MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 15 Rabi al Awwal 1439.

Flash info du 15 Rabi al Awwal 1439.

Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein sur www.tunein.com, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.

AJIB.FRkatibin.frjournaldumusulman.frislametinfo.fr
saphirnews.comoumma.comdesdomesetdesminarets.frC P I, Centre Palestinien D'Information
www.mizane.infowww.actualiteislamiquedebelgique.comwww.agencemediapalestine.fr

Sur Ajib.fr, voici les titres.

Découvrez en Islam le mérite d’élever des filles.
Dans les esprits de nombreuses personnes, avoir un garçon est fondamental pour faire perdurer le nom de famille dans le temps.
Mais si la vraie récompense dans ce bas-monde était d’avoir des filles ?
En effet, le Saint-Coran et de multiples hadiths révèlent que le fait d’élèves des filles est une bénédiction pour celui qui souhaite entrer au Paradis in sha Allah.
Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit dans un Hadith rapporté par la mère des croyants, Aϊcha, (qu’Allah l’agréee) : « Celui qui a eu la responsabilité d’élever des filles et qui a bien agi envers elles, alors ces filles seront pour lui un bouclier le protégeant du feu de l’Enfer. » (Boukhari, Mouslim).
« A Allah appartient la royauté des cieux et de la terre. Il crée ce qu’Il veut. Il fait don de filles à qui Il veut, et don de garçons à qui Il veut, ou bien Il donne à la fois garçons et filles; et Il rend stérile qui Il veut. Il est certes Omniscient et Omnipotent. » (Coran, 42/49-50).
Abou Saïd (qu’Allah l’agrée), a rapporté que le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam), a dit :
« Celui qui a élevé trois filles, deux filles ou deux sœurs en craignant Allah dans sa façon de les traiter et en étant bienfaisant envers elles, gagnera sans aucun doute le Paradis. » (Rapporté par Ahmad).
Djabir (qu’Allah l’agrée) a rapporté que le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam), a dit:
« Celui qui a trois filles et qui se montre miséricordieux envers elles tout en leur offrant hébergement, nourriture et vêtement, gagnera sans aucun doute le Paradis. »
Un homme dit : « Ô Messager d’Allah, et celui qui en a deux ? »
« Et celui qui en a deux [aura aussi la même récompense] », répondit le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam). [Rapporté par Ahmad et par Al-Boukhari dans son livre Al-Adab Al-Moufrad].
Ainsi, celui qui prendra soin des filles en pourvoyant à leurs besoins et à en veillant à leurs intérêts, pourra prétendre à trois niveaux de récompenses:
– Il sera préservé du feu de l’Enfer.
– Le Jour de la grande frayeur il sera avec le Prophète, l’Elu (sallAllahou ‘alayhi wa salam).
– Il entrera au Paradis et y sera en compagnie du Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam).
Peut-il y avoir de meilleures récompenses que celles-ci ?
Enfin, le père devra veiller à être bienfaisant à leur égard et la mère aura pour mission d’être un exemple piété et de chasteté tout en les protégeant et les préservant au quotidien.

Sur Katibin.fr, rien de neuf.

Sur journal du musulman.fr, rien de neuf.

Sur islam et info.fr, voici les titres.

Yassine Belattar méprisé et humilié par Kouchner !
Une émission du service public a une nouvelle fois permis à l’islamophobie sans complexe de se déverser sur le peuple français.
Les néoconservateurs Kouchner et Brukner étaient chargés de ce travail qu’ils assument désormais à plein temps.
Yassine Belattar qui tentait de répondre de façon intelligible à ces appels sournois à la haine a trouvé face à lui des interlocuteurs haineux et méprisant.
Le tutoiement et le “mon gars” de Kouchner ont révélé en direct le mépris total qu’avait les élites françaises pour le musulman français.
Le pire étant que suite à ce comportement inadmissible c’est à Yassine Belattar qu’on a demandé de se taire …

Sur saphirnews.com, rien de neuf.

Sur oumma.com, voici les titres.

La Tunisie déploie son plan de lutte contre le harcèlement dans les transports publics.
Outre qu’elle n’a pas de frontières, la douloureuse question de la violence faite aux femmes n’est plus taboue, minorée ou évacuée rapidement pour mieux la remettre aux calendes grecques, mais est désormais dénoncée publiquement, prise à bras-le-corps, voire même érigée en grande cause nationale, en France notamment, si l’on se fie aux promesses de l’ère Macron. C’est ça, l’effet Weinstein !
Avant que cette retentissante affaire ne provoque un raz-de-marée de révélations, d’accusations et de plaintes pour abus sexuels de tous ordres, d’un côté comme de l’autre de l’Atlantique, en brisant des mythes et l’omerta ambiante sur son passage, en Tunisie, une grande action de sensibilisation au fléau du harcèlement dans les transports publics « Ma Yerkebch » était lancée le 25 septembre dernier, à l’initiative du Centre de Recherches, d’Etudes, de Documentation et d’Information sur la Femme (CREDIF).
Elaborée à l’issue d’une étude alarmante qui a fait ressortir que 53,5% des Tunisiennes ont été harcelées dans l’espace public au moins une fois dans leur vie, cette campagne d’affichage démarrée à Tunis et qui habillait, pendant un mois, 243 stations de métro et une vingtaine de bus de son message choc « Le harceleur ne montera pas avec nous #Ma-yerkebch », a bénéficié du soutien de l’Union européenne, du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), ainsi que de la Société des Transports de Tunis (la TRANSTU).
Cette étude tristement édifiante a mis également en lumière que 78% des femmes interrogées disent avoir été victimes de violence psychologique dans la rue et les transports en commun, 41.2% de violences physiques et 75.4% de violences sexuelles.
La création d’un site internet « Balagh.tn », permettant aux passagères de signaler immédiatement les agressions subies, viendra prochainement renforcer cette action de communication « coup de poing », qui s’inscrivait dans le cadre d’un plan national de promotion de l’égalité homme-femme et des “16 jours d’activisme pour lutter contre les violences faite aux femmes”.
« Cette application aidera aussi les internautes à signaler un acte d’harcèlement dont ils seront témoins, en précisant le type d’acte, le lieu, la ligne (du métro ou du bus) et l’heure », a expliqué Nizar Delaî, analyste en informatique au CREDIF, lors de la conférence de presse qui a eu lieu mardi dernier pour évaluer l’impact du dispositif mis en place pour lutter efficacement contre le harcèlement dans les transports publics.
Conforté par le « succès remarquable » rencontré par le court-métrage de sensibilisation “Harcha”, Nizar Delaî s’est félicité qu’il ait ciblé 537 465 personnes et totalisé 238 951 vues sur le web.
« La campagne a, en outre, permis une compréhension de la problématique et de montrer que c’est le harceleur qui doit se sentir isolé et pointé du doigt. Il doit savoir que le temps de l’impunité est terminé », a insisté, pour sa part, Dalenda Largueche, directrice générale du CREDIF, en précisant que la campagne va s’étendre à l’ensemble du pays, afin de déclencher une prise de conscience salvatrice auprès de toutes les couches sociales, susceptible de « briser le mur du silence ».

Sur Mizane.info, rien de neuf.

Sur des domes et des minarets.fr, voici les titres.

France : La vérité sur la mosquée de Clichy, entre magouilles et trahisons.
Ces derniers temps, les problèmes de la mosquée de Clichy et les prières dans la rue du vendredi sont revenus dans le feu de l’actualité. On ne veut pas commenter les diffamations du maire disant que des tracts appelant à l’antisémitisme, cela a été démonté par un article de Libé. Encore moins commenter la descente de la centaine d’élus maires avec leur commandant en chef Valérie Pécresse.
On va recentrer l’affaire et désigner quel est le véritable protagoniste qui a créé ce désordre, et sortir de la position victimaire, qui, après 8 mois, s’est retourné contre les musulmans clichois.
Qui est Mohamed Bechari ? Président de la Fédération nationale des Musulmans de France (FNMF), il est aussi Secrétaire Général de la Conférence Islamique Européenne, passé par le CFCM, toutes ces associations officielles en lien avec les institutions républicaines, qui essaient de bidouiller un Islam de France, et souvent en embrouilles entre elles. Il prône un Islam modéré, qui pratique lui-même de manière immodéré ! Il a déjà eu affaire à la justice et été innocenté, néanmoins l’affaire n’est pas très claire, le FNMF lui reprochait : falsifications de signatures et d’un procès-verbal, “l’opacité financière de la FNMF et l’absence d’un compte bancaire”, “le changement du siège de la FNMF à son domicile sans aucune décision du CA” et “l’organisation de conférences et montage de projets sans la concertation du CA”.
La question qu’on peut se poser est : quelle a été la nature du deal pour qu’un apparatchik des instances musulmanes officielles a court-circuité l’Union des associations musulmanes de Clichy (UAMC), dont les “chibanis” n’ont peu pesé malgré leurs bulletins de vote, leurs impôts locaux, et leur investissement dans la cité, qu’il soit économique, associatif, culturel ?
UNE AFFAIRE D’ARGENT ?
Sans tomber dans la diffamation, il est à l’heure actuelle difficile de démontrer qu’il y a eu de la corruption dans cette affaire. Néanmoins on peut s’interroger lors de l’inauguration de la mosquée des Trois-Pavillons de la présence de dignitaires saoudiens, arrivant en grosse berline allemande, ne parlant pas français, et dont le service communication de la ville a fait en sorte qu’ils n’apparaissent dans aucune photo officielle.
Quand Mohamed Bechari use de statut pour intimider certains fidèles clichois en disant de ne pas s’immiscer dans ses affaires, on se demande si la mosquée et la religion n’est pas pour lui un business, en récoltant l’argent, la zakat, l’aumône des fidèles durement acquis, et en élargissant son réseau avec les responsables politiques. Quand on voit ce qu’il lui a été reproché à son procès on peut se poser la question. Les citoyens français demandent la transparence pour leurs élus, mais chez les responsables musulmans, c’est l’opacité qui règne…
RÉORIENTER LE COMBAT.
Les musulmans clichois, et surtout les responsables ont été pris dans une affaire qui les dépasse, ne voulant pas tomber, encore une fois, dans la fitna, ils ont préféré axer leur lutte sur la non-promesse du maire, surfer sur l’islamophobie, au détriment de dénoncer Bechari et son Deal avec Rémi Muzeau, le maire de Clichy-la-Garenne. Surtout que, et ça peut se comprendre, pour employer une expression triviale : “Bechari pèse dans le game”.
L’opinion publique et de nombreux musulmans ne comprennent pas forcément, certains voient ça comme un caprice que les musulmans clichois veulent une autre mosquée dans la ville, alors qu’il y en a une rue des Trois-Pavillons. Argumenter en disant qu’elle est petite et loin, sont certes des arguments recevables, mais la réalité est que personne n’a envie de prier chez quelqu’un et donner son aumône qui a usé de son influence pour ouvrir sa mosquée. De plus certaines fatwas interdisent de prier dans ce genre de mosquée acquise de la sorte.
Aussi, le maire prétexte que dans le local actuel du centre-ville et qui servait d’ancienne mosquée, qu’il veut ouvrir une médiathèque qui profitera à tous. Y-a-t-il réellement un projet de la sorte ?
On aura tout à y gagner à dénoncer et à se débarrasser de ces responsables tartuffes ménageant sans cesse la chèvre et le chou, voulant plaire aux autorités et aux musulmans, faisant des compromis sur la religion pour maintenir leurs affaires et leur statut social.
On peut aussi s’interroger du silence de certains responsables musulmans. On dirait qu’ils ne veulent pas se mouiller dans cette affaire, après tout c’est à Clichy-la Garenne, chacun sa ville… On est tous concerné par cette situation, qu’ils craignent Allah au lieu de penser à leurs petits intérêts mondains.
Et si l’affaire de la mosquée de Clichy n’était pas le symptôme des problèmes de l’Islam de (en) France, qu’il faudrait un véritable plan Marshall, une véritable concertation avec les instances républicaines, et avec TOUS les acteurs de la communauté musulmane française, et en premier lieu, les fidèles.

VIDÉO. Il devient musulman après la conversion du pub qu’il fréquentait en mosquée.
Le Colgrave Arms était depuis 1886 un pub historique du nord est de Londres, un établissement où l’on consomme des boissons alcoolisées. Il fait partie de la tradition de vie britannique, où il est d’usage de s’y rendre en soirée afin de boire un verre entre amis.
En 2010, la Cann Hall Deen and Education Trust, une association musulmane de ce quartier fait acquisition du pub qui était en vente afin d’en faire une mosquée. Voilà maintenant plus de 7 ans que l’on y invoque le nom d’Allah, une nouvelle maison devenue lieu de recueillement après avoir été lieu de divertissement pendant 124 ans.
Dans un récent sermon, l’imam rapporte qu’un fidèle de la mosquée lui a raconté qu’il avait fréquenté le pub pendant 20 ans avant de se convertir à l’Islam et devenir fidèle de l’ancien pub devenu mosquée et “Allah guide qui Il veut”.
reportage a voir sur des domes et des minarets.fr.

France : Prières de rue à Clichy : Rémi Muzeau comparaîtra pour “incitation à la haine”.
Le maire LR de Clichy-la-Garenne est cité à comparaître devant le tribunal correctionnel pour le 9 janvier 2018 à la suite d’une plainte il y a trois semaines, de l’Union des Associations Musulmanes de Clichy, en conflit avec celui-ci depuis la fermeture de la mosquée de la rue D’Estienne d’Orves en mars 2017.
Rémi Muzeau comparaîtra pour «diffamation publique et incitation à la haine raciale». Il est reproché à l’élu d’avoir déclaré qu’il «y a eu des prêches en arabe, des prêches avec des appels au meurtre» dans sa ville lors des prières de rue.
L’édile s’est appuyé dans ses accusations non vérifiées sur des articles et des vidéos publiés par la fachosphère. Nous avons démontré la source de cette intox dans un précédent article.

Sur Actualite islamique de Belgique, rien de neuf.

Sur agence media palestine.fr, voici les titres.

Les Nations-Unies ne doivent pas céder aux pressions israéliennes pour enterrer la base de données des profiteurs des colonies.
Les responsables israéliens feraient tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher la publication d’une base de données des Nations-Unies sur les entreprises faisant des affaires dans les colonies de peuplement d’Israël sur la terre palestinienne occupée.
Ce que craint Israël, c’est que la liste ait un impact économique important qui inciterait les entreprises à s’en retirer, dissuaderait les autres de faire des affaires avec lui et encouragerait les investisseurs à se débarrasser de leurs actions.
Une centaine d’entreprises locales opérant en Cisjordanie notamment à Jérusalem-Est, et une cinquantaine d’autres entreprises internationales – parmi lesquelles des marques comme Coca-Cola, Motorola et HP – ont reçu des lettres des Nations-Unies les avertissant qu’elles pourraient être citées dans la base de données.
La poussée diplomatique par les États-Unis et Israël pour arrêter la publication de la liste pourrait bien réussir. Le Haut-Commissaire des Nations-Unies aux droits de l’homme, le bureau qui est chargé de dresser la liste, en aurait repoussé la publication de décembre au début de l’année prochaine.
L’organisation Human Right Watch paraît suffisamment s’inquiéter pour que, mardi, elle rappelle la nécessité pour la base de données d’être rendue publique.
« Le mépris éhonté d’Israël de la résolution de 2016 du Conseil de sécurité, adoptée sans opposition et réaffirmant l’illégalité des colonies de peuplement, rend d’autant plus urgent pour les sociétés d’éviter l’imbroglio dans les violations des droits inhérents à l’activité de colonisation » a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient de l’organisation. « La base de données peut contribuer à établir une liste faisant autorité des sociétés actuellement engagées dans une telle activité ».
Les banques israéliennes apparaîtront sans aucun doute dans cette base de données, car elles sont essentielles au financement des colonies d’Israël.
Les décharges publiques des colonies de peuplement.
Les entreprises internationales jouent aussi un rôle clé dans le soutien des entreprises israéliennes qui desservent les colonies de peuplement. La société de traitement des déchets Elidori Green illustre bien cette dépendance.
L’entreprise exploite une décharge publique à proximité du village palestinien de Kisan, au sud-est de Bethléhem, pour éliminer les déchets de construction venant de Jérusalem et des colonies illégales du bloc Gush Etzion, dont Efrat et Beitar Illit.
Au cours des dernières années, Kisan a vu d’importantes bandes de la terre de ses villageois confisquées par Israël pour construire la la colonie voisine de Maaleh Amos, qui fait partie du bloc Gush Etzion, et pour les installations militaires israéliennes.
Selon un document publié sur la page Facebook d’Elidori Green en 2015, la municipalité d’Israël de Jérusalem a autorisé l’entreprise à déverser chaque jour jusqu’à 2000 tonnes de déchets sur le site de Gush Etzion.
Plus tôt ce mois-ci, Dror Etkes, qui a longtemps surveillé l’activité des colonies de peuplement, a diffusé sur Twitter des images du site de la décharge d’Elidori Green près de de Kisan.Selon Etkes, l’une des photos montre un jeune Palestinien, peut-être un enfant, en train de travailler sur la décharge.
Elidori Green se vante sur son site d’être en mesure de concasser les déchets de construction en matériaux de construction utiles, à l’aide de machines « perfectionnées » fabriquées par la société canadienne McCloskey International.
Les photos publiées sur la page Facebook d’Elidori Green montrent que l’entreprise utilise aussi des camions fabriqués par Volvo en Suède pour transporter les matériaux vers et hors de la Cisjordanie occupée.
Les entreprises doivent respecter les droits de l’homme.
Il existe un consensus international croissant sur le fait que les entreprises multinationales ne sont pas exemptées de la responsabilité de respecter les droits de l’homme et le droit international, là où elles font des affaires.
Dans un arrêt décisif de 2004, sur le mur d’Israël en Cisjordanie, la Cour internationale de justice de La Haye a réaffirmé l’illégalité de la construction des colonies de peuplement par Israël, ce qui inclue la création de sites industriels dans ces colonies.
En 2013, une mission d’enquête des Nations-Unies sur les colonies de peuplement israéliennes a exhorté les entreprises privées à veiller à ce que leurs activités n’aient pas d’impact négatif sur les droits de l’homme du peuple palestinien, même si cela implique de mettre totalement fin à leurs activités commerciales.
Plus récemment, des experts juridiques internationaux ont conclu que le commerce avec les colonies est lui-même illégal et qu’il doit être interdit par les gouvernements.
Human Rights Watch et Amnesty International ont également appelé à la fin des activités commerciales dans ou avec les colonies de peuplement d’Israël.
Des pressions israéliennes.
Par définition, les entreprises qui seront incluses dans la base de données des Nations-Unies auront fait preuve d’un mépris total pour les droits des Palestiniens.
Il y a une génération de cela, de semblables bases de données des Nations-Unies se sont avérées être des outils efficaces pour les militants qui soutenaient la lutte contre l’apartheid sud-africain.
C’est pourquoi Israël cherche désespérément à empêcher la publication des noms de ceux qui profitent des colonies.
« Nous ferons tout notre possible pour que cette liste ne voit pas le jour » a déclaré l’ambassadeur d’Israël aux Nations-Unies, Danny Danon, à l’Associated Press.
En mars, une pression similaire a réussi à intimider le secrétaire général des Nations-Unies, Antonio Guterres, pour supprimer un rapport déterminant des Nations-Unies sur la façon dont Israël pratique l’apartheid contre le peuple palestinien.
Aujourd’hui, les pressions d’Israël sur les Nations-Unies et le harcèlement sur les militants du BDS – boycott, désinvestissement et sanctions – visent à contrecarrer les efforts tendant à responsabiliser les entreprises complices – et finalement, Israël lui-même.
Le Haut-Commissaire des Nations-Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, ne doit pas céder, et il doit veiller à ce que la base de données soit publiée.
Source : The Electronic Intifada.

Comment l’Union Européenne encourage Israël à détruire les maisons des Palestiniens.
Les diplomates de l’Union Européenne sont une fois de plus désespérés devant les expulsions à grande échelle de Palestiniens et face à la démolition de leurs maisons ainsi que de leurs écoles en Cisjordanie occupée par Israël.
L’inquiétude professée par les Palestiniens est totalement sapée par une politique européenne qui prodigue ses encouragements aux crimes commis par Israël.
Vendredi, la mission de l’UE à Jérusalem a émis un communiqué pour « déplorer la menace continue de démolitions et de saisies de bâtiments palestiniens » – qui laisseraient 400 personnes sans abri – dans les communautés de Ein al-Hilweh, Umm Jamal et Jabal al-Baba.
L’UE note que, le mois dernier, « quatre autres communautés d’éleveurs, représentant 170 personnes au nord de la Vallée du Jourdain, ont perdu leurs procès devant la Haute Cour israélienne, et deux écoles de Wadi al-Seeq et al-Muntar, financées par des donateurs européens, sont menacées de destruction et de saisie ».
Également, celle-ci prétend qu’elle est « profondément inquiète » devant les projets israéliens de démolition dans les prochaines semaines, d’à peu près un cinquième des logements et des infrastructures de Susiya dans les collines sud d’Hébron.
« Alors que l’hiver arrive, une démolition imminente laissera jusqu’à 100 personnes, dont la moitié sont des enfants, sans abri », déclare l’UE.
Toutes ces actions, affirme-t-elle, « menacent la solution à deux Etats » et violent « les obligations d’Israël, en tant que puissance occupante, selon le droit international humanitaire ».
Plus tôt ce mois-ci, l’ONU a elle aussi mis en garde à propos des démolitions imminentes, faisant remarquer qu’elles font partie de la politique systématique d’Israël pour accomplir le « transfert forcé » des Palestiniens de la zone C – environ 60 pour cent de la Cisjordanie est entièrement contrôlé par Israël, aidée par une politique d’annexion.
Un goût de déjà vu.
Ce n’est pas une première : en août, les forces d’occupation ont détruit l’école de Jubbet al-Dib, financée par l’Europe. La veille de la rentrée des classes et comme à son habitude, l’UE n’a rien fait pour reconnaître la responsabilité d’Israël concernant cet acte de destruction ou la série d’autres démolitions et confiscations.
De même, en août, l’UE a émis un communiqué qui exhortait gentiment Israël à « reconsidérer » l’éviction prévue de la famille Shamasneh de son logement du quartier de Sheikh Jarrah dans Jérusalem occupée.
Malgré cela, quelques semaines plus tard, Israël a expulsé la famille.
Jusqu’ici en 2017 et selon l’ONU, Israël a démoli presque 400 bâtiments en Cisjordanie occupée, y compris à Jérusalem Est, déplaçant plus de 600 Palestiniens.
La majeure partie de ces destructions se font au prétexte que les palestiniens construisent sans permis, sachant que ces derniers ne sont presque jamais accordés par les autorités d’occupation.
Bien que leur nombre soit en baisse comparé à 2016 – année record des destructions par Israël – les actions israéliennes font partie d’un effort de colonisation calculé, dévastateur pour la vie de familles palestiniennes tenues pour cible.
Discussions inutiles.
Lundi, j’ai appelé le bureau de l’UE à Jérusalem pour leur demander si les choses seraient différentes cette fois-ci. Étant donné les déclarations précédentes de l’UE qui sont sans effet et traitées avec mépris par Israël, que compte faire l’Europe pour détourner l’occupant de ces projets de démolition ?
L’UE envisagerait-elle des sanctions ? La réponse diplomatique donnée par le porte-parole peut se résumer en un mot : non.
Une réponse habituelle. En plus des déclarations publiques, l’UE développe sa préoccupation dans des discussions privées avec les responsables israéliens.
En réalité, il existe des preuves que l’on ait demandé aux hauts fonctionnaires européens lors d’échanges avec leurs homologues israéliens de ne pas susciter d’inquiétudes concernant les atteintes aux Droits de l’Homme.
Même si l’UE soulève ces questions en privé, il est absurde de s’attendre à ce qu’Israël y prête quelque attention que ce soit lorsque le message de Bruxelles à Tel Aviv est régulièrement : Faîtes ce que vous voulez, nous continuerons à vous apporter notre soutien inconditionnel.
Ce soutien se cristallise par des centaines de millions de dollars utilisés pour financer « la recherche », dont toute une partie est distribuée aux fabricants d’armes ainsi qu’aux tortionnaires israéliens.
À genoux devant Israël.
Le soutien matériel à l’occupation et à l’apartheid, de même que le projet colonialiste de peuplement par Israël, sont renforcés par un engagement politique comportant d’une part, le refus de l’UE de condamner les politiques israéliennes lorsque ces dernières préconisent des actes génocidaires et le nettoyage ethnique du peuple palestinien, et d’autre part, l’aide pour calomnier et réduire au silence les citoyens européens qui défendent les droits des palestiniens.
Plus tôt ce mois-ci, l’UE et la France se sont humblement inclinés devant la décision d’Israël d’interdire à des élus français d’aller en Cisjordanie occupée. Ces derniers avaient prévu d’y aller pour exprimer leur solidarité envers le peuple palestinien qui vit sous l’occupation armée, à laquelle l’UE prétend s’opposer.
Néanmoins, les visites perpétuelles de responsables européens, volant vers Israël pour le récompenser en augmentant « la coopération », se poursuivent.
Dès lors, on ne peut décrire la politique européenne comme étant simplement inactive ou indifférente vis-à-vis des crimes commis impunément par Israël. En réalité, il s’agit d’une politique qui encourage l’État hébreu à s’approprier les terres palestiniennes et à mieux détruire des maisons et des vies.
Source : The Electronic Intifada.

####### Aujourd’hui en Palestine #######

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

Le gouvernement israélien encourage le massacre des Palestiniens et la confiscation de leurs terres
.
Le Bureau National pour la Défense de la Terre et la Résistance aux Colonies affirmé que le ministre de l’armée israélienne, Avigdor Lieberman, incite les colons à tuer les Palestiniens.
.
Est-ce que Trump reconnaît Jérusalem comme la capitale d’Israël ?
.
Israël veut museler ceux qui critiquent son armée
.
Israël s’active à récupérer des propriétés juives dans les pays arabes
.
4 blessés dans la répression des marches hebdomadaires de Kafr Kadoum et Nalin
.
Des blessés dans des affrontements avec l’occupation à Qusra
.
L’armée israélienne réduit en ruines une maison palestinienne à Qabatiya
.
Après la mort du soldat israélien … Une grande campagne de recherches à Hébron
.
Hamas : l’occupant israélien doit assumer les conséquences de son agression sur Gaza
.
Une ferme menacée de démolition à l’ouest de Salfit
.
150 logements en construction dans la colonie d’Avni Hvitz
.
Les forces d’occupation prennent d’assaut Kafr Thulth et Azzun
.
Les agressions israéliennes se renouvellent sur la bande de Gaza
.
Un soldat israélien tué dans une attaque au couteau au Néguev
.
Avertissements contre des activités de normalisation dans les écoles de Jérusalem
.
Badran: Le meurtre du martyr Ouda ne restera pas impuni
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information
LES TAGS
#flashinfo #journal #quotidien #information #presse #attentat #daesh #étatislamique #isis #tv #radio #article #islam #news #musulman #coran #sourate #croyance #islamophobie #ccif #islamophobe #cri #ldj #ldjm #gaza #palestine #ouighours #immigration #fn #israel #valls #hollande #terroriste #racisme #nazisme #Rohingyas #tartar #réfugier #migrant #hindoue #hindou #cpi #CentrePalestinienD’Information #sif #secoursislamique #mouslimradio #tunein #Hui

flash info,journal,quotidien,information,presse,attentat,daesh,état islamique,isis,tv,radio,article,islam,news,musulman,coran,sourate,croyance,islamophobie,ccif,islamophobe,cri,ldj,ldjm,gaza,palestine,ouighours,immigration,israel,valls,hollande,terroriste,racisme,nazisme,Rohingyas,tartar,réfugier,migrant,hindoue,hindou,cpi,Centre Palestinien D’Information,sif,secours islamique,mouslimradio,Chams,tunein,ajib,katibin,oumma,cpi,mizane

Laisser un commentaire