MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 5 Dhou al Qa'da 1436.

Flash info du 5 Dhou al Qa’da 1436.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur :
http://www.islamatouswebradio.info.

**********************************************

Paulo Coelho défend le Saint Coran et l’Islam.

Paulo Coelho, romancier et interprète brésilien, notamment auteur de « L’Alchimiste » et de « Brida », s’est récemment exprimé au sujet du Saint Coran de manière pour le moins positive. En effet, Paulo Coelho a pris la parole pour défendre Celle d’Allah. Il a ainsi qualifié le Noble Coran de « livre qui a changé le monde ».

Le romancier a publié un message sur son statut Facebook afin de défendre l’Islam et son Livre, comme le souligne Al Arabiya News. Il a ainsi affiché l’image d’un Coran sur son statut en commentant « Exposition : les livres qui ont changé le monde ». Le statut de Paulo Coelho n’a pas laissé ses fans indifférents puisqu’il a récolté plus de 36 000 mentions « j’aime » et des milliers de partages.

Malgré le grand soutien dont a fait l’objet le statut du romancier brésilien, une internaute a commenté : « Vraiment ! Ce livre est source de violence et de meurtres ! ». Ce à quoi Paulo Coelho a répondu : « Faux. Je suis chrétien et durant des siècles, nous avons essayé d’imposer notre religion par la force de l’épée – vérifiez « croisades » dans le dictionnaire… Nous assassinions des femmes – les appelant sorcières et nous avons essayé d’arrêter la science – comme dans le cas de Galileu Galilei. Il ne faut donc pas blâmer une religion, mais comment les gens la manipulent« .

Paulo Coelho n’a donc pas laissé cette internaute critiquer l’Islam et la qualifier de religion de violence. Faisant alors la comparaison avec les croisés, le romancier brésilien a tenu à défendre la religion musulmane ainsi que son Livre Sacré. Une prise de position admirable, particulièrement au vu des événements actuels. En signifiant publiquement son admiration pour le Saint Coran, Paulo Coelho a prouvé son ouverture d’esprit et sa perspicacité, n’en déplaise à certains.
*****************************

Après la pétition pour un menu végétarien à la cantine, le maire de Chalon lance une pétition pour interdire tout menu de substitution.

Yves Jégo, le député UDI a lancé une pétition appelant à imposer la présence d’un menu végétarien dans les cantines scolaires. Il souhaite par la suite déposer une proposition de loi à la rentrée.

Cette « alternative végétarienne obligatoire dans les cantines scolaires » pourrait être une solution au débat sur les menus de substitution.

En effet, jeudi 13 août dernier, le tribunal administratif de Dijon a rejeté le référé sur la question de l’urgence qui contestait la décision du maire de Chalon-sur-Saône de supprimer les menus alternatifs dans les cantines de sa commune.

Le tribunal a argumenté sa décision en expliquant que le menu contenant du porc ne sera pas servi avant le 15 octobre. « L’accès aux services de restauration scolaire de l’ensemble des usagers, y compris les enfants de confession musulmane, ne paraît pas compromis » selon le tribunal, et la condition d’urgence, qui justifie la procédure en référé, « n’apparaît dès lors pas remplie ».

Après 31 ans de menus sans viande à l’école, la décision du maire de Chalon-sur-Saône de retirer ce choix aux enfants en retirant le menu sans viande a profondément choqué.
Cette question des menus alternatifs a provoqué une vive polémique, au sein même de la droite, et de la société française.

La pétition de Yves Jégo sur le site Change proposant les menus végétariens a déjà rassemblé plus de 64 700 signatures. Si cette mesure est adoptée, elle pourrait être idéale et devrait contenter tout le monde.
Cette idée n’est pas neuve, et elle est déjà appliquée à Perpignan où la mairie avait déjà décidé en juin de proposer un menu végétarien. A Toulouse, Dès la rentrée scolaire prochaine, des menus sans viande seront également proposés aux élèves des établissements maternelles et primaires.

Pour riposter à cette pétition pour l’alternative végétarienne, le maire de Chalon-sur-Saône a lancé à son tour une pétition, toujours sur le site Change. Cette pétition contre les menus obligatoires à l’école a récolté plus de 1800 signatures.
*********************************

Amérique : convertie, après avoir visionné des vidéos sur l’Islam.

Les conversions à l’Islam ne cessent de se multiplier à travers le monde. Quel que soit leur « déclic », de nombreuses personnes décident d’embrasser l’Islam. C’est notamment le cas de Nicole Queen, une ancienne catholique, d’origine américaine, qui est devenue musulmane. L’élément déclencheur de cette conversion est un ensemble de vidéos sur l’Islam, visionnées sur Youtube.

Lors de son interview, Nicole, musulmane depuis mai 2007, explique qu’elle était à la recherche de « quelque chose de différent » du catholicisme. Se rendant souvent à l’église, elle considérait que sa religion était la bonne mais ressentait tout de même cette sensation de vouloir chercher autre chose. C’est alors que Nicole s’est mise en tête de découvrir l’Islam car certaines de ses connaissances l’y avait orientée.

Elle s’est alors servie sur le média de notre ère : internet. C’est en effet sur Youtube que la jeune femme s’est lancée à la recherche de l’Islam, en quête de réponses. Elle explique comment progressivement elle est « devenue accro à l’Islam ». Elle témoigne en ce sens : « Je restais jusqu’à 5 heures du matin sur mon ordinateur à regarder des conférences sur des américains qui étaient convertis à l’Islam ».

Suite à cela, la jeune femme s’est intéressée à l’Islam au sein des mosquées, notamment en prenant des cours de religion, etc. Une fois qu’elle s’est sentie totalement apaisée au sujet de la religion d’Unicité, cette sœur a embrassé l’Islam. Nicole raconte l’énorme changement que sa conversion à l’Islam à apporter, elle qui buvait de l’alcool et se divertissait en discothèque. La jeune femme se rend compte que tout un monde sépare son ancien quotidien de sa vie présente. Ironie du sort : c’est désormais elle qui témoigne de sa conversion à l’Islam sur Youtube, machaAllah.

Qu’Allah apaise les cœurs de tous nos frères et sœurs convertis. Qu’Il guide leurs proches et les rassemble au Paradis.
*************************

Les Etats-Unis rejetent la demande de libération d’un détenu Yéménite de Guantanamo en grève de la faim.

Vendredi 14 août, un détenu Yéménite de 36 ans, Tareq Ba Odah s’est vu rejeté sa demande de libération pour raison de santé par le département américain de la justice. Les motifs de la décision sont maintenus secrets. Des responsables de l’armée et des services secrets américains avaient pourtant donné, il y’a cinq ans, leur feu vert pour qu’il soit transféré hors de Guantanamo mais son cas divise l’administration américaine. Sa nationalité n’y est pas pour rien, c’est la nationalité la plus représentée au sein de la prison, tout comme la grève de la faim qu’il a entamée depuis huit ans maintenant. Il ne pèse plus que 33,5 kg et son état de santé est inquiétant. Selon ses avocats, le rejet de cette requête prouve le manque de détermination du Président américain Barack Obama à honorer sa promesse de fermer ce camp avant la fin de son mandat.
La grève de la faim, l’ultime sacrifice pour des prisonniers oubliés de la justice des Hommes.

Arrêté à la frontière afghane par l’armée pakistanaise et accusé d’avoir reçu une formation militaire pour combattre auprès des Talibans, Tareq Ba Odah fait partie des 166 encore captifs de la base américaine de Guantanamo, 14 ans après les attentats du 11 Septembre 2001. Le mouvement de grève de la faim a initialement été déclenché par les fouilles des cellules au cours desquelles les Corans étaient jetés par terre, une attitude répétitive jugée blasphématoire. Ensuite les protestations se sont amplifiées pour dénoncer la détention illimitée et les accusations sans procès. Les 166 détenus restent toujours enfermés alors qu’ils ne sont jamais passés devant un juge au préalable ni n’ont été inculpés d’aucune charge. Depuis février 2013, ils sont une centaine (148) à être en grève de la faim sur les 166, d’après les derniers bilans connus. Et comme Tareq Ba Odah, ils sont 86 à avoir reçu un avis favorable de transfert hors de la prison depuis plusieurs années et restent pourtant incarcérés dans des conditions inhumaines.

Rappelons que la base militaire américaine située à Cuba est la prison la plus coûteuse des Etats-Unis avec des frais de fonctionnement qui s’élèvent à 800 000 dollars par prisonnier et par an alors que son emplacement extra-territorial lui permet d’échapper aux lois régissant le système judiciaire fédéral américain. Une zone de non-droit pour la plus puissante démocratie du monde. Depuis plus 10 ans, elle est le symbole mondial de l’atteinte aux droits de l’Homme et ternit jour après jour l’image de l’Amérique.
Des détenus soumis à la cruauté de la nutrition par intubation nasale.

Craignant que les détenus meurent de faim, l’administration américaine a ordonné de les nourrir de force. Une pratique jugée inhumaine par l’ONU et d’autres organisations internationales comme l’Association Médicale Mondiale. Les témoignages des détenus assimilent cette pratique à de la torture. Le 14 avril 2013, le New York Times a publié le témoignage de Samir Naji al Hasan Moqbel, simplement intitulé « Gitmo is killing me » (Guantanamo est en train de me tuer) :

Je ne peux pas décrire à quel point il est douloureux d’être nourri de force de cette façon. Pendant qu’ils inséraient le tube, j’ai eu un haut-le-cœur. Je voulais vomir, mais je ne pouvais pas. Ma poitrine, ma gorge et mon estomac souffraient le martyre. Je ne souhaite cette punition cruelle à personne.

Je suis toujours nourri de force. Deux fois par jour, ils m’attachent à une chaise dans ma cellule. Mes bras, mes jambes et ma tête sont sanglés. Je ne sais jamais à l’avance quand ils vont venir. Parfois ils viennent la nuit, à 23 heures, quand je suis endormi. ».

Un autre détenu franco-algérien, Nabil Hadjarab, détenu à Guantanamo depuis 2002, également alimenté de force, a témoigné de son calvaire par une lettre envoyée à l’Express.

Ainsi, ils sont ainsi une quarantaine, comme Tareq Ba Odah, a subir une alimentation forcée depuis 2013, deux fois par jour, à n’importe quel moment de jour comme de nuit. En rejetant sa demande de libération, le département de la justice américaine prétexte que cela pourrait inciter d’autres détenus à se lancer dans des grèves de la faim. Une situation dramatique qui plonge les détenus restants dans un désespoir profond.

Les requêtes sont régulièrement rejetées par les magistrats en renvoyant la responsabilité de l’arrêt de l’alimentation forcée et du transfert des détenus au Président américain. La mobilisation de l’opinion publique et les pressions des organisations internationales pourront certainement le contraindre à honorer sa promesse de fermer ce centre de détention, lieu de toutes les injustices infamantes pour l’humanité.
************************

Une militante partage une affiche en soutien aux Palestiniens et se fait menacer !

Vendredi 14 août, nous vous partagions une photo prise par la conseillère régionale du Vaucluse Fabienne Haloui, jeudi 13 août, à l’entrée d’un bar alsacien. Le gérant du café en question prévient à travers une affiche ne pas vendre certaines boissons en soutien au peuple palestinien.
Victime de nombreuses critiques.

Fabienne Haloui a fermement soutenu cette courageuse initiative sur son compte personnel, comme le rapporte le journal l’Humanité :

« Les produits suivants ne sont plus vendus dans cet établissement à cause du soutien de leur fabricant à l’État terroriste d’Israël, compte tenu des atrocités commises envers la population palestinienne ».

Un soutien pas du goût de tous puisque deux jours après sa publication, samedi 15 août, elle essuyait déjà les critiques et insultes virulentes d’internautes sionistes : « Tous ceux qui boycottent Israël sont 
des chômeurs ou des assistés, donc des 
minables ! ». De multiples attaques auxquelles Fabienne riposte :

« Être insultée d’antisémite est à la fois extrêmement blessant du fait de mon parcours personnel et en même temps une forme de chantage insupportable » et rappelle que le boycott « peut être une arme pacifique de nature à mobiliser l’opinion publique et à mettre en difficulté le gouvernement israélien dans son refus de se soumettre aux décisions de l’ONU ».

Elle évoque également le « droit de critiquer la politique de l’État d’Israël, de condamner un État qui ne respecte pas le droit international » et compte porter plainte contre cette outrage. Nombreux sont les défenseurs de la dignité des Palestiniens à en faire les frais, des militants sionistes qui trouvent du courage seulement derrière un écran.
*******************************************

Black for Palestine : Plus de 1000 personnalités et associations noires américaines appellent au boycott d’Israël.

Black for Palestine : La liste est longue des personnalités et organisations ayant signé mardi une déclaration de solidarité avec les Palestiniens sous occupation.

Angela Davis, Boots Riley, Cornel West, dream hampton, Emory Douglas, Mumia Abu-Jamal, Pam Africa, Patrisse Cullors, Phil Hutchings, Ramona Africa, Robin DG Kelley, Rosa Clemente, Talib Kweli, et Tef Poe, mais aussi 38 organisations, dont The Dream Defenders, Hands Up United, Institute of the Black World 21st Century, Malcolm X Grassroots Movement, et Organization for Black Struggle, ont signé un document faisant un parallèle entre la lutte des Noirs américains pour leur émancipation et celle du peuple palestinien pour l’égalité des droits.

Mettant en exergue la solidarité des Palestiniens avec Ferguson, il soulignent que les échanges de délégations (Palestiniens qui se sont rendus dans le Michigan en novembre dernier et représentants de groupes tels que Dream Defenders, Black Lives Matter, Ferguson, qui sont allés en Palestine), ils réaffirment leur « indignation, dégoût et solidarité face aux massacres de Gaza, au blocus, à la persécution de tous les Palestiniens par Israël sur l’ensemble des territoires occupés, et à leur exil forcé en Jordanie, Liban et Syrie ».

Ils soulignent également « les similarités, même si les situations sont différentes, entre la politique d’emprisonnement massif des Noirs américains et celle des Palestiniens par l’Etat d’apartheid israélien« .

« Les uns comme les autres, nous sommes traités de terroristes et subissons le racisme et la violence », ajoutent-il en concluant que « l’oppression du peuple palestinien ne serait pas possible sans le soutien constant et inconditionnel des gouvernements étatsuniens. ».

Ils appellent à participer massivement à la campagne BDS (Boycott, Divestment, Sanctions) lancée par la société palestinienne, et insistent sur le « caractère central de la la lutte de libération du peuple palestinien pour le reste du monde et de la société. ».

La liste complète des signataires de cet appel se trouve sur le site www.blackforpalestine.com.
*********************

Un ingénieur tunisien créé une application pour dénoncer les « présumés terroristes ».

Un informaticien tunisien a créé une application visant à dénoncer les « présumés terroristes » et alerter les autorités en cas d’acte suspect de la part d’une personne. Un outil téléchargeable sur Android qui favorise la psychose et la délation.

Après deux attentats en Tunisie, un ingénieur a décidé de lancer une application mobile nommée « Edder 3″ (bouclier en français) permettant aux utilisateurs de dénoncer des « présumés terroristes ». Le créateur indique sur son site Internet que l’application donne « à tous les tunisiens l’opportunité de réagir et de signaler tout acte suspect ou de terrorisme ».

L’application mobile permettra (bientôt) à n’importe quel utilisateur de photographier une personne jugée suspecte et d’indiquer le lieu où elle se trouve. Une carte interactive permet déjà aux citoyens de géolocaliser les lieux ou les personnes suspectées d’être des terroristes. Il est aussi possible de contacter directement la police.

L’application est jugée par les observateurs comme dangereuse au regard des libertés individuelles. Elle pourrait provoquer rapidement une vague de psychose générale dans le pays sans que personne ne puisse vérifier si les informations indiquées sont exactes ou le fait d’une simple blague. La possibilité de délation d’une personne ouvre aussi la porte aux vengeance personnelles pouvant briser une vie voire une famille.
*****************************

Laisser un commentaire