MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 7 Dhou al Qa'da 1436.

Flash info du 7 Dhou al Qa’da 1436.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur :
http://www.islamatouswebradio.info.

**********************************************

Le hacker algérien Hamza Bendelladj n’a pas été condamné à mort, et ne sera jugé qu’en octobre prochain.

Depuis hier, la rumeur selon laquelle le hacker algérien Hamza Bendelladj, a été condamné à la peine de mort par un tribunal américain circule largement sur les réseaux sociaux. Cette fausse information a été relayée par plusieurs sites d’informations.

Pourtant, cette information est complètement fausse dans la mesure où son procès n’a même pas encore eu lieu, et ne se tiendra qu’en octobre prochain.
Invitée sur la chaîne algérienne En Nahar, la mère du hacker a d’ailleurs démenti la rumeur selon laquelle son fils était condamné à la peine de mort.

Recherché par le FBI qui l’accuse d’avoir volé des millions de dollars à des banques américaines, le pirate informatique avait été arrêté le 7 janvier 2013 à Bangkok par la police thaïlandaise.

La rumeur qui circulait affirmait également que le hacker avait ou comptait verser cet argent volé à des associations palestiniennes, mais le hacker qui avait été interrogé par la police au moment de son arrestation a expliqué un tout autre investissement pour ce butin volé : « Quand on lui a demandé ce qu’il avait fait avec l’argent, il a dit qu’il l’avait dépensé pour voyager, et pour une vie de luxe comme voler en première classe et séjourner dans des palaces » (propos rapportés par le chef de la police de l’immigration, Phanu Kerdlabphol).
************************************

Projet de mosquée de Mantes-la-Ville : le maire FN veut à la place un commissariat, le préfet conteste.

A Mantes-la-Ville (Yvelines) c’est une bataille judiciaire qui a lieu entre le maire FN et le préfet autour du projet de la mosquée.

Ce projet de mosquée né il y a trois ans, soutenu par l’ex maire socialiste, et porté par l’association des musulmans de Mantes-Sud (AMMS) a réuni près de 600 000 euros pour racheter des locaux de l’ancienne trésorerie et y aménager une salle de prière.

Mais en 2014, Cyril Nauth (FN) est élu maire de la ville de Mantes-la-Ville qui devient d’ailleurs la seule municipalité FN de l’Ile de France.
Il défend alors l’idée de renforcer la police municipale en promettant d’accorder les locaux qui étaient envisagés pour la mosquée. C’est donc un commissariat que le maire FN aimerait établir au sein de ces locaux.

Au niveau juridique, le droit de préemption permet à une commune d’être prioritaire pour l’achat d’un bien d’intérêt général, mais le préfet soupçonne un détournement de pouvoir de la part du maire FN et s’y oppose.

En effet, jeudi 20 août, le préfet du département des Yvelines, a contesté la décision de la mairie devant le tribunal administratif de Versailles. Le préfet Erard Corbin de Mangoux a demandé par une procédure d’urgence, la suspension de la décision de la mairie d’acquérir les locaux de l’ancienne trésorerie et dénonce un « détournement de pouvoir ».

Pendant sa campagne électorale, l’élu FN avait bien fait savoir qu’il s’opposerait à l’installation de la mosquée dans les locaux de l’ancienne trésorerie. Une fois élu, il a même tenté d’expulser en vain l’AMMS du pavillon qui fait office de salle de prière actuellement.

On saura ce vendredi après-midi si le tribunal administratif de Versailles a suivi le préfet ou bien la mairie.
**********************************************************

Arabie Saoudite : partenariats avec des instituts éducatifs pour aider les orphelins.

Les orphelins : une triste réalité qui n’épargne aucune nation. Afin de soulager au maximum ces pauvres enfants, le gouvernement saoudien fait en sorte pour en prendre soin. C’est ainsi que le Ministère des Affaires Sociales Saoudien représente le plus grand soutien humain et financier dont bénéficient les orphelins du pays.

De grands moyens sont déployés pour améliorer le quotidien des orphelins saoudiens, tant au niveau de l’hébergement que de l’éducation à proprement parler. En effet, des programmes éducatifs et de sensibilisation sont mis en place par le Ministère. Les membres du ministère des affaires sociales ont ainsi établi des partenariats avec différents instituts éducatifs à travers le Royaume. L’objectif étant de permettre aux orphelins saoudiens de bénéficier d’une éducation et d’une formation continue, malgré leur situation.

D’après Arab News, les instituts éducatifs sont largement équipés pour assurer une éducation des plus prestigieuses : matériel informatique, cours de langue étrangère notamment l’Anglais, cours de sensibilisation aux questions sociales (fréquentations, danger de la rue, etc) mais aussi et surtout des cours d’éducation islamique. Hayat H., superviseur d’un institut a déclaré que l’institut ainsi que le ministère font de leur mieux afin de « fournir des programmes d’éducation et de sensibilisation à l’aide d’experts et de personnel qualifiés ».

Le gouvernement, en accord avec les différents instituts éducatifs a donc pour objectif d’apporter une éducation sur le long terme aux orphelins et ce, dans les meilleures conditions possibles. Le but de ces partenariats est entre autres de préserver les orphelins des tentations et des dangers qui les entourent. En leur offrant un toit, un certain confort matériel ainsi qu’une éducation et une formation assurées par des professionnels, le Ministère des Affaires Sociales saoudien compte bien préserver sa jeunesse orpheline et lui apporter le meilleur.

Rappelons que la valeur de l’orphelin est des plus nobles en Islam. Ses biens sont d’ailleurs sacrés, si bien que plusieurs versets du Saint Coran en font mention. Parmi ceux-ci, la Parole d’Allah : {Ceux qui mangent [disposent] injustement des biens des orphelins ne font que manger du feu dans leurs ventres. Ils brûleront bientôt dans les flammes de l’Enfer}. (Sourate 4 : Verset 10).

Qu’Allah nous compte parmi les justes et les bienfaiteurs. Qu’Il préserve nos frères orphelins ainsi que nos sœurs.
*****************************

Syrie : plusieurs cas de typhoïde au sein du camp de réfugiés de Yarmouk.

L’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens a tiré la sonnette d’alarme sur la propagation de la typhoïde parmi les réfugiés palestiniens en Syrie se trouvant dans le camp de Yarmouk.

« Nous pouvons maintenant confirmer une épidémie de typhoïde parmi cette population assisté par l’ONU avec au moins 6 cs confirmés » a déclaré le porte parole de l’UNRWA, Chris Gunness dans un communiqué.
Les 6 cas se concentrent à l’Est du camp, à Yalda. Deux autres coins du camp, Babila et Beit Sahem, pourraient également avoir des cas de typhoïde.
Rien que dans la journée du 18 août, le personnel médical humanitaire a effectué près de 211 consultations.

Les conditions de vie dramatiques au sein du camp ont fait chuter sa population, des conditions qui d’ailleurs ne font que de s’empirer. La propagation de la typhoïde ne fera que rendre encore plus grave une situation déjà désespérante au sein du camp Yarmouk. Les habitants manquent déjà cruellement de tout, les critères sanitaires sont déjà épouvantables, et une telle maladie risque de faire des ravages.
Le peu d’humanitaires qui ont accès au camp pour l’acheminement de vivres, décrivent des conditions de vie catastrophiques, et jamais les besoins humanitaires n’ont été aussi importants.

La typhoïde est contractée par la consommation d’eau ou d’aliments contaminés. Nausées, fièvre et des douleurs abdominales sont les principaux symptômes de la maladie, et non traitée, elle peut conduire à la mort dans près de 20% des cas. Selon l’OMS, sur les 21 millions de personnes qui sont infectées par la typhoïde chaque année à travers le monde, 216 000 à 600 000 en meurent.

La crise humanitaire qui touche les réfugiés syriens est la pire de toute l’Histoire depuis la Seconde Guerre Mondiale.
****************************************

Mohammed Allan, symbole de la détermination palestinienne.

Mohammed Allan emprisonné depuis le mois de novembre 2014 avait entamé une grève de la faim le 18 juin dernier. Il a mis un terme à cette grève de la faim ce jeudi après deux mois sans s’alimenter. Un défi pour le gouvernement israélien qui a tout essayé pour le faire céder. Mohammed Allan a obtenu la levée de la détention administrative qui pesait sur lui après une décision de la Cour suprême israélienne. Un combat qu’il a mené pour la liberté, la dignité et le droit des palestiniens.
Une détention arbitraire.

Jeune avocat de 31 ans, Mohamed ALLAN défendait les prisonniers palestiniens jusqu’à ce que lui-même soit en mis en détention administrative. La détention administrative est une procédure qui permet à l’armée occupante israélienne de détenir une personne pour une période de six mois, renouvelable indéfiniment sans inculpation, ni procès. Ce mode d’emprisonnement est régulièrement dénoncé par les organisations de tous bords car il est utilisé comme un moyen de pression, répression notamment à l’encontre d’opposants politiques. Le détenu, dénié de ses droits, est emprisonné le plus souvent sur la base d’informations considérées « secrètes » par l’armée et qui ne sont accessibles ni à lui, ni à son avocat, leurs présences à l’audience tiennent lieu de figuration sans aucun moyen de défense. Mohammed Allan a donc été arrêté en Novembre 2014 après avoir été soupçonné d’appartenir au Jihad Islamique. Il a débuté le 18 juin dernier une grève de la faim pour dénoncer l’injustice de sa détention. Son avocat, Jamil AL Khattib a réitéré à plusieurs reprises la détermination de Mohamed ALLAN à poursuivre sa grève de la faim jusqu’au bout.
Mohammed ALLAN, devenu en deux mois un symbole de la lutte contre la détention administrative.

Le combat qu’il a décidé de mener par une grève de la faim a fait de Mohammed ALLAN un symbole de la résistance à l’oppresseur Israélien. Il avait par ailleurs décidé, contrairement aux autre grévistes de la faim, de n’ingérer que de l’eau, sans sels minéraux, signifiant qu’il était prêt à se sacrifier pour son dénoncer sa détention illégitime. Les tribunaux israéliens ont bien essayé de le nourrir de force par sondes. En effet une nouvelle loi votée le 30 Juillet dernier permet cela. L’application de cette loi aurait fait de ALLAN le premier détenu de l’histoire de l’Etat Hébreu à subir l’alimentation forcée, une autre symbolique forte en sens. Fort heureusement, les médecins israéliens ont refusé de l’appliquer l’assimilant à un acte de torture.

Face à l’aggravation de son état de santé en fin de semaine dernière et aux manifestations qu’a suscité cette incarcération, en Palestine et à l’étranger, le gouvernement israélien avait proposé de le libérer en échange de son exil à l’étranger pour une période de quatre ans. Proposition qui a été catégoriquement refusée par son avocat. Le gouvernement de droite de Benyamin Netanyahu ne voulait pas en faire un martyr, d’autant que le Jihad Islamique avait prévenu de rompre la trêve et de reprendre les attaques s’il mourrait. Le sort de Mohammed ALLAN a mobilisé l’opinion publique et après s’être réveillé mardi après plusieurs jours de coma, il a lancé un ultimatum au gouvernement israélien à qui il a donné 24H pour régler son sort. La Cour suprême israélienne a décidé mercredi soir de lever sa détention administrative.
« Sa famille et ses amis pourront lui rendre visite à l’hôpital ».

Hospitalisé dans un hôpital israélien à Ashkélon, Mohammed ALLAN a subit de graves dommages cérébraux. « Pour le moment, en raison de l’état de santé du gréviste de la faim, l’ordre de détention administrative n’est plus en vigueur » a indiqué la Cour suprême israélienne. Il est maintenu en soin intensif pour le moment et peut ainsi recevoir la visite de sa famille et de ses amis. L’affaire a pris une tournure politique et le courage de ce palestinien a fait vacillé les certitudes les plus ancrées de l’Etat colon, notamment la volonté de ne pas céder au chantage des prisonniers qui se lancent dans des grèves de la faim, sans cyniquement remettre en question les mesures oppressives qui sont appliquées par l’armée israélienne.

Les avocats réclamaient la libération immédiate, la Cour suprême israélienne l’a seulement suspendue après une délibération à huit clos mercredi. Ce jeudi, l’avocat de Mohammed ALLAN, Jamil Al Khattib, a annoncé qu’il a repris conscience jeudi et ne fait pas la grève de la faim ».

Son état de santé reste préoccupant, pour l’avocate Sawsan Zaher, représentant l’association des droits de l’homme Adalah, c’est un premier pas :

Le plus important pour nous et pour Mohammed Allan c’est qu’il ne soit plus en détention pour le moment. Nous espérons ainsi qu’il soit sauvé. ».
****************************

La construction d’un temple hindouiste aux Emirats arabes unis provoque une vague d’indignation.

Les Emirats arabes unis ont décidé d’autoriser la construction du premier temple Hindou à Abu Dhabi. Une décision qui engendre une vague d’indignation et de colère.

Le premier ministre islamophobe indien Narendra Modi a déclaré aujourd’hui, que le gouvernement des Emirats arabes unis a autorisé la construction d’un temple hindou à Abu Dhabi.

Sur son compte Twitter, Narendra Modi a publié plusieurs photos des hauts responsables Émiratis qu’il a rencontrés, y compris Mohammed Ibn Zayed Al Nahyane, prince héritier et ministre de la défense d’Abou Dabi. Il a exprimé son soutien et remerciement suite à la décision du gouvernement émirati d’attribuer des terres à la construction du premier temple sur Abu Dhabi. C’est « un grand pas » a-t-il déclaré sur les réseaux sociaux.

Ibn Zayed Al Nahyane, a lui aussi exprimé sa joie de recevoir le 1er Ministre indien Narendra Modi et a déclaré avoir évoqué plusieurs sujets, régionaux et internationaux, avec le premier ministre indien.

Sur le plan politique, il s’agit de la première visite officielle d’un haut responsable indien aux Emirats depuis 34 ans et cela malgré les fortes relations historiques et économiques entre les deux pays. La communauté indienne est l’une des plus grandes aux Emirats avec plus de deux millions de personnes.

La décision du gouvernement Emirati a attiré une vague de colère parmi la population du pays, des activistes ont lancé un Hashtag sur Twitter afin d’exprimer leur mécontentement.

De nombreux religieux musulmans s’insurgent contre la mise en place d’un temple hindouiste, insistant sur le polythéisme de cette religion. Pour d’autres activistes, les Emirats arabes unis ne font que confirmer leur politique de soutien aux gouvernement islamophobes à l’image du soutien financier à la dictature d’Al Sissi en Egypte ou en bombardant les combattants « islamistes » libyens afin d’avantager les troupes du général Haftar. D’autres encore notent la politique islamophobe du 1er Ministre indien avec une persécution des musulmans de plus en plus accrue depuis sa victoire aux élections. A titre de rappel, les Emirats arabes unis avaient inscrit sur leur liste des organisations terroristes l’UOIF et les Frères Musulmans.
*****************************************

Laisser un commentaire