MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 3 Safar 1438.

Flash info du 3 Safar 1438.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur #mouslimradio :
www.MouslimRadio.info

******************************************************************


Pétition pour demander l’assistance consulaire belge à l’égard d’Ali Aarrass.

Ali Aarrass, citoyen belgo-marocain accusé de terrorisme, est emprisonné au Maroc depuis huit ans. Son comité de soutien crie son innocence précisant que les aveux ont été obtenus sous la torture, sans assistance consulaire.

Une assistance consulaire inexistante.

La pétition en ligne indique que la Belgique a abandonné son citoyen dont l’extradition vers le Maroc lors de son arrestation a eu lieu sans que le royaume belge ne s’y oppose. Le Ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, a été condamné par la Cour d’appel de Bruxelles en raison du manque de démarches faites à l’égard du cas Ali Aarrass. Le 10 octobre dernier, Ali Aarrass a été transféré de la prison de Salé 2 vers celle de Tiflet 2 sans qu’il ne soit prévenu de cette situation. Farida Aarrass indique que son frère est dans des conditions de détention difficiles : confinement 23h/24h dans une minuscule cellule sans lit, avec un accès aux douches une fois par semaine. Il ne peut appeler ses proches qu’une fois par semaine à raison de cinq minutes. Et il n’a aucun contact avec les autres détenus. Face à cet isolement, une pétition a donc été mise en ligne afin de demander une fois de plus au Ministre belge des Affaires étrangères d’intervenir.

Ainsi vous pouvez donc accéder à la pétition en cliquant directement sur le lien suivant : http://www.petitions24.net/assistance_consulaire_pour_ali_aarrass
.

Clic pour voir la Source de l’article

***


Football : « Je suis musulman. Je suis quoi ? Terroriste ? » demande Younès Belhanda.

Younès Belhanda a rejoint la Ligue 1 et l’OGC Nice durant l’été 2016. Son absence des terrains de football ces derniers mois a donné envie à certains journalistes sportifs de commenter sa pratique religieuse qui aurait un impact sur sa carrière.

« On dit que je prie beaucoup. Et alors ?

C’est Daniel Riolo, journaliste sportif sur RMC, qui a abordé ce sujet lorsqu’il a appris que l’OGC Nice allait recruter l’international marocain : « Cela serait une grosse erreur parce que Belhanda, ce n’est plus trop un joueur de foot. Il a un peu vrillé. Bref, il prie beaucoup. Il est parti dans un autre monde ». Si durant un certain temps Younès Belhanda n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet, il a dernièrement échangé avec Daniel Riolo sur les ondes de RMC en demandant quel était le lien entre ses prières et sa présence dans le football français. De plus, interrogé par l’Equipe, l’attaquant niçois a indiqué préférer en rire. « À l’époque, je n’ai pas voulu répondre (…) Ce n’est pas que ça m’a vexé, mais c’est petit. Pourquoi parler de ça alors que je suis footballeur ? Je suis musulman. Quel est le rapport ? Il n’y a pas de soucis. Je suis musulman. Je suis quoi ? Terroriste ? Je suis musulman, je pratique l’islam, quel est le rapport ? (…) Aujourd’hui, on est stigmatisés. Regardez : on dit que je prie beaucoup. Et alors ? ».

Finalement de la stigmatisation aucun musulman n’est à l’abri. Et avec son excellent début de saison chez les Aiglons, Younès Belhanda a de quoi clouer le bec des journalistes sportifs qui devraient davantage se focaliser sur le sport !

Reportage vidéo a voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

Clic pour voir la Source de l’article

***


L’émir du Qatar demande aux citoyens qataris de moins dépenser.

Qui a dit que le Qatar ne connaissait pas la crise ? La dernière déclaration de Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, émir du pays, incite justement les citoyens à moins dépenser.

Cesser les dépenses extravagantes.

Pour le propriétaire du PSG, la situation économique que connaît l’émirat n’est pas sans conséquence sur le niveau de vie des Qataris. En effet le pétrole est une source apportant moins de revenus qu’auparavant. Ainsi le gaspillage tout comme les dépenses extravagantes sont à réduire. Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani souhaite que changent les mentalités afin que chacun prenne conscience de l’importance de la planification sur le long terme et du travail. La consommation des plus jeunes est aussi à cadrer et est pointée du doigt. Le Qatar serait en déficit budgétaire pour cette année 2016.

C’est d’ailleurs justement le Qatar qui doit recevoir la Coupe du monde de football 2022 avec une organisation coûtant près de 200 milliards de dollars. Comment donc les citoyens vont-ils avaler la pilule ?

Clic pour voir la Source de l’article

***


L’impunité pour les crimes commis contre des journalistes dénoncée.

A l’occasion de la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre des journalistes fixée le 2 novembre, l’Unesco a fait savoir que 115 journalistes ont été tués dans l’exercice de leurs fonctions à travers le monde, « ce qui en fait la deuxième année la plus meurtrière de la décennie, juste devant 2012 » pendant laquelle 124 journalistes ont été tués. Cependant, moins d’un cas de journaliste tué sur dix donne lieu à un jugement devant un tribunal national, selon l’organisation internationale.

Sur 62 pays où sont recensés des meurtres de journalistes, 40 ont répondu aux demandes d’information de l’Unesco, dirigée par Irina Bokova. En 2014, seuls 16 pays sur les 59 concernés avaient fourni l’information requise.

Sur les 827 journalistes tués depuis 2006, 402 personnes ont été l’objet d’une information de la part des Etats mais seuls 63 affaires ont été résolues, soit 16 % des cas pour lesquels l’Unesco dispose d’information et seulement 8 % des journalistes tués recensés l’institution, souligne cette dernière.

Par ailleurs, « 92% des incidents dans lesquels on a fait usage de violence pour museler la libre expression et priver le public de son droit à l’information n’ont pas été suivis de sanction. Conséquence : les criminels peuvent en déduire que quoi qu’il arrive, ils échapperont à la justice », indique l’Unesco, qui lance une campagne se sensibilisation intitulée « My killers are still free » (« Mes meurtriers sont toujours libres »).

Ces chiffres sont extraits de son rapport sur la sécurité des journalistes et le risque de l’impunité. Publié tous les deux ans depuis 2008, il sera présenté le 17 novembre devant le Conseil intergouvernemental du Programme international pour le développement de la communication (PIDC).

Si l’Unesco constate une amélioration continue du suivi des actions en justice à l’encontre des meurtriers de journalistes par les Etats membres, elle appelle ces derniers « à faire leur possible pour poursuivre les auteurs des meurtres visant des professionnels des médias depuis des années ».

A l’occasion de cette journée internationale, Reporters sans frontières (RSF) a publié une galerie de portraits comprenant ceux de « 35 chefs d’Etat, hommes politiques, chefs religieux, milices et organisations criminelles qui censurent, emprisonnent, torturent ou assassinent les journalistes ».

Clic pour voir la Source de l’article

***


L’histoire secrète de l’alliance scellée par la reine d’Angleterre, Elisabeth Ier, avec le monde musulman au XVIème siècle.

Hors du commun, la dynastie des Tudor, l’une des plus célèbres de l’histoire de l’Angleterre, grâce principalement aux règnes d’Henri VIII et de sa fille Elisabeth Ier, a été de tous temps une source intarissable d’inspiration pour le théâtre, la littérature, le petit et le grand écran.

Objet de mélodrames à grand spectacle, la vie, jalonnée d’intrigues et de tumultes de ses illustres personnages, semblait n’avoir aucun secret pour le grand public, hormis celui qu’un historien de renom, Jerry Brotton, a fait ressurgir du passé dans son ouvrage « The Sultan and the Queen » : l’alliance anglo-musulmane, enfouie dans les cendres de l’oubli, scellée par Elisabeth Ier avec le Sultan Mourad III et le Shah d’Iran.

Quand elle monte sur le trône en 1558, à tout juste 25 ans, portée au pouvoir par le parti protestant, la jeune reine Elisabeth Ier, née de l’union entre Henri VIII et Anne Boleyn, veut placer son règne sous le signe de la paix. Refusant à la fois le calvinisme et la primauté pontificale, elle instaurera l’anglicanisme en 1559, établissant l’Eglise nationale d’Angleterre, réformée par sa doctrine et sa liturgie, et affranchie de la tutelle de Rome et de Genève.

Une indépendance qui lui vaudra d’être excommuniée par le pape et de l’acculer à une impasse en 1570, alors que son royaume, au bord de la ruine, n’était plus en odeur de sainteté sur le Vieux Continent.

En quête d’alliés en dehors de ses frontières, la reine n’a pas craint, alors, d’aller chercher ailleurs une aide urgente et précieuse, essentielle à la survie de son Etat tombé en disgrâce, se tournant sans l’ombre d’une hésitation vers le monde musulman pour solliciter le soutien d’un partenaire de poids de l’autre côté du Bosphore : le Sultan Mourad III, le 12ème sultan de l’Empire ottoman.

A l’heure où l’Europe et l’Amérique de Trump, drapées dans le même cynisme, font de l’islam La menace des temps modernes, chatouillées par la tentation de fermer les frontières ou d’ériger des murs de barbelés, tout en pactisant avec l’Arabie saoudite et le Qatar, il y a près de 500 ans de cela, Elisabeth Ier nouait des liens commerciaux fructueux avec l’Empire ottoman et la Perse. Dénuée de peur irrationnelle, de préjugés et d’hypocrisie, elle était mue par un pragmatisme et une tolérance remarquables, qui l’ont conduite à établir des passerelles entre deux mondes pour des raisons politiques et commerciales affichées clairement, sans arrière-pensée.

Devenu paria au sein de l’Europe catholique, son royaume anglican s’est tout naturellement rapproché du monde islamique, sans que l’idéologie et le sectarisme ne s’en mêlent et polluent cette proximité politico-économique.

« Au cours des dernières années, il y a eu une identification paroissiale des Tudors, reflétée par la manière dont la dynastie est représentée et mise en scène dans différentes œuvres cinématographiques ou télévisées. C’est devenu un indice de l’Englishness, lié à la blancheur et au christianisme. Mais on n’a jamais montré à l’écran l’histoire des échanges commerciaux prolifiques entre le monde chrétien et islamique au XVIème siècle. Regardez les portraits des Tudors peints sur des tableaux. Ils sont couverts de perles d’Orient, de soie d’Iran, de coton issu de l’empire ottoman. A partir de cette époque, la langue anglaise subit également les influences linguistiques de ces échanges, et commence à intégrer des mots arabes et persans dans son vocabulaire courant », a commenté Jerry Brotton, l’historien d’Oxford, grâce à qui ce pan entier du règne d’Elisabeth Ier, la reine vierge avec laquelle s’éteignit la dynastie des Tudors, a été exploré et exhumé des oubliettes de la grande Histoire.

Clic pour voir la Source de l’article

***


La grande campagne contre l’islamophobie de NewYork s’affiche sur les réseaux sociaux.

Depuis qu’il a ravi les clés de Big Apple à Michael Bloomerg, son richissime prédécesseur, le démocrate Bill de Blasio s’efforce de faire de la mégapole new-yorkaise une cité où il fait bon vivre pour ses administrés musulmans, soucieux de respecter la diversité de ce melting pot de cultures et de religions, à l’image de sa promesse de campagne qu’il s’est fait un devoir de tenir sitôt élu maire en 2014 : l’instauration de deux jours fériés dans le calendrier scolaire pour les deux grandes fêtes de l’Aïd al-Fitr et de l’Aïd al-Adha.

Ce volontarisme politique, fort louable, a été cependant mis à rude épreuve par l’islamophobie meurtrière qui a frappé à trois reprises au mois d’août, en plein cœur de Brooklyn, tuant froidement l’imam Maulan Alauddin Akonjee, 55 ans, et son assistant, Thara Uddin, 66 ans, ainsi que Nazman Khanam, 60 ans, une retraitée très active de l’enseignement. Trois destins foudroyés, dont la disparition tragique a laissé derrière eux une communauté musulmane, et notamment bengalie, effondrée et pétrifiée.

Un mois plus tard, le 26 septembre dernier, une campagne d’affichage inédite portant le sceau officiel de Bill de Blasio a fleuri sur les réseaux sociaux, mettant en valeur des portraits d’hommes et de femmes, reflet de la diversité musulmane, avec en exergue un slogan éloquent, facilement mémorisable et compréhensible par tous : « I am Muslim, I am NYC » (Je suis musulman. Je suis NewYork), accompagné d’un rappel à l’ordre : « Il est illégal de discriminer ou de harceler quelqu’un sur la base de sa religion ou de ses principes ».

C’est de loin la meilleure réponse que la ville de New York ait trouvée pour contrecarrer les préjugés anti-musulmans pernicieux et briser leur spirale infernale de violences, comme l’a expliqué son inspirateur, maître d’oeuvre et fervent promoteur : « Maintenant plus que jamais, il est important pour chaque New-Yorkais de privilégier l’unité et de rejeter la haine et la violence», a écrit Bill de Blasio dans un communiqué accompagnant le lancement de cette grande campagne de sensibilisation.

Parallèlement à la déclinaison de visuels diffusés sur Facebook, Twitter et Instagram, en vue de toucher un large coeur de cible en un temps record, une « loi sur les droits de l’Homme de la Ville de New York- Protection des musulmans et des personnes perçues comme telles » a été élaborée, s’articulant autour de 10 points essentiels.

Dix points à ne pas négliger, ni mépriser, mais à respecter scrupuleusement pour que New York, la cité multiculturelle par excellence, ne devienne pas une jungle inhospitalière et sauvage pour les musulmans.

1. Des milliers de musulmans de milieux divers habitent à New York. Comme les autres New-Yorkais de confessions différentes, ils contribuent à la diversité et à la richesse culturelle unique qui fait la réputation universelle et bien connue de New York. Ils méritent de vivre et de travailler sans crainte de discrimination et de harcèlement

2. La discrimination fondée sur la religion/croyance à l’égard d’un employé est interdite. Les actes contraires à la loi sont par exemple le harcèlement verbal ou l’intimidation d’un employé parce qu’il est musulman, le refus d’embaucher ou de promouvoir un employé en raison de sa confession, la mutation d’un employé à un poste sans contact avec les clients en raison de tenue religieuse ou la différence de traitement d’un employé en raison de sa croyance.

3. Les employés ont le droit de demander des adaptations raisonnables afin d’observer une pratique religieuse ou de porter des tenues religieuses sur leur lieu de travail. Il s’agit par exemple d’une barbe plus longue, le port d’un turban, d’un hidjab, d’un voile ou d’un kufi.

4. Les employés ont le droit de demander du temps libre pour observer une fête religieuse ou un rituel (tel que la prière en milieu de journée) et ils peuvent discuter d’une solution avec leur employeur, par exemple un congé payé, un congé sans rémunération ou la possibilité de rattraper le temps ultérieurement.

5. Il est illégal pour les loueurs en meublé de refuser une location à une personne en raison de sa confession ou de la perception de sa confession, en se fondant sur son apparence.

6 Il est interdit aux propriétaires et gérants d’immeuble de refuser à des locataires d’une confession d’afficher des décorations, iconographies ou symboles religieux à l’extérieur de leur porte d’appartement s’ils permettent les locataires d’autres confessions à le faire (par exemple, autour des fêtes importantes, comme l’Aïd ou Noël).

7. Il est interdit aux propriétaires et concierges de refuser de faire des réparations dans l’appartement d’un locataire en raison de sa croyance ou de l’expression religieuse réelle ou perçue du locataire.

8. Il est illégal pour les restaurants, entreprises ou autres organismes publics de refuser de servir une personne en raison de sa croyance ou de son expression religieuse réelle ou perçue. Il est interdit à un restaurant de refuser de servir une femme musulmane parce qu’elle refuse de retirer son hijab. Il est interdit à un chauffeur de taxi de refuser de prendre un client en raison de la perception de sa religion.

9. Il est illégal de menacer, harceler ou intimider dans un espace public une personne en raison de sa religion, réelle ou perçue, par exemple dans un train ou un cinéma.

10. Il est illégal d’employer des représailles à l’encontre d’une personne, y compris une personne consciencieuse parce qu’elle a déposé une plainte pour discrimination. sur Twitter, Facebook, Instagram et YouTube.

Clic pour voir la Source de l’article

***


Chanel lance son hijab haute couture.

La marque de luxe française marche dans les pas de Dolce & Gabbana.

Depuis la semaine dernière, les vitrines de la boutique Chanel, à Beverly Hills, ont pris une nouvelle allure. Situé à Rodeo Drive, dans la cité des Anges, le magasin a habillé quelques-uns de ses mannequins avec un voile. Une façon de globaliser la marque mais aussi de saisir un marché florissant du côté de la mode dite islamique.

Comme le souligne Dazed and Confused, 23 % de la population mondiale est musulmane, ce qui représente une part intéressante de clients potentiels. De plus, en 2013, les consommateurs musulmans auraient dépensé 266 milliards de dollars (243 milliards d’euros) en vêtements et en chaussures dans le monde, d’après le rapport “Global Islamic Economy” publié en 2015 par Thomson Reuters pour le compte de Dubaï, et d’ici trois ans, cette somme pourrait atteindre les 484 milliards de dollars (442 milliards d’euros).

Chanel est loin d’être l’unique maison de couture à tenter d’atteindre des clients aisés de la communauté musulmane. En janvier 2016, Dolce & Gabbana lançait une collection exclusive de hijabs et d’abayas. Du côté du prêt-à-porter, secteur plus accessible, la donne est la même : l’an dernier, H&M mettait pour la première fois en avant une mannequin voilée dans sa campagne de pub. Uniqlo, pour sa part, s’était allié à la styliste anglo-nippone Hana Tajima pour créer des modèles de voiles destinés aux femmes musulmanes.

Clic pour voir la Source de l’article

###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

Le Hamas confirme son refus de toute modification de la loi électorale locale.
.
Gaza commémore la Déclaration Balfour.
Dans une scène en colère des dizaines de palestiniens ont organisé un sit-in devant le siège des Nations Unies à Gaza pour condamner la Déclaration Balfour.
.
Libération du dirigeant au Hamas Nazih Abu Aoun.
.
554 palestiniens, dont 130 enfants, ont été arrêtés par les forces d’occupation israéliennes en Cisjordanie et à Gaza en octobre.
.
Mechaal appelle à un véritable partenariat national et informel.
.
Cheikh Sabri appelle l’OCI à un rôle plus important à l’appui de Jérusalem.
Cheikh Ikrima Sabri, chef du Conseil suprême islamique, a apprécié l’ouverture d’un bureau de représentation de l’Organisation de la coopération islamique en Palestine.
.
Les Brigades Al-Qassam, l’aile armée du Hamas, ont pleuré mercredi matin un de leurs membres qui est mort d’une crise cardiaque subite dans une mission de résistance.
.
L’occupation détruit le village Araquib pour la 105ème fois.
.
Balfour: le pêché originel de la Grande-Bretagne.
.
Le Club des prisonniers palestiniensa déclaré mardi que le prisonnier Juma Ibrahim Adam, 47 ans, de Jéricho, entre dans sa 29e année dans les prisons de l’occupation israélienne.
.
Naplouse: L’occupation mène des exercices militaires près des maisons.
.
L’occupation arrête 3 jeunes hommes au barrage de Beit Fourik.
.
Les forces armées d’occupation israéliennes ont pris d’assaut le mercredi à l’aube , la ville de Naplouse au nord de la Cisjordanie occupée.
.
L’occupation démolit une maison palestinienne au nord de Jérusalem.
Les bulldozers d’occupation sioniste ont démoli le mercredi à l’aube, une maison en construction dans le village de Beit Hanina au nord de la ville occupée de Jérusalem.
.
Des organisations juridiques et des forces nationales palestiniennes ont appelé à intensifier la solidarité avec les prisonniers palestiniens en grève de la faim dans les prisons.
.
Une journée avec les ramasseurs d’olives, à côté de la colonie Alain Morieh.
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.
Le Centre Palestinien D’Information, sur http://french.palinfo.com

Laisser un commentaire