MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 28 Sha'ban 1437.

Flash info du 28 Sha’ban 1437.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur :
www.MuslimRadio.info

******************************************************************


Suisse : Forte augmentation des converties, un livre pour en témoigner.

Petra Bleisch, professeure à la Haute Ecole pédagogique de Fribourg a sorti le 01 juin un livre qui retrace 8 années d’étude sur les femmes converties en Suisse. La Charia en Suisse, démontre que le taux des conversions à l’islam en Suisse chez les femmes a quintuplé de 2000 à 2010, pour atteindre le chiffre de 4000 converties à l’islam.

Dans une interview donnée à la Tribune de Genève, l’auteure qui a aussi étudié l’islam et l’histoire des religions, s’est interrogé sur ce qui poussait les femmes suisses à adopter l’islam et ses normes religieuses au quotidien. Elle explique que son constat est loin des préjugés tant médiatisés. Les femmes suisses sont, en général, des femmes exerçant des métiers sociaux, avec un intérêt pour les autres cultures, et, non, leur conversion n’est pas liée au mariage.

Pendant les huit années qu’elle a passé à suivre et étudié les femmes musulmanes suisses, elle découvre qu’il y a, selon elle, deux groupes de converties: celles qui ont vécu un changement de vie majeur, souvent suite à une rencontre amoureuse, et, de l’autre côté, des femmes ont eu un cheminement de vie assez long avant de trouver la foi et devenir musulmane. Mais toutes se disent forcément différentes depuis leur conversion.

Dans son livre, l’auteure parle aussi de la place du hijab, de l’emploi et des répercussions du suivi des normes islamiques des femmes en terme de diminution d’emploi pour celles qui abonnent un poste pour défendre leur port du hijab. Une chose est sûre: » on retrouve surtout chez ces femmes le souci de mener une vie tranquille de musulmane e de s’occuper de leur famille ».

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Droits de l’Homme : Le Maroc largement en avance sur le sol africain.

Selon une étude réalisée par Adalberto Carlos Agozino, professeur de l’Université John F. Kennedy à Buenos Aires, le Maroc est en avance par rapport aux autres pays africains en matière de Droits de l’Homme. Le pays réalise, selon lui, des efforts de promotion et de respect qui méritent d’être reconnus et soutenus.

L’expert politologue rapporte dans un entretien accordé à l’Agence Marocaine pour la Presse, publié le 01 juin, » qu’en toute objectivité et réalisme, le Maroc a largement devancé la plupart des pays africains en matière de promotion des Droits de l’Homme(…) et toute remise en question de ces efforts ne peut être qu’une instrumentalisation à des fins politiques ».

Le royaume islamique et africain n’a, d’après lui, pas de » questions relatives aux Droits de l’Homme qui méritent d’être dénoncées, eu égard aux efforts et à l’engagement de les respecter et de les promouvoir ». En effet, le pays jouit de plusieurs instances spécialisées dans ce domaine ainsi que des politiques publiques et des stratégies qui œuvrent dans ce sens.

La tenue en 2014 du Forum Mondial des Droits de l’Homme au Maroc est forcément la preuve d’une reconnaissance au niveau international des efforts fournis et du processus en constante évolution.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


L’Algérien Riyad Mahrez sacré meilleur footballeur maghrébin de l’année.

Saison pleine pour l’international algérien Riyad Mahrez qui remporte, vendredi 3 juin, le prix du meilleur footballeur maghrébin 2015 remis par le journal France Football. Il a reçu 67 % des votes, devant son dauphin marocain Mehdi Benatia (11 %) et son compatriote Yacine Brahimi (7 %).

Riyad Mahrez, 25 ans, est né à Sarcelles, dans le Val d’Oise, et a débuté sa carrière professionnelle au Havre, en Seine-Maritime. Il rejoint en 2014, le club anglais de Leicester City, alors en deuxième division. Déjouant tous les pronostics, le club a remporté cette année le championnat de Premier League en Angleterre.

Avec 17 buts et 11 passes décisives, Riyad Mahrez a été un des maillons fort de son équipe et a été auréolé du titre de meilleur joueur de Premier League. Il est le premier africain à obtenir cette prestigieuse distinction.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Arabie Saoudite : quatre mosquées ouvertes aux non-musulmans.

L’Arabie saoudite a décidé de faire un geste en faveur des non-musulmans en leur offrant la possibilité de visiter les quatre grandes mosquées de Djeddah, aux portes des villes sacrées de La Mecque et de Médine.

Selon Saudi Gazette, les mosquées Al-Rahma (dite la mosquée flottante, située sur les rives de la Mer Rouge), Al-Taqwa, celle du Roi Fahd et du Roi Saoud (la plus grande de la ville) seront accessibles dans le but de faire découvrir l’architecture et le patrimoine islamique.

L’accès à La Mecque est interdite aux non-musulmans. Quant à Médine, Saleh Al-Mighmasi, imam de la mosquée Quba, la première qui fut construite dans cette ville aux premiers temps de l’Hégire, a fait savoir vendredi 27 mai que l’entrée de non-musulmans n’est pas anti-islamique et que cette action équivaut à aucune violation de la charia.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Inde : 24 auteurs du massacre de musulmans au Gujarat condamnés.

La cour spéciale d’Ahmedabad, dans le Gujarat, a condamné, jeudi 2 juin, 24 personnes accusées d’avoir participé au massacre de musulmans à Gujarat en 2002. Onze d’entre elles ont été reconnus coupable d’avoir assassiné à coups de haches et d’avoir brûlé 69 musulmans qui s’étaient réfugiés dans une résidence de la ville d’Ahmenabad pour échapper aux violences. Trente-six individus ont été acquittés faute de preuves. Les peines devraient être connues lundi 6 juin. Ils risquent la prison à vie.

Sept ans après le début du procès, c’est un soulagement pour Zakia Jafria, dont le mari a été tué pendant le massacre : « Je suis heureuse car 24 accusés ont été reconnus coupables mais je suis triste car 36 autres ont été acquittés. C’est une justice partielle mais je me battrai jusqu’au bout. »

Les émeutes de Gujarat ont été déclenchées en février 2002, après la mort de 59 pèlerins hindous dans l’incendie d’un train. Des groupes d’extrémistes hindous ont désigné les musulmans comme responsables de l’incendie et ont alors déferlé dans des quartiers musulmans. Cet épisode constitue l’une des pires manifestations de violence interreligieuse en Inde depuis l’indépendance.

Le Premier ministre indien, Narendra Modi, dirigeait à cette époque l’Etat du Gujurat. Son manque de réaction face au déchainement de violence lui a valu de comparaitre en justice mais la Cour suprême l’a exempté de toute responsabilité en 2012. Parmi les 36 personnes acquittées, on retrouve un inspecteur de police et l’un des principaux responsables locaux du Parti du peuple indien (BJP), mouvement actuellement au pouvoir à New Delhi. La justice a rejeté l’accusation de crime prémédité et accrédité la thèse d’un soulèvement spontané.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Le Ramadan en juillet 1915, en pleine guerre des tranchées.

Plongés dans l’horreur et la boue d’une « guerre de tranchées » qui n’était pas la leur, pas plus que la nation pour laquelle ils combattaient au péril de leur vie, les milliers de « poilus » de confession musulmane enrôlés volontaires ou plutôt de force dans l’armée française, pendant la grande boucherie de la Grande Guerre, purent observer le jeûne du Ramadan en 1915.

Il y a bientôt cent un ans de cela, la célébration du mois sacré entre tous eut lieu en plein été, du 13 juillet au 12 août 1915, alors que le Vieux Continent était à feu et à sang. Faire parler les armes, souvent en tant que chair à canon, et se conformer au grand rituel ramadanien fut conciliable pour les 300 000 soldats du Maghreb et les 180 000 tirailleurs d’Afrique noire venus gonfler les rangs des bataillons français. Faut-il y déceler les signes de la tolérance de la France ou l’empreinte d’une stratégie toute politique ?

Pour l’historien américain Richard S.Fogarty, expert de la Première Guerre mondiale, cité dans l’article de Stéphanie Trouillard paru sur France24, il ne fait pas l’ombre d’un doute que cette autorisation accordée par le ministère de la Guerre, qui n’a pas été sans faire couler de l’encre, était motivée par des considérations bien plus pragmatiques que foncièrement accommodantes.

Selon cet éminent spécialiste de l’Universit d’Albany, si, dès le 26 juin 1915, le ministère a pris des dispositions favorables aux jeûneurs qui composaient ses troupes en ces termes : « À partir du 12 juillet au soir, les militaires musulmans qui auront déclaré vouloir jeûner pourront prendre leurs repas aux heures suivantes : café du matin reporté au coucher du soleil. Déjeuner trente minutes environ après le café. Dîner vers 23 heures », ce fut essentiellement pour ne pas crėer des tensions au sein des familles des soldats musulmans, mais aussi pour répondre à la propagande allemande. « Les autoriser à observer le jeûne du ramadan durant la journée, leur servir leur repas après le coucher du soleil et les informer des fêtes religieuses du mois sacré, cela peut être considéré comme de la ‘bonne politique’. De cette façon, les soldats pouvaient voir des preuves concrètes des précautions prises par l’armée pour respecter leur religion et leurs usages », souligne Richard S. Fogarty.

Cela étant, s’abstenir de boire et de manger lorsque la guerre faisait rage et s’enlisait dans le bourbier des tranchées s’avéra un défi de taille à la fois pour les troupes musulmanes et l’Etat-major français, qui sollicitait d’autant plus ses forces disponibles à l’été 1915 que les pertes humaines étaient colossales.

Interrogées par courrier par des soldats musulmans particulièrement inquiets, deux importantes figures religieuses de Tunis et d’Alger émirent des fatwas leur permettant de rompre le jeûne : « Dans l’un de ces textes daté de juillet 1915*, le mokaddem (chef) de la confrérie musulmane de la zaouïa [petite mosquée, NDLR] de Boghari en Algérie écrit notamment : « O frères, il vous est permis de ne pas observer le jeûne pendant tout le mois de Ramadan et cela conformément aux paroles ci-après du Prophète. (…) La non-observation est une indulgence que Dieu vous a accordée. (…) Le marabout exhorte ses coreligionnaires à témoigner leur dévouement au noble gouvernement de la République française »,

Des fatwas considérées comme une aubaine par les autorités qui cherchèrent à les exploiter, pendant que le ministère de la Guerre maintenait les mesures permettant de respecter le Ramadan, indiquant alors que ces avis juridiques devaient être laissés à la libre interprétation des « militaires indigènes ».

Ce Ramadan pratiqué au sein de l’armée française, au beau milieu d’une sale guerre, aurait-il miraculeusement échappé à toute critique ? Non, bien entendu, les remarques acerbes émanant notamment de l’Eclair, un journal régional catholique du Midi, fustigèrent, le 25 juillet 1915, l’excessive compréhension des autorités françaises dans l’article « Heureux fils de Mahomet » : « Mais quelle chance d’être musulman ! Supposez que M. Millerand donne des ordres pour que les soldats catholiques puissent faire le Carême et accomplir rigoureusement à Pâques leurs devoirs religieux ! (…) N’interdit-on pas à nos soldats catholiques de porter l’emblême du Sacré-cœur ! Ah ! Si c’était une image d’Allah ! », raillait la plume incisve du journaliste.

Ménageant la chèvre et le chou, la République, aux yeux de Richard S. Fogarty, était alors « coincée entre son engagement pour la laïcité et la nécessité de continuer une bonne politique musulmane pour des raisons d’ordre colonial ». « Je ne pense pas que beaucoup de soldats nord-africains se considéraient comme étant chanceux d’être en France en 1915. Beaucoup d’entre eux combattaient involontairement, loin de chez eux, pour défendre une nation qui n’étaient pas la leur, et pour laquelle ils ne bénéficiaient pas des droits de la citoyenneté », met-il en évidence en guise de conclusion, non sans une pointe d’ironie.

Clic pour voir la Source de l’article

***********


Le statut de celui qui ne prie que pendant le Ramadan ?

C’est bien connu, à l’approche du mois de Ramadan, beaucoup de musulmans se remettent à la prière. Et chaque année, on se pose la même question : quel est le statut de celui qui ne prie que pendant le Ramadan ?
Et chaque année, La même réponse est donné : Celui qui ne prie que pendant le Ramadan est bien meilleur que celui qui ne prie pas du tout.

Cela étant dit, on peut s’étonner assurément de celui qui ne prie que pendant le Ramadan.
Pour qui prie t-il ?
Pour lui-même ?
Pour le Ramadan ?
Ou pour Dieu ?

S’il fait la prière pour le Ramadan, celui-ci nous quittera après un mois de bon loyaux services.
Mais s’il prie pour Dieu, alors Dieu est avec nous avant, pendant et après le mois de Ramadan.

Aussi, à toutes celles et ceux qui s’apprêtent à prier dans quelques jours : faites-le mais avec la ferme intention de prier pour LUI et pour toujours et pas seulement durant le Ramadan. Et pendant tout le Ramadan, demandez à Dieu de vous aider à continuer à prier après le Ramadan.

Seigneur, Pardonne-moi pour toutes les prières que je n’ai pas faites pendant ma vie.
Seigneur, Pardonne-moi pour toutes les prières que j’ai retardées par nécessité ou par négligence.
Seigneur, Aide-moi à être sérieux et assidu à la prière après le Ramadan.
Seigneur, Aide-moi à TE remercier, à me souvenir et à parfaire mon adoration pour TOI.
Ô TOI qui retourne les cœurs, Affermis ma foi et Enracine en mon cœur ta religion.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Palestine : Une vidéo suggère qu’un couteau a été déposé près d’Abed Al Fattah après son assassinat par Elor Azria.

Dans l’affaire du Franco-israélien Elor Azaria qui a tiré une balle dans la tête d’Abed al Fatah al-Sharif à Hébron, alors que ce dernier, blessé gisait sur le sol, une vidéo vient de prouver qu’un couteau a été poussé vers l’assaillant présumé après son assassinat.

La vidéo a été montré à la cour qui étudie la qualification de meurtre pour le soldat franco-israélien ayant tué l’assaillant présumé et déjà blessé.

La vidéo qui montre la falsification des preuves sur la scène de l’exécution d’Abed al Fatah al-Sharif a été rendue publique par Channel 2, alors que des procureurs faisaient leur déclaration à la Cour militaire de Jaffa.

L’homme qui a poussé le couteau a été identifié comme étant Ofer Ohana, chauffeur d’ambulance, selon Jerusalem Post. « Il ne faut pas être un expert pour voir que le couteau était loin et remarquer que la chemise du terroriste est ouverte à moitié, c’est 30 secondes avant qu’il ne soit abattu », rapporte Times of Israel un procureur.

Abed al Fatah al-Sharif avait été présenté comme l’un des deux Palestiniens qui auraient poignardé un soldat en Cisjordanie à Hebron le 24 mars dernier. Abed al Fatah al-Sharif a été tué par Elor Azaria quelques secondes après que l’ambulance évacuant le soldat israélien blessé ait quitté la scène. L’autre assaillant présumé a été abattu sur place.

Reportage vidéo a voir sur www.muslimradio.info.
w w w . m u s l i m r a d i o . i n f o .

Clic pour voir la Source de l’article

####################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

Les forces d’occupation israéliennes ont arrêté cet après-midi un palestinien à Kafr Kaceum, à l’intérieur des terres palestiniennes occupées en 1948.
.
Cellule de crise avec l’UNRWA: Nos demandes ne peuvent pas être divisées
.
La force d’occupation israélienne a envahi, hier soir, la ville d’al-Tiba à l’ouest de Jénine et l’a déclarée une zone militaire fermée.
.
Une ONG palestinienne en Tunisie pour la cause des prisonniers.
.
5 blessés dans de violents affrontements près du tombeau de Youssef.
.
Trois journalistes arrêtés dans les prisons de l’Autorité Palestinienne et 20 autres dans les prisons israéliennes.
.
Une vidéo montrant un Israélien en train de poser un couteau à côté du corps du martyr palestinien Abdul Fattah al-Sharif, qui a été tué par des soldats israéliens en Mars dernier à Hébron, a été publié par le journal israélien Yedioth Aharonoth hier.

Le tribunal militaire israélien a présenté des preuves qui ont été confirmées par les photos que des soldats israéliens ont tiré sur le palestinien et que la victime n’avait attaqué aucun de ces soldats.
.
Le gouvernement d’occupation sioniste a approuvé jeudi l’investissement de 850 millions de shekels (220 millions de dollars) en 5 ans pour développer la ville occupée de Jérusalem, dans un renforcement de l’occupation de la ville sacrée et sa judaïsation.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.
Le Centre Palestinien D’Information, sur http://french.palinfo.com

Laisser un commentaire