MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 19 Dhou al Qa'da 1436.

Flash info du 19 Dhou al Qa’da 1436.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur :
http://www.islamatouswebradio.info.

**********************************************

Nouvel eldorado en Egypte, à point nommé pour Sissi.

Bonne nouvelle qui tombe à pic pour le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi. Alors que son pays est menacé tant aux niveaux démographique qu’économique et social, le groupe pétrolier italien ENI a déclaré avoir découvert un important gisement gazier à proximité des côtes égyptiennes.

La valeur de cette découverte dépasse toute attente. En effet, le groupe pétrolier qualifie ce gisement du « plus important jamais trouvé en Méditerranée ». Le gisement trouvé a été nommé Zohr et représente 850 milliards de mètres cubes, soit 5,5 milliards de barils de pétrole. Des chiffres effarants pour ce gisement situé à plus de 4 100 mètres de profondeur d’eau et de roches.

Zohr a en effet été trouvé à 1 450 mètres sous le niveau de la mer. Les ingénieurs de l’ENI ont longuement foré avant de découvrir ce gisement des plus espérés. Cette nouvelle trouvaille pourrait répondre aux besoins de tout le pays et ce, durant de nombreuses décennies. Jusqu’alors, l’Egypte importait le gaz naturel et se plaçait donc dans une situation de dépendance par rapport aux pays exportateurs.

La découverte du gisement Zohr ne pouvait pas mieux tomber pour le gouvernement égyptien ainsi que pour toute la nation. Cela permettra au pays de répondre aux besoins locaux et donc de gagner en autonomie, mais également de remédier aux pénuries d’électricité devenues fréquentes et même de développer le secteur industriel. En bref, « le plus grand » gisement de gaz de Méditerranée soulagera l’Egypte à bien des niveaux.
*******************************************

Rentrée 2015 : écoles musulmanes, entre croissance et difficultés.

Hier, jour de rentrée pour tous les enfants en France. Que ce soit à l’école publique, privée ou à la maison, les écoliers français ont vécu leurs retrouvailles avec la scolarité. L’occasion pour nous d’aborder le développement spectaculaire des écoles privées musulmanes en France.

Alors que le premier établissement musulman a ouvert ses portes en 2001, on en compte 36 à l’heure actuelle, réunissant 3000 élèves. A l’occasion de cette rentrée scolaire, trois nouvelles écoles musulmanes ont ouvert, notamment l’école Ibn Badis à Nanterre. Makhlouf Mamèche, le président de la Fédération nationale de l’enseignement privé musulman (Fnem) explique l’ouverture de ces écoles musulmanes au journal Le Parisien : « L’interdiction du port du foulard et la question du genre jouent en faveur de la création d’écoles musulmanes ».

En effet, la liberté de la pratique religieuse est un point fort des écoles privées musulmanes, d’où leur succès. Elles se retrouvent d’ailleurs débordées : la demande est supérieure aux places disponibles, faute de moyens. Les établissements musulmans étant la plupart du temps hors contrat avec l’Etat, ne peuvent accepter tous les élèves pour des raisons financières.

L’excellente réputation des établissements musulmans est reconnue. C’est ainsi que Bernard Godard, longtemps chargé du suivi de l’islam au ministère de l’Intérieur a confié « plus que la dimension islamique, c’est la qualité de l’enseignement dispensé qui est le critère le plus important », propos relevés par Libération. Ainsi, des milliers de parents musulmans d’une part, préservent leurs enfants en les inscrivant dans ces écoles privées et d’autre part, visent la meilleure éducation possible en France.

Qu’Allah nous permette d’éduquer au mieux nos enfants. Qu’Il les préserve dans la Droiture, ainsi que nos parents.
*************************************

Finance islamique : NoorAssur, première agence bancaire.

Une start-up surfant sur la vague de la finance islamique en Europe voit le jour. C’est, depuis 2012, que NoorAssur propose ses services sur la toile avec sept millions d’euros d’épargne revendiqués. Sa clientèle se compose de particuliers comme d’entreprises. Son directeur de développement, Mourad Chabchoub, affirme que 15% de personnes bénéficiaires des services NoorAssur ne sont pas de confession musulmane.

Pour rappel ou découverte, la finance islamique a pour vocation d’appliquer les principes de la shari’a (loi islamique) dans sa gestion financière. Ainsi, la spéculation, la présence de taux d’intérêt, l’usure en général ou encore les placements jugés nocifs pour l’harmonie sociétale sont prohibés. C’est le cas des transactions impliquant alcool, armement, pornographie et jeux d’argent.

Avec une première ouverture récente à Chelles et environ 3000 clients déjà séduits, NoorAssur s’implante en France et vise à faire fleurir ses agences d’ici 2016. C’est une innovation dans le domaine vu qu’aucune autre agence physique n’existe en France.

C’est pour répondre à une demande croissante de produits financiers se démarquant des classiques du domaine que NoorAssur existe, la finance islamique étant un compartiment de la finance responsable, non spéculative et éthique, nous précise Sonia Mariji, fondatrice.

Parmi le choix de produits proposés trônent l’épargne classique (études, carrière, logement, retraite) d’autres, plus spécifiques (mariage, pèlerinage) ainsi que le financement participatif ou crowfunding.
*******************************************

A Jérusalem, l’application GPS Waze fait mouche.

Le point sensible a été touché. Les Israéliens s’en prennent à l’application mobile de géolocalisation Waze qu’ils accusent de diviser la ville de Jérusalem en proposant aux automobilistes israéliens de contourner des quartiers de Jérusalem-Est, essentiellement palestiniens.
Le maire de la ville exige que les nouveaux paramètres de l’application soient modifiés.

Waze qui connaît un très grand succès en Europe et aux Etats-Unis est une start-up israélienne, qui a plutôt bien réussi, c’est le moins que l’on puisse dire, puisqu’elle a été rachetée en 2013 par Google à plus d’un milliard de dollars. Mais elle est depuis peu au cœur d’une controverse israélo-israélienne. D’ordinaire, c’est une application qui propose des itinéraires pour contourner les embouteillages et systématiquement à ses utilisateurs israéliens d’éviter les territoires palestiniens.

Les mises-à-jour, spécifiques au cas de Jérusalem, n’ont pas plu pas au maire qui reproche à la compagnie israélienne de diviser la ville de Jérusalem, qui selon lui, est partie intégrante de l’État sioniste depuis la guerre des Six jours.

Concrètement, l’algorithme propose aux automobilistes un itinéraire pour circuler dans la ville en évitant les quartiers palestiniens catégorisés comme « territoires occupés » à l’instar de Ramallah ou de Hébron donc de facto sous contrôle palestinien. Inacceptable pour le maire israélien Nir Barkat qui veut contacter le PDG de Waze pour que les paramètres soient modifiés. Rappelons que le statut de la ville sainte n’a toujours pas été tranché au niveau international et revendiquer Jérusalem comme capitale israélienne est contraire à toutes les positons palestiniennes, onusiennes, internationales.
La technologie comme instrument politique ?

L’application mobile gratuite, symbole de la réussite israélienne, s’est défendue du positionnement politique qu’on lui reproche. Les nouveaux paramètres ont été décidés suite aux recommandations de la police pour des raisons sécuritaires.

« La désignation par Waze des zones de Jérusalem comme appartenant à l’Autorité palestinienne est factuellement incorrect et inacceptable. J’exige de la direction de l’entreprise de la changer et de ne pas utiliser une application comme un outil politique ». Même son de cloche au sein du conseil municipal de la ville, parmi eux Aryeh King qui a affirmé « espérer que le ministre de la Sécurité publique ordonne à la police d’établir des lignes directrices afin que Waze arrête de diviser Jérusalem ».

Il ont sûrement oublié que le Conseil de sécurité, dans ses résolutions 476 et 478, déclare que la loi israélienne établissant Jérusalem capitale « éternelle et indivisible » est nulle et non avenue. Et que l’annexion de la partie orientale de la ville en 1982, n’a jamais été reconnue, ni par l’autorité palestinienne, ni par la communauté internationale. On se demande bien qui use du pouvoir politique pour exiger des modifications dans le paramétrage d’une application mobile.
***************************************

L’école musulmane de la Chapelle St-Mesmin à nouveau privée de rentrée.

Un mois à peine après son ouverture à la rentrée 2014, l’école musulmane de la Chapelle Saint-Mesmin s’était vue contrainte de fermer ses portes. Cette école privée, hors-contrat de l’éducation nationale, qui se revendique de la méthode Montessori, avait dû faire face à un avis défavorable de la commission départementale de sécurité. Pour réaliser les travaux de mise en conformité, une première demande de permis de construire avait été déposée en décembre 2014. Après six mois d’instruction, la ville avait l’avait finalement rejetée pour défaut de stationnement.

Cette fois, c’est la demande de permis de construire un parking devant l’école qui a été rejetée le 27 août dernier par le maire socialiste de la Chapelle Saint Mesmin Nicolas Bonneau qui invoque un « caractère frauduleux ». Les responsables de l’école parlent, eux, de discrimination. Quatre-vingt dix élèves étaient inscrits pour septembre.
****************************************************


Des musulmans distribuent des exemplaires du Saint Coran sur le parvis de la Défense, à paris.

L’association LIS a renouvelé ce Dimanche son opération de distribution de Coran gratuits. Quelques musulmans se sont donnés rendez-vous sur le parvis de la Défense pour offrir aux passants des exemplaires du Saint Coran traduits en français.

L’association LIS, très active en Allemagne, en Autriche, en Suisse, en Espagne, en Russie et en Ukraine, s’est fixée pour objectif de distribuer gratuitement des exemplaires du Saint Coran aux non-musulmans dans des lieux publics.

La branche française distribue régulièrement des traductions de Coran à Paris. Les bénévoles de cette association étaient à Gare de l’Est au mois de janvier. En février et en juillet, ils s’étaient déjà implantés sur le parvis de la Défense.

N’hésitez surtout pas à contribuer financièrement à l’impression du noble Coran en français qui est financée exclusivement par les dons des bienfaiteurs.

L’association LIS a un site internet : http://www.association-lis.com
.

Une page facebook : https://www.facebook.com/association.lis
.

Mail : contact@association-lis.com
.
****************************************

Prison requise contre l’élue musulmane du PS ayant refusé de célébrer un mariage gay.

L’élue PS de Marseille, Sabrina Hout, a été jugée pour avoir refusé de célébrer un mariage entre deux femmes. Elle avait prétexté un malaise.

Hier, le tribunal de Marseille a jugé la première affaire de refus de célébrer un mariage homosexuel par une élue depuis la loi de 2013. Sabrina Hout, de confession musulmane, avait indiqué à ses collègues ne pas pouvoir célébrer le mariage en raison de sa religion.

« La réparation attendue par les victimes est parfaitement légitime (…) Tout est symbole dans cette affaire » […] « édifiants stratagèmes d’évitement, constitutifs de la discrimination » a déclaré la représentante du parquet.

L’adjointe à la famille des 15e-16e arrondissements de Marseille, seule mairie socialiste de la ville, avait indiqué se sentir pas très bien au moment de célébrer le mariage de deux femmes du même sexe. Elle avait laissé un conseiller d’arrondissement, non habilité, le faire à sa place ce qui a provoqué une annulation de l’acte par le tribunal de grande instance de Marseille.

Les fonctionnaires présents dans la mairie ont indiqué que Sabrina Hout leur avait avoué que ses convictions religieuses l’empêchaient de célébrer cette union. Pour le parquet, il s’agit d’un stratagème de la part de l’élue qui entraîne une discrimination à l’encontre du couple homosexuel.

Le parquet a requis trois mois de prison avec sursis et 1500 euros d’amende. Le délibéré aura lieu le 29 septembre.
**********************************************

BlaBlaCar : un conducteur refuse d’embarquer une jeune musulmane voilée.

BlaBlaCar, site de covoiturage, semble ne pas avoir réglé la question du racisme et de l’islamophobie chez certains de ses utilisateurs. Une jeune musulmane a été refoulée d’un véhicule après que le conducteur est vu qu’elle portait le voile.

Le journal Le Progrès rapporte un nouveau cas d’islamophobie, cette fois suite à l’utilisation de l’application de co-voiturage BlaBlaCar. La jeune Djema Ouada, âgée de 17 ans, accompagnée d’une personne majeure, n’a pas pu monter dans une Renault Megane alors qu’elle avait payé la course de covoiturage. Le conducteur en voyant son voile a refusé de la prendre indiquant qu’il ne prenait pas les voiles.

« Il a refusé de me serrer la main en lançant : « Je ne prends pas le voile », a expliqué Djema encore sous le choc.

DJema Ouada avait pourtant payé sa course de 42,40 euros la veille après un échange de SMS avec le couple propriétaire du véhicule. Pour l’instant, la victime n’indique pas si elle souhaite porter plainte pour discrimination.

De son côté, BlaBlaCar a déclaré regretter sincèrement une réaction de cette nature tout en indiquant que le conducteur conservait son libre choix. Des propos extrêmement choquant venant des responsables de l’application en vogue.

Quitte à justifier l’islamophobie, les informaticiens de l’appli devraient rajouter comme critère la possibilité de refuser des musulmanes voilées. La porte à toutes les discriminations est ouverte, en france !
***********************************************
Un enfant syrien retrouvé mort sur le bord de mer.

Les images circulent actuellement en boucle sur les réseaux sociaux arabophones. On y voit un enfant réfugié syrien sans vie gisant sur le bord de mer. D’après les premières informations disponibles, la vidéo aurait été tournée à Bodrum en Turquie.

La crise humanitaire que subit le Moyen Orient est sans précédant. Des millions de syriens ont déjà fui les bombardements aveugles de Bachar Al Assad qui a encore tué récemment plus de cent civils en larguant des barils de TNT dans un marché bondé.

Depuis le début de la guerre civile, ce sont plus de 4 millions de syriens qui ont pris le chemin de l’exode dont 2 millions en Turquie. On compte pas moins de 230 000 morts et des millions de blessés, traumatisés au sein de la population.

Les Etats-Unis principaux responsables de ce chaos au Moyen Orient ne semblent aucunement préoccupés par le sort des réfugiés musulmans. La chute de Saddam Hussein en 2003 a entraîné la région dans une instabilité inédite dans son histoire. Aujourd’hui, l’Occident a fait le pari de soutenir les populations chiites via ses accords avec l’Iran et le maintien du boucher alaouite Bachar Al Assad. Une politique de soutien aux minorités au détriment des sunnites majoritaires qui n’engendrera que chaos et guerres pour des décennies.

La crise humanitaire sans précédent que vivent nos frères en Syrie et Irak doit pousser la Communauté musulmane à soutenir les réfugiés qui arrivent en France. De nombreuses associations organisent des maraudes dans les grandes villes tandis que l’organisation humanitaire syrienne Syria Charity continue à approvisionner les syriens restés dans leur pays. Il est possible, à l’occasion de l’aïd al adha, d’offrir un mouton à une famille syrienne.

Pour offrir un mouton à une famille syrienne rendez-vous sur : www.syriacharity.org
.

vidéo a voir sur www.islamatouswebradio.info.

En turquie, un enfant syrien a été retrouvé… par islamatouswebradio
************************
Plusieurs palestiniens blessés dans le camp de Jénine suite à une attaque israélienne.

Le camp de Jénine en Palestine occupée a été secoué par une violente attaque de l’armée israélienne la nuit dernière.

L’armée d’occupation a voulu procéder dans la soirée à l’arrestation d’un membre d’un mouvement palestinien de résistance. Celui-ci n’étant pas chez lui, ils ont alors détruit la maison d’un autre militant d’un autre groupe, le Hamas, en prétextant que le militant recherché s’y cachait.

Suite à cette attaque, de jeunes palestiniens ont alors répliqué par des jets de pierres aux soldats. Plusieurs d’entre eux ont été blessés par les israéliens qui n’ont pas hésité à tirer sur la foule à balles réelles.

Le camp de Jénine réputé pour sa résistance est devenu tristement célèbre lors d’un massacre en 2002. Depuis maintenant près de 60 ans, les réfugiés de ce camp vivent sous la répression de l’occupant israélien.

vidéo a voir sur islamatouswebradio.info.

**************************

La lourde mission de Myriam El Khomri, nommée ministre du Travail.

François Rebsamen, désormais aux commandes de la mairie de Dijon, a cédé sa place à Myriam El Khomri au fauteuil de ministre du Travail. Celle qui était jusqu’à présent secrétaire d’Etat chargée de la politique de la ville a été nommée mercredi 2 septembre par le Premier ministre Manuel Valls, qui a opté pour un petit remaniement ministériel à quelques mois des élections régionales.

« Je mesure la responsabilité qui est la mienne. Comptez sur la combativité et ma détermination au service des Français », a fait savoir via Twitter Myriam El Khomri, dont le travail de terrain effectué auprès de son ministre de tutelle Patrick Kanner a été globalement apprécié depuis sa nomination en août 2014 lors d’un nouveau remaniement opéré sous la présidence Hollande.

Les nouvelles tâches assignées à l’élue parisienne d’origine marocaine seront bien plus ardues que celles de son précédent portefeuille. Ses prédécesseurs au ministère du Travail, Michel Sapin et François Rebsamen, n’ont pas réussi à marquer leur fonction de leur empreinte avec une inversion de la courbe du chomâge, qui a dépassé cette année la barre des 10 %. La France compte plus de 3,5 millions de chômeurs inscrits.
************************************************

Seine-et-Marne : l’ex-élu FN pyromane face au juge.

Il avait dénoncé la montée de l’insécurité dans sa ville de Mitry-Mory. Pourtant, c’est lui-même qui l’avait provoqué. Adrien Desport, ancien élu et numéro 2 du Front National de Seine-et-Marne (77), est accusé d’avoir mis le feu à des voitures. Il a été aidés par cinq amis ivres ou sous l’empire de produits stupéfiants, âgés de 19 à 25 ans et tous encartés au FN. Tous sont jugés ce mercredi 2 septembre au tribunal correctionnel de Meaux.

On reproche au jeune ex-élu de 26 ans, d’avoir incendié pas moins de 13 voitures dans la nuit du 7 au 8 avril dernier à Mitry-Mory. D’autres véhicules ont été retrouvées taguées ou marquées d’inscriptions ordurières et ce, pour faire croire à une montée de l’insécurité.

Quelque jours après les faits, le 11 avril, l’ancien chargé de communication poste une « lettre ouverte aux Mytriens » sur son blog. Adrien Desport pensait alors tirer profit de la situation pour mettre en valeur son discours politique, préconisant notamment « la création d’un service de police municipale armée afin d’éliminer le sentiment d’insécurité ». Il demandait également à la mairie de mettre en place une « cellule afin d’apporter des aides » aux victimes et de « ne pas abandonner (ses) concitoyens à leur sort».

Juste avant le procès, l’ancien élu fait profil bas, parlant d’une « spirale infernale », précisant au micro d’Europe 1 que « le regret est complet ». « Ce qui devait être une soirée de travail est partie en soirée de beuverie », se justifie-t-il.

Pourtant, face au juge, il dénonce une cabale. En effet ses co-accusés semblent le présenter comme l’instigateur des incendies et le présente comme menaçant. Aujourd’hui suspendu du FN, c’est le parti qui a porté plainte pour dénoncer ces faits. Le parti de Marine Le Pen commence à collectionner les mises à pied de ses militants aux pratiques illégales. Pour cette grave machination, Adrien Desport risque 10 ans d’emprisonnement et 150 000€ d’amende.
********************************************

A Paris, huit morts dans un incendie, rue Myrha.

Huit personnes sont mortes dans un incendie qui a éclaté mercredi 2 septembre à 4h30 du matin. Parmi les personnes décédées, deux se sont défenestrées, piégées par la progression des flammes. Les autres sont mortes intoxiquées. Deux enfants figurent parmi les victimes. Quatre personnes sont blessées et hospitalisées.

Le feu a pris au rez-de-chaussés de l’immeuble d’habitation privé situé au numéro 4 de la rue Myrha, dans le quartier populaire de la Goutte d’Or, à proximité du boulevard Barbès. Le feu s’est ensuite propagé sur six niveaux. La centaine de pompiers mobilisés sur place a maîtrisé le violent incendie en début de matinée.

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve s’est rendu sur place. S’il a déclaré qu’il est « trop tôt pour déterminer les causes de ce drame», la piste criminelle est très sérieusement envisagée.

La brigade criminelle de la police judiciaire a été saisie de l’enquête par le parquet de Paris. Car les circonstances sont pour le moins étranges.

Un premier départ de feu a été signalé à la même adresse un peu plus tôt dans la nuit, avec une intervention des pompiers à 2h23. Puis les soldats du feu ont de nouveau dû intervenir pour un second feu à 4h30, beaucoup plus important cette fois-ci. De plus, une voiture blanche suspecte a été repérée par des habitants du quartier, juste avant le départ du feu.

La maire de Paris Anne Hidalgo, également sur les lieux du drame a précisé qu’i[« une quinzaine de logements [avaient] été touchés »]i par l’incendie, précisant que « l’immeuble privé était en bon état, non insalubre ».

Sur Twitter, le président Hollande a réagi. « Toute ma solidarité aux victimes de l’incendie de la rue Myrha et à leurs proches. Tout est mis en oeuvre pour faire la lumière sur ce drame » a-t-il posté. Quant à Manuel Valls, Premier ministre, il a voulu « exprimer (sa) compassion aux familles et aux proches des victimes de ce terrible incendie ».

Des solutions de relogement vont être proposées aux rescapés des flammes, choqués tout comme les témoins de la violence de l’incendie, le plus grave depuis 2005 à Paris. L’incendie de l’hôtel Paris-Opéra avait à l’époque fait 24 morts.
********************************************

Rentrée : trois nouvelles écoles musulmanes ouvrent leurs portes.

Finies les vacances. Comme tous les enfants de l’Hexagone, les écoliers inscrits dans un établissement musulman regagnent les bancs de la classe. « Pour cette rentrée 2015, nous avons environ 3 000 inscrits, pour une quarantaine d’établissements », détaille Makhlouf Mamèche, le président de la Fédération nationale de l’enseignement privé musulman (FNEM).

Cette année, trois établissements ouvrent leurs portes en Île-de-France. L’établissement Excellence, à Corbeil-Essonnes (Essonne), ouvre des classes du CP au CE2 et de la sixième à la quatrième, totalisant environ 144 élèves. Les Hauts-de-Seine rattrapent le retard et voient l’ouverture de deux établissements à Nanterre. L’école Louqman donnera cours à une quarantaine d’écoliers du CP au CE2, dans des locaux associatifs. Dans le même quartier, l’Institut Ibn Badis accueille les enfants dans le bâtiment neuf d’une nouvelle mosquée. « Nous avons 150 élèves scolarisés du CP à la cinquième. L’objectif est d’ouvrir chaque année une nouvelle classe », explique Sabbar Kabbouchi, directeur adjoint. L’Institut est né de l’initiative de l’association Orientation, solidement implantée dans la ville depuis 20 ans.

« L’autre bonne nouvelle de cette rentrée, ce sont deux nouveaux établissements qui ont signé un contrat avec l’État, c’est-à-dire que la rémunération des professeurs est prise en charge », se réjouit Makhlouf Mamèche. En plus du lycée Averroès de Lille, du groupe scolaire Al-Kindi, à Décines-Charpieu (près de Lyon), et l’école Medersa de Saint-Denis de la Réunion, il y a désormais les classes de sixième de l’Institut de formation de Saint-Quentin-en-Yvelines (IFSQY) et d’Ibn Khaldoun à Marseille.

« Nous sommes passés dans un nouveau monde, celui des écoles privées sous contrat avec l’Éducation nationale, donc reconnues. C’est important. Il faut que chaque nouvelle école ait cet objectif », déclare Younès Yousfi, directeur adjoint du collège-lycée de Marseille. Lancé en 2009 dans le 16e arrondissement des quartiers nord de Marseille, l’établissement Ibn Khaldoun est en effet passé à une étape de reconnaissance importante en obtenant en juin le contrat d’association. Il s’agrandit cette année scolaire 2015-2016 en ouvrant deux classes de première, filières S et STMG.

« Seules les classes de sixième sont concernées par ce contrat. L’octroi est compliqué et surtout très long, il faut attendre cinq ans en moyenne… Autant dire qu’à ce rythme-là nous aurons une prise en charge de toutes les classes dans 20 ans ! », déplore Makhlouf Mamèche.

Les écoles musulmanes sont toujours aussi débordées de demandes. « À Marseille, nous sommes obligés de refuser trois dossiers sur quatre », précise Younès Yousfi. A Nanterre, l’Institut Ibn Badis a priorisé les enfants de la ville qui représentent deux tiers des inscrits. « Mais les autres élèves viennent des quatre coins d’Île-de-France », observe Sabbar Kabbouchi.

Entre 15 et 20 nouveaux projets de groupes scolaires sont en cours. « Nous demandons aux associations intéressées de monter de bons projets, quitte à prendre le temps qu’il faut », prévient Makhlouf Mamèche. « Souvent, on constate que les projets sont bloqués simplement à cause d’une mauvaise communication. Les relations avec les rectorats et les municipalités doivent être travaillées autant que le projet pédagogique. »

De nombreux blocages sont encore à déplorer cette année, souvent du fait de certains maires qui refusent l’ouverture pour des raisons techniques, mais des raisons qui demeurent plus ou moins floues pour les porteurs de projet. « Pour leur donner le plus de chances, la FNEM envisage d’organiser un séminaire de formation destiné aux futurs responsables d’établissement d’enseignement privé musulman », annonce son président. La date n’est pas encore définie, mais la conférence devrait se tenir dans les prochains mois.
*********************************************

Laisser un commentaire