MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 8 Rabi al Awwal 1439.

Flash info du 8 Rabi al Awwal 1439.

Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein sur www.tunein.com, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.

AJIB.FRkatibin.frjournaldumusulman.frislametinfo.fr
saphirnews.comoumma.comdesdomesetdesminarets.frC P I, Centre Palestinien D'Information
www.mizane.infowww.actualiteislamiquedebelgique.com

Sur Ajib.fr, voici les titres.

Réciter la sourate al ‘asr lors de la clôture d’une rencontre entre personnes: une sounnah délaissée.
De nombreux actes de la Sunna sont délaissés par les musulmans qui s’intéressent seulement à la pratique des cinq piliers de l’Islam.
Pourtant le comportement exemplaire de Notre Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) devrait être la ligne conductrice de chaque croyant.
L’une des actions de la Sunna délaissée est le fait de « réciter la sourate Al Asr lors de la clôture d’une rencontre entre personnes ».
[Sourate Al-Asr (103) Le Temps].
« Bismi Allahi alrrahmani alrraheemi
Waal’asri
Inna al-insana lafee khusrin
Illa allatheena amanoo wa’amiloo alssalihati watawasaw bialhaqqi watawasaw bialssabri »
(Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.
Par le Temps!
L’homme est certes, en perdition,
sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres, s’enjoignent mutuellement la vérité et s’enjoignent mutuellement l’endurance.)
En effet, le hadith qui en parle cite bien le mot rencontre :
« Lorsque deux compagnons du messager d’Allah se rencontraient, ils ne se séparaient pas avant que l’un récite :
“Par le temps ! l’homme court à sa perte…” et que l’autre prononce le salam ».
(Hadith rapporté par At Tabarani dans al awsat et il est cité dans le tafsir de la sourate al asr par ibn Kathir).
(Hadith aussi rapporté par Abou Daoud dans son livre « az zouhd » et al bayhaqi dans chou’ab al iman).
L’imam Al Haythami l’a authentifié dans majma’ al zawa2id. Il a aussi été authentifié par le Cheikh al Albani dans silsilat al ahadith as sahiha (numéro 2648).
A la suite de ce Hadith, Cheikh Al Albani mentionne que ce récit contient une faîda qui est que les pieux prédécesseurs (as-sahaba) récitaient la sourate Al-Asr (avant de se quitter) et qu’étant donné qu’ils sont les plus éloignés du fait d’innover en religion, cet agissement provient donc forcement d’une parole, d’un acte ou d’une approbation du Messager d’Allah (sallAllahou ‘alayhi wa salam).
L’imam Chafi’i (mort en 204) a dit : « Si les gens méditaient cette sourate, elle leur serait suffisante ». (Tefsir Ibn Kathir vol 4 p 3153).
Ainsi les compagnons du Messager d’Allah (sallAllahou ‘alayhi wa salam) se la rappelaient mutuellement de manière régulière.

Sur Katibin.fr, rien de neuf.

Sur journal du musulman.fr, rien de neuf.

Sur islam et info.fr, voici les titres.

“Si vous n’êtes pas d’accord avec la loi et l’application de la loi, vous pouvez quitter ce pays ” déclare le n°1 de la Ligue islamique mondiale.
Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale, ex-Ministre de la Justice d’Arabie Saoudite, a appelé les musulmans à respecter “le régime laïque” dans les pays où ils vivent. Il a également appelé ses coreligionnaires à “s’adapter à la culture, à la législation” du pays dans lequel ils habitent.
Mohammed al-Issa, 52 ans, considéré comme un instrument politique de Riyad, a exprimé son “plein soutien” au CFCM.
Les musulmans ne devraient “jamais s’adresser à une autorité en dehors du pays dans lequel ils vivent”.
Il également rappeler aux musulmans de France qu’ils devaient “s’adapter à la culture, à la législation” des pays dans lesquels ils vivent. Il faut, dit-il, “respecter également le régime laïque”.
“Si vous n’êtes pas d’accord avec la loi et l’application de la loi, vous pouvez quitter ce pays et décider de vous installer ailleurs”, a-t-il déclaré fièrement.
“Si vous vivez en tant que minorité dans un pays, quel qu’il soit, il faut veiller à ce que vous soyez une richesse pour ce pays, et certainement pas un poids”, a également dit Mohammed al-Issa.
Interrogé sur la question du wahhabisme, longtemps doctrine religieuse de l’Arabie Saoudite, il a rejeté le terme.
“Pour nous, il n’y a pas de wahhabisme. Il y a l’islam, point.”
Il s’est également déclaré hostile à la fois à “une forme d’ultrarigorisme”, à “l’extrémisme idéologique” et au “terrorisme”, rejetant “les Frères musulmans” comme “le salafisme djihadiste”.

#Algérie Élections : DZ Joker et Anes Tina répondent au pouvoir algérien !
Des élections locales ont eu lieu en Algérie et nous ne vous donnerons pas les résultats puisque avant même les élections vous le connaissiez.
Nous ne vous donnerons pas le taux de participation car à part les complices du pouvoir qui a voté ?
Nous n’avions pas le courage d’écrire sur cette mascarade qui dure maintenant depuis plus de 30 ans.
30 ans de gouvernement contre l’Algérien, les algériens, l’arabité, l’amazighité, contre le bon sens … contre l’Islam.
Plus de 30 ans pendant lesquels Hizb Fransa a pillé pour ses maîtres, détruit l’Algérie jusqu’à son âme.
DZ Joker et Anes Tina ont trouvé le courage de vous parler de ces … ouled el hram.
Car quoi qu’ils arrivent, ils peuvent nous massacrer, nous emprisonner …
Mazel toujours un frère pour se relever et dire la vérité …
Insha Allah tasqat nidham !
Reportage video a voir sur islam et info.fr.

Sur saphirnews.com, rien de neuf.

Sur oumma.com, voici les titres, rien de neuf.

L’Arabie saoudite ouvrira ses portes aux touristes étrangers en 2018.
Territoire encore largement inconnu pour les amateurs de dépaysement non musulmans, l’Arabie saoudite, sous l’influence réformatrice de son jeune prince héritier Mohammed bin Salmane, n’en finit pas de nous surprendre, s’ouvrant à la modernité et au reste du monde à un rythme ébouriffant…
Diversification de son économie oblige et après avoir longtemps opposé son veto, le royaume saoudien est désormais fin prêt à miser sur l’industrie du tourisme pour se libérer de sa dépendance à l’or noir, cette prodigieuse mine d’or qui semble se tarir, et renflouer ses caisses en ramassant les milliards de dollars qui en jailliront, telle une nouvelle source miraculeuse de profits.
Année charnière, s’il en est, 2018 inaugurera une ère placée sous le signe de l’ouverture de ses frontières aux curieux venus d’ailleurs et de toutes confessions, et de la délivrance de précieux visas afin de sillonner un pays (hormis la terre sacrée de La Mecque) qui regorge de trésors insoupçonnés, que le nouvel homme fort de la monarchie wahhabite, Mohammed bin Salman, promet de valoriser.
« Notre public cible est composé de personnes qui veulent visiter notre pays pour découvrir sa grandeur et ses sites d’exception », a déclaré mercredi le prince héritier de la monarchie wahhabite dont la toute-puissance s’évalue à l’aune des trois hautes fonctions qu’il occupe : vice-Premier ministre, ministre de la Défense et chef de la Commission du tourisme et du patrimoine culturel.
« J’espère que tout sera en place pour que les visas soient délivrés en 2018 », a-t-il ajouté, en précisant que les demandes et l’ensemble des démarches administratives pourront se faire en ligne.
Sur tous les fronts, bousculant des traditions immuables et les mentalités figées dans l’archaïsme afin de parachever son plan de développement « Vision 2030 », Mohammed bin Salman, le grand ordonnateur de la vaste purge qui a récemment pris dans ses filets un aréopage de princes et de ministres réputés indétrônables, poursuit un double objectif : inciter les Saoudiens à passer leurs vacances à l’intérieur de leur pays, et non plus sous d’autres latitudes, pour éviter la fuite de capitaux, mais aussi transformer une cinquantaine d’îles au large de la mer Rouge en des stations balnéaires de luxe pour attirer une clientèle étrangère fortunée.
La première phase de ce projet, aussi grandiose que la Djeddah Tower, la plus haute tour du monde, s’annonce à couper le souffle, devrait s’achever en 2022.

Sur Mizane.info, rien de neuf.

Sur des domes et des minarets.fr, voici les titres.

Londres abrite près de 450 mosquées.
Près de 40% des musulmans d’Angleterre vivent à Londres. Sur les 8 millions de londoniens, un peu plus d’un million (12,4 %) se déclarent musulmans selon les dernières statistiques datant de 2011. Dans certains boroughs comme Tower Hamlets et Newham, cette proportion atteint respectivement 46 et 41% de la population. La majorité des musulmans de la capitale britannique sont issus d’Asie du Sud Est (Pakistan, Inde, Bangladesh), mais aussi de Turquie et de Somalie.
Cette présence ancrée se traduit par un nombre important de mosquées. Le Grand Londres compte près de 450 mosquées toutes tendances confondues ainsi qu’une douzaine d’écoles privées. On dénombre également 2 300 restaurants servant de la nourriture Halal. En 2013, il y avait 13 400 entreprises appartenant aux musulmans à Londres, créant plus de 70 000 emplois et représentant un peu plus de 33% des petites et moyennes entreprises.
L’Islam est la deuxième religion dont la croissance est la plus rapide au Royaume-Uni après l’irréligion, et ses adhérents ont l’âge moyen le plus bas de tous les principaux groupes religieux. Entre 2001 et 2009, la population musulmane a quasiment augmenté dix fois plus rapidement que la population non-musulmane.
Quelques mosquées du Grand Londres.
S’EXPATRIER EN ANGLETERRE, POURQUOI PAS ?
De plus en plus de français musulmans quittent la France pour s’installer au Royaume-Uni, pour des raisons professionnelles mais aussi religieuses. Pour accompagner les nouveaux venus, la société “Muslim Moves” basée à Leicester offre tous les services nécessaires à la réussite de leur projet comme la recherche d’un logement, l’inscription scolaire des enfants, l’inscription au système de santé britannique, l’ouverture d’un compte bancaire privé, (Pack Installation) …etc
Pour demander un devis gratuit : http://muslim-moves.com.

Soundiata Keïta, père du Mali.
Figure majeure de l’Afrique médiévale, Soundiata Keïta n’est autre que le fondateur de l’Empire du Mali et grand oncle de Mansa Moussa, alias l’homme le plus riche de l’histoire connue.
Né en 586 de l’hégire (1190) au royaume Manding, il est alors le fils, annoncé selon la légende par les devins, du roi Naré. Promis au trône, il voit cependant celui-ci lui passer sous le nez à sa mort, son frère se faisant couronner à sa place. Contraint à l’exil avec sa mère, il échappe alors à la conquête de ses terres en 625H (1228) par le roi du Sosso voisin, Soumaoro Kanté. L’homme fait alors des ravages dans tout le Manding, massacrant aussi la quasi totalité de sa famille.
Loin de ce qui s’y passe et pas en mesure d’intervenir, il se fait des années durant aux arts de la guerre, devenant un chasseur aguerri et déjà largement respecté et écouté des siens. En 632H (1235), prêt et accompagné de plusieurs milliers de guerriers lui ayant juré fidélité, il provoque le roi de Sosso au combat. C’est la bataille de Kirina. Détruisant les forces de l’envahisseur, qui s’évanouissent dans la nature, Soumaoro Kanté est peint tantôt comme mort au combat, tantôt comme un fuyard finissant ses jours en une grotte. Proclamé roi des rois, Soundiata Keïta réunit alors l’ensemble des petits royaumes existants en un seul, c’est l’Empire du Mali qui sort de terre. Il fait alors de sa ville natale, Niani, la capitale. Les débuts sont cependant difficiles, tant une partie de la population, animistes et acquis à la cause du roi déchu, semble ne pas être prête à accepter Soundiata. Beaucoup partiront en des contrées voisines.
Fort de ses victoires et acquis, il prend en 637H (1240) possession de la célèbre ville de Koumbi Saleh, alors capitale de l’Empire du Ghana qui n’est plus. Il est fait empeureur. Aidé des ses ressources naturelles, l’Empire du Mali voit son commerce fleurir. On y exploite aussi des quantités d’or faramineuses qui feront bientôt de l’Afrique de l’ouest un terrain envié jusqu’en Europe. C’est sous son règne que la culture du coton est introduite. De forts liens diplomatiques, commerciaux et intellectuels se nouent d’ailleurs avec les Almoravides plus au nord, l’entreprise faisant se tracer de longues et durables routes au travers du Sahara.
Combattant et maître de guerre respecté, il devient plus encore apprécié pour son administration. Sachant faire cohabiter, bien que des tensions soient là, animistes et musulmans sur son sol, il fait placer ses vizirs en chaque province en lesquelles il fait appliquer la Loi islamique. Soundiata Keïta, bien que dirigeant seul son empire, est aussi secondé par tout un conseil des anciens – dont des membres de la célèbre et secrète confrérie des chasseurs – auprès duquel il se tourne régulièrement. Ce modèle consultatif, largement inspiré du système islamique déjà existant, faut dire à ses contemporains qu’il serait ainsi l’un des 1ers libéraux et démocrates du continent.
Ce qui fait aussi et encore sa renommée de nos jours est une charte, prononcée lors de son intronisation après la bataille de Kirina. Transmise oralement par les griots jusqu’à aujourd’hui, classée au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO, la charte de Kurukan fuga serait selon ses commentateurs l’une des premières déclarations de droits humains. Elle pose ainsi en principe le respect de la vie humaine, la liberté individuelle comme le droit à la propriété et à ne plus avoir faim. Point le plus important : elle impose l’abolition de l’esclavage alors devenu courant en Afrique de l’ouest (et qui le restera dans les faits). Mais son authenticité reste discutée, surtout qu’elle s’entrecroise avec une autre charte, orale, recueillie plus tôt auprès d’autres chasseurs confréristes, racontant parfois son contraire.
À sa mort en 653H (1255), son Empire s’étend de l’Atlantique au Niger, du Sahara à la forêt ivoirienne. Riche en péripéties, son épopée s’est transmise oralement au fil des siècles, variant au gré des versions des griots. Pour les uns, il meurt de vieillesse, pour d’autres, mourant accidentellement au cours d’une fête. Cependant, tous les récits semblent s’accorder sur toute la grandeur de l’empereur défunt, si sévère et inflexible, aussi et surtout visionnaire et sage.

Tombouctou, la perle du désert.
Cité fondée sur l’islâm, Tombouctou fait sans conteste partie de ces métropoles qui ont inscrit leur contribution en lettres d’or dans l’Histoire de la Ummah. Grand centre de commerce transsaharien, la ville va en effet devenir, pendant plusieurs siècles, sous le règne de l’Empire du Mali puis de l’Empire Songhaï, un des plus grands centres du savoir islamique – une cité universitaire fondée sur la science et le livre, réputée à travers tout le monde musulman.
Dès le 12ème siècle, sous l’impulsion des savants musulmans du Ghana chassés par la chute de leur empire, une “université” islamique originale se développe à Tombouctou, autour de l’étude du Coran et des sciences islamiques, mais aussi de la médecine, de l’astronomie, des mathématiques, de la chimie, de la géographie, de l’histoire, de l’art… Les campus de la madrasah Sankore, bâtie par les Berbères Sanhaja, sont les plus réputés, aux côtés de la mosquée Djinguereber, construite par le fameux roi Moussa 1er au 14ème siècle, et de la madrasah Sidi Yahya, du nom d’un imâm et professeur andalou.
Ainsi, au sommet de son âge d’or, la ville compte plus de 25 000 étudiants sur 100 000 habitants. L’activité commerciale de la ville permet également un grand afflux de livres : les aller-retour permanents de commerçants venus de tout le monde islamique permettent à l’université de Tombouctou d’accumuler un nombre considérable d’ouvrages, sans parler de la production locale qui fait l’objet d’un véritable business model. Des bibliothèques et librairies privées fleurissent à tous les coins de rues, et la madrassa Sankoré possède alors la plus grande collection de livres en Afrique depuis celle d’Alexandrie, avec une bibliothèque impressionnante d’environ 700 000 ouvrages.
L’organisation de l’université de Tombouctou est particulière : décentralisée et composée de plusieurs collèges entièrement indépendants, chacun dirigé par un seul sheykh, chaque étudiant y choisit ainsi son enseignant et les cours sont donnés dans la cour des mosquées ou dans des résidences privées. Le curriculum des différentes madrasas était relativement uniforme et comprenait 4 niveaux, à la fin desquels l’étudiant recevait un turban symbolisant son diplôme, pour chaque niveau acquis : d’abord, l’école coranique (mémorisation du Coran et mastère en arabe), puis les études générales (sciences basiques : grammaire, maths, géographie, histoire, physique, introduction au commerce d’un côté, fiqh et hadith de l’autre), suivies du degré supérieur (spécialisation, recherche, débats), et enfin du niveau ultime, celui de juge ou professeur, pour les meilleurs étudiants, qui se rendaient ensuite dans toute l’Afrique de l’Ouest pour y enseigner ou y occuper de hautes fonctions…
C’est ainsi que Tombouctou, la perle du désert, contribuera grandement à l’islamisation de cette région. La conquête saadienne, en 1591, viendra mettre fin à cet âge d’or.

Sur Actualite islamique de Belgique, rien de neuf.

####### Aujourd’hui en Palestine #######

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

Bethléem : Un Palestinien réussit à faire démanteler une colonie sauvage sur ses terres
.
Des sources palestiniennes ont déclaré qu’un palestinien avait « arraché » un jugement au tribunal sioniste pour le retrait de quatre caravanes installées par des colons juifs sur ses terres dans la ville d’al-Khader au sud de Bethléem (au sud de Jérusalem occupée).
.
Les colons attaquent des terres palestiniennes dans la vallée du Jourdain
.
Abou Hassan: 4 facteurs pour contrer l’incitation contre les médias numériques
.
Washington pose des conditions pour l’ouverture du bureau de l’OLP
.
L’Egypte reporte l’ouverture du terminal de Rafah suite à l’attentat du Sinaï
.
92 nouveaux logements dans la colonie de Pisgat Ze’ev
.
Bahr exige la levée du blocus et l’arrêt de la coordination de sécurité avec l’Occupation
.
Les factions palestiniennes condamnent l’attentat de la mosquée Al-Rawda
.
Attentat Sinaï : Haniyeh présente ses sincères condoléances au renseignement égyptien
.
Des blessés et un jeune arrêté lors de confrontations à l’ouest de Jénine
.
Gaza : un enfant meurt des suites de ses blessures
.
Les colons attaquent un site archéologique au nord d’Hébron
.
L’occupation menace les citoyens d’Azzoun d’autres sanctions
.
L’occupation réprime des marches anti-colonisation en Cisjordanie
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information
LES TAGS
#flashinfo #journal #quotidien #information #presse #attentat #daesh #étatislamique #isis #tv #radio #article #islam #news #musulman #coran #sourate #croyance #islamophobie #ccif #islamophobe #cri #ldj #ldjm #gaza #palestine #ouighours #immigration #fn #israel #valls #hollande #terroriste #racisme #nazisme #Rohingyas #tartar #réfugier #migrant #hindoue #hindou #cpi #CentrePalestinienD’Information #sif #secoursislamique #mouslimradio #tunein #Hui

flash info,journal,quotidien,information,presse,attentat,daesh,état islamique,isis,tv,radio,article,islam,news,musulman,coran,sourate,croyance,islamophobie,ccif,islamophobe,cri,ldj,ldjm,gaza,palestine,ouighours,immigration,israel,valls,hollande,terroriste,racisme,nazisme,Rohingyas,tartar,réfugier,migrant,hindoue,hindou,cpi,Centre Palestinien D’Information,sif,secours islamique,mouslimradio,Chams,tunein

Laisser un commentaire