MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 21 Rajab 1437.

Flash info du 21 Rajab 1437.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur :
www.MuslimRadio.info

******************************************************************


Le mauvais œil : 10 moyens de s’en protéger.

Le mauvais œil est une réalité contre laquelle nous pouvons nous protéger. Ainsi, il relève de notre devoir d’avoir conscience de ce fait afin de pouvoir le combattre inchaAllah. Nous allons donc expliciter ce qu’est le mauvais œil avant d’aborder les manières dont nous pouvons nous en protéger inchaAllah. Notre rappel se base sur l’ouvrage du grand savant Ibn Qayyim Al Jawziyya (qu’Allah lui fasse miséricorde) intitulé « Le mauvais œil : diagnostic, remèdes et recommandations ».

Qu’est-ce que le mauvais œil ?

Le mauvais œil est défini par Ibn Qayyim Al Jawziyya (qu’Allah lui fasse miséricorde) comme étant la conséquence lorsque « l’âme suscite [un] désir à la rencontre et à la vue [d’une] personne visée ». Ainsi le mauvais œil a lieu lorsque l’on regarde avec envie et insistance une personne. Il ajoute que le mauvais œil « peut même atteindre un bien, voire un être appartenant au monde minéral, animal ou agricole. »

Ce regard que l’on porte avec insistance et émerveillement sur une personne ou une chose présente un effet sur ces dernières. Allah dit : {Peu s’en faut que ceux qui mécroient ne te transpercent par leurs regards, quand ils entendent le Coran.}(Sourate 68 : Verset 51). De nombreux exégètes expliquent ce verset en affirmant qu’il s’agit du mauvais œil. Les mécréants souhaitaient toucher l’Envoyé d’Allah (‘alayhi salat wa salam) par le mauvais œil.

D’après ‘Abdu al-Razzaq, il a été rapporté d’après Ma’mar, d’après Hisham Ibn Munabbih qu’Abu Hurayra a affirmé que le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) a dit : « Le mauvais œil est une vérité et il a interdit le tatouage ». Le mauvais œil est donc une réalité liée à un désir fort et insistant, contre laquelle nous devons nous protéger.
Comment se protéger du mauvais œil ?

Tout d’abord, il nous semble important de souligner l’importance de la protection contre le mauvais œil. Nous savons que cette réalité est dangereuse pour nous car l’Envoyé d’Allah (‘alayhi salat wa salam) demandait protection contre le mauvais œil. En effet, al-Tirmidhy rapporte d’après Abu Sa’id : « Le Prophète (‘alayhi salat wa salam) demandait protection contre le mauvais œil de l’être humain. » Cela nous prouve que le mauvais œil est une réalité qui représente un mal pour nous et dont nous devons nous préserver.

Les moyens de repousser le mal de l’envieux sont d’après l’ouvrage du Cheikh au nombre de dix.

Le premier moyen.
Se réfugier auprès d’Allah et de demander Sa protection contre le mal de l’envieux. Dans la sourate Al Falaq (L’aube naissante – 113), nous trouvons la demande de protection contre le mal de l’envieux. En effet, Allah dit : {Dis : “Je cherche protection auprès du Seigneur de l’aube naissante, contre le mal des êtres qu’Il a créés, contre le mal de l’obscurité quand elle s’approfondit, contre le mal de celles qui soufflent (les sorcières) sur les nœuds, et contre le mal de l’envieux quand il envie ”.} Le dernier mal contre lequel nous pouvons demander la protection d’Allah est le mal lié au mauvais œil. À nous d’implorer Sa protection !

Le second moyen.
Se protéger du mauvais œil est « la piété envers Allah dont il faut appliquer les ordres et éviter les interdits. » C’est ainsi que notre Seigneur a révélé : {Mais si vous êtes endurants et pieux, leur manigance ne vous causera aucun mal.} (Sourate 3 : Verset 120). Il revient à nous d’être pieux afin d’être protégés par notre Créateur incha Allah.

Le troisième moyen.
Pour bénéficier de Sa protection est le fait de faire preuve de patience et d’endurance face à celui qui veut nous toucher par le mauvais œil. Il ne faut pas combattre l’ennemi afin qu’Allah nous protège. En effet, Il dit : {Quiconque châtie de la même façon dont il a été châtié, et qu’ensuite il est victime d’un nouvel outrage, Allah l’aidera.} (Sourate 22 : Verset 60). Ne répondons pas au mal par le mal, ainsi pourrons-nous être protégé par notre Protecteur.

Le quatrième moyen.
Pour être protégé est de s’en remettre totalement à Allah. La confiance en notre Seigneur nous préservera de ce mal. Comme Allah le dit : {Et quiconque place sa confiance en Allah, Il [Allah] lui suffit.} (Sourate 65 : Verset 3). Notre confiance en Allah nous protège donc du mal qui peut nous atteindre, y compris le mauvais œil.

Le cinquième moyen.
L’acte de dépouiller le cœur de la pensée et de la préoccupation liées à l’envieux. Nous pouvons donc chasser le mal de l’envieux en ne prêtent pas attention à lui. Notre âme sera ainsi apaisée et nous ne seront point touché par l’envieux et son envie.

Le sixième moyen
Le fait de cheminer vers notre Seigneur. Notre âme doit se remplir de l’amour d’Allah et se repentir auprès de Lui. Le mauvais œil étant l’une des œuvres de Satan pour atteindre le croyant, il faut revenir vers Allah afin que Son ennemi et ses alliés ne nous causent pas de tort. Allah rapporte les propos de Satan : {Par Ta puissance ! Dit [Satan]. Je les séduirai assurément tous, sauf Tes serviteurs élus parmi eux.} (Sourate 38 : Verset 82-83).Allah dit : {Sur Mes serviteurs, tu n’auras aucune autorité.} (Sourate 15 : Verset 42). Si nous voulons être protégés du mauvais œil, nous devons cheminer vers notre Créateur et compter parmi Ses serviteurs.

Le septième moyen.
Se repentir des péchés que nous avons commis. Allah dit : {Tout malheur qui vous atteint est dû à ce que vos mains ont acquis.} (Sourate 52 : Verset 21). Ainsi, si le mauvais œil nous atteint, ce mal est dû à nos péchés. Repentons-nous de nos péchés pour être protégés du mauvais œil incha Allah !

Le huitième moyen.
D’être bienfaisant et de faire des dons autant que faire se peut. Ces bonnes œuvres écarteront le mauvais œil de nous incha Allah. Le bienfaisant est protégé par la bonté de ses dons. À nous de faire preuve de bonté et de bienfaisance afin de nous protéger.

Le neuvième moyen.
Savoir répondre au mal par le bien. Cela demande une grande piété et une confiance absolue en Allah. Seul celui qui bénéficie d’une place importante auprès d’Allah pourra mettre ce moyen en œuvre. Allah dit : {La bonne action et la mauvaise ne sont pas pareilles. Repousse (le mal) par ce qui est meilleur ; et voilà que celui avec qui tu avais une animosité devient tel un ami chaleureux. Mais (ce privilège) n’est donné qu’à ceux qui endurent et il n’est donné qu’au possesseur d’une grâce infinie. Et si jamais le Diable t’incite (à agir autrement), alors cherche refuge auprès d’Allah ; c’est Lui, vraiment l’Audient, l’Omniscient.} (Sourate 41 : Verset 34-36). Ainsi, repousser le mal par le bien est un privilège de notre Créateur afin d’éloigner le mauvais œil. Cette capacité n’est pas octroyée à tous et il est bien difficile de s’en parer.

Qu’Allah nous facilite !

Enfin, Le dixième moyen. englobe tous les moyens qui ont précédé : c’est le Tawhid (ou le monothéisme pur). C’est Allah qui destine toute chose et chaque élément n’est que par Sa permission. Il n’y a que Lui qui peut écarter le mauvais œil ou tout autre mal de Ses serviteurs. En effet, Il dit : {Et si Allah fait qu’un mal te touche, nul ne peut l’écarter en dehors de Lui. Et s’Il te veut un bien, nul ne peut repousser Sa grâce.} (Sourate 10 : Verset 107). Ibn Qayyim Al Jawziyya (qu’Allah lui fasse miséricorde) commente : « Le monothéisme est la plus grande forteresse d’Allah. Celui qui y entre est en sécurité. Selon certains pieux prédécesseurs, « Celui qui craint Allah sera craint de tous. Celui qui ne craint pas Allah aura peur de tout. » ».

Qu’Allah nous pardonne nos péchés et nous permette de cheminer vers Lui. Qu’Il nous accorde la patience et l’endurance face aux épreuves qui nous touchent, et nous protége du mal de l’envieux quand il envie.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Etude : les musulmans canadiens de plus en plus attachés à leur pays

D’après un récent sondage publié par CBC News, les musulmans canadiens se sont dits de plus en plus attachés à leur pays et pour cause, ils s’y sentent bien accueillis. Ces musulmans estiment que le Canada mène une bonne politique pour leur communauté.

Cette enquête menée par l’Environics Institute démontre également que les jeunes musulmans canadiens sont davantage attachés à leur religion que le sont les plus anciens. Il s’agirait donc d’une génération plus pratiquante, mais tout aussi attachée aux valeurs du pays.

L’étude a été menée sur 600 canadiens entre novembre 2015 et février 2016. Ainsi, 83% des musulmans canadiens interrogés ont affirmé être « très fiers » d’être canadiens. Ce résultat est comparé au sentiment des canadiens non musulmans puisque seulement 73% d’entre eux ont déclaré ressentir cette fierté.

Les musulmans canadiens concernés par l’étude ont souligné les critères qui les rendaient fiers de leur nation : la liberté en première position, suivie du multiculturalisme et enfin de la diversité dans le pays. Ces valeurs rendent donc fiers les musulmans vivant au Canada, un pays dans lequel ils se sentent bien.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Port du voile : Laurence Rossignol a une concurrente de taille, Valérie Boyer.

Énième débat sur le voile ce mercredi 27 avril à l’Assemblée Nationale et, plus exactement, sur l’événement « Hijab Day » qui aura fait couler beaucoup d’encre.

Dans la famille fayot, on demande Valérie Bayot.

La députée LR des Bouches-du-Rhône, Valérie Boyer, a tenu un discours dénué de sens sur le port du voile lors des questions parlementaires. Elle a tout d’abord critiqué la « Hijab Day », faisant le parallèle avec l’affaire d’une jeune fille qui aurait été agressée en raison de sa jupe – ce qui s’est avéré faux. Elle a alors décrit cette journée du voile comme « perversité et confusion » :

« Il constitue un enfermement dans le sexe, une négation de la personne, un interdit de liberté, un interdit d’égalité, un interdit de fraternité […]C’est un problème de dignité humaine ».

Rien que ça. Des propos erronés salués par l’Assemblée Nationale, qu’elle poursuit donc par davantage d’amalgames :

« La bataille du voile est l’expression la plus visible de la volonté des intégristes de se compter, de marquer leur territoire et de soumettre les femmes comme les hommes ».

Valérie Boyer ne semble pas accepter que le musulman ordinaire puisse accomplir son devoir citoyen et religieux simultanément, de manière visible ET non visible. Car oui Valérie, si vous voyez le voile comme une offense ou un affrontement contre les valeurs que vous défendiez, sachez que nous pratiquons notre religion dans la sphère publique et privée, non dans le but de marquer notre territoire. Elle finit son plaidoyer par une invitation aux femmes voilées de prendre exemple sur les femmes iraniennes :

« A l’heure où les femmes iraniennes bravent l’interdit en postant des photos d’elles sans voile, les étudiantes de Sciences Po devraient méditer sur l’exemple de ces militantes de la liberté ».

Quelle confusion et quel manque d’esprit critique. Comparer le cas de certaines femmes voilées contre leur gré dans d’autres pays à celles de France relève d’un manque de culture totale de la députée. Adepte des médias mainstream, certainement. Car dans nos médias, on préfère donner la parole aux femmes voilées à l’étranger plutôt que celles qui se trouvent près de nous.

Reportage vidéo a voir sur www.muslimradio.info.
w w w . m u s l i m r a d i o . i n f o .

Clic pour voir la Source de l’article

**********


France : Arrestation d’un quatrième commando qui devait se faire exploser à Saint Denis.

Le 22 Avril dernier, le célèbre quotidien américain Washington Post avait annoncé qu’un quatrième commando de terroristes aurait dû participer aux attentats de Paris et se faire exploser au Stade de France. Cette information, largement reprise par les médias français le mardi 27 Avril 2016, fait froid dans le dos.

De nombreuses victimes évitées.

Adel Haddadi (à gauche de l’image), ressortissant algérien âgé de 29 ans recruté par le groupe terroriste DAESH état islamique a été interpellé dans un camp de réfugiés se trouvant en Autriche en Février dernier. Il se faisait passer pour un demandeur d’asile qui voulait s’établir en Allemagne du fait que, selon lui, « les gens (étaient) très sympas là-bas ».D’après les informations recueillies grâce aux autorités autrichiennes ainsi qu’aux aveux du présumé terroriste, le périple d’Adel Haddadi fût semé d’embuches du fait que ce dernier s’était envolé d’Alger en direction d’Istanbul. Puis, il passa la frontière syrienne et fût pris en charge par les combattants du groupuscule.
Une mission compliquée et heureusement rapidement avortée.

Après avoir appris à manier les armes, l’algérien affirma : « ils m’ont dit que je devais aller en France, pour y accomplir une mission, et que je recevrais des instructions là-bas ».La logistique humaine et matérielle étant parfaitement huilée, le voici pris en charge par des passeurs avec sur lui un téléphone sur lequel figurent les numéros des personnes avec qui il devra prendre contact ainsi que de l’espèce en vue d’acheter du matériel nécessaire à la traversée en mer (gilets de sauvetage, pochettes étanches pour les documents importants,..). Le 3 Octobre 2015, Adel Haddadi ainsi que Muhamad Usma(à droite de l’image), furent interpellés sur l’île grecque de Leros pour détention de faux passeports. Libres 3 semaines plus tard, ils n’ont heureusement pas pu être présents avec les autres kamikazes qui se sont fait explosés au Stade de France de Saint-Denis. Cependant, quelques jours après les attentats, les deux compères avaient, selon des sources policières, recherché sur internet un billet de train Vienne-Paris. Certains voient dans cette action, une volonté de « finir leur mission ». Les policiers ont pu remonter à eux avant qu’ils n’agissent et fassent des victimes.

Il est très probable que l’Hexagone demande à ce que ces individus soient expatriés en France en vue qu’ils comparaissent devant la justice française.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Information choc : Arabie Saoudite : Ouverture d’une ambassade saoudienne en Israël en perspective.

L’annonce choquera certains mais elle paraitra naturelle à d’autres, l’Arabie Saoudite propose d’ouvrir une ambassade saoudienne en israel en pleine Palestine occupée.

En effet, le royaume des Saoud a fait savoir par l’intermédiaire de sa diplomatie de haut rang que l’Arabie allait ni plus ni moins proposer un accord de paix à l’état israélien afin de normaliser définitivement ses relations avec son voisin.

A l’issu de cet accord est prévu l’installation d’une ambassade saoudienne en territoires occupés par l’israel. On devine que la même sera donc rendu possible sur le sol saoudien du fait même des obligations internationales de réciprocité.

A Munich, le ministre israélien de la Défense Moshé Ya’alona a confirmé les rencontres entre les diplomaties et les services des deux pays. Il a ainsi confirmé un accord militaire de passage accordé aux bateaux de guerre israéliens par les saoudiens dans le détroit de Tiran tenu par le royaume.

Une grande conférence pour la paix se tiendra à Washington prochainement qui verra une nouvelle fois réunis les désormais alliés saoudiens et israéliens.

La trahison des pays arabes envers la Palestine, la Mosquée sainte d’Al Aqsa et son peuple opprimé était connue, l’Arabie saoudite nous l’offrira sans doute avec une caution religieuse en prime.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Belgique : Les actes islamophobes sont en hausse.

Un mois après les terribles attentats de Bruxelles, une quarantaine d’actes islamophobes ont été enregistrées. Cela représente en moyenne un acte islamophobe par jour.

C’est le Collectif contre l’Islamophobie en Belgique qui a recensé ces actes de délits de haine, agressions, appels au meurtre ou incitations à la haine.

Cela ne représente pas une augmentation significative puisque le nombre d’actes islamophobes reste constant depuis les attentats de Paris.

Toutefois, le bilan souligne une information capitale : l’islamophobie augmente et crée un climat angoissant pour la communauté musulmane qui ne se sent pas en sécurité.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Etats-Unis : un patron turc offre plusieurs millions de dollars à ses salariés.

Hamdi Ulukaya est le fondateur de Chobani, une entreprise américaine de fabrication de produits laitiers créée en 2005 et dont le capital s’élève à plus de 3 milliards de dollars.

10% du capital en faveur de ses salariés

Le PDG de Chobani a tenu à remercier honorablement ses salariés qui ont contribué à cette réussite, en leur offrant 10% du capital de l’entreprise. Chaque employé recevra environ 150 000 dollars tandis que les plus anciens d’entre eux, soit plus de 2 000 salariés, gagneront plus d’1 million de dollars chacun. Des employés agréablement surpris par cette nouvelle, comme le démontre la vidéo publiée par le média NBC Nightly News.

Une action saluée par de nombreuses personnalités, notamment Hilary Clinton sur Twitter :

« J’aime ça. C’est formidable de voir Chobani partager sa réussite avec les salariés qui ont rendu ce succès possible »

Un acte exemplaire qui a pour mérite de pouvoir, espérons-le, changer la perception des migrants et des réfugiés, Hamdi Hulukaya ayant rejoint les Etats-Unis il y a seulement 11 ans, soit lors de la création ambitieuse de son entreprise.

Reportage vidéo a voir sur www.muslimradio.info.
w w w . m u s l i m r a d i o . i n f o .

Clic pour voir la Source de l’article

**********


France : La justice ordonne la fermeture sous 24H de la mosquée de St-Gratien.

La mosquée de St-Gratien dans le Val d’Oise vient d’être fermée par une décision de Justice. La mairie de la ville a obtenu gain de cause après plusieurs années de conflit avec les fidèles de la ville.

Le site Des dômes et des minarets nous informe sur la fermeture d’une nouvelle mosquée dans la région parisienne. Après celle de Lagny-sur-Marne, c’est celle de l’Association des Musulmans de Saint-Gratien qui vient de recevoir l’ordre de fermeture sous 24H de la part du Tribunal de Grande Instance de Pontoise.

La maire Jacqueline Eustache-Brinio, LR, s’est toujours opposée à l’implantation d’une mosquée à Saint-Gratien. Devant l’acquisition d’un pavillon aménagé en lieu de culte par l’association musulmane de la ville, la maire a utilisé tous les moyens en son pouvoir pour remettre en cause la présence du lieu de culte.

Afin de forcer les musulmans à quitter les lieux, la maire de la ville a changé le PLU (Plan Local d’Urbanisme) obligeant la mosquée à disposer de 15 places de parking. Une requête impossible à réaliser par l’association.

Ali Mecis, président de l’AMSG, avait déjà réagi aux différentes attaques de la mairie contre la liberté de culte des citoyens musulmans. En 2014, une manifestation ayant réuni plus de 500 personnes avait comme slogan « touche pas à ma mosquée, non à l’islamophobie ». Islam&Info avait suivi l’affaire et interrogé le président de l’association musulmane.

L’association a de son côté contacté le Préfet de la République afin qu’il use de son pouvoir dans le but d’empêcher cette décision arbitraire et contraire aux valeurs laïques. Saint-Gratien vient rejoindre ces nombreuses villes qui ont vu leur mosquée interdite ces derniers mois.

Reportage vidéo a voir sur www.muslimradio.info.
w w w . m u s l i m r a d i o . i n f o .

Clic pour voir la Source de l’article

**********


France : Abattoir d’Alès : le maire accuse l’abattage rituel halal.

L’abattoir de sa ville avait été fermé en octobre 2015 suite à la diffusion du vidéo scandaleuse qui faisait la lumière sur les traitements cruels infligés aux animaux. Auditionné jeudi 28 avril par la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur les conditions d’abattage en France, Max Roustan, maire d’Alès, met en cause l’abattage rituel sans étourdissement.

L’abattoir municipal, qui a rouvert début décembre 2015, consacre 50 % de son activité à l’abattage rituel. Selon le maire LR, les « trois quarts » des extraits de la vidéo tournée par l’association L214 ne montrait que des animaux abattus de manière « rituelle » et sans étourdissement. Une affirmation tout à fait étrange puisqu’il n’était pas question jusque là d’abattage rituel. En février dernier, on observait d’ailleurs la même sauvagerie opérante dans un abattoir bio de Vigan, une autre ville du Gard.

Pour Max Roustan, « si on ne peut pas continuer à le faire dans ce style, on n’arrivera pas évidemment à faire tourner l’abattoir ». Il précise qu’il veut éviter une quelconque « stigmatisation ». L’élu a proposé « une concertation avec le ministère de l’Agriculture et les autorités religieuses pour réformer l’abattage rituel, car c’est uniquement sur ce ressort là qu’on a des problèmes ».

Jack Pagès, directeur de l’abattoir, explique pour sa part que la personne filmée en train d’effectuer un « cisaillement au lieu de faire des coupes franches » était un « sacrificateur » remplaçant. Il pointe du doigt par ailleurs les mosquées qui désignent des sacrificateurs « sans aucune formation ». Pourtant, depuis 2013, un certificat de compétences est exigé de tout sacrificateur opérant dans des abattoirs rituels ou non. La responsabilité de l’abattoir d’Alès est tout autant engagée dans cette sordide affaire.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


L’Afrique du Sud offre une statue de Nelson Mandela à la Palestine.

Les liens d’amitiés entre l’Afrique du Sud et la Palestine sont anciens. Nelson Mandela, père de la nation arc-en-ciel, a régulièrement témoigné sa solidarité envers les Palestiniens. C’est donc en vertu de cette amitié que la ville de Johannesburg a décidé d’offrir une statue en bronze de l’ancien président africain le poing levé.

Elle mesure six mètre de haut et pèse près de deux tonnes et trône fièrement à Ramallah, siège de l’Autorité palestinienne en Cisjordanie. Le président Mahmoud Abbas a inauguré la statue mardi 26 avril dans la baptisée Nelson Mandela à cette occasion. Pendant plusieurs jours, des affiches annonçaient l’événement dans la ville et rappelaient des citations de Madiba telles que : « Nous ne serons jamais totalement libres tant que le peuple palestinien ne sera pas libéré. »

Moussa Hadid, maire de Ramallah, estime que la sculpture « symbolise la souffrance partagée » des peuples sud-africain et palestinien. Ce nouveau symbole des liens entre les deux villes jumelées et qui a vocation à devenir une attraction touristique n’a visiblement pas plu aux autorités israéliennes qui ont bloqué l’objet pendant un mois.

Selon Parks Tau, maire de Johannesburg, les douaniers d’Israël ont réclamé des doits de douane « équivalents à dix fois le prix de la statue ». Les droits n’ont finalement pas dû être acquittés. Moussa Hadid a dénoncé cette pratique, déclarant que « Nelson Mandela, qui avait déjà passé 28 ans dans les geôles du régime d’Apartheid en Afrique du Sud, a été de nouveau retenu 30 jours par les autorités israéliennes ». Il ajoute que ce symbole envoie « un message clair au colonisateur et à l’occupant israélien: nous sommes bien plus proches de la liberté que vous ne le pensez ».

Clic pour voir la Source de l’article

**********


France : L’école musulmane Al-Fitra remporte une victoire judiciaire contre le maire d’Halluin.

En septembre dernier, à Halluin, une localité de la métropole lilloise, l’heure de la première rentrée scolaire avant sonné pour la petite école privée musulmane Al Fitra qui avait ouvert ses portes envers et contre tout, et notamment sans le feu vert officiel du maire, aux 79 écoliers impatients de découvrir des classes flambant neuves, munis de leurs cartables préparés soigneusement depuis longtemps.

Créant l’événement dans la région, l’émergence de cette école primaire attenante à la mosquée locale, dont la directrice et les institutrices sont voilées, et le programme comprend deux options qui en font la spécificité, à savoir l’apprentissage de l’arabe et des cours de morale, a immanquablement défrayé la chronique municipale, le premier magistrat de la cité, « Le Républicain » Gustave Dassonville, opposant son veto à deux reprises, tout en se défendant d’y être hostile. Que n’aurait-il fait ou prétexté, s’il en avait été un farouche adversaire !!

Se heurtant à un mur d’incommunicabilité, Farid Aouragh, le président de l’association Al Fitra, déplorait alors grandement l’absence de médiation avec l’édile. « Le dialogue n’est pas possible avec le maire, nous n’avons jamais pu le rencontrer. Nous ne savons plus ce que la ville attend de nous », se désolait-il dans un entretien à la presse locale, après avoir vainement tenté de se présenter à la mairie pour exposer le projet éducatif d’une petite école qui ne doit son existence qu’aux généreuses donations des fidèles et à l’énergie de ses bénévoles, et qui aspire à être agréée par l’Etat, ainsi qu’à accueillir des enfants de toutes origines, à l’image de nombreuses écoles catholiques.

Saisi de son ouverture sans autorisation, le procureur de la République, Thierry Pocquet du Haut-Jussé, vient d’infliger un cuisant camouflet à la Ville en classant sans suite le signalement effectué par le maire d’Halluin, justifiant sa décision en ces termes : « Considérant qu’il y avait eu régularisation et mise en conformité, le parquet a procédé à un classement sans suite du signalement effectué par Monsieur le maire d’Halluin », ajoutant : « La commission de sécurité a rendu un avis favorable à l’ouverture de cet établissement en fin d’année 2015 ».

Alors que la fin d’une année scolaire mouvementée approche, l’école Al Fitra peut savourer l’instant magique qui lui rend enfin justice. Mais loin de s’enorgueillir de cette belle victoire judiciaire, ses responsables se montrent plus que jamais désireux de rencontrer le maire, un privilège qui leur a été jusqu’à présent refusé, avec une rare obstination, par l’élu de proximité par excellence.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Palestine : Quand la médecine est polluée par l’occupation israélienne.

Le mois dernier, un soldat israélien (il s’agit du franco-israélien Elor Azria, ndlr) est apparu sur une vidéo insoutenable, en train d’exécuter froidement un Palestinien sans défense, blessé et inconscient. Ce criminel israélien n’était pas qu’un simple soldat, il faisait aussi partie du personnel médical.

Quand Hillary Clinton a écrit sa lettre au donateur israélo-américain, Haim Saban, pour protester contre le mouvement populaire et pacifique de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), elle a présenté l’« État juif » comme une « démocratie dynamique dans une région dominée par l’autocratie… un miracle des temps modernes – une fleur pleine de vie au milieu d’un désert ». Pour faire bonne mesure, elle a juré que « nous devions veiller à son développement et la protéger».

Contrairement aux louanges de l’ancienne première dame américaine et ex-chef de la diplomatie d’Obama, nous, Palestiniens, subissons les terribles effets du racisme et de la discrimination qui s’infiltrent jusque dans les professions les plus humaines, sous l’occupation militaire brutale d’Israël.

Le mois dernier, un soldat israélien (il s’agit du franco-israélien Elor Azria, ndlr) est apparu sur une vidéo insoutenable, en train d’exécuter froidement un Palestinien sans défense, blessé et inconscient. Abed Al-Fattah Al-Sharif était soupçonné d’avoir commis une « attaque terroriste » ; une attaque au couteau qui ciblait non pas un civil mais un soldat, à un check-point militaire situé dans la ville occupée d’Hébron. L’Israélien qui l’a achevé d’une balle dans la tête, alors qu’il gisait à terre, n’était pas qu’un simple soldat, il faisait aussi partie du personnel médical. Si son acte abominable a d’abord été condamné par de nombreux Israéliens, il a été depuis célébré, et pire encore, des voix s’élèvent aujourd’hui pour appeler à lui décerner une médaille.

La terrible image d’Abed Al-Fattah Al-Sharif gisant à terre, dans l’indifférence générale, quelques instants avant d’être abattu comme un chien

La même caméra qui a filmé cette exécution sommaire a également révélé les images glaçantes de l’indifférence de plusieurs membres des équipes médicales israéliennes envers le Palestinien qui était allongé sur le sol, les bras et les jambes écartés, sa tête bougeant un peu. Ceux-ci apportaient les premiers secours à un soldat blessé (il avait une légère blessure au bras), mais ignoraient totalement le blessé palestinien, ne lui prêtant pas assistance, jusqu’à ce qu’il soit tué. À ce moment-là, et seulement à ce moment-là, le personnel médical israélien a daigné intervenir, mais uniquement pour emmener le corps.

L’exécution extrajudiciaire relève d’une politique israélienne réservée exclusivement aux Palestiniens ; environ deux cents Palestiniens ont été tués par Israël au cours des six derniers mois. Les forces de sécurité auraient pu, bien sûr, se modérer et les désarmer, comme elles l’ont fait pour Yishai Shlissel, ce juif ultra-orthodoxe qui a attaqué à deux reprises des participants à une Gay Pride, assassinant l’un d’eux. Shlissel n’a pas été tiré à vue, ni exécuté ; il a été arrêté et il comparaîtra devant un tribunal dans le cadre d’un procès régulier, à la différence des 200 Palestiniens qui, eux, ont été abattus, et dont beaucoup étaient des étudiants.

Je suis surprise que quelqu’un ait réussi à filmer l’exécution d’Al-Sharif, mais je ne le suis pas par l’exécution elle-même ; les soldats israéliens exécutent les Palestiniens de façon routinière, comme un exercice de leur pouvoir pour intimider la communauté. Un scandale, qui a plus de mal à être reconnu cependant, est celui de la complicité du personnel médical israélien qui est flagrante dans la vidéo, et de son silence qui suivra.

Une vague de soutien au soldat Elor Azria a été lancée par le tristement célèbre colon Baruch Marzel (un homme connu pour distribuer des pizzas aux soldats en signe de récompense pour avoir massacré des Palestiniens) ; ce dernier a organisé un rassemblement pour faire bloc derrière Azria, à proximité du tribunal militaire de Jaffa, tandis que le gouvernement local de Beit Shemesh a, de son côté, organisé le même rassemblement pour défendre le personnel médical assassin ; des affiches l’ont acclamé comme un « héros national ». Un sondage réalisé par Channel 2 TV a fait ressortir que 57 % de l’opinion israélienne estime qu’il n’y a pas lieu d’arrêter le soldat, ni d’enquêter sur l’incident, et que 42 % de la population qualifie son acte de « responsable » ; 24 % considérant que sa réaction, dans cette situation, était tout à fait naturelle.

Bien qu’odieux, ce qui précède n’est pas le seul exemple d’une médecine polluée par la politique en Israël. De récents rapports rendus publics par des hôpitaux de tout le pays, spécialement à Jérusalem, font état de la séparation qui est établie entre les malades arabes israéliens et les Israéliens juifs, en particulier les femmes qui viennent juste d’être mamans ; les femmes arabes palestiniennes sont en effet entassées et hospitalisées dans des conditions déplorables. Un membre de la Knesset, Bezalel Smotrich, a carrément twitté : « Il est tout à fait normal que mon épouse ne veuille pas être hospitalisée à proximité de quelqu’un qui vient de donner naissance à un bébé qui pourrait assassiner le sien dans vingt ans ».

Quant aux responsables médicaux, soit ils nient tout en bloc et réfutent les conclusions accablantes de ces rapports, soit ils cherchent à les justifier : « Les femmes arabes sont contentes d’être affectées à des salles de réveil de six personnes, parce qu’elles aiment bavarder », disent certains ; « Les femmes juives ont besoin de salles de deux personnes, parce qu’elles ne peuvent pas tolérer les fêtes arabes » affirment d’autres. Une infirmière palestinienne a observé que ses collègues israéliennes, opérant dans la salle d’accouchement, faisaient des commentaires racistes insupportables après la naissance d’un bébé palestinien, tels que « Et voici un autre terroriste ».

L’attitude cruelle du personnel médical israélien envers les Palestiniens est à la fois tristement banale et très ancienne. Il y a vingt ans, quand mon neveu est né, je me souviens être allée rendre visite à ma sœur, en compagnie de ma mère et de mon beau-frère, heureuse à l’idée de voir le bébé. L’équipe de sécurité de l’hôpital nous a arrêtés dans le hall, prétendant que ce n’était pas l’heure des visites. Or, au même moment, elle permettait à des Israéliens juifs d’entrer au service maternité. Quand mon beau-frère a demandé des explications, il a été aussitôt écarté, malmené et bousculé, restant meurtri par cette réaction brutale, ses lunettes cassées dans les mains. Cela se passait à l’hôpital Shaare Zedek, sous le nez de médecins et d’infirmières qui sont restés inertes et silencieux.

La pratique discriminatoire des hôpitaux israéliens paraît toutefois dérisoire en comparaison de celle qui est mise en lumière dans les rapports établis par les services médicaux des prisons israéliennes. Les prisonniers politiques palestiniens affirment que le personnel médical et les tortionnaires sont alliés pour accomplir la même terrible mission : briser leur volonté.

Plusieurs rapports indépendants ont corroboré de telles affirmations. Les prisonniers rapportent que les professionnels médicaux vérifient s’ils sont aptes à être torturés ou à se rétablir, de sorte qu’ils peuvent continuer à leur infliger les pires sévices. Après sa libération, un prisonnier m’a confié qu’un membre du personnel médical de la prison, où il était détenu, avait prétendu qu’il était suicidaire pour justifier le fait de l’avoir suspendu en hauteur, « pour le protéger contre lui-même » selon l’effarante version officielle…

Le crâne d’un autre homme a été fracturé après qu’un garde l’ait délibérément projeté au sol ; ce prisonnier a été « examiné » par plusieurs médecins, mais aucun d’eux n’a fourni des explications précises sur l’incident, et n’a délivré aucune information sérieuse sur l’état physique du prisonnier. Certains ont ignoré l’importante enflure et les ecchymoses autour de son œil, d’autres ont dit que le prisonnier était tombé dans l’escalier, sans oublier ceux qui ont décelé l’incroyable conséquence d’une piqûre d’abeille…

L’alimentation de force des prisonniers palestiniens en grève de la faim est une autre pratique médicale honteuse, utilisée à des fins politiques, violant l’éthique médicale et la dignité humaine dans le processus. Une législation a été votée au parlement israélien qui autorise l’alimentation de force des grévistes de la faim. Alors que le principe allégué de la loi est « le caractère sacré de la vie », sa véritable motivation est de réduire au silence et de miner la volonté des prisonniers palestiniens dans leur lutte pour être libérés de leurs chaînes, et de la détention administrative (une détention illégale au regard du droit international, sans inculpation ni jugement). Bien qu’il n’y ait aucune trace, à ce jour, d’un seul prisonnier palestinien mort des suites d’une grève de la faim, il existe des documents qui attestent que cinq détenus sont décédés après avoir été alimentés de force, entre 1970 et 1992. Ces malheureux ont été nourris sous la contrainte et tués par le personnel médical.

La médecine n’est pas seulement une profession, c’est une véritable vocation. Une vocation qui traite du bien-être humain dans des domaines qui dépassent la seule santé physique. La neutralité et l’impartialité sont des principes fondamentaux du code de déontologie qui régit le corps médical, mais nous voyons, malheureusement, certains de nos confrères israéliens capituler devant la bigoterie populaire, au lieu de soutenir les droits des malades quand ils sont palestiniens. Les professionnels israéliens de la médecine devraient soutenir leurs confrères palestiniens qui se font mitrailler dans les ambulances, devraient secourir les malades palestiniens qui se font arrêter aux check-points ou qui sont obligés de collaborer en échange d’un service de santé. Ils devraient condamner les bombardements des hôpitaux à Gaza, et les raids perpétrés dans les hôpitaux palestiniens de la Cisjordanie occupée en vue de kidnapper des personnes blessées.

Il est consternant de réaliser que, dans sa grande majorité, le corps médical israélien ne fait rien de tout cela. Force est de constater que l’occupation érode toutes les considérations éthiques, étouffe les cas de conscience, et que la haine des Palestiniens l’emporte sur les préoccupations et le comportement déontologiques.

Il ne peut exister de « démocratie dynamique » dans un système colonial, Madame Clinton ! Il n’y a aucune pureté, ni même de professionnalisme médical, dans une domination coloniale. L’occupation militaire d’Israël pollue tout.

Clic pour voir la Source de l’article

####################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information C P I, Centre Palestinien D’Information.

80 % des Jérusalémites sont sous le seuil de la pauvreté.
.
Démission d’une députée britannique qui a suggéré le transfert d’Israël aux Etats-Unis.
.
Affrontement lors de la prise d’assaut du Tombeau de Youssef.

De violents affrontements ont éclaté le jeudi à l’aube 28 avril, lors de l’incursion des centaines de colons dans le Tombeau de Youssef dans la ville de Naplouse au nord de la Cisjordanie .
.
Un étau de sécurité resserré en Cisjordanie pour 48 heures.
.
Une campagne d’arrestation contre des dirigeants du Hamas en Cisjordanie.
.
Les frères Hasanat brisent la routine et le chômage et poussent leur projet sous la lumière du jour, ils ouvrent le premier restaurant ambulant dans la ville de Gaza.
.
Les colons attaquent les piscines de Salomon à Bethléem .
.
Le Jihad: La résistance est capable d’arrêter les crimes de l’occupation israelienne .
.
Les forces armées de l’occupation israelienne ont lancé, hier soir, des bombes lumineuses à l’est de la ville de Khan Younes dans le sud de la Bande de Gaza, au milieu d’un mouvement actif des véhicules sionistes.

Un témoin oculaire a déclaré que la zone située entre le site militaire « Kissoufim » et la porte « Al-Sanati » à l’est de la ville de Khan Younes a témoigné, hier soir, d’un mouvement actif des véhicules de l’occupation israelienne , selon « Quds Press ».

Il a ajouté que ce mouvement inhabituel a coïncidé avec des tirs intensifs de bombes lumineuses dans les cieux de la région.

Ces mouvements s’inscrivent dans le cadre d’une série de violations commises par les forces armées sionistes depuis la signature de l’accord de trêve entre la résistance palestinienne et l’Etat d’occupation sioniste le 26 août 2014 sous l’égide de l’Egypte.

D’un autre côté, les forces armées occupantes ont sorti, aujourd’hui à l’aube, un bulldozer militaire qui a glissé dans une vallée au centre de la Bande de Gaza..

Il est à noter que les forces armées israéliennes circulent de temps à autre dans les terres agricoles près des frontières au nord et à l’est de la Bande de Gaza, sans déclarer les raisons de ces opérations.
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.
Le Centre Palestinien D’Information, sur http://french.palinfo.com

Laisser un commentaire