MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 7 Safar 1439.

Flash info du 7 Safar 1439.

Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.
**********************************************

AJIB.FRkatibin.frjournaldumusulman.frislametinfo.fr
saphirnews.comoumma.comdesdomesetdesminarets.frC P I, Centre Palestinien D'Information

Sur Ajib.fr, voici les titres.

Islam : Les parents peuvent-ils espionner leurs enfants ?
Le développement de la téléphonie et d’internet oblige souvent les parents à redoubler de vigilance voire même d’espionner leurs enfants à leur insu.
Mais cela est-il permis d’espionner son enfant ?
En Islam les deux parents sont responsables de l’éducation de leur enfant. Ils devront rendre des compte à Allah soubhanou wa ta’ala concernant l’éducation spirituelle ou intellectuelle de son enfant.
« Et sachez que vos biens et vos enfants ne sont qu’une épreuve et qu’auprès d’Allah il y a une énorme récompense. » (Coran 8/28)
La vigilance des parents, leur bonne protection de leurs enfants et leur éradication du mal dès son apparition sont à l’origine de la bonne conduite des enfants et de leur abandon des mauvais actes et des péchés.
Abou Said al-Khoudri a dit : « J’ai entendu le Messager d’Allah (sallAllahou ‘alayhi wa salam) dire : « Que celui d’entre vous qui constate un mal le change par sa main. S’il ne le peut pas qu’il le change par sa langue. S’il ne le peut pas qu’il le désapprouve en son cœur, cela étant la plus faible manifestation de la foi ». [rapporté par Mouslim, 49].

Sur Katibin.fr, voici les titres.

Vers une Algérie laïque ?
Le gouvernement du nouveau premier ministre Algérien Ahmed Ouyahya, vient de sortir deux décrets par le biais de ses deux ministres, de l’éducation nationale et des affaires religieuses, interdisant le port du voile intégrale dans les écoles de la république Algérienne et la réglementation de l’intensité sonore de l’appel à la prière.
Nouria Benghabrit n’est pas à son premier essai, après avoir supprimée « Besmala »(au nom de dieu le clément et le miséricordieux) des manuels scolaires, voilà qu’elle fait parler d’elle par une autre polémique, l’interdiction du voile intégrale dans les écoles Algériennes, sous prétexte de lutter contre la tricherie aux examens.
Ni les enseignants ni les élèves n’ont le droit de se couvrir le visage, tout ceci est illégal au vu de la constitution Algérienne, qui stipule que l’islam est la religion de l’état (deuxième article) ?
Les Algériens sont divisés en deux camps, ceux qui défendent la ministre de l’éducation nationale (en sachant qu’elle n’arrive pas à aligner une phrase correcte en arabe) qui veut réformer le ministère et les opposants au gouvernement de BOUTEFLIKA, qui veulent sa démission immédiate.
Un autre ministre, AÏSSA Mohamed, vient de réglementer le niveau des décibels de l’appel à la prière, avec une obligation d’avoir une voix belle et harmonieuse pour pouvoir prétendre à la fonction de muezzin.
« Et finalement, que doit faire le ministère des affaires religieuses pour recruter des muezzins avec une voix mélodieuse? Une « star académie » ou peut-être « the voice » pour dénicher la perle rare avec une voix qui ne dérange pas ceux qui dorment paisiblement… »
Peut-on dire que le gouvernement algérien est en train de laïciser le pays avec des décisions arbitraires ou c’est une stratégie politicienne qui permettra d’endormir le peuple par des polémiques inutiles, lui qui sait titiller les neurones les plus sensibles du cerveau algérien.

Sur journaldumusulman.fr, rien de neuf.

Sur islametinfo.fr, rien de neuf.

Sur saphirnews.com, voici les titres.

Centrafrique : Antonio Guterres réclame l’aide de la communauté internationale.
La visite du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, est en République centrafricaine (RCA) dans un contexte des plus tendus. Arrivé mardi 24 octobre pour une visite de quatre jours dans ce pays ravagé par un conflit intercommunautaire sanglant, il estimait que « la communauté internationale ne s’engage pas suffisamment, ne mobilise pas suffisamment ses ressources et ses capacités pour aider la République centrafricaine », lors d’une cérémonie d’accueil officielle à son arrivée.
Alors que le mandat de la Minusca devrait être prochainement renouvelé, la mission de l’ONU en Centrafrique est la cible de nombreuses critiques, avec des accusations d’agressions sexuelles des Casques bleus sur la population civile qui ont mis à mal leur image. C’est aussi la situation de la population musulmane à Bangassou, au sud-est du pays, qui inquiète Antonio Guterres. La ville a été prise prise d’assaut en mai par les miliciens anti-balaka et est le théâtre de violences visant les habitants de confession musulmane. Près de 2 000 d’entre eux ont trouvé refuge dans un séminaire catholique de la ville, où ils y restent cloîtrés de peur d’être tués à l’extérieur.
Déplacement à Bangassou
Antonio Guterres s’est rendu, mercredi 25 octobre, à Bangassou, où il a tenu à rendre hommage aux neuf Casques bleus tués entre mai et juillet 2017 dans cette même ville. « Le message essentiel de cette visite, c’est qu’il nous faut l’engagement de la communauté internationale, non seulement pour réduire ces souffrances et ces problèmes, mais parce qu’il y a une opportunité de construire une Centrafrique nouvelle, en paix, en sécurité et en prospérité pour son peuple », a déclaré Antonio Guterres.
« Je fais appel aux leaders religieux, et aux leaders communautaires pour qu’ils parlent d’une façon très nette en condamnant toutes les exactions et formes de violence, surtout par des groupes qui invoquent des identités religieuses qui n’ont aucun sens. Musulmans et chrétiens doivent vivre ensemble, il n’y a aucune raison pour les opposer» a-t-il ajouté au micro de France 24.
Lors de cette visite, l’homme, qui estime que « la seule solution, c’est la réconciliation », a également rappelé qu’il avait demandé l’envoi de 900 casques bleus supplémentaires en Centrafrique.

Sur oumma.com, voici les titres.

Mecca Cola remplace la cause palestinienne par celle des Rohingyas et s’engage auprès d’eux.
Multi-casquettes, Tawfik Mathlouthi est un visage familier d’OummaTV, où il troque volontiers celle d’entrepreneur engagé, créateur de Mecca Cola, pour celle de journaliste/interviewer, soit dans le cadre d’émissions politiques, telle « Tunisie Politique » ou son dernier entretien exclusif avec le directeur du centre d’information international des Rohingyas en Malaisie, soit favorisant les échanges interreligieux, à l’image de « Parole commune ».
« Ne buvez plus idiot, buvez engagé ! ». Plus qu’un slogan percutant qui définit l’identité forte de Mecca Cola, c’est le credo de son inventeur, Tawfik Mathlouthi, qui résonne toujours aussi intensément en lui près de quinze ans après l’émergence en France de sa célèbre boisson gazeuse, éthique par excellence.
L’engagement humanitaire chevillé au corps, le chef d’entreprise français, doté d’une cuirasse épaisse, avait fait du soutien inconditionnel à la Palestine le grand combat de sa vie, au risque de s’attirer les foudres de la bien-pensance hexagonale si prompte à marquer les militants pro-palestiniens au fer rouge de l’antisémitisme.
Nul n’est prophète en son pays, Tawfik Mathlouthi le sait mieux que quiconque. Mais il lui en aurait fallu beaucoup plus que la menace de tomber en disgrâce pour renoncer à verser 10% des bénéfices nets, engrangés par Mecca Cola, à des projets humanitaires conduits dans cette région du monde en souffrance, placée sous le joug israélien depuis 70 ans.
Plus d’une décennie s’est écoulée depuis que son délicieux breuvage s’est exporté sous d’autres cieux plus cléments, connaissant un formidable essor dans soixante pays, non sans être secouée par de violents tumultes et émaillée de tragédies humaines incommensurables, parmi lesquels l’insoutenable génocide subi par les Rohingyas l’a profondément bouleversé.
Cette minorité musulmane martyre de Birmanie, classée comme l’une des plus persécutées au monde par l’ONU, a été poussée sur les routes marécageuses de l’exode par l’horreur d’une extermination ethnique qui a culminé dans la barbarie en l’espace de cinq ans. Au cours d’un été 2017 aussi incendiaire que sanglant, des milliers de familles décimées ont été acculées à une fuite éperdue vers le Bangladesh voisin, l’un des pays les plus pauvres de la planète et, de surcroît, les moins épargnés par les catastrophes naturelles.
Comment rester insensible à l’effroyable sort infligé à cette communauté pacifique, sans ressources et si vulnérable, qui se croyait chez elle dans l’Etat d’Arakan, où elle vit depuis des générations, et qui a été reléguée au rang déshonorant d’apatride, avant que ne se déchaîne contre elle la fureur meurtrière de la junte au pouvoir et de moines bouddhistes ultra-nationalistes ?
« J’ai été épouvanté par l’ampleur et les atrocités de ce massacre génocidaire commis contre une minorité sans défense, exclue de tous les pans de la société, dont les membres sont traités depuis 48 ans comme de véritables parias. Je l’ai été aussi par le silence assourdissant de Aung San Suu Kyi et de la communauté internationale qui devait craindre, sans doute, de se désavouer en reconnaissant s’être lourdement trompée sur son compte », a confié Tawfik Mathlouthi, joint par téléphone, avec une émotion très perceptible dans la voix.
Devant ce drame absolu, sa fibre humanitaire et solidaire ne pouvait que vibrer fortement en lui. En entrepreneur résolument engagé contre les injustices criantes de ce bas monde, il a fait tout naturellement de l’assistance d’urgence en faveur des réfugiés Rohingyas au Bangladesh sa nouvelle grande cause prioritaire.
Après avoir été longtemps au chevet de la Palestine, si chère à son cœur, Tawfik Mathlouthi a estimé que la situation désastreuse de cette communauté musulmane cruellement éprouvée, ayant quitté l’enfer birman pour une terre d’asile bangladaise minée par l’extrême pauvreté, commandait et imposait qu’il suspende son aide financière aux Territoires occupés au profit des damnés de la terre du Myanmar.
C’est en ambassadeur de Mecca Cola, porteur d’une grande nouvelle et d’un message essentiel, qu’il a été récemment accueilli par les autorités de la République populaire du Bangladesh, au cours d’un séjour fructueux, avec tous les honneurs, dont le point d’orgue fut la conférence de presse du 16 octobre dernier.
« On m’a réservé un accueil digne d’un chef d’Etat ! », s’est exclamé Tawfik Mathlouthi, à la fois impressionné et très touché par l’engouement général que sa présence a suscité. Il n’en revient d’ailleurs toujours pas que des affiches à son effigie habillent des immeubles en plein cœur de Dacca, la cité phare du pays, avec cette belle déclaration d’amour mise en exergue : « Vous avez gagné nos cœurs. Nous souhaitons gagner le vôtre ».
Devant la presse nationale venue en nombre, entouré du Vice-président de l’Assemblée nationale et président de la banque Maghna Bank avec lequel il a scellé un accord d’association pour créer Mecca Cash, la « carte bancaire prépayée pour tous » et destinée particulièrement aux migrants Rohingyas, Tawfik Mathlouthi a dévoilé les trois axes majeurs de son projet, né de sa vision qui place l’humain au cœur de l’entreprise :
son soutien financier apporté à la minorité musulmane en détresse du Myanmar, en reprenant la formule qui a fait des heureux en Palestine : verser 10% des bénéfices nets enregistrés par Mecca Cola à l’urgence humanitaire absolue que représente la cause Rohingyas ;
l’ouverture d’une usine de production Mecca Cola à une vingtaine de kilomètres de la capitale bangladaise, avec 70 emplois à la clé ;
la création de Mecca Cash*, la carte bancaire prépayée pour tous ( Black, Gold ou Blue). Une carte de paiement sans frontières, sans limites, dont les jeunes sans revenus, les interdits bancaires, les acheteurs sur Internet, mais aussi et surtout ceux qui ont des attaches à l’étranger, notamment les immigrants Rohingyas, pourront faire bon usage.
Plus que jamais, grâce à Mecca Cola, boire engagé n’est pas une simple promesse pétillante. C’est une réalité qui se concrétise à chaque fois que des bulles s’échappent du « coca éthique » au goût inimitable et désaltèrent les palais pour la bonne cause.

Une famille musulmane veille sur une église depuis plus de 80 ans.
Il était une fois en Jordanie, près de la cité antique de Madaba, très prisée pour ses mosaïques byzantines et omeyyades enchanteresses, une belle histoire à la croisée des religions…A Khirbat Al Mukhayyat, un hameau situé à proximité de la ville chrétienne la plus importante du pays, une famille musulmane veille depuis plus de 80 ans sur les vestiges de l’église Saint-Lo et Saint Procope. En 1932, la famille Eigittat fit une découverte d’une valeur historique et patrimoniale inestimable, à l’intérieur de sa maison, sous le plancher de la cuisine. Grâce à la mère de famille, un joyau de l’art ornemental chrétien, long de 15 mètres et vieux de 560 ans, fut déniché et exhumé. L’annonce de cette fabuleuse découverte bouleversa les prêtres franciscains de l’époque, chargés de préserver les sanctuaires catholiques autour de Madaba. Invités chez les Eigittat pour authentifier cette œuvre d’art, ils proposèrent, à la demande du Vatican, d’acheter ce qui était jadis une église et de reloger la famille musulmane. « Les prêtres ont acheté le terrain où nous vivions, construit une maison pour ma famille et c’est ainsi que nous sommes devenus les gardiens et protecteurs officiels de l’église », a relaté Abdullah Eigittat, ce fils fier d’avoir repris le flambeau familial.

Sur des domes et des minarets.fr, rien de neuf.

###################################

####### Aujourd’hui en Palestine #######

###################################


Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

Après avoir été torturé, un enfant blessé enfin libéré par l’occupation
.
Les autorités israéliennes ont décidé de libérer l’enfant captif Haitham Jaradat, âgé de 14 ans, de sa prison, jeudi, après avoir confirmé la gravité de son état.
.
L’occupation veut créer un nouveau quartier juif près de Qalandia
.
#Balfour100 : Une manifestation anti-Balfour prévue à Londres
.
82 colons pénètrent dans la mosquée al Aqsa
.
Atallah Hanna s’indigne contre l’interdiction d’un séminaire sur le vol du patrimoine
.
Une maison palestinienne démolie et des fermiers attaqués par des Israéliens à Naplouse
.
L’occupation informe la famille Abu Jamal de la démolition de leur maison
.
Tubas : L’occupation libère un cadre du Hamas
.
L’Autorité Palestinienne arrête l’ex-détenu Zaher Moussa à l’ouest de Naplouse
.
Des dizaines de blessés lors de violents affrontements à Hébron
.
De nouveau, l’extrémiste Glick autorisé à profaner la mosquée al-Aqsa
.
Démission du négociateur israélien et proche de Netanyahou
.
Tentative d’attaque à la voiture bélier près de Ramallah
.
Lieberman: Nous ne voulons pas de confrontation avec Gaza
.
Al-Arouri: L’arme de la résistance est une ligne rouge et non négociable
.
Intrusions et arrestations en Cisjordanie occupée
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information
///////////////////////////////////////////////////
 

LES TAGS
 

///////////////////////////////////////////////////

#flashinfo #journal #quotidien #information #presse #attentat #daesh #étatislamique #isis #tv #radio #article #islam #news #musulman #coran #sourate #croyance #islamophobie #ccif #islamophobe #cri #ldj #ldjm #gaza #palestine #ouighours #immigration #fn #israel #valls #hollande #terroriste #racisme #nazisme #Rohingyas #tartar #réfugier #migrant #hindoue #hindou #cpi #CentrePalestinienD’Information #sif #secoursislamique #mouslimradio #tunein #Hui

flash info,journal,quotidien,information,presse,attentat,daesh,état islamique,isis,tv,radio,article,islam,news,musulman,coran,sourate,croyance,islamophobie,ccif,islamophobe,cri,ldj,ldjm,gaza,palestine,ouighours,immigration,israel,valls,hollande,terroriste,racisme,nazisme,Rohingyas,tartar,réfugier,migrant,hindoue,hindou,cpi,Centre Palestinien D’Information,sif,secours islamique,mouslimradio,Chams

Laisser un commentaire