MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 19 Rabi Al Awwal 1437.

Flash info du 19 Rabi Al Awwal 1437.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur :
www.MuslimRadio.info

******************************************************************


Philippe Grenier, premier député musulman français de l’histoire.

Nous vous parlions hier de la belle histoire d’Henry Edward Stanley, cet anglais converti à l’islam. Il avait alors été le premier député anglais de l’histoire, au 19ème siècle. Toujours dans le même siècle, nous parlerons brièvement aujourd’hui de Philippe Grenier, le premier député musulman français de l’histoire.

Né le 14 août 1865 à Pontarlier dans le Doubs, Philippe Grenier était un homme doué et brillant. Il fut notamment médecin, et homme politique. Il était le fils d’un ancien capitaine de cavalerie, qui avait servi Napoléon III. Très jeune, il fut orphelin de père, puisque celui-ci mourut alors qu’il n’avait que six ans seulement.

Il effectuera ses études secondaires dans la ville de Besançon, puis décrochera son baccalauréat. De 1883 à 1890, il étudiera la médecine à la faculté, puis ouvrira son propre cabinet à Pontarlier, sa ville natale. En 1890 toujours, il part en Algérie à Blida, pour rencontrer son frère qui y vivait. C’est à ce moment là qu’il commencera à s’intéresser à la culture musulmane. Le problème, c’est qu’il reste outré de la façon dont les algériens musulmans sont traités là-bas. Entre misère et injustices sociales, il rentre en France et commence à étudier le Coran. En 1894, il retourne une seconde fois en Algérie, toujours à Blida, et se convertit à l’islam. Suite à sa conversion, il décide de se rendre à la Mecque, en Arabie Saoudite.

La suite de son histoire va prendre une tournure incroyable. N’ayant peur de personne à l’image de Omar Ibn Al Khattab, il rentre en France en adoptant la tenue vestimentaire des algériens de l’époque : la gandoura et le burnous. Malgré les railleries de la presse sur ses nouveaux habits, il tente sa chance pour devenir député de Pontarlier, après la mort de son prédécesseur. Avec une campagne modeste mais convaincante, il obtient 51% des voix au deuxième tour, le 20 décembre 1896. Il y a donc tout juste 119 ans, il devient fièrement le premier député musulman de France.

Philippe Grenier, premier député musulman français de l’histoire

***************************************************


france : Nevers : la mosquée du pardon, une mosquée qui ouvre ses portes .

Comme l’a fait la mosquée du Havre au début du mois de décembre, la mosquée de Nevers a ouvert ses portes aux curieux. La mosquée du Pardon comme elle se prénomme, a accueilli de nombreux neversois lors de ses portes ouvertes.

C’est ainsi que lors du premier jour de portes ouvertes, plus de 200 personnes se sont rendues sur le lieu de culte musulman afin d’en savoir davantage sur l’Islam. Le porte parole de l’association musulmane de Nevers, Otmane Elatlati, a expliqué les raisons qui ont poussé les responsables du lieu à ouvrir leurs portes : « À la suite des attentats du 13 novembre, nous voulions dissiper les craintes, vaincre les appréhensions et lutter contre les préjugés« , propos relevés par le journal du centre.

Ces journées portes ouvertes ont donc attiré des centaines de curieux. Au programme visite des lieux et dialogue intereligieux autour d’un buffet sucré. Otmane souligne la position des responsables de la mosquée : « nous avons toujours eu un discours de paix et de vivre ensemble ». Cette initiative correspond donc à l’image de l’Islam : appeler à la vérité avec sagesse et douceur. Le porte parole a d’ailleurs ajouté : « nos portes sont toujours ouvertes ».

En effet, la mosquée du Pardon accueille régulièrement les intéressés, même en dehors des événements « portes ouvertes. L’initiative de la mosquée a été appréciée et saluée par les habitants de la ville.

Nevers : la mosquée du pardon, une mosquée qui ouvre ses portes

***************************************************


Arabie Saoudite : hausse inédite des prix à la pompe.

Hier, les membres du Cabinet Saoudien ont annoncé l’augmentation historique du prix de l’essence dès le mois de Rabi’ At-tani, soit le 11 janvier 2016.

C’est ainsi que dès le mois prochain inchaAllah, l’Octane 91 en Arabie Saoudite passera de 45 halalas à 75 et l’Octane 90 affichera quant à lui, 90 halalas alors qu’il s’élève actuellement à 60. Les prix vont dont tripler d’ici quelques jours. Le Ministère saoudien des finances a souligné que cette décision représentait la première d’une série de « réformes économiques, fiscales et structurelles globales », comme le rapporte the Saudi Press Agency.

L’objectif de cette importante augmentation du prix de l’essence et des prochaines réformes à venir est de participer à des « révisions de l’énergie, de l’eau et des prix de l’électricité et ce, progressivement au cours des cinq prochaines années, afin d’atteindre l’efficacité dans l’utilisation de l’énergie, de préserver les ressources naturelles et de mettre fin au gaspillage et à l’utilisation irrationnelle« , d’après le Ministère.

Le gouvernement saoudien n’est pas le seul à faire grimper le prix de l’essence. En effet, les Etats du Golfe tels que les Emirats Arabes Unis et le Koweït ont également augmenté leurs prix à la pompe. Ces augmentations sont d’autant plus surprenantes qu’elles surviennent alors que le prix du pétrole baisse considérablement et ce, à travers tout le globe.

Arabie Saoudite : hausse inédite des prix à la pompe

***************************************************


Une belle histoire familiale : un rappel sur la valeur et la patience du paternel. L’histoire d’un père et son fils, réalisé par Nouman Ali Khan.

Nous parlons souvent de l’importance de la place de la mère. Mais qu’en est-il de celle du père ? A lui, nous devons tant de choses. Que de pères qui se sont dévoués pour leur progéniture, travaillant dur, sans relâche, pour leur assurer confort, nourriture, soins, éducation.

Nouman Ali Khan nous partage une histoire qui relate l’histoire de l’extrême patience d’un père envers son fils. Une patience inégalable, puisqu’une fois adulte, le fils n’a pas forcément la même patience que son père, lorsqu’il était encore enfant.
Passons nous assez de temps avec notre père ? Accordons-nous lui assez d’importance ? De temps ? Prenons-nous le temps de l’appeler ? De passer un moment rien qu’avec lui ?
Une vidéo qui ne peut que nous pousser à la méditation et nous amène à des interrogations sur notre relation avec notre paternel.

Nous remercions l’équipe de traducteurs pour cette magnifique vidéo de Nouman Ali Khan. A voir et à partager sans modération. Une vidéo qui nous concerne tous, que nous soyons musulmans ou non. Qu’Allah préserve et protège nos chers papas, qu’Il leur ouvre les portes de Ses Jardins de l’au delà.

Dessin animé a voir sur www.muslimradio.info.

VIDEO : une belle histoire familiale, un rappel sur la valeur et la patience du paternel

***************************************************


France : Incendie dans une salle de prière musulmane d’Orléans.

Un incendie s’est déclaré dans la nuit de lundi à mardi vers 23h 30 dans une salle de prière musulmane à Orléans.

Malgré l’intervention rapide des pompiers alertés par des voisins, un appentis accolé au lieu de culte, situé avenue Montesquieu à La Source, a complétement été détruit par les flammes. La salle de prière n’a pas été touchée selon le site d’info la rep.

Une enquête est en cours pour déterminer l’origine de l’incendie.

Incendie dans une salle de prière musulmane d’Orléans

***************************************************


France : Un imam marseillais dénonce les abus de l’état d’urgence : « Le gouvernement joue les pyromanes ».

Smaïn, Imam de la mosquée des Bleuets, aux Oliviers, dans le 13e arrondissement de Marseille, a réagit au sujet de la salle de prière musulmane saccagée à Ajaccio vendredi 25 Décembre.

Invité sur France Bleu Provence, l’Imam marseillais s’est dit choqué mais pas étonné par de tels agissements avant de dénoncer les abus de l’état d’urgence :

« Ce n’est que le résultat de l’abus de cet état d’urgence. Je prends acte des condamnations du Premier ministre et du nouveau Président de l’Assemblée de Corse. Mais le gouvernement actuel joue les pyromanes. »

L’Imam Smaïn s’interroge sur le véritable message que souhaite véhiculer le gouvernement. Il estime que derrière les discours du gouvernement qui appellent à ne pas stigmatiser les musulmans, « ils le font et engagent les autres à le faire ».

Le recteur de la mosquée des Bleuets de Marseille prend pour exemple la mesure de déchéance de nationalité voulue par François Hollande et « les saccages des mosquées lors de perquisition ».

Un imam marseillais dénonce les abus de l’état d’urgence : « Le gouvernement joue les pyromanes »

***************************************************

L’histoire des goumiers marocains.

L’histoire française a largement occulté son rapport avec ses colonies.

Les mots même ont perdu leurs sens pour pouvoir mieux enfouir cette histoire honteuse. Si pour l’Algérie un contre-récit a pu prendre place, non sans récupérations, pour les marocains le mensonge continua. Les caïds et les harkis sont restés les gens bien, le colon le grand frère et la France l’éternelle puissance bienveillante. L’épuration ethnique des populations du Rif au gaz restera ainsi même dans l’éducation marocaine une « pacification ». Le jihad du prince des croyants Abdelkrim Al Khattabi une vulgaire révolte …

Les expéditions punitives anti-musulmans menées récemment en Corse ont fait ressurgir cette histoire douloureuse. Les instances du CFCM ont jugé bon de rappeler aux corses les services rendus par les indigènes à leur terre annexée par les allemands. Mais comme d’habitude, une fois leurs exploits évoqués rien n’a été fait pour vraiment découvrir leur histoire.

Une histoire de supplétifs coloniaux, braves, naïfs et trahis par une France coloniale qui n’a décidément jamais tenue sa parole aux peuples auxquels elle avait promis liberté, égalité et fraternité.

Car ce sont les petits enfants de ces goumiers marocains qu’on a parqué dans ces cités insalubres de Corse. C’est leur mosquée que l’on a profané en brulant des exemplaires du Coran. Ce sont eux que le gouvernement socialiste a incarcéré ou perquisitionné récemment en oubliant d’en faire de même avec leurs agresseurs islamophobes.

Alors pour nous musulmans en France à qui la République demande d’accepter de revêtir un nouvel habit de goumier pour défendre encore une fois les valeurs de la république, ce récit devrait servir. Cette mémoire devrait nous préserver des erreurs du passé. Aux caïds du CFCM ou aux assimilationnistes honteux une réponse ressurgit, celle de cette histoire des goumiers marocains et des harkis d’Algérie. Qu’ont ils gagné à la fin ?

Au mieux le mépris et l’oubli au pire le sacrifice et la trahison …

Reportage a voir sur www.muslimradio.info.

L’histoire des goumiers marocains et la notre … [ VIDÉO ]

***************************************************


France : Pantin : retour sur les violences policières et explications de la famille.

Lundi 14 décembre 2015, à Pantin, dans le quartier Auger, Zahra Kraiker, 45 ans, mère de famille de 4 enfants et travailleuse sociale à la mairie de Paris, rentre de son travail aux alentours de 14 H 45.

Approchant de son domicile, elle aperçoit son fils Bilal, 18 ans, à genoux et hurlant de douleurs. Elle apprend ainsi de sa bouche que, suite à un contrôle d’identité, il vient de subir un passage à tabac et que les policiers l’ont abandonné sans soins sur le bitume. Touché aux testicules, sa mère le conduit aussitôt à l’hôpital pour qu’il puisse être hospitalisé d’urgence. Les examens médicaux révèlent l’écrasement d’un testicule avec formation d’un hématome, suite à un violent coup de genoux porté par un des policiers. Il est alors hospitalisé et opéré sur le champ dans la nuit du 14 au 15, à 3 heures du matin.

Le mardi 15 décembre, à sa sortie de l’hôpital à 18 heures, et comme le permet la loi, Bilal se rend avec ses parents pour porter plainte au commissariat de Pantin dont sont issus les policiers incriminés. Ils essuient un refus d’enregistrer la plainte et se voient forcés d’aller porter plainte dans un commissariat du 19ème arrondissement.

15 jours après, le 26 décembre 2015, Zahra Kraiker est dans son appartement lorsqu’elle entend une forte déflagration venant de l’extérieur. Inquiète, elle regarde par la fenêtre et demande aux jeunes présents au pied de l’immeuble ce qui a bien pu se passer. Les jeunes lui apprennent que son fils Bilal vient d’être arrêté, menotté et enfermé dans une voiture de police.
Prise de panique au regard notamment de l’état de santé de son fils, pieds nus, elle descend au bas de l’immeuble pour s’enquérir d’elle-même de ce qu’on vient de lui apprendre. Malgré ses demandes réitérées cordialement pour connaître les motifs de son arrestation, elle est prise à partie par les policiers et la passent aussi à tabac en l’aspergeant de gaz lacrymogène.

Wassil, un de ses fils âgé de 15 ans et demi, arrivant sur les lieux, assiste traumatisé au tabassage de sa mère. Alors qu’il leur demande d’arrêter, il se voit subir à son tour un passage à tabac. Depuis, Wassil et Bilal, ainsi que 4 autres jeunes mineurs, ont été placés en garde à vue.

Dans le contexte actuel de multiplications des abus policiers, au moment où l’expression d’une parole raciste se libère ouvertement, face à cette situation tragique qui vient injustement frapper une famille qui vivait jusque-là tranquille, honorablement et sans aucun problème à Pantin, alors que des rumeurs courent déjà pour salir la réputation et la dignité d’une femme qui n’a rien à se reprocher, la famille Kraiker organise une conférence de presse le Mercredi 30 décembre 2015, au 21 rue Auger à Pantin, à 16 heures, afin d’informer en détails des événements survenus et annoncer la création d’un Comité de soutien des Amis de la famille Kraiker afin que vérité et justice soient faites quant aux préjudices qu’ils viennent de subir à vie.

Comité de soutien des Amis de la famille Kraiker.

Pantin : retour sur les violences policières et explications de la famille

***************************************************

Débat époustouflant sur la Syrie et l’Irak : Vidéo de Myriam Benraad et François Burgat.

Depuis des mois aucun débat sur la Syrie et l’Irak n’a pu avoir lieu en France. L’émotion provoquée par les attentats de Paris ont interdit toute réflexion sur le thème. Par contre des spécialistes en mal de subventions ou de publicité se sont jetés sur les plateaux télévisés pour nous affirmer qu’ils allaient tout nous expliquer …

On nous avait donc attaqué parce que ces gens en voulaient à notre mode de vie : le rosée de terrasses de café bondées de bobos boutonneux avaient déclenché ces attentats. Ils détestaient notre civilisation et même LA civilisation. Leur solution : bombarder avec Bachar et lancer une bataille d’Alger aux banlieues. Pour les meilleurs d’entre ces spécialistes les auteurs de l’attaque avaient, non pas été radicalisés, mais avaient radicalisé l’Islam du fait de leur passé difficile et violent. La solution : une bonne psychothérapie de groupe pour nos jeunes névrosés de banlieues administrée dans des centres de rétention new-age.

Le gouvernement prendra le pire des deux pour en faire la politique que vous connaissez.

Myriam Benraad et François Burgat reviennent sur le sujet et abordent sans ambages tous les tabous. Irak, Syrie, attentats, tout y passe. Et c’est à un véritable massacre façon Daesh, intellectuel heureusement, auquel on assiste. Les deux sociologues explosent une par une les théories fumeuses de leurs collègues islamologues ou sociologues pour nous faire opérer une descente dans l’enfer impitoyable de la région du Sham jusqu’au camp de Bucca …

Et si au milieu de tout cela il y avait de l’intelligible, de la politique, de la rationalité, des raisons, des conséquences ? Réfléchir est-il encore possible ? De Bucca au Bataclan, combien de sang versé ? La discussion aborde enfin les vraies questions en revenant enfin sur les faits pour ensuite les mettre en perspective.

Même si le débat pèche encore par son ethnocentrisme et par un tropisme sur le conflit israélo-palestinien ennuyant, il élève quand même le niveau au point de penser qu’il existe encore en France des gens sérieux en sociologie.

Même si, il faut leur dire, la sociologie n’expliquera jamais tout …

Reportage a voir sur www.muslimradio.info.

Débat époustouflant sur la Syrie et l’Irak [ Vidéo de Myriam Benraad et François Burgat ]

**************************************************


Amérique : Un beau cadeau de Noël pour une famille musulmane américaine.

« Joyeux Noël, belle famille. » C’est avec ce message que la famille Mohamed a terminé sa soirée de Réveillon dans un restaurant située à Augusta, dans l’Etat de Géorgie, jeudi 24 décembre.

Une famille américaine de sept adultes et de cinq enfants dînaient la veille de Noël lorsqu’un autre client s’est présenté à la caisse pour leur payer l’addition. Il ne laisse aucun indice quant à son identité. Seul un mot est laissé sur la note « Paid. Merry Christmas beautiful family » comme en témoigne le ticket pris en photo puis posté par Eslam Mohamed sur sa page Facebook.

L’acte de générosité, relaté par la presse locale, a d’autant surpris cette famille d’origine égyptienne qu’elle était « visiblement » musulmane puisque les femmes autour de la table portaient le voile, explique-t-il.

« Je ne peux exprimer à quel point cet acte a touché nos cœurs. Face à toutes les mauvaises choses qui se passent à l’encontre des musulmans et au discours de haine que le candidat à la présidentielle (Donald Trump) avait fait ces derniers temps, il y a encore de la lumière dans l’obscurité », a-t-il écrit. « Tout ce que je peux dire à celui qui a fait cela, joyeux Noël à vous aussi et que Dieu bénisse un aussi beau cœur que le vôtre », conclut Eslam Mohamed.

http://www.saphirnews.com/Un-beau-cadeau-de-Noel-pour-une-famille-musulmane-americaine_a21764.html

**************************************************


France : Kamal Moumni n’obtiendra pas réparation pour le grave préjudice subi suite à la parution d’un article du magazine Marianne.

La justice est passée mais sans avoir condamné le magazine Marianne pour avoir sali l’image et la réputation de Kamal Moumni, un administré de Bobigny fort honorablement connu, avec une désinvolture confondante et tellement révélatrice du mépris médiatique envers les Français issus de l’immigration post-coloniale, dans son numéro sensationnaliste du 18 juillet 2014 dont le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas redonné ses lettres de noblesse au fameux quatrième pouvoir.

Dénuée de la plus élémentaire déontologie journalistique, la direction de Marianne n’avait pas hésité à faire cauchemarder les chaumières françaises, notamment celles installées dans cette localité de Seine-Saint-Denis, en titrant « Comment la droite confie Bobigny à des petits caïds », réussissant un doublé peu reluisant dont elle a fait ses choux gras sans état d’âme : jeter le discrédit sur la nouvelle équipe municipale au pouvoir et en particulier sur Stéphane de Paoli, l’édile de l’UDI tombeur d’un bastion historique du communisme, et porter gravement atteinte à l’honneur d’un jeune homme de 29 ans, ex-tête de liste de l’Union des Démocrates Musulmans Français (UDMF) pour ce même scrutin local, en détournant sans vergogne une photo où il apparaissait en compagnie de Christian Bartholmé, le premier adjoint de Bobigny.

Un gros titre choc mis en exergue sur’une illustration non légendée et le tour était joué, ou plutôt l’illusion terriblement trompeuse devait opérer, et peu importe si les conséquences s’avéraient désastreuses pour celui que tout le monde a aussitôt et immanquablement assimilé au « caïd » local.

Endossant, à son insu, le rôle du méchant arabe ou musulman, Kamal Moumni qui, au moment des faits, était sur le point d’intégrer la mairie de Bobigny en sa qualité de chargé de mission (un poste qu’il occupe toujours), se souvient de l’effroi ressenti en découvrant le ramassis de mensonges colportés par un article qui n’en avait guère que le nom, notamment en lisant un verbatim anonyme, terrifiant surtout pour sa propre personne : « On bombarde Directeurs des mecs qui, il y a quelques semaines, dealaient dans les quartiers. Tout le monde est tétanisé ».

Après avoir sérieusement accusé le coup, Kamal Moumni a placé tous ses espoirs de réhabilitation dans la justice vers laquelle il s’est tourné en pleine confiance, mais ils ont été définitivement anéantis par la décision judiciaire rendue le 16 décembre dernier, dont voici la synthèse rédigée par son avocate et transmise à Oumma par Nagib Azergui, le fondateur et secrétaire national de l’UDMF.

 » L’hebdomaire MARIANNE, édité par la société MARIANNE, a publié, dans son numéro 900 daté du 18 au 24 juillet 2014, un article intitulé “Comment la droite confie Bobigny à des petits caïds”.

Une photographie, en page de sommaire, montre Monsieur Kamal MOUMNI en discussion avec une autre personne. A la page 21, le cliché est à nouveau reproduit, en plan plus élargi. Sa photographie ayant été publiée sans son autorisation, Monsieur Kamal MOUMNI a assigné la société MARIANNE pour avoir porté atteinte à son droit à l’image sur le fondement de l’article 9 du code civil.

Le corps du texte ne fait lui aucune référence directe ou indirecte à la personne de Monsieur Kamal MOUMNI et n’impute pas les faits de délinquance qu’il décrit à Monsieur Kamal MOUMNI. Ce dernier n’a donc pas agi en diffamation contre la société MARIANNE.

Le tribunal dans sa décision du 16 décembre 2015 indique lui-même que le nom de Kamal MOUMNI n’apparaît pas dans l’article et qu’il n’est pas non plus identifiable, aucun élément ne venant le mettre en cause, même de manière indirecte ou allusive. Pourtant, le tribunal va procéder à la requalification en action en diffamation (loi du 29 juillet 1881) et déclarer l’assignation nulle. L’action en diffamation étant prescrite au jour de la décision du tribunal, Monsieur Kamal MOUMNI ne peut plus agir sur ce fondement.  »

Pour rappel, nous avions recueilli la réaction de Nagib Azergui dans le cadre d’un article consacré à l’affaire et intitulé  » Quand Marianne fait passer Kamal M. pour un des « petits caïds de Bobigny ». Celui-ci s’indignait alors de cette odieuse manipulation d’image, ainsi que de l’incroyable manque de rigueur et absence de scrupules qui ont animé ses artisans.

« Kamal Moumni est tout sauf un caïd ! C’est quelqu’un de très estimé localement, qui a travaillé comme chauffeur de taxi pendant un certain temps, et qui s’est fait connaître par son engagement politique dans nos rangs. C’était la tête de liste de notre parti pour les municipales, avant que nous décidions de fusionner avec Stéphane de Paoli. Ce détournement d’image est extrêmement préjudiciable pour lui. Il en a été profondément affecté, ses proches également. Son honneur a été sali, alors même qu’il se verra confier par le maire de Bobigny, à la rentrée, le poste de chargé de mission pour superviser le projet du premier musée dédié à la colonisation en France. Les répercussions de cet article ont rejailli également sur notre parti l’UDMF. Nous n’avions pas besoin de cela, car nous avons subi de violentes campagnes de dénigrement lors des municipales par la gauche au pouvoir, nous traitant de Frères musulmans, venus pour instaurer la charia, faire du prosélytisme dans des tracts odieux », déclarait Nagib Azergui.

http://oumma.com/222269/kamal-moumni-nobtiendra-reparation-grave-prejudice-su

***************************************************


Palestine : Sept ans après l’agression israélienne, le blocus se poursuit à Gaza, en toute inhumanité.

Il y a sept ans, le samedi 27 décembre 2008, Israël lançait son attaque contre la bande de Gaza, baptisée “Plomb durci” pour les besoins de sa « com ». Sous le prétexte de répondre à des tirs de roquettes intervenant en réponse à des assassinats « ciblés », l’armée israélienne déclenchait, à l’heure de sortie des écoles, une campagne de bombardements de grande ampleur qui faisaient dans la seule première journée 230 morts palestiniens. Cette attaque, doublée à partir du 3 janvier 2009 d’une opération terrestre, s’acheva le 18 janvier sur un bilan de 1 315 Palestiniens tués (dont 410 enfants) et 5 285 blessés, avec, côté israélien, 13 tués (dont 10 militaires) et 197 blessés (dont 103 militaires).

La résolution 1860 du Conseil de sécurité votée le 8 janvier appelant au cessez-le-feu demandait notamment que « l’aide humanitaire, y compris les vivres, le carburant et les traitements médicaux, puisse être distribuée sans entrave dans tout Gaza » et de « faire en sorte que les biens et les personnes puissent emprunter régulièrement et durablement les points de passage de Gaza ».

Elle ne fut jamais réellement appliquée.

Aux mêmes prétextes sécuritaires, une nouvelle opération “Pilier de défense” fut lancée le 14 novembre 2012 qui s’acheva le 21 novembre sur un bilan de 161 Palestiniens et 6 Israéliens tués. Là encore sans que le blocus ne soit levé.

Enfin, le 8 juillet 2014 une nouvelle opération “Bordure protectrice” fut lancée par Israël, la plus longue et la plus meurtrière, puisqu’elle se termina le 26 août par un cessez le feu et un bilan de 2 100 palestiniens tués (dont 75 % de civils), 76 israéliens tués (dont 73 militaires).

Seize mois après cette dernière opération, le blocus n’a toujours pas été levé et il empêche l’entrée dans la bande de Gaza des matériaux indispensables à la reconstruction des 19 000 immeubles d’habitation détruits en 2014.

Cela fait plus de huit ans que le peuple palestinien de Gaza, lui-même déjà composé d’une majorité de réfugiés, est soumis à un blocus inhumain. Un blocus qui pousse au désespoir une population active, éduquée, inventive, qui demande la liberté de vivre et se trouve enfermée sans même que nous puissions lui rendre visite. Un blocus qui impacte tous les aspects de la vie quotidienne, qui ruine l’économie, qui empêche les étudiants de poursuivre leurs études à l’étranger et les malades les plus gravement atteints de se faire soigner. Une politique qui sépare les familles palestiniennes depuis plus longtemps encore.

La population de Gaza a le droit de vivre, de se déplacer, d’échanger avec le reste du monde, et spécialement avec le reste du territoire palestinien dont elle est partie intégrante.

A l’opposé, le rapport 2015 de la Conférence des Nations unies sur le Commerce et le développement (Cnuced) à partir d’une analyse précise des données démographiques, économiques, sociales et politiques aboutit à la conclusion que Gaza sera invivable d’ici 2020 si rien ne change.

C’est dire l’urgence d’imposer à Israël la fin de ce blocus inhumain et désespérant. Au nom des principes élémentaires d’humanité, mais aussi dans leur propre intérêt, la France et les pays de l’UE doivent aujourd’hui se donner les moyens de l’exiger. Gaza doit enfin prendre toute sa place dans l’Etat de Palestine dont la reconnaissance par la France s’impose d’urgence.

http://oumma.com/222268/sept-ans-apres-lagression-israelienne-blocus-se-pours

***************************************************


Malaisie : répandre la parole de l’islam dans la rue, un vrai défi pour le nouveau Musulman Zain Phu.

Fraîchement converti à l’islam, Zain Phu, 33 ans, un ingénieur informatique natif de Sydney, vit depuis deux ans à Kuala Lumpur où il a répondu à son inclination du coeur et rencontré l’âme sœur, avide d’étancher sa soif de connaissances religieuses mais aussi de prêcher la bonne parole islamique auprès du grand public.

Muni de brochures explicatives et de questionnaires, le trentenaire arpente depuis plusieurs jours les rues grouillantes de monde de la capitale fascinante de Malaisie, réputée pour la convivialité qui y règne, forçant un peu sa nature pour aller à la rencontre des passants et accomplir fièrement sa première Da’wa.

« Je suis un ingénieur informatique, et j’ai davantage l’habitude de communiquer avec les ordinateurs qu’avec des gens », a-t-il déclaré comme pour s’excuser de la nervosité irrépressible qui l’a envahi sur le terrain, au moment d’aborder des inconnus du terroir ou venus d’ailleurs, à l’image d’un groupe de touristes hollandais rencontrés à l’aéroport.

Son stress des premiers instants a disparu au fur et à mesure de la conversation enrichissante qui s’est nouée, Zain Phu prenant progressivement confiance en lui pour promouvoir la quintessence du message coranique auprès d’oreilles attentives, miraculeusement indifférentes à la propagande islamophobe.

Escorté d’un autre ingénieur et musulman plus aguerri, Zulhilmi Drus, dont c’était là la deuxième opération de proximité en prise directe avec la population, et d’un troisième bénévole Khairuddin Lokmam Mohd Suhaimi, le novice Zain Phu, qui avait préalablement suivi une formation sous l’égide des organisations non gouvernementales Hidayah Fondation, Ikram Siswa Nasional et Skuad Mubaligh, avant de sillonner les principaux sites de la ville, a réussi à surmonter sa timidité pour répandre la parole de l’islam.

« À une époque où les extrémistes comme ceux qui ont rejoint les rangs de l’ISIS sont de plus en plus nombreux, j’aimerais que les non-musulmans puissent dire ‘hey, ce n’est pas ça l’islam’ ! », a insisté Zulhilmi Drus en confiant que le plus grand défi qui se pose aux bénévoles lors de la Da’wa est d’affronter la réticence, voire l’hostilité des citoyens ordinaires et de parvenir à créer les conditions d’un dialogue inopiné, chaleureux et fructueux.

« Sur les 15 personnes que j’ai abordées, seulement quatre m’ont accordé du temps et leur attention. C’est à nous de les amener à écouter notre message », a renchéri ce bénévole expérimenté qui a guidé les premiers pas dans la rue de Zain Phu, le 24 décembre dernier, à l’occasion de la célébration du Mawlid, l’anniversaire de la naissance du Prophète (Paix et bénédiction soient sur lui).

http://oumma.com/222267/malaisie-repandre-de-lislam-rue-un-vrai-defi-nouveau-

***************************************************


La détresse d’Ali, un auditeur musulman, laisse sans voix une célèbre chroniqueuse britannique.

Connue pour son franc-parler et sa pugnacité, Katie Hopkins, une chroniqueuse de la télévision britannique, reste rarement pantoise sur les ondes radiophoniques, sauf lors de son récent échange en direct avec un auditeur prénommé Ali, dont le profond mal-être exprimé sans détour l’a quelque peu laissée sans voix.

Se définissant lui-même comme un « musulman pieux, très pratiquant et fier de l’être », celui-ci n’a pas fait mystère de son inquiétude grandissante au sujet des mosquées du Royaume-Uni, des imams qui y officient et des enseignements coraniques dispensés, profitant de la libre antenne de Katie Hopkins pour révéler son désarroi.

« Oui, je suis musulman, mais je ne me rends pas régulièrement à la mosquée, et je dirais même que j’ai peur d’y envoyer mes enfants ces derniers temps », a-t-il confié sans mots couverts, se disant favorable à une surveillance accrue des lieux de culte et à la promotion des valeurs britanniques dans leurs enceintes plutôt qu’ à l’expulsion des dignitaires religieux sur lesquels pèse le poids de la suspicion, avant d’asséner une petite phrase qui a littéralement soufflé Katie Hopkins : « Je n’ai pas envie qu’ils deviennent des terroristes. »

« Je ne sais pas ce qu’ils vont leur enseigner là-bas. Je ne sais pas ce qu’ils entendront », a ajouté Ali, ce père de confession musulmane qui peut se targuer d’avoir fait forte impression à une personnalité des médias peu impressionnable qui ne s’attendait guère à un tel aveu de la part d’un concitoyen musulman.  » Je suis frappée par la puissance de votre message en tant que musulman, je suis aussi frappée par la manière dont vous avez réussi à me faire taire », a-t-elle lâché en guise de conclusion.

http://oumma.com/222266/detresse-dali-un-auditeur-musulman-laisse-voix-une-ce

***************************************************


Etats-Unis : les donuts contre l’islamophobie offerts par une Américaine de confession musulmane.

Confectionnés avec une bonne dose de détermination et saupoudrés de générosité, les beignets moelleux de Mona Haydar n’ont pas pour seule et unique vocation d’attiser la gourmandise et de régaler les papilles de ses concitoyens de Cambridge, dans le Massachusetts.

Dans un stand dressé avec l’appui de son mari Sébastian, où se mêlent des odeurs appétissantes et une convivialité chaleureuse, la jeune femme de confession musulmane lutte contre l’injustice et l’islamophobie à sa manière, offrant gracieusement ses donuts faits maison pour rompre les murs d’incommunicabilité rendus infranchissables par l’incompréhension et la défiance qui entourent l’islam.

Carrefour névralgique de la ville, c’est sur le parvis de la grande bibliothèque municipale que Mona Haydar a choisi de s’installer, après avoir annoncé le lancement de son opération sur sa page Facebook et convié le plus grand nombre à dialoguer sans tabous et désamorcer les polémiques passionnelles autour de ses saveurs sucrées et d’un café plein d’arôme.

« Parlez-en à une musulmane » ou encore « Posez des questions à une musulmane », tels sont les slogans accrocheurs qui figurent sur les deux panneaux de son stand à ciel ouvert, petit par ses dimensions, mais grand par l’objectif poursuivi, dont l’idée s’est imposée à son époux et à elle-même au cours d’un dîner entre amis très animé, quelques jours après la tragédie de San Bernardino.

Confortée par les 1 600 commentaires majoritairement positifs suscités par son post et les 20 000 personnes qui en ont pris connaissance, Mona Haydar est passée de l’idée à la réalisation avec ardeur et entrain, prête à affronter toutes sortes de réactions, mêmes les plus épidermiques et violentes.

Si certains passants se sont contentés de déguster les donuts qu’on leur tendait en passant leur chemin, d’autres, animés d’une saine curiosité, se sont au contraire volontiers prêtés au jeu des questions/réponses, sensibles au cri du coeur lancé par cette mère de famille sur les réseaux sociaux qui soulignait en substance : « Le monde est un endroit bon et beau avec de petites poches de haine ici et là. Il y a une énorme quantité d’amour et rappelez-vous donc ce message lorsque vous êtes confrontés à la haine envers vous et votre foi. Rappelez-vous que vous êtes aussi américains que la tarte aux pommes. »(traduction Oumma).

« Une femme, émue aux larmes, a voulu savoir où nous habitons pour qu’elle puisse nous apporter une boîte de beignets », a relaté une Mona Haydar visiblement comblée par l’impact de l’opération, alors que l’heure de remballer ses affaires était venue.

« L’amour et la positivité peuvent pénétrer et sublimer même la haine la plus intense! Jésus-Christ m’a appris ça ! Je nourris de grands espoirs pour notre monde! L’amour triomphera, j’en suis convaincue ! », s’est exclamée cette Américaine qui a décidé, depuis sa cuisine, de combattre le fléau du racisme anti-musulmans avec ses propres armes : un sourire à toute épreuve et des beignets briseurs de glace et de préjugés.

http://oumma.com/222265/etats-unis-donuts-contre-lislamophobie-offerts-une-am

***************************************************


Mort de Zahrane Allouche, un coup dur pour l’Arabie saoudite et l’opposition syrienne pro wahhabite.

Zahrane Allouche, 44 ans, a été tué le 25 Décembre 2015, lors d’un raid de l’aviation syrienne contre son fief à la périphérie EST de Damas. Le chef de Jaych Al Islam avait bombardé, peu de temps auparavant, l’ambassade de Russie à Damas en signe de protestation contre l’intervention militaire massive de la Russie aux côtés de son allié syrien de longue date, le pouvoir baasiste.

L’élimination physique de l’homme-lige des Saoudiens en Syrie et de cinq autres dirigeants de son groupement, dix jours après la sélection par l’Arabie saoudite de la délégation de l’opposition wahhabite syrienne aux pourparlers de paix avec le pouvoir baasiste, est un coup dur à la fois pour le royaume saoudien et pour l’ensemble de l’opposition pro-wahhabite syrienne.

Zahrane Allouche avait été arrêté en 2009 et amnistié en juin 2011, trois mois après le début du conflit. Il avait adhéré en août 2014 au «Front Islamique» spécifiant clairement son objectif l’édification d’un «califat islamique empreint de sagesse».

La capture de dix membres de la famille princière du Qatar par Kataeb Hezbollah-Irak et la médiation du Hezbollah libanais

Ce revers majeur du djihadisme syrien a coïncidé avec une série de contre performances militaires en Irak: Le repli de Da’ech face à l’armée gouvernementale irakienne dans le secteur sunnite de Ramadi (centre Irak) et la capture d’une dizaine de membres de la famille princière du Qatar en voyage de chasse au gros gibier dans le sud de l’Irak par l’organisation Kataeb Hezbollah-Irak, une organisation chiite irakienne, homonyme mais autonome du Hezbollah Libanais.

Cette prise d’otages a contraint le Qatar à dépêcher un émissaire au Liban pour demander l’intermédiation du Hezbollah libanais auprès de ses coreligionnaires d’Irak. Le Kataeb Hezbollah Irak réclame, en contrepartie de la libération des otages du Qatar, la remise en Liberté du Cheikh Nimr, chef spirituel de la communauté chiite d’Arabie saoudite et condamné à mort par les autorités de Riyad.

Idlib-Raqqa, le nouveau Tora Bora du Moyen-Orient.

Se superposant à la publication par la Jordanie de la liste de 170 organisations terroristes au Moyen-Orient, la percée de Da’ech dans la zone pétrolière de la Cyrénaïque (Libye), aux portes de l’Europe apparaît, dans cette perspective comme une mesure compensatoire aux contre-performances djihadistes et leurs alliés pétro monarchiques au Levant;

Ces revers successifs ont conduit Abou Bakr Al Baghdadi (aka le calife Ibrahim), chef de Da’ech, à menacer directement l’Arabie saoudite, et pour la première fois, directement Israël, dans un surenchérissement des enjeux, et, sur le terrain, de transformer ses fiefs à la frontière syro irakienne en camp retranché pour faire du périmètre Iblib-Raqqa le «Tora Bora» du Moyen-Orient, sur le modèle afghan.

http://oumma.com/222263/mort-de-zahrane-allouche-un-coup-dur-larabie-saoudite

####################################################
############## Aujourd’hui en Palestine ################
####################################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information C P I , Centre Palestinien D’Information.

Arrestation d’un officier de l’Autorité Palestinienne par l’occupation à l’est de Naplouse.
.
Le Hamas et le Djihad condamnent les pratiques de l’Autorité Palestinienne contre l’intifada.
.
Intifada: 142 Palestiniens tués et plus de 15 000 autres blessés par les tirs de l’occupation.
.
L’occupation émet 53 ordres administratifs contre des prisonniers palestiniens.
.
Affrontements entre les écoliers et les soldats israéliens au sud de la Cisjordanie.
.
Confiscation de 500 dunums au sud de Naplouse.
.
L’occupation a démoli 478 maisons et installations palestiniennes en 2015.
.
La stratégie des tunnels a fait échouer la supériorité militaire sioniste.
.
Ministère de la santé: Plus de 50 patients atteints du virus H1N1 traités, deux sont morts cet hiver.
.
Les colons profanent les sanctuaires de Kifl Hares à Salfit.
.
9 Palestiniens arrêtés et des ravages dans des maisons à Jérusalem et en Cisjordanie.
.
La maison de Mohanad Halabi menacée de démolition.
.
La député Zoabi déclare : Le véritable terrorisme est celui de l’armée de l’occupation.
.
8 000 sionistes traumatisés et effrayés par l’Intifada de Jérusalem.
.
Une petite fille palestinienne agressée par un colon juif au sud d’Hébron.
.
Les forces d’occupation refusent la libération de la fille Krimane Souidane.
.
Affrontement avec l’occupation à Qalqilia et à Jérusalem .
.
Les forces d’occupation arrêtent un enfant maqdessite.
.
Ankara adhère à ses propres conditions pour normaliser les relations avec « Israël ».
.
Les Tribunaux de l’occupation condamnent des captifs palestiniens.
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.
Le Centre Palestinien D’Information, sur http://french.palinfo.com

Laisser un commentaire