhanides, peuple turc et musulman (lointains cousins des Ouighours) détenteur d’un vaste royaume s’étendant là jusqu’à la Mongolie. Le Dar al Islam en plein trouble, la ville tombe en 635H (1238) dans les mains du conquérant du moment : Gengis Khan. Si l’homme y fait raser la ville et tuer ses gens, quelques édifices résistent à sa fougue, dont le minaret de Kalian. Subjugué par le bâtiment, il n’en touchera pas une brique. Descendant de Gengis Khan, Tamerlan fait plus tard rattacher la cité à son empire. Les Timourides suivants (l’astronome Ulugh Bek en sera l’un des plus fameux émirs) délaissent cependant la ville au profit de Samarkand. En 912H (1506), la dynastie des Chaybanides reprend Boukhara. Moins d’un siècle après, elle redevient un centre politique fort en étant la capitale du Khanat de Boukhara. Ce dernier va durer jusqu’en 1338H (1920), passant un temps sous tutelle perse. Cependant, la ville va peu à peu descendre du pied d’estale qui fut le sien, elle passe même sous protectorat russe en 1285H (1868) avant d’être finalement conquise par l’Armée rouge en 1338H (1920).
Au-delà de son prestige politique et de son activité économique longtemps florissante, Boukhara sera la cité de bien des hommes de sciences au cours de ses beaux siècles. Entre autres citons l’imam Ishaq ibn Rahawih et le poète Rudaki. Ibn Sina (Avicenne) ainsi qu’al Biruni naîtront pas loin et y vivront. Le premier est entre autre connu pour son Canon de la médecine, étudié alors dans les principales universités européennes ; al Biruni sera lui l’un des encyclopédistes majeurs du Moyen âge, excellant tant en physique qu’en pharmacopée. Mais le plus emblématique des doctes de Boukhara restera bien l’imam al Bukhari qui réalisera le recueil de hadiths le plus reconnu de l’Histoire.
Ce qui fait aussi la renommée de Boukhara, ce sont ses innombrables édifices. On en compte plus de 140 (les autres détruits lors de combats). Sous les Karakhanides fut entre autre édifié le minaret de Kalian cité plus haut, haut de 48 mètres et large de 9 mètres au sol, ayant longtemps servi tant à faire l’adhan qu’à y jeter de son sommet certains condamnés. Est au 12ème siècle chrétien aussi bâtie la mosquée Magoki Attari. Faites sur un ancien temple idolâtre, elle est aujourd’hui la plus ancienne mosquée d’Asie centrale encore debout. Aux Chaybanides on doit les ensembles de Poi-Kalyan et de Lyabi-Khauz, les madrasa Kosh et Gaukushon ; ou encore Taki Sarafon (la Coupole des changeurs) et Taki-Tilpak-Furushan (la Coupole des chapeliers). Il y a 4 siècles sort aussi de terre l’imposante madrasa Abdulazziz-Khan, l’un des plus majestueux bâtiment d’Asie centrale.
Les autres cités arabo-musulmanes que furent Bagdad, Courdoue, Kairouan ou Damas lui ayant fait beaucoup d’ombre, elle n’est souvent que peu mentionnée. Elle n’en est pourtant pas moins l’un des carrefours majeurs de la civilisation islamique comme l’une des plus belles villes du monde.

Nigéria : 14 fidèles tués dans un attentat suicide visant une mosquée.
Un homme s’est fait exploser peu avant la prière de l’aube mercredi au milieu des fidèles musulmans dans une mosquée de Gamboru, ville située à la frontière entre le Nigeria et le Cameroun.
Bilan de ce nouveau massacre que certains attribuent au groupe terroriste “Boko Haram” : 14 morts. La mosquée a été totalement détruite par l’explosion. Seul le muezzin a survécu et le bilan pourrait s’alourdir.
L’insurrection, qui ravage le nord-est du Nigeria, a fait plus de 20 000 morts et 2,6 millions de déplacés depuis 2009 et la région fait face à une très grave crise alimentaire et humanitaire.

Palestine : VIDÉO. Musab Tamimi (17 ans), premier martyr palestinien en 2018.
Les adieux émouvants des parents de cet adolescent palestinien assassiné ce mercredi par l’entité sioniste ont fait le tour des réseaux sociaux.
Puisse Allah accorder le paradis à Musab et tous les martyrs de Palestine et d’ailleurs.
reportage a voir sur des domes et des minarets.fr.

“Israël” va expulser tous les migrants Africains non-juifs.
Israël va expulser tous les migrants Africains non-juifs. Avant avril, Israël laisse le choix à 38 000 Africains : quitter le sol israélien pour retourner dans leurs pays en guerre, ou être emprisonnés.
Sachez, et c’est important, qu’Israël n’utilise ni le mot “migrants” et encore moins celui de “réfugiés” mais celui d’”infiltrés” (המסתננים) ou d’”envahisseurs” pour désigner les migrants Africains qui fuient la guerre, la dictature ou l’esclavage.
Si un pays européen faisait ça, cela aurait provoqué un scandale international. Quand la Hongrie applique durement sa politique migratoire, l’ensemble des médias européens de gauche et même de droite la diabolisent pour son traitement inhumain de personnes en situation de détresse. En revanche, le silence est assourdissant lorsqu’il s’agit d’Israël et de sa politique migratoire axée sur la religion et la race. Car en effet, un noir n’a de valeur en Israël que si il est juif. Si il ne l’est pas, il peut retourner se faire fusiller en Érythrée ou se faire vendre au marché d’esclaves en Libye ou dans le Sinaï.

Sur tribune lecteurs.com, voici les titres.

Ould Abbès à propos des interprétations faites autour de sa rencontre avec l’UGTA et le FCE : « Nous ne sommes pas des comploteurs «.
Par Assia Mekhennef :
Présidant sa réunion avec le Secrétaire général de L’UGTA, Abdelmadjid Sidi Saïd et le Président du FCE, Ali Haddad ; Le Secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), Djamel Ould Abbès a indiqué cette rencontre est venue pour débattre le sujet de la privatisation des entreprises. Dans une allocution prononcée, à cette occasion, Ould Abbès a précisé que les trois parties (FLN, UGTA, FCE) ont décidé de se réunir pour clarifier les interprétations faites par certains après l’annonce de la tenue de cette rencontre. Citant l’une de ces interprétations, Ould Abbès a tenu à expliquer qu’il ne s’agit pas d’une tentative de déstabilisation dirigée contre le Premier ministre Ahmed Ouyahia. Et d’ajouter : » Le gouvernement est désigné par le président de la République et le FLN continuera à être toujours à ses côtés tant qu’il applique le programme du Président ». Djamel Ould Abbès a rassuré : « nous ne sommes pas des comploteurs ni des partisans des coups d’Etat contre le gouvernement ».

algerie : Permis biométrique et à points : C’est parti…
L’opération de délivrance du permis de conduire biométrique devrait être entamée dès la fin janvier en cours, permettant l’entrée en vigueur dès juillet prochain du système du permis à points, a indiqué hier le directeur du Centre national de prévention et de sécurité routière (CNPSR), Ahmed Naït El-Hocine. « Nous avons eu un petit contretemps, mais la distribution des permis biométriques devrait avoir lieu dès la fin janvier en cours, alors que l’entrée en vigueur du système du permis à points interviendra à partir de juillet prochain », a affirmé le responsable sur les ondes de la radio nationale. Pour rappel, la confection du permis de conduire biométrique a été entamée en avril dernier alors que la mise en oeuvre de la nouvelle loi relative au permis de conduire à points devait entrer en vigueur fin 2017. Soulignant que le prototype du permis de conduire biométrique « est fin prêt » et que l’opération est en phase d’essais techniques, M. Naït El-Hocine a considéré que vu « l’ampleur de ce projet et sa complexité technique », ce « petit retard » dans sa mise en oeuvre est « insignifiant ».
R.N.

Le ministre des Finances l’affirme : L’argent de l’informel inconnu.
Par Amirouche El Hadi :
Le ministre des Finances est optimiste: Abderahmane Raouiya a affirmé, mardi, que les banques disposeraient de liquidités suffisantes pour alimenter l’Economie nationale. Il a surtout confirmé que le gouvernement, en dépit de la crise des recettes pétrolières et la hausse des importations, escompte un taux de croissance de 4% en 2018, même s’il n’écarte pas des tensions inflationnistes dont le taux sera en moyenne de 5,5%. Un taux assez élevé, même si le représentant du gouvernement ne le relève pas, se contentant d’affirmer, à la radio nationale, que « nous avons tenu compte de l’ensemble des éléments pour déterminer ce taux ». Quant au taux optimiste de 4% de croissance pour 2018, il a estimé qu’il permettrait « de mieux revoir l’année 2018 avec l’ensemble des secteurs, dont les services, qui devraient avoir un taux de croissance assez élevé ».
AEH.

Groupe Saïdal : Mohamed Nouas, nouveau Pdg.
Le ministère de l’Industrie et des mines a nommé Mohamed Nouas au poste de Pdg de Saidal en remplacement de Yacine Tounsi, apprend-on auprès de ce groupe pharmaceutique public. Le choix de M. Nouas, dont la cérémonie d’installation s’est tenue jeudi dernier au siège de Saidal, « a été fait pour assurer la continuité des activités de l’entreprise ainsi que par sa connaissance de son fonctionnement car ayant fait partie de ses cadres », explique la même source.

Solde d’hiver 2018 : Que d’affaires… à faire !
Par Imen Medjek :
La nouvelle année 2018 vient à peine de sonner, la période des ventes en soldes est arrivée, selon un communiqué du ministère du commerce l’ouverture démarrera prochainement à travers l’ensemble des wilayas et se déroulera durant la période allant de janvier à mars de l’année en cours.

La souveraineté de l’entité sioniste sur la Cisjordanie est une chimère : El Qods capitale éternelle de la Palestine.
Encore une fois, l’arrogance de l’entité sioniste fait parler d’elle. La récente adoption par la Knesset de la soi-disant « loi d’unification d’El-Qods » a soulevé le courroux de toute la communauté internationale et particulièrement celle de Palestine, car considérée comme un prolongement de la décision du président des États-Unis, Donald Trump, a déclaré mardi le secrétaire général du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saëb Erakat. Dans une déclaration à la radio officielle Voix de la Palestine, M. Erakat a déclaré que le « vote de la Knesset de l’entité sioniste sur cette loi et la décision du Likoud d’imposer une souveraineté israélienne en Cisjordanie sont la conséquence de la décision prise le 6 décembre dernier par M. Trump de considérer Jérusalem comme capitale l’entité sioniste ». Ces décisions s’inscrivent dans le cadre d’une nouvelle collaboration entre Etats-Unis et l’entité sioniste pour dicter leur solution et détruire le principe des deux Etats, a dénoncé M. Erakat, soulignant que le président Mahmoud Abbas avait présenté la stratégie palestinienne face à ces actes visant à liquider la cause palestinienne, ce qui implique la fin des divisions et le retour à l’unité du pays. Le responsable de l’OLP a souligné que cette direction repousserait toutes les tentatives américaines et de l’entité sioniste en s’efforçant d’obtenir une pleine adhésion de la Palestine aux Nations unies et en saisissant le Conseil de sécurité de l’ONU, la Cour de justice internationale et la Cour pénale internationale pour s’opposer à ces plans destinés à liquider le projet national palestinien. « L’actuelle administration des Etats-Unis a repris les positions de l’occupation par l’entité sioniste et adopté une approche différente des positions des administrations américaines précédentes, qui étaient engagées à une solution à deux Etats depuis des dizaines d’années », a souligné M. Erakat. La présidence palestinienne a déclaré aujourd’hui à l’AFP que Jérusalem n’était « pas à vendre », en réaction à la menace de Donald Trump de supprimer l’aide financière américaine de 300 millions de dollars si les Palestiniens refusent de négocier avec l’entité sioniste. « Jérusalem est la capitale éternelle de l’Etat de Palestine et n’est pas à vendre pour de l’or ou des milliards », a affirmé à l’AFP Nabil Abou Roudeina, porte-parole de la présidence, en référence au refus palestinien de reprendre des négociations après la reconnaissance par Washington de la Ville sainte comme capitale de l’entité sioniste. « El-Qods est la capitale éternelle de l’Etat de Palestine et n’est pas à vendre pour de l’or ou des milliards », a affirmé à l’AFP Nabil Abou Roudeina, porte-parole de la présidence, en référence au refus palestinien de reprendre des négociations après la reconnaissance par Washington de la Ville sainte comme capitale d’Israël. L’Organisation de libération de la Palestine (OLP) a promis mardi d’agir contre le vote du Parlement israélien sur le statut d’El-Qods occupée, a rapporté la radio officielle La Voix de la Palestine. « Cela fait partie de la nouvelle entente israéloaméricaine visant à détruire le principe des deux Etats » après que le président américain Donald Trump ait considéré El- Qods comme la capitale de l’entité sioniste, a déclaré Saëb Eraekat, le secrétaire général de l’OLP. Les dirigeants palestiniens sont déterminés à faire face à « toutes les tentatives américaines et de l’entité sioniste en agissant pour obtenir le statut d’Etat membre de l’ONU et pour entrer au Conseil de sécurité des Nations -Unies, à la Cour internationale de justice et à la Cour pénale internationale ». M. Eraekat a également déclaré que le président palestinien Mahmoud Abbas avait défini une stratégie, dont l’élément « le plus important est de mettre fin à la division et de rétablir l’unité de la patrie ». Selon lui, les Palestiniens ont eu 36 réunions avec l’administration américaine dans l’espoir de relancer un processus de paix sérieux. « Mais les Américains ont violé tous leurs engagements » et M. Abbas a réagi en déclarant que l’administration Trump « ne fait plus partie de la solution, mais fait partie du problème », a déclaré Saëb Erakat.
Rabah Karali/Agences.

91 terroristes abattus et 40 arrêtés en 2017 : L’ANP veille au grain.
Les forces de l’Armée nationale populaire (ANP) ont abattu en 2017 quatre- vingt et onze (91) terroristes et arrêté quarante (40) autres, dont 5 femmes, indique mardi un bilan annuel du ministère de la Défense nationale (MDN). Dans le cadre de la lutte antiterroriste, les forces de l’ANP ont abattu au cours de l’année 2017, quatre-vingt et onze (91) terroristes et arrêté quarante (40) autres, dont 5 femmes, précise la même source qui fait état de la découverte de 6 cadavres. Le même bilan révèle la reddition de 30 terroristes durant la même année et l’arrestation de 212 éléments de soutien aux groupes terroristes ainsi que 11 trafiquants d’armes. Par ailleurs, la même source évoque également la destruction de 408 refuges et casemates de groupes terroristes, 9 ateliers de fabrication d’armes, ainsi que la saisie de 42.4 quintaux de matières chimiques destinées à la fabrication d’explosifs. Dans le même contexte, les forces de l’ANP ont récupéré un important arsenal d’armes, constitué de 02 canons SPG-9, 17 canons artificiels, 05 mortiers Hawn, 10 lance-roquettes de type PRG-7 6 roquettes RPG-2, ainsi que de 581 obus. Le bilan fait état aussi de la récupération de 286 armes de type Kalachnikov, 64 fusils semi-automatiques de type Siminov, 25 pistolets automatiques, 08 mitrailleuses calibre 14.5 mm, 08 autres mitrailleuses calibre 12.7 mm, 19 fusils- mitrailleurs FMPK, 4 fusils à lunette, 32 fusils à pompe, 1 fusil de type carabine US et de 114 fusils de fabrication artisanale. Ces opérations se sont soldées en outre par la saisie de 257 chargeurs, 53 caisses de munitions, 38 bandes à munitions et de 179369 balles de différents calibres, ainsi que par la destruction de 160 mines, indique le même bilan.
I.H.

Arabie Saoudite, Etats-Unis et France au banc des accusés : Les réseaux sociaux, nouvelle arme contre l’Iran.
La nuit de mardi à mercredi a connu un calme précaire à Téhéran, toutefois un déploiement policier était aussi moins visible que les jours précédents, ont constaté des journalistes sur place. Mais la tension est toujours perceptible au niveau de plusieurs autres villes iraniennes, suite aux évènements tragiques qui ont secoué ces derniers jours le pays, des dizaines de milliers de manifestants pro-régime se sont rassemblés hier pour condamner les « troubles » qui ont agité le pays ces derniers jours, selon des images diffusées en direct par la télévision d’Etat. Par le truchement de pancartes dénonçant les « fauteurs de troubles », les manifestants ont scandé des slogans en faveur du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, mais aussi « mort à l’Amérique », « mort à Israël » et « mort aux Monafegh », terme qui désigne les Moudjahidines du peuple dans la bouche des autorités. La télévision a diffusé en direct des images de manifestations massives dans les villes d’Ahvaz (sud-ouest), Arak (centre), Ilam (ouest), Gorgan (nord), et Kermanshah (ouest) notamment. Par ailleurs des soupçons pèsent notamment sur des pays qui cherchent par le biais des réseaux sociaux » d’attiser le feu » pour comploter contre le régime en place. Il s’agit bien évidemment de l’entité sioniste, des Etats-Unis, de la France et L’Arabie Saoudite qui sont mis sur le banc des accusés par les autorités Iraniennes. Du coup, le président iranien Hassan Rohani a demandé avant-hier à son homologue français Emmanuel Macron de prendre des mesures contre les activités d’un « groupe terroriste » iranien basé en France et impliqué selon lui dans les récentes manifestations en Iran, a rapporté la télévision d’Etat. » Nous critiquons le fait qu’un groupe terroriste ait une base en France et agisse contre le peuple iranien et encourage la violence. Nous attendons du gouvernement français qu’il agisse contre ce groupuscule terroriste », a déclaré le président iranien lors d’une conversation téléphonique, dans une claire allusion aux Moudjahidine du peuple. Par ailleurs, de son côté le général Rassoul Sanaïrad, l’adjoint politique du chef des Gardiens de la révolution, a affirmé mardi que le groupe Moudjahidine du peuple « avait été chargé par les Al- Saoud (la dynastie qui règne sur l’Arabie saoudite) et certains pays européens de créer de l’insécurité », selon l’agence Tasnim.Enfin, le vice-gouverneur de Téhéran a affirmé qu’aucun incident n’avait été signalé mardi soir à Téhéran, selon l’agence Isna.
Rabah Karali.

Séisme de magnitude 5 à Blida : Nuit de panique dans le centre du pays.
Un tremblement de terre d’une magnitude 5,0 sur l’échelle de Richter a eu lieu mardi soir à 21h59 dans la wilaya de Blida. L’épicentre a été localisé à 4 km au sud-ouest d’Oued-Djer, selon le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG). Ce séisme a été ressenti dans les wilayas voisines (Alger, Boumerdes, Tizi-Ouzou et Aïn Defla). Selon les services de la Protection civile de la wilaya, 02 personnes blessés ont été enregistrées suite à des mouvements de panique après la secousse, traité sur place, puis évacuées vers l’hôpital d’El Afroune. Et Ain Defla, un effondrement partiel d’un faux plafond d’une habitation construite en » toub » à la cité El Nessissa, aucune victime n’est à déplorer. » Après reconnaissance par nos équipes, aucune victime ni dégâts matériels n’ont été enregistrés », a précisé le colonel Achour Farouk, qui a fait état de citoyens paniqués, sortis dans la rue par crainte d’éventuelles répliques.Pour ce qui est du dernier bilan suite à cette secousse, les unités ont enregistrés Par ailleurs, le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG) a indiqué dans un communiqué qu’une secousse tellurique de 3,4 degrés sur l’échelle ouverte de Richter a été enregistrée mercredi à 01H23 dans la wilaya de Blida, l’épicentre de cette secousse a été localisé à 3 km au Sud de Oued-Djer, (wilaya de Blida), précise la même source. La secousse a été suivie par une autre réplique de 3,2 degrés sur l’échelle ouverte de Richter a été enregistrée à 07H08 dans la même région.

Sur le muslim post.com, voici les titres.

Nigeria : un attentat-suicide dans une mosquée fait au moins 14 morts.

Iran : la fin de la « sédition » selon le régime.

Guerre au Yémen : la Norvège bloque les livraisons d’armes aux Emirats.

L’aide de Facebook à l’occupation israélienne.

Sur Actualite islamique de Belgique, rien de neuf.

Sur agence media palestine.fr, voici les titres,.

L’adolescente Ahed Tamimi pourrait devoir affronter des années dans une prison israélienne.
L’armée israélienne a enregistré 12 chefs d’accusation contre l’adolescente palestinienne Ahed Tamimi.
Cette jeune fille de 16 ans, qui a été filmée le mois dernier dans son village natal dans un affrontement avec des soldats, pourrait rester dans les prisons israéliennes pendant des années si elle était reconnue coupable d’accusations comme avoir jeté des pierres, incitation, et agression et menaces contre un soldat.
Les tribunaux militaires israéliens sont connus pour leur taux de condamnation proche des 100 % envers les Palestiniens.
Dans une interview de la semaine dernière avec The Real News, le père d’Ahed, Bassem Tamimi, a raconté l’arrestation de sa fille le 19 décembre au cours d’un raid nocturne sur la maison de la famille en Cisjordanie occupée.
Il a aussi répété son affirmation comme quoi l’un des soldats, dont on accuse Ahed de l’avoir « agressé », avait auparavant gravement blessé par un tir dans la tête le cousin d’Ahed âgé de 15 ans, Muhammad Fadel Tamimi.
Ahed et sa cousine Nour ont essayé de faire sortir deux soldats israéliens de la propriété familiale.
On a vu aussi dans une vidéo Ahed gifler et repousser légèrement l’un des hommes armés.
Ahed, Nour et la mère d’Ahed, Nariman, ont toutes été arrêtées par l’armée après que la vidéo ait circulé parmi des appels de leaders israéliens réclamant vengeance contre la famille.
Ahed est l’une des plus de 300 enfants palestiniens actuellement en détention dans les prisons militaires israéliennes.
Nariman fait également face à des accusations « d’incitation » pour avoir diffusé l’incident en direct.
Nour, 20 ans, devait être libérée lundi, mais a elle aussi été accusée lundi d’agression aggravée et d’entrave aux devoirs d’un soldat.
D’après son père Naji Tamimi, elle est restée en prison après un appel contre sa relaxe par le procureur militaire israélien.
Dans un post mardi sur Facebook, Naji Tamimi a dit qu’il comptait sur une autre audience sur son cas dans les jours qui viennent.
La famille Tamimi est maintenant bien connue pour son rôle dans la résistance civile de Nabi Saleh contre l’occupation et la colonisation israéliennes, campagne qui a coûté la vie et la liberté à beaucoup de villageois à cause de la violente réaction d’Israël.
La tante d’Ahed, Manal Tamimi, a été arrêtée le 28 décembre alors qu’elle manifestait près d’une prison militaire israélienne :
Selon un membre de la famille, Bilal Tamimi, elle devait être libérée mardi si les procureurs militaires israéliens ne s’y opposaient pas.
Aucune solidarité de la part des féministes occidentaux.
Ahed est devenue le centre de l’attention et de la solidarité internationales et, pour beaucoup, une icône de la résistance, depuis que les forces d’occupation israéliennes l’ont arrachée de chez elle.
Depuis son plus jeune âge, Ahed a participé a la défense de son village et de sa maison contre les soldats israéliens.
Cependant, la solidarité a été sélective. « Il y a eu un curieux manque de soutien de la part des associations féministes occidentales, des défenseurs des droits de l’Homme et des responsables publics qui se présentent par ailleurs comme pourvoyeurs des droits de l’Homme et champions de l’émancipation des filles », fait observer Shenila Khoja-Moolji, chercheuse spécialiste du genre, dans un commentaire pour AlJazeera.
Le silence est d’autant plus frappant depuis que Ben Caspit, éminent journaliste israélien, a déclaré que l’armée devrait « faire payer le prix » aux femmes Tamimi « dans le noir, sans témoins ni caméras ».
Le commentaire de Caspit a été largement interprété comme suggérant que ces femmes devraient être agressées sexuellement, bien qu’il l’ait catégoriquement nié.
Comme la gagnante du prix Nobel militante de l’éducation Malala Yousafzai, Ahed a une longue histoire de lutte contre l’injustice, note Khoja-Moolji, mais, à la différence de Malala, Ahed attend encore de recevoir des invitations à rencontrer les dirigeants mondiaux, dont Barack Obama, ou à s’adresser aux Nations Unies.
Au contraire, l’année dernière, Ahed a été interdite de voyage aux Etats Unis pour parler des injustices subies par les Palestiniens.
Son père Bassem, dont Amnesty International avait précédemment déclaré que c’était un prisonnier de conscience, n’a lui non plus pas eu de visa pour aller parler en Australie.
Punition collective.
Les détentions des Tamimi ont eu lieu dans une vague de presque 600 arrestations de Palestiniens par les forces d’occupation israéliennes depuis que le président américain Donald Trump a reconnu le 6 décembre Jérusalem comme la capitale d’Israël.
Plus de 450 Palestiniens sont actuellement détenus sans charges ni procès – selon la dite détention administrative qui peut être indéfiniment renouvelée.
La semaine dernière, les tribunaux militaires israéliens ont confirmé ou renouvelé des ordres de détention administrative contre 41 détenus palestiniens.
Parmi ceux dont les ordres ont été renouvelés se trouve l’éminente dirigeante de gauche et membre du Conseil Législatif palestinien, Khalida Jarrar, qui a été très récemment arrêtée en juillet.
Les forces d’occupation israéliennes ont arrêté lundi Nasser Abdel-Jawad, autre législateur palestinien, au cours d’un raid en fin de nuit chez lui dans le village de Deir Ballut en Cisjordanie, selon l’association de solidarité avec les prisonniers Samidoun.
Son arrestation a porté à 12 le nombre de législateurs palestiniens détenus par Israël, dont neuf sans charges ni procès.
Les Palestiniens continuent à résister à leur emprisonnement. Rizk Rajoub, 61 ans, a entamé le 23 décembre une grève de la faim illimitée lorsque le tribunal militaire israélien l’a fait choisir entre la détention administrative et un exil au Soudan, selon Samidoun.
Rajoub a passé environ 20 ans dans les prisons israéliennes, dont 10 en détention administrative. Son arrestation la plus récente dans son village de Dura a eu lieu en novembre.
Samidoun a également évoqué le cas de la Palestinienne Israa Jaabis, 32 ans, qui a été condamnée à 11 ans de prison le 7 novembre par un tribunal israélien de Jérusalem.
Jaabis, de Jérusalem Est occupée, a subi de graves brûlures et a perdu presque tous ses doigts après qu’une bonbonne de gaz ait mis le feu à sa voiture en octobre 2015. On l’a alors accusée de vouloir faire exploser sa voiture alors qu’elle était à des centaines de mètres du checkpoint israélien.
Sa famille a démenti cette prétention avec véhémence, déclarant que Jaabis déménageait dans un nouvel appartement et qu’elle transportait des meubles depuis plusieurs jours, dont la bonbonne de gaz lorsqu’elle a explosé.
Les utilisateurs de Twitter se sont servi du hashtag #FreeIsraa pour montrer leur soutien à Jaabis qui, selon Samidoun, ne reçoit pas de traitement médical approprié en prison.
L’enfant détenue de 16 ans, Marah al-Jaidi, a été libérée lundi par Israël.
Elle a passé un an en prison, accusée d’être en possession d’un couteau et d’avoir l’intention de s’en servir contre les soldats d’occupation.
Les médias palestiniens ont fait circuler des photos de la famille de Marah l’accueillant à sa libération :
Après sa libération, Marah a parlé aux médias locaux des difficiles conditions imposées aux femmes et aux filles dans les prisons israéliennes et a exhorté à les soutenir.
Traduction : J. Ch. pour l’Agence Média Palestine.
Source : The Electronic Intifada.

 

####### Aujourd’hui en Palestine #######

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

Décembre : 4 morts, des milliers de blessés et 700 détenus
.
La Cisjordanie et Jérusalem ont été témoins, en Décembre dernier, de nombreuses violations sionistes, y compris des raids et des incursions dans certaines régions, la mort et l’arrestation des centaines de personnes, en plus de la confiscation de la plupart des fonds et des biens et la fermeture des zones, des routes et des institutions.
.
909 violations contre les journalistes en 2017
.
Les agriculteurs de Salfit craignent de perdre le reste de leurs terres
.
60 colons prennent d’assaut Al-Aqsa sous la garde de la police israélienne
.
Le Club des Prisonniers : La loi sur l’exécution des prisonniers est un nouveau crime contre les palestiniens
.
L’UE condamne la loi de la peine de mort des Palestiniens
.
Des civils arrêtés et des maisons saccagées en Cisjordanie par les forces de l’occupation
.
Al-Arouri : l’occupant vit en paix en Cisjordanie à cause de l’interdiction de la résistance
.
L’OLP invite le Hamas et le Jihad à la réunion de son Comité central
.
Egypte: La loi israélienne sur Jérusalem viole la légitimité internationale
.
10 blessés lors d’affrontement au camp Dheicheh
.
Nasrallah: La décision de Trump signifie la fin d’Israël
.
Bombardement aérien israélien sur des terres agricoles à l’est de Rafah
.
Nikki Haley réunit les pays ayant soutenu les états Unis lors du vote sur Jérusalem à l’ONU
.
Trois roquettes tirées depuis la bande de Gaza s’abat dans le sud des territoires occupés, prétend l’occupation
.
L’occupation arrête deux palestiniens de Jénine sur des points de contrôle militaires
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information
LES TAGS
#flashinfo #journal #quotidien #information #presse #attentat #daesh #étatislamique #isis #tv #radio #article #islam #news #musulman #coran #sourate #croyance #islamophobie #ccif #islamophobe #cri #ldj #ldjm #gaza #palestine #ouighours #immigration #fn #israel #valls #hollande #terroriste #racisme #nazisme #Rohingyas #tartar #réfugier #migrant #hindoue #hindou #cpi #CentrePalestinienD’Information #sif #secoursislamique #mouslimradio #tunein #Hui

flash info,journal,quotidien,information,presse,attentat,daesh,état islamique,isis,tv,radio,article,islam,news,musulman,coran,sourate,croyance,islamophobie,ccif,islamophobe,cri,ldj,ldjm,gaza,palestine,ouighours,immigration,israel,valls,hollande,terroriste,racisme,nazisme,Rohingyas,tartar,réfugier,migrant,hindoue,hindou,cpi,Centre Palestinien D’Information,sif,secours islamique,mouslimradio,Chams,tunein,life,ajib,katibin,oumma,saphirnews,mizane,jdm,journal du musulman,islam,info,Autorité Palestinienne,hamas,Hébron,Cisjordanie,Haaretz

Laisser un commentaire