MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 3 Shawwal 1437.

Flash info du 3 Shawwal 1437.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur #muslimradio :
www.MuslimRadio.info

******************************************************************


Libye : Condamné à mort, un des fils de Kadhafi finalement libre.

Reçu par France24, l’avocat de Seif-al-Islam, Karim Khan a annoncé que son client était bien libre. Initialement condamné à la peine de mort pour les révoltes sanglantes de 2011 en Libye, il a bénéficié d’une loi d’amnistie générale jugée par le gouvernement internationalement reconnu…
Le pouvoir de Tripoli encore trop fragile…

Cela fait presque cinq ans que le second fils de Mouamar Kadhafi est emprisonné en Libye, le voilà désormais libre… Alors que plusieurs tribunaux plaidaient la peine de mort ou la prison à perpétuité, le gouvernement de l’est a finalement décidé de lui accorder l’amnistie. Et pourtant, en juillet 2015, le tribunal de Tripoli l’avait condamné à mort pour l’affaire des répressions violentes de 2011, ses hommes et lui avaient massacré une majeur partie des manifestants libyens. Actuellement, un problème majeur subsiste, la Libye est pilotée par deux gouvernements, celui de Tripoli, dont le tribunal avait opté pour l’exécution de Seif-al-Islam, et celui de l’est, de Tabrouk, reconnu par la communauté internationale. Malgré un accord sur une union nationale en mars dernier, les deux partis ne parviennent toujours pas à collaborer convenablement, les deux groupes ne partagent d’ailleurs pas le même système judiciaire. Contrairement au gouvernement de Tripoli, le gouvernement de Tabrouk a lui voté l’amnistie pour Seif-al-Islam, ce dernier a été capturé par une milice ne reconnaissant pas l’autorité de Tripoli, elle s’est donc tournée vers le gouvernement jugé légitime. En dehors de la concurrence au sein du pouvoir, la décision d’amnistier Seif-al-Islam détient une véritable valeur juridique, le gouvernement de Tabrouk est le seul à être reconnu par la communauté internationale, la peine de mort jugée au préalable par le tribunal de Tripoli n’a donc aucune valeur auprès des Nations Unies.

Malgré la décision rendue, la Cour Pénal Internationale avait auparavant émis un mandat d’arrêt, elle jugeait qu’aucun tribunal libyen n’était compétent pour se charger du dossier, la situation semble pourtant avoir évolué avec le gouvernement reconnu. L’avocat de Seif-al-Islam a d’ailleurs exprimé son souhait de plaider pour la fin des poursuites auprès de la CPI, son client se trouverait dans un lieu sécurisé à l’est du pays et aurait quitté la prison de Zintan…

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Irak : Le Rapport Chilcot confirme que Tony Blair a fait la guerre sans motif en Irak.

Depuis l’intervention américaine en Irak, le monde sait que cette ingérence des Etats-Unis était injustifiée. Le rapport Chilcot vient davantage enfoncer le clou concernant l’engagement britannique inutile décidée par Tony Blair à l’époque.

Une fidélité aveugle aux Etats-Unis.

Ce rapport était attendu depuis sept ans. Demandé par Gordon Brown, lorsqu’il était encore Premier ministre, il rend des conclusions à charge contre Tony Blair. Dans les 6417 pages, il est indiqué qu’il a suivi aveuglement Georges Bush souhaitant faire tomber Saddam Hussein en 2003. « Je serai avec toi, quoi qu’il en soit » est une phrase écrite dans une lettre à destination de l’ex-président américain. Après la publication de ce rapport, certains députés outre-Manche pourraient tenter de retirer à Tony Blair son ancien titre de Premier ministre. Des poursuites judiciaires pourraient même être engagées contre lui. Quant à David Cameron qui avait voté l’engagement militaire britannique, il a déclaré que chacun devait prendre ses responsabilités après ses révélations.

Quel désastre lorsque l’on regarde l’état de l’Irak aujourd’hui !

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Syrie : le régime va-t-il respecter le cessez-le-feu qu’il a instauré ?

Ce jour de l’Aid el Fitr, le régime syrien a décrété un cessez-le-feu devant normalement durer 72 heures. Mais ce silence des armes va-t-il vraiment être respecté ?

Pour fêter l’Aid, un temps de répit ?

Les civils en Syrie ont vécu un Ramadan rythmé par les bombardements. A l’heure du Maghreb, ce sont très régulièrement des bombes qui sont venues s’inviter pour l’iftar. A présent c’est un cessez-le-feu que les autorités ont annoncé. L’ensemble du territoire syrien serait concerné. Alep est l’une de ces villes où de nombreuses fois les armes se sont tues pour finalement entendre de nouveau le bruit des détonations, des bombardements… D’ailleurs, déjà ce mercredi il était noté des tirs d’artillerie causant morts et blessés. Une situation qui a forcément poussé les familles à ne pas prendre de risques en fréquentant les rues pour se rendre chez des proches.

Les cessez-le-feu excluent donc souvent des groupes que le régime continue à bombarder. Les civils sont aussi ciblés donnant donc un tout autre sens au terme « cessez-le-feu ».

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Centrafrique : un Aïd al-Fitr dans la concorde à Bangui.

Des milliers de musulmans ont célébré, mercredi 6 juillet, l’Aïd al-Fitr en se rendant à la grande mosquée de Bangui, située dans le quartier PK5 à majorité musulmane. Un appel à la paix a été lancé depuis ce lieu de culte, en présence de responsables religieux et politiques.

« A chaque fois depuis les évènements, les imams de la mosquée à la prière du vendredi, à l’occasion de l’Aïd el-Kébir, on prêche seulement la paix. Il faut s’aimer les uns et les autres. La violence ne sert à rien. L’islam, c’est la religion de la tolérance », a déclaré Mamadou Boubayaka, un des membres de la mosquée, cité par RFI.

« Je n’avais jamais vu autant de monde se rassembler pour la grande prière de l’Aïd. C’est un signe, peut-être, que les Centrafricains ne veulent plus la guerre », a déclaré, ému, un responsable de l’ONU.

Ce signe d’apaisement, c’est dans le 6e arrondissement de la capitale qu’il a été le plus visible. Une centaine de musulmans se sont rassemblés dans les ruines d’une mosquée détruite par les anti-balakas pour y accomplir la prière de l’Aïd. Ce rituel n’avait pas été célébré depuis trois ans dans ce quartier. Un appel à la cohésion sociale a été lancé à cette occasion, en présence de nombreux non-musulmans.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Canada : le cadeau de l’Aïd des musulmans pour Fort McMurray .

Les musulmans célèbrent, tant bien que mal, l’Aïd al-Fitr cette semaine. A cette occasion, une organisation musulmane canadienne a décidé de faire don de 250 000 dollars canadiens (175 000 €) aux habitants de la ville de Fort McMurray, dont une partie a été ravagée par les flammes début mai.

Deux mois après, des foyers d’incendie sont encore en cours de traitement mais les autorités de la province de l’Alberta n’ont déclaré que cette semaine que le feu, dont l’origine reste encore est « maîtrisé ». 10 % de la ville devra être rasé.

L’ONG International Development and Relief Foundation (IDRF), basée à Toronto, a donné cet argent à l’association Habitat for Humanity, qui se charge de la reconstruction et de la réparation de maisons à Fort McMurray pour ceux qui ne sont pas ou peu couverts par l’assurance.

L’argent, rapport le Huffington Post Canada, a été récolté lors d’un gala à Markham, dans l’Ontario, en présence de John McCallum, ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté. IRDF réussit à faire là un beau cadeau de l’Aïd pour des familles qui ont parfois tout perdu.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Suisse : Le niqab interdit dans le Tessin, Rachid Nekkaz était présent pour « donner des leçons de démocratie à la Suisse ».

Il en coûtera désormais jusqu’à 9 200 euros d’amende pour toute personne, voilée intégralement, qui oserait braver la loi contre le port du niqab, entrée en vigueur le 1er juillet dans le canton suisse de Tessin, le premier canton à avoir manifesté sa volonté de légiférer à tout prix sur la question.

Cette loi criminalisant les femmes voilées de la tête aux pieds est la concrétisation du vote référendaire qui, en septembre 2013, pour une majorité de Tessinois (65 % d’entre eux), se prononçait en faveur d’une initiative populaire exigeant de graver dans le marbre de la Constitution l’interdiction de cacher son visage dans l’espace public.

Aussi, la présence vendredi à Locarno de Nora Illi, membre du Conseil islamique suisse, dissumulée sous un long voile bleu, aux côtés de Rachid Nekkaz, l’homme d’affaires algérien connu notamment pour avoir pris et fait cause pour cette poignée de citoyennes passibles de lourdes amendes, jusqu’à payer leurs contraventions en France et en Belgique, a-t-elle été perçue comme une bravade du plus mauvais effet, méritant une sanction pécuniaire.

Conspué par un groupe d’habitants ulcérés, Rachid Nekkaz a lancé à la cantonade et devant les micros qui se tendaient vers lui : «Je viendrai ici aussi souvent qu’il le faudra pour donner des leçons de démocratie à la Suisse.».

Si ce dernier a écopé d’une amende ferme de 230 francs suisses (212 euros) qu’il a payée rubis sur l’ongle, celle de Nora Illi, encore incertaine, oscille entre 100 francs suisses (92,45 euros) et 10 000 francs suisses, soit le plafond de l’amende (9047 euros).

De son côté, l’ambassade d’Arabie Saoudite à Berne a recommandé sur Twitter à ses concitoyens en villégiature dans les verts alpages helvètes, au coeur du coffre-fort de l’Europe, de « respecter et de se conformer aux règles et règlements suisses afin d’éviter tous problèmes. »

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Une première en Inde : les femmes autorisées à se recueillir dans la célèbre mosquée Eidgah Aishbagh pour l’Aïd El Fitr.

Alors que des controverses sur la présence des femmes musulmanes dans les lieux de culte agitent l’Inde, le geste d’ouverture sans précédent de la prestigieuse mosquée Eidgah Aishbagh qui surplombe Lucknow, la cité phare de l’Etat Uttar Pradesh, a été de bon augure en ce jour de la célébration de l’Aïd El Fitr.

Pour la première fois de sa longue et riche histoire, les femmes ont été autorisées à pénétrer dans l’enceinte sacrée et à se recueillir dans une salle spacieuse dédiée, d’une capacité d’accueil de 500 personnes, à l’écart de leurs coreligionnaires masculins, pour la plus grande satisfaction de Shamina Shafiq, figure de proue de la Commission nationale pour les femmes (NCW), qui a salué l’initiative à marquer d’une pierre blanche.

« Je me réjouis de cette avancée notable et je tiens à exprimer toute ma gratitude au chef religieux musulman Maulana Khalid Rasheed Firangi Mahali qui a donné son feu vert officiel. Je nourris l’espoir que ce signal fort d’ouverture adressé aux femmes sera une source d’inspiration pour les autres mosquées et les dignitaires religieux du pays », a déclaré cette infatigable militante en faveur de l’égalité des droits entre les hommes et femmes en matière d’accès aux lieux de culte.

De son côté, Zakia Soman, co-fondatrice de Bharatiya Mahila musulmane Andolan (BMMA), une organisation connue pour avoir déposé une requête auprès de la Haute Cour de Bombay afin d’assouplir les restrictions infligées aux femmes, pointe une interprétation humaine du Texte : « Le Coran ne stipule nulle part que les femmes ne sont pas les bienvenues dans les mosquées et lors des prières », se désole-t-elle, en réprouvant une « interdiction imposée par les hommes pour mieux exercer un contrôle et une domination ».

Réconfortée grandement, elle aussi, par la décision en tout point exceptionnelle de la majestueuse mosquée Eidgah Aishbagh, Zakia Soman s’autorise à croire qu’elle influencera favorablement la Haute Cour de Bombay qui doit prochainement statuer sur l’accès des femmes à la mosquée Haji Ali Duragh, située sur un îlot, au large de Worli, dans la partie sud de Mumbai. « Ce serait un grand pas en avant » s’exclame-t-elle, en attendant avec fébrilité l’arbitrage dont elle mesure mieux que quiconque les lourds enjeux.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Palestine : Le blocus de Gaza empêche sa nécessaire reconstruction : des organisations internationales sonnent l’alarme.

Deux ans après le déclenchement de la guerre de 2014 qui a coûté la vie à 1 492 civils palestiniens, dont 551 enfants, la majorité de la bande de Gaza demeure en ruines. Des quartiers entiers ne peuvent s’approvisionner en eau, des hôpitaux et cliniques détruits n’ont pas encore été reconstruits et des dizaines de milliers de personnes sont toujours sans abris.

Même si la reconstruction a progressé, la situation à Gaza demeure grave. Moins de 10% des 11 000 maisons complètement détruites pendant les 51 jours de bombardement ont été reconstruites. A cause de la guerre et du blocus imposé en 2007 par Israël, plus de 75 000 Palestiniens de Gaza n’ont toujours pas de foyer où habiter.

« Deux ans après le début de la guerre, le blocus empêche gravement la reconstruction et le redressement de Gaza. A moins d’y mettre un terme, les Palestiniens vivant à Gaza seront incapables d’aller de l’avant et de vivre en liberté, en sécurité et dans la dignité », a déclaré Chris Eijkemans, Directeur Pays d’Oxfam.

« Quand le cessez-le-feu a débuté, les leaders mondiaux ont promis de travailler pour un développement durable sur le long terme pour les Palestiniens de Gaza. Mais il y a peu de preuves de ces promesses sur le terrain. ».

Les organisations internationales travaillant dans le Territoire Palestinien occupé tirent aujourd’hui la sonnette d’alarme sur le manque de progrès dans la reconstruction de Gaza dû aux lourdes restrictions imposées par Israël sur l’entrée de matériaux essentiels. Les organisations appellent les chefs d’Etat à respecter leurs engagements et faire pression pour lever immédiatement le blocus.

Les près de 10 ans de blocus ont paralysé l’économie de Gaza. Sans la possibilité de vendre sur des marchés extérieurs, le secteur privé a chuté. Le taux de chômage au total dépasse les 40%, avec un taux de chômage chez les jeunes parmi les plus hauts du monde.

L’impact du blocus sur les enfants est particulièrement dévastateur, des dizaines de milliers d’enfants demeurent sans abris à cause du conflit de 2014. « La moitié de la population de Gaza sont des enfants, dont de nombreux qui ont vécu toute leur vie sous blocus. Des centaines d’enfants nécessitant un traitement médical vital sont empêchés de quitter la bande de Gaza. Deux ans après, les principales causes de leurs souffrances n’ont toujours pas été examinées », a rappelé Fikr Shalltoot, Directeur des programmes à Gaza pour Medical Aid for Palestinians (MAP).

M. Eijkemans a déclaré que la levée du blocus est la seule solution pour donner à la population un accès aux services de bases dont elle a désespérément besoin, pour permettre une reconstruction complète et pour rétablir l’économie paralysée de Gaza.

« Le blocus est illégal en droit international et constitue une punition collective pour une population entière. Seule sa fin immédiate permettra de restaurer une sécurité de long terme pour les Palestiniens comme pour les Israéliens. ».

Communiqué de l’Association of International Development Agencies,
Jerusalem, le 7 juillet 2016.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


France : Bac et Aïd El Fitr : F. Fillon fustige « le réflexe pavlovien de la droite » contre les musulmans.

Quand l’ancien Premier ministre de l’ère Sarkozy, placée sous les signes funestes de l’affairisme, de la bouc émissarisation des musulmans et du bellicisme dévastateur en Libye, renvoie certains de ses collègues à leur hypocrisie sans nom et leur islamophobie instrumentalisée à l’extrême, cela donne un François Fillon très remonté mercredi, au micro de RTL, contre une indignation bassement politicienne.

Cette indignation, toujours aussi sélective et tendancieuse, qui n’a de républicain que le nom du parti qui se targue de l’être, s’est exprimée haut et fort contre les directives de la Maison des examens en Ile-de-France (Siec) qui, à l’approche de la célébration de l’Aïd El Fitr, ont autorisé les candidats musulmans aux oraux de rattrapage du bac à bénéficier d’un report de 24h. La belle affaire !

« Communautarisme », « atteinte à la laïcité », « accommodement intolérable », les cris d’orfraie poussés notamment par Jean-François Copé, lequel, malgré l’opprobre général, ose se présenter sans vergogne à la primaire de novembre, mais aussi les deux tenants de la droite dure, Eric Ciotti et Guillaume Peltier, le porte-parole des Républicains, ont fait sortir de ses gonds François Fillon.

Rappelant opportunément que ces consignes appliquent à la lettre la circulaire que lui-même avait édictée en 2004, alors qu’il était ministre de l’Education, celui-ci a admonesté ses pairs sur les ondes.

« Il y a un certain nombre de gens à droite qui ont une sorte de réflexe pavlovien: dès qu’on parle des musulmans, ils se mettent à éructer », a lancé le député de Paris et candidat à la primaire, en ciblant la démagogie de caniveau de Copé, Ciotti (son ancien directeur de campagne rallié à Sarkozy) et Pelletier, ainsi que le fameux deux poids deux mesures à la française et son extraordinaire capacité à fermer les yeux sur ces mêmes dérogations qui profitent depuis longtemps, et essentiellement, aux Français de confession juive.

Cet accommodement est une « une tradition française depuis toujours », a clamé François Fillon. « C’est le Général de Gaulle le premier qui avait pris des décisions pour que les fonctionnaires français qui étaient de religion juive ou de religion musulmane puissent, lorsqu’il y avait des fêtes religieuses importantes, ne pas travailler ces jours-là », a-t-il précisé, avant d’appuyer là où ça fait mal : « Les Français de religion juive sont très intransigeants sur la question des fêtes religieuses », « en réalité, très peu de musulmans profitent de cette situation ».

Il est des vérités qui sont bonnes à dire, surtout quand elles ont le mérite de dénoncer le cynisme de ces élus du peuple qui se disent épris de démocratie et de liberté, la laïcité chevillée au corps, et qui sont les premiers à les fouler aux pieds, rongés par une ambition dévorante, ayant leur rond de serviette au grand rituel dînatoire et communautaire par excellence du Crif.

Clic pour voir la Source de l’article

####################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

Jénine: L’Autorité Palestinienne mène une large campagne sécuritaire.
.
Arrestation d’une mère accusée de possession de couteau près de la Mosquée Ibrahimi.
.
Pression sur le Hamas pour achever un accord d’échange de détenus.
.
14,5 millions de shekels supplémentaires pour protéger les colons à Jérusalem-Est.
.
Démolition de la maison d’un prisonnier de Qabatiya.
.
Affrontements nocturnes et six citoyens arrêtés dans le 2ème jour de l’Aïd.
.
Pour introduire les aides humanitaires turques, Les autorités d’occupation ouvrent le passage de Karam Abu Salem.
.
A Jénine, la joie de l’Aïd confisquée par les prix exorbitants et l’anarchie sécuritaire.
.
Trois soldats d’occupation israéliens blessés suite à une attaque à la voiture bélier.
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.
Le Centre Palestinien D’Information, sur http://french.palinfo.com

Laisser un commentaire