MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 18 Dhou al hijjah 1436.

Flash info du 18 Dhou al hijjah 1436.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur :
www.MuslimRadio.info
******************************************************************

Le drapeau palestinien flotte à New-York .

Etats-Unis – À treize heures cet après-midi, le drapeau palestinien sera hissé au devant de l’institution internationale de l’ONU, à New-York.
Le drapeau tricolore prendra sa place aux côtés des cent quatre vingt trois autres Etats membres, bien que la Palestine soit considérée comme un Etat non membre, comme l’est le Vatican.
Si cet événement ne concerne pas de décisions politiques en terre palestinienne, il n’en reste pas moins un fait intensément symbolique, possible étape vers plus d’indépendance pour ce peuple pris en porte-à-faux depuis des décennies.
Pourtant, cette perspective d’évolution semble grandement éloignée de la réalité qui surplombe cette zone géographique. En témoignent les nombreuses offensives sur l’esplanade de la mosquée al-Aqsa.
Depuis plusieurs semaines, nous assistons à des attaques sur civils de la part des soldats de l’armée israélienne. Des peines de prison sont distribuées sur base de justificatifs pour le moins douteux et des individus, femmes et enfants compris, sont régulièrement admis en hospitalisation.
Dans une tribune publiée à l’occasion de l’installation du drapeau palestinien à l’ONU, le président Mahmoud Abbas s’est exprimé : « Ce sera un jour d’émotion et de fierté. Nous allons hisser notre drapeau dans un geste pacifique qui rappellera à tous que la justice et l’indépendance sont possibles au bout du chemin. »
« Our moment of hope », soit « notre moment d’espoir » est le titre donné à cette lettre ouverte. Mais ce titre gentillet n’épargne pas ses lecteurs d’une réalité exprimée par Mahmoud Abas : « Les Nations Unies doivent nous donner plus que de l’espoir », souligne-t-il.
Il a insisté sur l’exigence de plus d’indépendance pour cette situation géopolitique, « la plus vieille et insoluble depuis la naissance de l’ONU il y a 70 ans ».
Le président Abbas assistera au lever du drapeau après avoir prononcé son discours devant l’Assemblée Générale au cours duquel il prévoit d’appeler à une mobilisation mondiale autour de la question palestinienne.

vidéo a voir sur www.muslimradio.info.

Le drapeau palestinien flotte à New-York par islamatouswebradio

Le drapeau palestinien flotte à New-York


*************************************************************

Rencontrez Nadiya, une participante voilée à Bake Off, émission culinaire britannique .

UK – Il fait meilleur vivre sous le temps gris d’Angleterre qu’en Europe francophone, ce n’est plus un secret. Et même si ce pays anglophone garde ses zones d’ombres envers sa population musulmane, il reste malgré tout plus accueillant et bienveillant.

La sphère publique porte en son sein des individus de toutes ethnies et de toutes religions, n’importe quel touriste passager vous le dira. En ce qui concerne la communauté musulmane anglaise, on croise des femmes voilées dans le secteur privé comme public.

Les institutions n’hésitent pas à utiliser des figurantes musulmanes pour leur campagne de pub. Nous l’avons observé il y a peu avec les magasins H&M qui par intelligence marketing ont habillé un mannequin d’un voile et de vêtements longs et amples.

C’est au tour d’une émission culinaire britannique de prendre le pli. « The Great British Bake Off », équivalent de « Masterchef » en France, réunit à chaque saison douze participants qui se concurrenceront dans la confection de mets sucrés et salés afin d’épater Mary et Paul.

Cette nouvelle édition compte Nadiya en son sein. Cette participante voilée, née à Luton dans une famille de culture Bangladaise, cuisine depuis une dizaine d’années.

À trente ans, elle s’est, depuis être entrée dans son rôle de mère, consacrée à sa famille et à ses trois enfants et a mis sa carrière de côté. Elle vit à Leeds avec son époux et leur descendance qui la soutiennent complètement dans cette nouvelle aventure.

Sa passion pour l’art culinaire a éclot lorsqu’elle s’est demandée pourquoi son père ne servait que de la crème glacée pour dessert à son restaurant, bien que les desserts ne soient pas un trait dominant dans la cuisine bangladaise. Cette curiosité fut soutenue et encouragée par un professeur ce qui lui permis de fleurir et d’offrir des chefs d’œuvres à l’occasion de fêtes diverses.

Constater la visibilité d’une femme musulmane dans une émission de grande audience est un fait rafraîchissant et ça fait du bien !

Rencontrez Nadiya, une participante voilée à Bake Off, émission culinaire britannique


****************************************************

Les grands frères de Zyed et Bouna se confient dans un livre.

Dix ans après le drame qui a déclenché la révolte des banlieues, la mort de Zyed et Bouna à Clichy-sous-Bois, leurs frères se confient dans un livre. Sortie le 1er octobre.
Un récit intime.

Siyakha Traoré et Adel Benna, 31 et 39 ans, font face, ensemble, depuis dix ans au drame qui a touché leur famille. Les deux adolescents de 15 et 17 ans sont décédés le 27 octobre 2005, électrocutés dans un transformateur EDF à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Agitées durant trois longues semaines par des émeutes sans précédent, ce drame fut l’étincelle qui mit le feu aux banlieues cet automne-là. En mai dernier, au terme d’une procédure judiciaire interminable, deux policiers, mis en examen pour « non-assistance à personne en danger », ont finalement été relaxés.

C’est alors dans « Zyed et Bouna, avec Gwenael Bourdon », journaliste à l’édition de Seine-Saint-Denis du « Parisien », que les frères endeuillés ont raconté leur histoire, celle de familles dont la tragédie intime est devenue drame nationale, dans un ouvrage de 271 pages. Ils expliquent leur démarche auprès du « Parisien ».
L’interview.

JOURNALISTE PARISIEN. Comment est née l’idée de ce récit ?

SIYAKHA TRAORÉ. Il fallait dire nos émotions, ce qu’on a vécu. Bouna et Zyed sont décédés, à nous de les faire vivre. J’avais cette idée en tête et Gwenael Bourdon est venue me proposer de l’écrire, avec Adel. Je ne pouvais pas me défausser : nos deux familles sont liées depuis dix ans, on a toujours avancé ensemble.

J.P. Cela fera dix ans à la fin du mois, pourquoi ne pas avoir parlé avant ?

S.T. Il fallait attendre la fin de l’affaire judiciaire, ce procès qui s’est malheureusement terminé par une relaxe. Et c’est vrai que j’ai hésité. Dans ma famille, on a des principes. Il n’était pas question de faire de l’argent sur le dos des morts.

J.P. Qu’avez-vous ressenti quand vous avez eu le livre en mains ?

S.T. On ne peut qu’être fiers. Face aux médias, la parole a toujours été limitée. Là, même dans un livre, je me dis parfois que je n’ai pas tout dit, ou pas assez. Mais l’important, c’était de raconter notre histoire.

ADEL BENNA. Je suis content que ce soit fait pour laisser une trace. Il ne faut pas oublier ce qui est arrivé.

J.P. A qui vous adressez-vous ?

S.T. A la France entière, parce que ça a été un drame national. J’espère que le lecteur se dira : « Ce que je suis en train de lire, ce n’est pas ce que j’ai vu à la télé à l’époque. » Il y a eu les émeutes et plein de récupérations politiques. Certains ont vendu du rêve sur notre cauchemar. Mais il y avait aussi des familles dans le chagrin, auxquelles on avait promis transparence et justice. En fait, il y en a eu pour dix ans et ce sont elles qui ont pris cette peine-là.

A.B. Plein de gens pensent encore que Zyed et Bouna étaient des délinquants. Ils n’ont retenu que la première version. On se souvient comment ont réagi les politiques, c’était mettre le feu aux poudres. Le livre s’adresse aussi à mes enfants qui vont grandir et demanderont ce qu’il s’est passé en 2005. Il montre que l’égalité et la justice sont des idéaux qui ne sont pas encore atteints.

J.P. Ce récit, c’est une façon de régler vos comptes avec la police ?

S.T. Pas du tout, je n’ai pas l’esprit revanchard. On ne va pas mettre tous les policiers dans le même panier, comme on ne veut pas les laisser y mettre tous les jeunes. Je veux juste faire prendre conscience de notre vécu.

A.B. Mon frère est mort et enterré, rien ne le fera revenir. Quand on a porté plainte, ce n’était pas dans l’espoir de la condamnation des policiers, on attendait au maximum des excuses. C’était surtout pour que des leçons soient tirées de tout ça, que les regards sur les quartiers changent.

J.P. Comment avez-vous traversé ces dix ans ?

S.T. Très vite, j’ai dû prendre des responsabilités. Chez nous, il y a de la pudeur. J’ai dû représenter la famille auprès des médias, du monde judiciaire. Tout est allé très vite : il y a eu les émeutes, je ne réalisais pas. On a pris sur nous pour appeler au calme : il fallait que la France s’apaise. Depuis, on essaie d’avancer, mais ce drame m’a forgé.

A.B. Pour nous, ce n’est pas possible de tourner la page. On souffre toujours. J’étais plein d’espoir en arrivant en France (NDLR : en 2004), mais, aujourd’hui, même ma femme, qui y a toujours vécu, veut la quitter. Elle m’a dit : « C’est pas la France telle qu’on l’apprend à l’école. Alors on va s’installer en Tunisie. »

Les grands frères de Zyed et Bouna se confient dans un livre


*********************************************************

France : Non, l’appel à la prière des musulmans n’est pas enseigné dans un collège du Gard.

Dans ce petit village du Gard, le document passe mal auprès de certains parents, comme l’a relevé le quotidien local Midi libre, lundi. Le quotidien local rapporte qu’en cours de musique du collège Armand-Coussens de Saint-Ambroix, a été distribué l’appel à la prière des musulmans. Une information reprise par des sites très à droite voire proches de l’extrême droite et qui mérite des précisions.

« Le document qui pose question fait partie d’un ensemble de documents [notamment la partition d’un gospel ‘Dans l’église de harlem’, ndlr] », explique le rectorat de Montpellier contacté par metronews, qui s’étonne et explique ne pas comprendre d’où vient la polémique. C’est ce dernier qui s’occupe de déminer le sujet, le principal du collège, joint par metronews, ayant préféré renvoyer vers sa hiérarchie.

Les documents s’inscrivent « dans le cadre des programmes d’éducation musicale de la classe de 5e, sur le thème ‘musiques, mythes et religions’ » précise par ailleurs le rectorat. « Le professeur a choisi des supports pédagogiques qui mettent en perspective plusieurs œuvres de différentes origines et de différents genres musicaux » et doit permettre aux élèves d’explorer de s’interroger sur l’existence d’une musique spécifiquement religieuse. Le rectorat soutient donc largement l’enseignant et son travail, l’exercice étant dans les clous. Joint par metronews, le délégué syndical FSU du département n’avait pas encore entendu parler de l’histoire.

Par ailleurs, l’appel à la prière remis aux élèves n’émane pas d’un document religieux, mais « d’une encyclopédie participative bien connue des internautes ». Comprenez : Wikipédia. Quelques mots-clefs tapés sur Google permettent de remonter facilement au document en question.

Non, l’appel à la prière des musulmans n’est pas enseigné dans un collège du Gard


****************************************************

France : Nogent-sur-Marne : un Coran entraîne l’arrivée de démineurs.

La présence d’un Coran, négligemment posé dans une voiture a entraîné l’intervention des démineurs de la police à Nogent-sur-Marne , dans le département 94. Lundi, en fin de journée, des militaires assurant la sécurité autour de la synagogue de la rue Henri-Dunant remarquent qu’une voiture n’a pas bougé de la journée.

Ils s’en approchent et aperçoivent, placé sur le siège passager avant, un Coran. Son immobilité, son emplacement et le livre ont entraîné l’appel de la police. Des démineurs ont immédiatement été envoyés sur place mais après vérifications, rien de suspect n’a été relevé. La voiture a finalement été déplacée par un dépanneur local.

Source : Le Parisien

Nogent-sur-Marne : un Coran entraîne l’arrivée de démineurs


****************************************

Syrie : Elle naît avec un éclat d’obus sur l’œil, Amel est une miraculée.

Amel est une miraculée. La puissance de Dieu est sans limite.

C’est ainsi qu’Amira a donné naissance à un bébé avec un éclat d’obus au niveau de l’arcade sourcilière.

Celle-ci prise au piège dans un bombardement à Alep le 18 septembre dernier a été blessée, ainsi que ses 3 autres enfants.

Arrivée aux urgences, l’équipe médicale constatant que la femme saignait abondamment du ventre a décidé de pratiquer une césarienne.

Les médecins se sont rendus compte avec effroi et surprise qu’un éclat d’obus avait traversé l’abdomen et l’utérus de la maman et était venu se coincer au-dessus de l’œil gauche du bébé.

Cette miraculée se prénomme si joliment Amel, ce qui signifie espoir.

Elle a fort heureusement survécu à la blessure et le morceau d’éclat d’obus a été extrait de son visage.

Un médecin de l’équipe soignante résume bien le sort d’une multitude de victimes prises au piège de cette guerre :

« Elle n’était pas encore née, et déjà elle était ciblée ».

Syrie : Elle naît avec un éclat d’obus sur l’œil, Amel est une miraculée


************************************************************

Selon l’Église orthodoxe russe, la Russie va mener une « guerre sainte » en Syrie.

Depuis quelques jours, la tension est à son comble. La participation officielle de la Russie dans les bombardements contre la rébellion syrienne au côté de Bachar Al Assad et de la coalition internationale passe mal. Certains journaux français évoquent déjà les préambules d’une Troisième Guerre Mondiale, une analyse alarmiste qui fait son nid dans la dégradation des relations russo-américaines et irano-saoudiennes.

En Russie, Vladimir Poutine a le soutien de l’Église orthodoxe et du Grand mufti soufi , Talgat Tadjouddine. Le porte parole de l’Eglise a évoqué une « guerre sainte contre le terrorisme » en Syrie.

« Le combat contre le terrorisme est une guerre sainte et aujourd’hui, notre pays est peut-être celui qui le combat le plus activement », a déclaré le porte-parole de l’Eglise orthodoxe russe, Vsevolod Tchapline.

La décision russe de frapper certaines positions stratégiques de la rébellion syrienne s’inscrit dans une volonté d’assurer à Bachar Al Assad un bastion alaouite sécurisé. Le président turc Recep Erdogan avait évoqué « la constitution d’une petite Syrie de Damas à Lattaquié, en passant par Hama et Homs ». Les trois villes citées ont été frappées hier par l’aviation russe.

Selon l’Église orthodoxe russe, la Russie va mener une « guerre sainte » en Syrie


********************************************

L’international marocain Younès Belhanda a refusé de jouer contre le Maccabi Tel Aviv en Israël.

Le meneur de jeu du Dynamo Kiev Younès Belhanda ne s’est pas rendu en Israël pour affronter le Maccabi Tel Aviv FC lors du match de Ligue des Champions. Le jeune joueur marocain a prétexté des douleurs abdominales.

Younès Belhanda, international marocain, a refusé de jouer en Israël. Une non-participation symbolique qu’opèrent la plupart des joueurs musulmans lorsqu’il est question de se rendre en Palestine occupée. Une démarche soutenue par les fédérations sportives qui ne reconnaissent pas l’entité sioniste et refusent dans cette même logique toute confrontation directe.

Le Dynamo Kiev s’est tout de même imposé à l’extérieur 2 à 0 face à une équipe du Maccabi Tel Aviv FC impuissante qui aurait pu prendre d’avantage de buts sans les prouesses de son gardien.

L’international marocain Younès Belhanda a refusé de jouer contre le Maccabi Tel Aviv en Israël


**************************************************************


France : SCANDALE : Le Jihâd, « la guerre selon le Coran », expliqué aux enfants dans un manuel scolaire, au collège.

Des parents d’élèves ont été choquées de voir au sein du manuel scolaire de leur enfant la notion de « jihad » en Islam traduite par le mot « guerre » et expliquée par un simple verset du Coran. Selon ces derniers, les consignes officielles sont désormais d’étudier l’Islam sous l’angle de la conquête.

Des parents d’élèves accusent plusieurs fournisseurs de manuels scolaires tels que Belin, Hatier et Nathan, de ne favoriser l’étude de la religion musulmane que sous l’angle de la conquête, de la guerre et du « jihad ».

Belin, Hatier et Nathan commencent par un dossier sur « la conquête de la Syrie-Palestine », Hachette se limite à celle de la Palestine. Seuls Bordas et Magnard débutent le cours sur une note pacifique : le premier avec « la vie de Mahomet selon les textes », le second avec « les textes fondateurs de l’islam », indique un témoignage sur les réseaux sociaux.

La notion de « jihad » bien plus complexe en Islam est simplifiée dans ce livre d’histoire destiné aux enfants. Pourtant, les cours d’histoire sur l’islam et la civilisation arabo-musulmane sont l’occasion pour les professeurs de mettre un terme aux préjugés et aux mensonges véhiculés par les médias.

L’apprentissage des bases de l’Islam à l’école doit permettre de mieux comprendre le message véhiculé par les musulmans à travers le temps. Adoration d’un Dieu Unique, les cinq piliers de l’Islam, les six piliers de la foi ou encore l’importance des parents, du pacte contracté entre deux parties etc…

Depuis plusieurs années, les intellectuels musulmans et imams francophones tentent d’expliquer les contours de la notion de jihad en Islam. Évidemment il n’est pas question uniquement de guerre mais aussi d’effort sur soi, de combattre les travers et mauvais penchants de son âme notamment.

Mise à jour à 14h57 :

Une lectrice a contacté Islam&Info et a confirmé notre information en vérifiant le manuel de sa propre fille…

[SCANDALE] Le Jihâd, « la guerre selon le Coran », expliqué aux enfants dans un manuel scolaire


*********************************************************

En Bretagne, une nouvelle commune supprime le « menu alternatif sans porc » dans les cantines scolaires.

Le choix de la mairie de Chalon-sur-Saône fait des émules en Bretagne. A Châteaugiron en Ille-et-Vilaine, la mairie UDI a à son tour décidé de ne plus proposer de repas alternatifs lorsque du porc est servi dans les cantines scolaires.

La maire et sénatrice UDI Françoise Gatel suscite indignation et incompréhension en Bretagne, région connue pour son ouverture d’esprit, depuis que les cantines scolaires gérées par la mairie ne proposent plus de repas alternatifs au porc. Une mesure qui pénalise et stigmatise des enfants qui ne demandent qu’à manger correctement tout en respectant leurs convictions personnelles.

L’opposition socialiste a fait connaître sa désapprobation en évoquant « une attitude irresponsable de Madame Gatel qui instrumentalise le principe de laïcité ». En rappelant à juste titre que « la laïcité, ce n’est pas la stigmatisation »…

En faisant le choix de supprimer le menu alternatif en vigueur depuis 1995 dans la ville, la sénatrice UDI s’oppose directement à la proposition d’Yves Jégo, pourtant lui aussi à l’UDI, qui indiquait pendant les vacances scolaires souhaiter soumettre au parlement un projet de loi obligeant les mairies à proposer un menu végétarien aux élèves.

La laïcité d’exclusion et de combat continue de faire des émules et des victimes. Une situation inacceptable qui démontre que derrière l’étendard de la laïcité se cachent bien souvent la haine et l’islamophobie.

En Bretagne, une nouvelle commune supprime le « menu alternatif sans porc » dans les cantines scolaires


**********************************************************

Donald Trump veut renvoyer les réfugiés syriens chez eux.

Donald Trump ? C’est ce milliardaire américain en lice chez les républicains pour la candidature suprême à la présidence américaine. Habitué des sorties scabreuses, il cultive semble-t-il une islamophobie à toute épreuve.

Candidat donc aux primaires républicaines pour l’élection présidentielle américaine il a déclaré mercredi vouloir renvoyer des milliers de réfugiés syriens dans leur pays s’il était élu en novembre.

Le secrétaire d’État américain John Kerry a annoncé le 20 septembre que les États-Unis comptaient accueillir près de 200.000 réfugiés en deux ans. Donald Trump voit les évènements autrement, il a déclaré :

« Si je gagne, ces 200.000 personnes, elles doivent le savoir et le monde doit l’entendre, repartiront. »

Après avoir déclaré que les musulmans étaient un problème lors d’un meeting, Donald Trump continue sa lancée et espère ainsi surfer sur la haine de l’islam afin de gagner la course à la Maison blanche.

Donald Trump veut renvoyer les réfugiés syriens chez eux


************************************************************

Plus de la moitié des morts au Hajj 2015 sont Iraniens.

La terrible bousculade qui s’est déroulée en plein Hajj, à la Mecque, a été particulièrement meurtrier pour les Iraniens. Le bilan est passé de 240 à 464 morts, a annoncé l’Organisation iranienne du Hajj jeudi 1er octobre.

« Sept jours après le drame, et après avoir visité les hôpitaux en Arabie saoudite, nous annonçons avec tristesse que le nombre d’Iraniens morts est de 464 », a-t-elle déclaré.

Cette nouvelle annonce n’est pas pour améliorer les relations entre l’Arabie Saoudite et l’Iran, d’autant que le pays, à majorité chiite, exige le rapatriement des corps, ce qui n’est pas le cas des autres pays musulmans qui ont compté des morts dans leurs rangs.

Le drame a provoqué la mort d’au moins 769 personnes. Elle pourrait encore s’alourdir du fait de la présence de centaines de blessés dans les hôpitaux saoudiens.

http://www.saphirnews.com/Plus-de-la-moitie-des-morts-au-Hajj-2015-sont-Iraniens_a21362.html

Laisser un commentaire