MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 7 Sha'ban 1437.

Flash info du 7 Sha’ban 1437.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur :
www.MuslimRadio.info

******************************************************************


France : Le député Pascal Durand condamne les démolitions en Cisjordanie lors d’une session plénière.

Peu de politiciens auraient osé, il l’a fait. Pascal Durand, député européen Europe Ecologie, a pris la parole mardi 10 mai dans l’hémicycle européen en présence de la Haute Représentante de l’Union Européenne.

Brandissant une photo du village palestinien Al Hadidiya, dans lequel il s’est rendu en juillet 2015, Pascal Durand a manifesté son mécontentement face à l’accroissement des démolitions de maisons palestiniennes : « Voilà ce qui reste aujourd’hui de ce village: des ruines, plus rien, tout a été détruit[…] L’Union européenne doit agir pour faire cesser ses démolitions, nous devons avoir des comptes et faire en sorte qu’Israël rembourse. » a-t-il déclaré sèchement devant des représentants insouciants par ses propos et un applaudissement timide.

Les démolitions de constructions palestiniennes ont connu une forte hausse depuis janvier 2016 en 2016. Israël a en effet ordonné la destruction de plus de 600 maisons, écoles, remises et enclos pour le bétail, dont 235 seulement pour le moins de février.

Reportage vidéo a voir sur www.muslimradio.info.
w w w . m u s l i m r a d i o . i n f o .

Clic pour voir la Source de l’article

**********


France : Alain Juppé défend le port du voile à l’Université sur la radio RTL.

Invité ce jeudi matin sur RTL, Alain Juppé a été interviewé par Yves Calvi dans « 6 minutes pour trancher », livrant son opinion sur la proposition de Manuel Valls d’interdire le port du voile à l’Université.
« Un foulard sur la tête quand on va à l’université ce n’est pas une rupture de civilisation ».

Interrogé sur la polémique du voile dans les universités françaises, qui ne cesse de s’intensifier inutilement, Alain Juppé reste sur ses positions :

« J’ai dit et je persiste à dire qu’il faut appliquer les principes de laïcité avec un peu de bon sens. Un foulard sur la tête quand on va à l’université ce n’est pas une rupture de civilisation ». Mais reste toutefois « favorable à l’interdiction des signes religieux à l’école, un lieu où il faut protéger les enfants des risques de radicalisation ».

Ce n’est pas la première fois que le maire de Bordeaux s’exprime contre cette interdiction. Le 5 mars 2015, il avait également déclaré dans l’émission Bondy Blog Café son opposition : « On a des jeunes gens et des jeunes femmes qui sont adultes, qui ont tout à fait leur liberté de jugement et je ne crois donc pas tout à fait nécessaire de légiférer dans ce domaine-là».

Reportage vidéo a voir sur www.muslimradio.info.
w w w . m u s l i m r a d i o . i n f o .

Alain Juppé face aux auditeurs de RTL par rtl-fr

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Moussa, de l’ong Barakacity, retenu au Bangladesh depuis 143 jours… La mobilisation doit reprendre !

143 jours. Cela fait 143 jours que Moussa Tchantchuing, humanitaire français particulièrement impliqué auprès des communautés Robingyas d’Asie du Sud est retenu au Bangladesh. Pourtant, il y a quelques semaines, c’est une bonne nouvelle qui venait redonner le sourire a ses dizaines de milliers de soutiens partout en France.

Le 1er mars 2016, après 70 jours d‘incarcération dans une prison de Cox‘s Bazar, la Cour Suprême du Bangladesh annonçait sa remise en liberté conditionnelle. Ce qui semblait alors marquer la fin d’une longue attente s’est progressivement transformé en cauchemar judiciaire.

Les barreaux qui le retiennent ne sont plus ceux d’une prison mais d’un pays qu‘on lui interdit de quitter dans l‘attente d’un procès. Seulement voilà, depuis l’obtention de sa liberté conditionnelle, la justice piétine: report quasi systématique des audiences, perte des dossiers, incohérences et contradictions dans les versions des policiers et des magistrats…

Si une audience est prévue le 19 mai prochain, les proches craignent qu‘elle ne soit encore annulée, comme celle du 5 mai et les précédentes. « On a l‘impression que tout est fait pour retarder le dossier et le retenir là-bas alors que concrètement. aucune charge sérieuse ne pèse contre lui. ».

Famille et proches sont d’autant plus inquiets que l’état de santé de l’humanitaire français s’est détérioré avec le temps. Ils en appellent donc a la mobilisation de tous et à l’action des autorités françaises afin que Moussa puisse rentrer en France.

Rappel des faits :

Le 22 décembre dernier. alors qu’il effectuait une mission humanitaire au Bangladesh. Moussa Tchantchuing était interpellé et placé en détention a Cox’s Bazar, dans le sud du pays. Les autorités bangladaises lui reprochent alors alors de ne pas les avoir informées de son travail auprès de la minorité Rohingya et d’utiliser son nom de conversion au détriment de son nom officiel, à savoir Maxime Puemo Tchantchuing.

Malheureusement, ce qui aurait dû passer par de simples vérifications auprès des associations concernées et des services consulaires français s’est transformé en de terribles accusations d’ « activités suspectes ». Des accusations injustes et infondées visant un homme qui a passé ces dernières années à tenter d’améliorer le quotidien des plus démunis, en France comme à l‘étranger.

Tous ses proches, tous les bénévoles et bénéficiaires qu’il a croisés parlent de ce jeune français de 28 ans comme un homme dévoué et rigoureux, un homme au « cœur grand et lumineux » qui passait le plus clair de son temps à organiser des maraudes à Paris ou à plaider la cause des Rohingyas, minorité considérée par l’ONU comme la plus persécutée au monde, au Bangladesh, en Birmanie ou en Malaisie.

Son histoire, popularisée par les associations avec lesquelles il travaille, a suscité une belle et grande vague de mobilisation sur les réseaux sociaux, notamment avec le hashtag #FreeMoussa. La pétition réclamant sa libération immédiate a, quant à elle, récolté près de 386 000 signatures en quelques jours et permis une intervention rapide des services consulaires français. Moussa Tchantchuing a ainsi reçu la visite de M. Bernard Regembal, consul de France au Bangladesh.

Pour autant, un mois après son incarcération, Moussa Tchancchuing n’a toujours pas retrouvé le chemin de la liberté. Pire encore, alors que la Cour de Cox’s Bazar avait fini par statuer en faveur de sa libération, on apprenait, le 13 janvier dernier, l’annulation de cette ordonnance. Une annulation d’autant plus surprenante que c‘est par une simple que la libération de l’humanitaire français a été remise en cause. D’après les avocats. ce revirement serait dû à une implication directe du Ministère de la Justice bangladaise.

Jusqu’au 1er mars 2016, toutes les demandes de remise en liberté avaient été rejetées. Le comité de soutien, les associations humanitaires proches de Moussa et ses avocats sont déterminés à tout mettre en œuvre pour le faire revenir en France le plus rapidement possible.

Communiqué #FreeMoussa.
Dernier message de Moussa Ibn yacoub.

Le dernier message de l’humanitaire français date du 7 mai 2016, Moussa écrivait :

Les nouvelles ne sont pas rassurantes pour moi, mais je me rassure comme je peux avec ces magnifiques enfants qui me tiennent compagnie quotidiennement.

Il se pourrait que je passe le mois entier du ramadan ici… Quoi qu’il en soit je garde espoir et reste fort malgré tout ce qui m’arrive. Le destin est ainsi fait et je me dois de l’accepter. Al hamdoulilah.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Pas de Hajj pour les iraniens cette année.

Faute d’accord avec l’Arabie saoudite sur les conditions d’organisation du Hajj 2016, l’Iran a pris la décision radicale d’annuler le pèlerinage à la Mecque cette année. Une centaine de milliers d’iraniens pourrait être privée de Hajj.

Les deux pays, dont les relations diplomatiques, économiques et commerciale sont rompues depuis l’incendie de l’ambassade saoudienne à Téhéran le 3 janvier, ne sont pas arrivés à trouver un terrain d’entente au sujet des transports et de la délivrance des visas. Déjà au mois d’avril 2015, Téhéran avait suspendu toutes les omra (petit pèlerinage) vers la Mecque.

Chaque année près 60 000 pèlerins iraniens effectuent leur grand pèlerinage en Arabie et 850 000 ont pour habitude de se rendre à la omra dans les lieux saints musulmans de la Mecque et de Médine.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Belgique : feux vert pour la mise en place d’abattoirs modulaires à l’Aïd al Adha 2016.

Alors que le Ramadan 2016 approche à grand pas, le gouvernement bruxellois vient d’autoriser la mise en place de plusieurs abattoirs modulaires afin de permettre aux musulmans de réaliser le sacrifice de l’Aïd al Adha.

Les communes de Schaerbeek, Anderlecht, Molenbeek et Bruxelles vont disposer d’abattoirs modulaires lors de l’Aïd al Adha. Une solution qui permettra aux musulmans de réaliser le sacrifice du mouton comme le veut la Tradition. Selon la secrétaire d’Etat bruxelloise en charge du Bien-être animal, cette solution conforme à la législation européenne contribuera à réduire la souffrance des animaux abattus.

Les quatre abattoirs devront répondre aux normes européennes en matière de protection des animaux. Cette formule déjà adoptée dans le passé, permettra d’assurer le sacrifice de 800 moutons par jour.

« Bianca Debaets a quant à elle dit respecter la liberté de culte mais elle a rappelé que depuis le début de son mandat, elle a toujours souhaité que la dimension du bien-être animal soit hautement prise en considération », rappelle la RTBF.

Dans un même temps, les organisations musulmanes vont appeler les fidèles à faire don de leur bête à des ONG humanitaires. Une solution qui permet de réduire le nombre de demandeurs tout en soutenant les populations musulmanes à l’étranger qui souffrent de la guerre ou de la famine.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


France : Fausse agression antisémite : 6 mois de prison avec sursis contre le professeur mythomane.

L’enseignant juif qui a avait prétendu avoir été agressé par trois individus avec des « tee-shirts de Daesh » a été condamné à 6 mois de prison avec sursis. Malgré l’enquête, l’homme a continué de nier ses mensonges.

Le tribunal correctionnel de Marseille (Bouches-du-Rhône) a condamné Sylvain Tsion Saadoun à 6 mois de prison avec sursis. Trois jours après les attentats du 13 novembre, ce professeur d’histoire d’une école privée juive avait déclaré avoir été agressé par trois hommes liés à l’organisation jihadiste Etat Islamique.

« La vérité, c’est qu’il n’a pas été agressé comme il le dit », a déclaré le procureur André Ribes, bien décidé à faire toute la lumière sur des mensonges qui ont rapidement été mis en doute par l’enquête. Pompiers, médecins, policiers ou encore experts… tous s’accordent à dire que les blessures au bras de la (fausse) victime ne peuvent être le résultat d’une agression.

« Ils m’ont demandé si j’étais juif ou musulman. Et, quand j’ai dit que j’étais juif, ils se sont rués sur moi et m’ont jeté à terre, en me disant qu’ils allaient me faire souffrir et me tuer », racontait le professeur d’histoire aux journalistes.

Pour le procureur, il ne fait aucun doute que l’hypothèse la plus probable est celle d’une automutilation. Les blessures de Sylvain Tsion Saadoun ne concordant pas avec le récit de son agression imaginaire.

Malgré ces mensonges honteux visant à stigmatiser un peu plus la communauté musulmane, ce cas isolé ne représente en rien l’ensemble de la communauté juive de Marseille qui vit dans une certaine harmonie avec le reste de la population. Récemment, une synagogue a été rachetée par une association musulmane afin d’être transformée en mosquée. Un achat qui démontre les bonnes relations entre communautés dans une ville cosmopolite.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


France : #LaFouilleDeLaHonte : François Bayiga entendu par le Défenseur des droits.

L’affaire du contrôle de police d’un homme handicapé le 2 mai sur les quais de la station RER Gare de Lyon se poursuit. Mardi 10 mai, Le Parisien estimait que les images de vidéosurveillance, pourtant sans son, dédouane les trois policiers incriminés. Ces derniers ont par ailleurs déposé plainte pour dénonciation calomnieuse, à l’instar du préfet de police Michel Cadot qui a déposé plainte pour « diffusion de fausses nouvelles ».

Auditionné mercredi 11 mai pendant trois heures par le Défenseur des droits, François Bayiga a cependant maintenu sa version des faits. Stop le contrôle au faciès a informé Saphirnews avoir eu accès au procès-verbal détaillé de cette audition. « Selon son conseil et le PV de l’audition, la vidéosurveillance ne présente aucun élément contradictoire avec les faits que le joueur de rugby-fauteuil relate », nous fait-on savoir.

Pour François Bayiga, « les gestes des policiers ayant fait déboîter ses prothèses sont le produit de leur absence de formation face aux personnes en situation de handicap. Sa volonté : simplement voir l’humiliation qu’il a vécu reconnue par ces derniers, et une réflexion sur la formation des policiers dans ce genre de situation ».

« Soulagé d’avoir pu exposer en détails son expérience et expliquer les images sans son de la vidéosurveillance, il attend aujourd’hui la suite des procédures sereinement, en espérant que son humiliation sera reconnue, et une réflexion sur la formation des policiers amorcée », déclare aussi le collectif. Son témoignage auprès du Défenseur des droits « lui aura permis d’apporter toutes les clarifications nécessaires face aux accusations du journaliste du Parisien », nous précise-t-on.

François Bayiga devra désormais attendre les auditions des pôles Déontologie et Handicap. Il a fait savoir qu’il s’exprimera une fois que les conclusions de l’enquête du Défenseur des Droits seront rendues publiques.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Football : le président de la FIFA en Palestine après le Ramadan.

La Fédération internationale de football (FIFA) a annoncé, par l’intermédiaire du Sud-Africain Tokyo Sexwale, président d’une commission de surveillance des problèmes affectant le football palestinien, que le président de la FIFA Gianni Infantino se rendra bientôt en Palestine.

La visite devrait se tenir après le mois du Ramadan, qui commence début juin, rapporte L’Equipe. Une information confirmée par Jibril Rajoub, président de la Fédération palestinienne de football.

Le 66e congrès de la FIFA a débuté vendredi 13 mai à Mexico, il s’agit du premier pour Gianni Infantino depuis son élection à la tête de la fédération en février dernier. A cette occasion, Jibril Rajoub entend dénoncer, selon le site Al-Monitor, le statut de cinq clubs membres de la Fédération israélienne de football alors qu’ils sont pourtant basés dans des colonies israéliennes en Cisjordanie, illégales selon le droit international.

La question de l’accès au football dans les territoires palestiniens fait partie des priorités de la commission dirigée par Tokyo Sexwale, opposant de l’apartheid sud-africain qui fut emprisonné à Robben Island aux côtés de Nelson Mandela.. Lors de sa visite en Palestine début mai, il avait fait savoir qu’il soumettrait un rapport complet auprès de la FIFA quant aux plaintes de la Fédération palestinienne de football contre Israël.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


France : Le sénateur Jean-Louis Masson veut systématiser les contrôles au faciès contre les musulmans.

Avec Jean-Louis Masson, le sénateur divers droite de Moselle, le délit de faciès est non seulement en odeur de sainteté dans la République laïque, mais il doit être encouragé, durci et généralisé contre tous les musulmans dits « visibles » et ceux qui en ont l’air, ou qui y ressemblent fortement, la sécurité du territoire national méritant bien que cette discrimination caractérisée ait encore de beaux jours devant elle…

C’est certain, avec une telle sentinelle pour protéger la citadelle France, le brasier de la haine n’est pas prêt de s’éteindre et l’amalgame ravageur entre islam, islamisme et terrorisme de tomber en désuétude, puisque le parlementaire, semeur de divisions, se charge de le raviver sous la coupole du Palais du Luxembourg. Ne proclamait-il pas avec force et en toute impunité, en octobre 2015, lors du débat lié au vote sur le projet de loi des étrangers, que « L’immigration d’aujourd’hui, ce sont les terroristes de demain » ?

Selon son raisonnement implacable, comme tous les terroristes se réclament de l’islam pour commettre l’innommable, les contrôles au faciès doivent perdurer et être systématisés à l’encontre de tous les citoyens un peu trop typés pour être honnêtes.

Cette logique, à ses yeux, imparable, a conduit Jean-Louis Masson à déposer hier, jeudi 12 mai, un amendement visant la suppression pure et simple de l’article 1er de la loi sur les Contrôles d’identité abusifs, ainsi que l’a relevé la Licra. Dans cet article 1er, il est stipulé noir sur blanc qu’il faut  » fonder les contrôles d’identités sur des motifs objectifs et individualisés « , ce qui a l’art d’irriter le pyromane du Sénat qui ne l’entend pas de cette oreille et préfère souffler sur les braises.

« Il est normal que la police cible en priorité les milieux où statistiquement il y a le plus de chances d’aboutir. C’est ce qu’on peut appeler du ‘profilage statistique. Aussi, dans la mesure où la totalité des attentats terroristes récents sont le fait de musulmans extrémistes, il est normal que, dans un but de dissuasion des attentats, on contrôle plutôt les personnes de cette religion plutôt que les personnes d’autres religions » argue-t-il, en livrant à la vindicte les boucs émissaires tout désignés : ces concitoyens, déjà passablement stigmatisés, que Sarkozy qualifiait de « musulmans d’apparence » et que Jean-Louis Masson s’emploie avec hargne, à quelques encablures de la présidentielle, à rendre encore plus suspects aux yeux des bons Français.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


France : Quel Conseil Théologique du CFCM ?

L’Union des Mosquées de France (UMF) a exprimé ses craintes face à l’annonce faite par le bureau du CFCM de la mise en place de ce qu’il a appelé le « Conseil Théologique du CFCM ». Cette annonce, via un communiqué de presse daté du 8 mai 2016, avait surpris les membres du Conseil d’Administration (CA) du CFCM et les présidents des CRCM qui n’ont été ni consultés ni informés de cette décision.

Dans une déclaration au site saphirnews.com[1], le mercredi 11 mai 2016, le président du CFCM, M. Anouar Kbibech, qui juge ma réaction et celles des administrateurs dont six présidents de CRCMs « précipitée » se défend d’avoir commis une erreur : « Parler d’une surprise est totalement inapproprié alors que le conseil théologique est un vieux projet du CFCM (…) C’est un projet qu’on voulait concrétiser de longue date. (…) Dans mon discours d’orientation générale, j’avais fixé la mise en place d’un conseil théologique – qu’on appelait à l’époque commission théologique – comme une des priorités de la direction collégiale ». Dans cette même déclaration, il dit que « le projet a été évoqué publiquement à de multiples reprises, dernièrement lors de la réunion de l’instance de dialogue avec l’islam en mars dernier».

Le président du CFCM considère le fait d’avoir évoqué à certaines occasions son intention de mettre en place ce conseil théologique est synonyme de concertation et de consultation. Le discours d’orientation générale dont il parle a été prononcé devant des journalistes lors d’une conférence de presse. Les administrateurs ont en pris connaissance par la presse!

Entre évoquer dans un discours l’intention de proposer un projet de conseil théologique et le mettre en place, il y a bien une différence ! Les administrateurs et les présidents des CRCMs doivent être parties prenantes du projet dans ses différentes étapes. Comme dans toute association, les grandes décisions sont prises par leur Conseil d’Administration qui charge le bureau exécutif de les mettre en oeuvre. Ne pas associer les administrateurs au processus de concertation sur les modalités de la mise en place de ce « Conseil Théologique » et annoncer la clôture de sa première réunion, via encore un communiqué de presse à une semaine de la réunion du Conseil d’Administration, est plus qu’une erreur, c’est une faute.

Par ailleurs, le président du CFCM interrogé sur les membres de ce « Conseil Théologique », nous apprend qu’ils sont au nombre de 22. Leur liste qui n’a pas encore été rendue publique « va être soumise au Conseil d’Administration ce samedi et elle devrait être élargie avant la première session du conseil théologique, après l’été et le Hajj, probablement entre octobre et mi-novembre»[2]. A noter que l’ordre du jour de ce CA de samedi ne fait aucune allusion à ce sujet, à moins qu’il le considère comme un simple point dans la rubrique « Divers ».

Au-delà de ces considérations et de ce manque manifeste de concertation à ne pas sous-estimer, il convient de dire un mot sur le fond du sujet en partant du contenu du communiqué du CFCM du 8 mai 2016.

Je cite : « La mise en place du Conseil Théologique du CFCM, (…), a pour objectif notamment d’engager la réflexion et l’effort intellectuel (Ijtihad) sur la « contextualisation » de la pratique religieuse en France. Il pourra ainsi contribuer à l’effort de la Réforme qui a toujours été porté par les savants musulmans. Le Conseil Théologique est composé des Savants et des Théologiens désignés par les Fédérations et les Grandes Mosquées statutaires du CFCM. Le Conseil Théologique pourra être élargi ultérieurement sur décision du Bureau du CFCM à d’autres Savants ou Théologiens, au-delà même des Fédérations et des Grandes Mosquées.»

En d’autres termes, le président du CFCM nous dit que les membres de ce conseil désignés par les fédérations et les mosquées statutaires sont des savants théologiens habilités à faire l’effort de l’ijtihad afin de contextualiser la pratique religieuse musulmane en France et qu’il sera élargi sur décision du bureau exécutif et non du Conseil d’Administration du CFCM.

Les mots ont un sens ! « Savants théologiens habilités à faire de l’ijtihad » est un titre dont il faut connaître la portée avant de le décerner aux désignés. Ces derniers, j’en suis convaincu, n’oseraient pas revendiquer, en leur âme et conscience, cette reconnaissance et ce titre de responsabilité chargé d’une dimension particulière.

Les musulmans, en premier lieu les administrateurs du CFCM, ont le droit d’être informés sur quels critères ces « savants théologiens, habilités à contextualiser la pratique religieuse musulmane en France » ont été désignés et reconnus comme tels ?

Le bureau du CFCM ne peut pas créer un tel conseil et conférer à ses membres de tels titres. Il n’en a ni les moyens ni les compétences.

Après avoir organisé plus d’une douzaine de rencontres régionales avec des centaines d’imams et d’aumôniers, notamment sur la question de la radicalisation, l’Union des Mosquées de France avait préconisé plusieurs recommandations. La première étant la création de conseils d’imams et d’aumôniers au niveau régional et national. De nombreux acteurs musulmans confrontés également aux réalités du terrain sont arrivés à la même conclusion.

Les conseils régionaux permettraient aux imams et aumôniers confrontés aux défis quotidiens des musulmans de France d’avoir des espaces de dialogue et de réflexion permanents. Le conseil national serait l’émanation de ces conseils régionaux. Il aura leur reconnaissance et leur adhésion et facilitera la transmission et la diffusion de ses avis et recommandations. De ce fait, le CFCM n’aura pas la lourde et délicate responsabilité de décerner aux membres du conseil des titres autres qu’imam qu’ils ont déjà de par leur fonction.

Enfin, il est fort à craindre que le manque de concertation et l’opacité qui entourent la mise en place de ce « Conseil théologique » vont engendre chez les musulmans de France l’incompréhension et des interrogations, voire le rejet de tout ce que ce conseil pourrait proposer.

Clic pour voir la Source de l’article

####################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information C P I, Centre Palestinien D’Information.

La marine israélienne attaque des pêcheurs au nord de Gaza.
La marine israélienne a ouvert le feu, ce matin, sur les bateaux de pêche palestiniens au large de la côte nord de la bande de Gaza.
.
Des dizaines de blessés lors de la répression des marches protestataires en Cisjordanie.
Des dizaines de palestiniens ont été blesses ce vendredi soir et ce suite à la répression de leurs marches protestataires hebdomadaires en Cisjordanie occupée.
.
L’Egypte ferme le passage de Rafh après son ouverture de deux jours.
Les autorités égyptiennes ont fermé la nuit d’hier, jeudi, le passage devant les sortants de la bande de Gaza et ce après le passage de quatre bus.
.
Colonisation: confiscation d’une grande terre à Cheikh Jarah à Jérusalem.
Le peuple palestinien commémorera, dimanche prochain (15 /mai), la Nakba de 1968 et de son expulsion de ses terres, après l’établissement de l’état de l’occupation qui continue à coloniser la Cisjordanie et s’emparer des terres palestiniennes au profit de l’expansion des colonies et resserre le blocus inhumain sur la population de la bande de Gaza .
.
Batch: La résistance est le chemin de la Libération et du retour.
Khalid al-Batsh, un chef de file du mouvement du Jihad islamique a insisté sur l’option de la résistance seule pour libérer la Palestine occupée et la réalisation du droit au retour, appelant à la poursuite de l’intifada de Jérusalem.
.
Huit journalistes palestiniens ont été empêchés de voyager depuis le début de l’année 2016.
L’autorité d’occupation israélienne a interdit à huit journalistes palestiniens de voyager sous des prétextes de sécurité depuis le début de l’année en cours, a déclaré le comité palestinien pour le soutien des journalistes.
.
7 mineurs jérusalémites arrêtés par la police israélienne.
La police israélienne a arrêté, hier, sept mineurs palestiniens pour avoir été soi-disant impliqués dans des attaques anti-occupation.
.
Raids israéliens au sud de Jénine et des maisons fouillées à Beit Fajar.
Les forces d’occupation sionistes ont lancé, hier soir et tôt vendredi matin, des raids et une campagne de recherche dans différents domaines, au sud de Jénine.
.
Baraka: les effets de la Nakba ne seront réparés que par le droit au retour.
Le chef du Haut Comité de suivi pour les citoyens arabes, Mohammed Baraka, a déclaré que les effets de la Nakba ne seront réparés que par le retour des réfugiés dans leur pays d’origine.
.
Le « train restaurant », une idée de captifs voit la lumière de la liberté.
Les occupants sionistes essaient, en vain, de briser le moral des captifs, même après leur libération. Après leur libération, les occupants voudraient les rendre un fardeau accablant pour leur société. Les captifs, eux, refusent cette volonté et se construisent, académiquement, culturellement et économiquement, un vrai défi aux projets de l’occupation.

Les ex-captifs Khaldoun al-Barghouthi et Abdou ar-Rahman al-Bibi ont tant de belles choses à nous raconter. A la sortie des prisons, ils n’ont pas baissé les bras et ont mis en application leur petit projet pour vaincre le chômage et faire vivre leurs familles, en défiant l’occupation sioniste et les conditions difficiles que les territoires palestiniens connaissent.
.
« Amal » et « Zitouna »… deux bateaux féminins pour briser l’embargo sur Gaza.
La coalition de la flottille de la liberté a baptisé les deux bateaux partant pour briser l’embargo imposé a la bande de Gaza, « Amal » (Espoir) et « Zitouna » (olivier).

Les deux bateaux embarqueront des solidaires de plusieurs pays du monde, ils prendront le large vers la bande assiégée la mi septembre de l’année courante.
.
Abbas appelé à commencer la mise en œuvre de la réconciliation.
Le membre du Bureau politique du mouvement du Hamas, Mushir al-Masri, a appelé le président de l’AP, Mahmoud Abbas, à commencer la mise en œuvre de la réconciliation, mettre fin à la division sur le terrain et d’aller au-delà des simples déclarations.

Mahmoud Abbas est celui qui possède la clé de mise en œuvre de la réconciliation, et donc il doit appeler à tenir une réunion du cadre leader, activer le Conseil législatif et convoquer des élections », a dit al-Masri jeudi à l’Agence Quds Press.
.
Le prisonnier Mohammed Ezza mordu par des chiens policiers.
Le prisonnier Mohammed Sami Ezza de Bethléem a souffert de torture et de répression lors de son arrestation par les forces armées d’occupation sionistes, qui ont lancé leurs chiens sur lui. Ces chiens ont mordu sa main droite et causé un déchirement et une coupure des artères.

Lors de la visite de l’avocat du Club du Captif dans le centre d’arrestation de Maskounbia après 21 jours d’interdiction de le rencontrer, le prisonnier Ezza a déclaré que les chiens de la police sioniste ont tiré sa main vers les soldats, qui l’ont attaqué dans toutes les parties de son corps. Il a ensuite été transporté à l’hôpital Hadassa Ein Karem où il est resté une semaine, avant d’être transféré au centre d’enquête de Maskoubia.

Il est à noter que le prisonnier souffre encore de l’incapacité à bouger les doigts en raison de la blessure.

L’occupation a kidnappé Ezza et son frère Omar le 21 Avril dernier.
.
6 jeunes hommes Jérusalémites arrêtés près de la mosquée Al-Aqsa.
Les forces armes d’occupation israéliennes ont arrêté jeudi soir six Palestiniens, dont deux jeunes filles près de la mosquée sainte Al-Aqsa dans la ville occupée de Jérusalem.

Des sources locales ont déclaré que les forces armées d’occupation israéliennes ont arrêté les deux jeunes filles Dania Fadil et Sumia, en plus du jeune Ala’a Taha, du village Kaboul dans les territoires palestiniens occupés en 1948, devant la mosquée sainte Al-Aqsa, à partir de la porte de Qatanin, alors qu’ils essayaient d’entrer dans la Mosquée.
.
L’occupation avise de démolir la maison d’al-Issawi à Jérusalem.
Les équipages de la municipalité israélienne à Jérusalem a avisé, aujourd’hui, la famille des prisonniers Medhat, Samer et Shirine Issawi, de démolir sa maison dans le village d’Issawiya sous le prétexte de la construction sans permis.

La mère des prisonniers « Um Tareq » a déclaré que l’occupation a donné à la famille un ordre de démolition de la maison dans laquelle elle vit depuis les années soixante-dix. Cette décision est une tentative de saper la volonté de la famille et la fermeté de ses enfants en détention.
.
Un sit-in de solidarité avec les prisonniers en grève de la faim à Naplouse.
Des dizaines de familles des prisonniers détenus à Naplouse, en coordination avec le Comité national suprême pour le soutien des prisonniers, ont organisé, aujourd’hui, un sit-in de solidarité devant le siège de la Croix-Rouge à Naplouse.

Selon Muzaffar Thuqan Coordonnateur du Comité national suprême pour le soutien des prisonniers à Naplouse, cette position vise à soutenir les prisonniers en général, les prisonniers malades et les grévistes de la faim en particulier.
.
La mère d’un soldat israélien disparu appelle à révéler le sort de son fils.
La mère du soldat israélien Sean Mondschein, qui a été déclaré mort au cours de l’agression israélienne sur Gaza en 2014, a exigé de savoir ce qui est arrivé à son fils et à son cadavre.

Au cours d’une interview télévisée, la mère a affirmé que son fils était dans un véhicule blindé avant d’être bombardé. Depuis lors, son corps a disparu, a-t-elle ajouté.
.
L’Egypte rejette l’appel de ban Ki-Moon d’ouvrir le passage de Rafah.
Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shokri a refusé fermement l’appel du Secrétaire général Ban Ki-moon pour l’ouverture permanente de Rafah.
.
Des colons accomplissent des rituels talmudiques près de la barrière de Hawara.
Des dizaines de colons israéliens se sont rassemblés, aujourd’hui à midi, près du barrage de Hawara, au sud de Naplouse, et ont commencé à effectuer des rituels talmudiques au milieu de la rue.

Pendant ce temps, des témoins ont dit que les soldats de l’occupation israélienne ont fermé la route principale de Naplouse à Ramallah, sans aucune raison connue.

Ils ont ajouté que des centaines de véhicules palestiniens attendaient des deux côtés de la barrière pour avoir la permission de passer.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.
Le Centre Palestinien D’Information, sur http://french.palinfo.com

Laisser un commentaire