MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Pour écouter MouslimRadio choisit ce qui te plait

MouslimRadio sur Winamp MouslimRadio sur iTunes MouslimRadio sur Windows Média Player MouslimRadio sur Real Player MouslimRadio sur QuickTimes MouslimRadio en Streaming MouslimRadio sur SHOUTcast Stream Status MouslimRadio sur SHOUTca.st player MouslimRadio sur Tunein MouslimRadio sur android
Mouslimradio sur tunein Mouslimradio sur android Mouslimradio sur iphone Mouslimradio sur Windows Phone Mouslimradio sur tablette, mobile, téléphone
juillet 2015 – MouslimRadio

Flash info du 16 Shawwal 1436.

Flash info du 16 Shawwal 1436.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur :
http://www.islamatouswebradio.info.

**********************************************
Un bébé palestinien brûlé vif par des israéliens.

Quatre colons israéliens ont mis le feu à deux maisons maisons dans un village de Cisjordanie provoquant la mort d’un bébé.

Les infos suivantes sont issues de la page H&O production, des infos que vous ne trouverez pas dans les médias mainstreams.

Les TERRORISTES ISRAÉLIENS ont tagué « prix à payer », « vengeance » et « longue vie au messie » sur les murs de la maison incendiée.

La famille de la victime a souffert de brûlures et de blessures dues à l’inhalation de fumée. Les parents de l’enfant et deux de ses frères et sœurs sont dans un état jugé critique.

La RÉSISTANCE PALESTINIENNE a appelé à une journée de la colère en Cisjordanie en ce jour béni de vendredi à la mosquée Al-Aqsa en réaction au drame.

Sous l’appellation du « prix à payer », des colons israéliens ont intensifié ces derniers mois les agressions contre des Palestiniens.
Des lieux de culte catholique et musulman sont également régulièrement visés.

Source :https://www.facebook.com/pages/Mission-Reporter/1445766265714974?fref=photo

vidéo a voir sur islamatouswebradio.info.

Un bébé palestinien brûlé vif par des israéliens par islamatouswebradio
*********************************

Le roi du maroc, Mohammed 6, déclare, Ne permets à personne de te donner des leçons sur ta religion.

A occasion de la fête du Trône, hier 30 juillet 2015, le souverain marocain a réaffirmé à son peuple le besoin d’un retour aux valeurs de tolérance de l’Islam. Le « jihadisme », »l’État Islamique » et tout se qui se passe en dehors du Royaume n’a rien à faire dans celui-ci. C’est en substance le discours du Roi Mohammed 6.
« Ne permets à personne venu d’ailleurs de te donner des leçons sur ta religion ».

Le ton est clair, la mise en garde aussi. L’Islam du Maroc ne doit pas être imprégné de tout courant ou mouvement religieux externe qui se voudrait rigoriste voire -dans le cas le plus tragique- terroriste, quand bien même islam et terrorisme sont fondamentalement incompatibles. Le discours s’est porté en partie sur le combat contre les forces terroristes qui menacent la paix dans le monde et notamment les valeurs de cohabitation et de tolérance.

Fidèle à ses appartenances arabe et islamique, le Royaume s’est engagé dans les coalitions arabes de lutte contre le terrorisme et pour le rétablissement de la légitimité au Yémen, alliances auxquelles a appelé Notre très cher Frère, le Serviteur des deux Saintes Mosquées, le Roi Selmane Ibn Abdulaziz Al-Saoud, outre la volonté de soutenir nos frères et partenaires stratégiques arabes. ».

Sans oublier un mot pour la Palestine : « Malgré le contexte difficile que traverse la région arabe en raison de la multiplication des bandes de l’extrémisme et du terrorisme, la question palestinienne demeure au cœur de la paix au Moyen-Orient. ».

Un ton ferme et bienveillant.

Le Maroc occupe une place géopolitique et stratégique particulière : allié de tous, ennemi de personne, le Royaume est connu pour son hospitalité et ses valeurs d’ouverture bien que dernièrement, le côté religieux -quand il a fallu condamner des homosexuels ou encore des sujets qui bafouaient allègrement le jeûne de Ramadan- semble avoir déçu de nombreux observateurs. Sur un ton bienveillant et ferme, le Roi Mohammed VI a tenté de couvrir toutes les thématiques propres au Royaume mais également aux tensions dans le monde, qui ont dans le fond les mêmes causes.
***************************

L’offensive turque se poursuit contre une cible principale : le PKK.

Une semaine après le début de l’offensive turque contre les positions de DAESH en Syrie, lancée le 24 juillet dernier, la Turquie a intensifié ces derniers jours ses attaques contre les rebelles du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan, d’Abdellah Oçalan).
Un processus de paix qui risque de voler en éclat.

Dans sa détermination à lutter contre le terrorisme, le président turc, Recep Tayyip Erdogan a clairement affirmé qu’il ne négocierait pas avec le PKK tant que ce dernier ne déposerait pas les armes.

Or, on assiste ces derniers jours à une escalade de la violence entre les forces armées turques et les rebelles kurdes. Les raids aériens massifs de ce jeudi contre les positions du PKK en Irak et les arrestations qui ont lieu à travers tout le pays à la suite d’actes terroristes du PKK ne laissent guère entrevoir d’issue favorable à la reprise des négociations. Le fragile cessez-le-feu effectif depuis 2013 qui avait permis de mettre un terme à une rébellion qui avait fait plus de 40 000 morts depuis 1984 est visiblement compromis.

Recep Tayyip Erdogan, qui avait l’ambition de régler la question kurde sur la base de la fraternité musulmane, après l’accession au pouvoir de son parti l’AKP, déclare aujourd’hui qu’« il est impossible de continuer (le processus de paix) avec ceux qui menacent l’unité nationale » .
Offensive militaire et politique.

Par les récentes attaques aériennes contre les positions de DAESH en Syrie mais aussi contre les bases du parti PKK (considéré comme organisation terroriste par le gouvernement turque et l’Union Européenne) en Turquie et en Irak, le président turc met ainsi sur un même plan les deux organisations et signifie qu’elles sont toutes deux ennemies de la Turquie.

Ces raids, que l’on peut qualifier de massifs avec une trentaine de F-16, se sont particulièrement intensifiés contre les opposants kurdes en représailles à l’attaque dans la journée de jeudi d’un convoi militaire dans le sud-est du pays où trois soldats turcs ont été tués.

Sur le plan politique également, le président turc souhaite défaire de leur immunité tous les parlementaires «affiliés avec des groupes terroristes» et les soumettre éventuellement à la justice. Ainsi une enquête est ouverte ce jeudi par les autorités judiciaires turques à l’encontre du leader pro kurde du HDP, Selahattin Demirtas, pour « troubles à l’ordre public » et « incitation à la violence » lors des manifestations d’octobre 2014 où des violences avait fait au moins 35 morts. Ce dernier a défendu que le parti le HDP « n’était pas la branche politique du PKK » et accuse le président turc de la reprise des hostilités. C’est peu de dire que les tensions entre les députés du parti HDP et AKP sont extrêmement vives au sein du parlement turc et que les accusations mutuelles n’empêchent pas à l’heure actuelle l’enlisement du conflit.
Zone de sécurité et bénédiction de la communauté internationale.

La campagne militaire turque pour sécuriser la frontière Sud du pays, après l’attentat suicide de Suruç du 20 juillet qui a fait 32 morts parmi les militants de la cause kurde et revendiqué par DAESH, a pris une nouvelle tournure. En effet, le président Recep tayyip Erdogan souhaite la création d’une zone de sécurité entre la Turquie et la Syrie pour permettre aux 1,8 millions de réfugiés syriens installés en Turquie de rentrer chez eux après le « nettoyage de ces régions ».

Pourtant, cette région est déjà occupée par les Peshmergas, les combattants kurdes soutenus par les occidentaux dans leur lutte sur le terrain contre les djihadistes. Ce qui n’arrêtera pas la détermination du président Recep tayyip Erdogan à aller jusqu’au bout alors qu’il a récemment reçu l’appui de l’OTAN, par son secrétaire général Jens Stoltenberg, pour faire face à toute forme de « terrorisme » rappelant « l’instabilité aux portes de la Turquie et aux frontières de l’Otan » et que l’« autodéfense doit être proportionnée ».

Pour l’heure, les inquiétudes sont palpables au sein de la communauté kurde de Turquie face à l’ embourbement d’un conflit à l’issue très incertaine. En France, la communauté kurde a aussi manifesté son soutien au PKK, mercredi à Paris et Marseille, notamment pour dénoncer ces attaques et reprocher au président turc de se tromper d’ennemi.
********************************************

Menacés de mort, des musulmans sont contraints d’abandonner leur religion.

« Certains musulmans revenus dans des zones ayant fait l’objet d’un nettoyage ethnique dans l’ouest de la République centrafricaine ont été contraints d’ abandonner leur religion », écrit Amnesty International dans un rapport rendu public vendredi 31 juillet.

Intitulé Suppression de l’identité – les musulmans dans les zones de la République centrafricaine soumises au nettoyage ethnique, ce document révèle que, dans une grande partie de l’ouest de la République centrafricaine, les milices armées anti-balaka empêchent des musulmans ayant regagné leur domicile après la folie meurtrière de 2014 – et les déplacements forcés de grande ampleur qui ont suivi – de pratiquer leur religion ou de s’en revendiquer en public. Certaines de ces personnes ont été menacées de mort afin qu’elles se convertissent au christianisme.

« Alors qu’elles ont déjà contraint des dizaines de milliers de musulmans à fuir l’ouest de la République centrafricaine, les milices anti-balaka s’en prennent désormais à l’identité religieuse des centaines de musulmans qui sont restés ou revenus », a déclaré Joanne Mariner, conseillère d’Amnesty International sur la réaction aux crises.

« Dans les zones où l’absence des forces de maintien de la paix sous mandat des Nations unies est notable, les musulmans sont pris pour cible en toute impunité. Certains ont été forcés à se convertir au christianisme et d’autres se sont vu interdire d’exprimer leur identité musulmane. ».

« Les anti-balaka ont juré de nous tuer … ».

Un ancien musulman de 23 ans vivant dans la préfecture de Sangha-Mbaéré a expliqué à Amnesty International :

« Nous n’avions pas d’autre choix que de rejoindre l’Église catholique. Les anti-balaka ont juré de nous tuer si nous ne le faisions pas. ».

« Il faut redoubler d’efforts pour protéger les musulmans menacés dans l’ouest de la République centrafricaine », a déclaré Joanne Mariner.

Les prières sont considérées comme illégales.

Amnesty International a découvert que, dans l’ouest du pays, les musulmans vivant hors des zones placées sous la protection des forces de maintien de la paix des Nations unies n’étaient pas libres de pratiquer leur religion en public. Les prières sont interdites, les tenues traditionnelles musulmanes ne peuvent être portées librement et la reconstruction de mosquées, dont on estime que 400 ont été détruites dans tout le pays, n’est pas autorisée. Sur le reste du territoire, notamment à Bangui et Carnot, seules quelques mosquées ont été rebâties.

« Nos prières sont effectivement considérées comme illégales, a déclaré un négociant musulman à Mbaiki. Nous devons nous cacher, prier rapidement et discrètement. Les prières collectives du vendredi sont impossibles. ».

Amnesty International a appelé les autorités centrafricaines, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) et la communauté internationale à soutenir plus largement les efforts des musulmans visant à réintégrer les villes et villages de l’ouest du pays, et à renforcer la présence des forces de maintien de la paix afin de mieux protéger la population des milices anti-balaka.

« Parmi les dizaines de milliers de réfugiés musulmans qui ont été expulsés du pays en 2014, nombreux sont ceux qui souhaiteraient rentrer chez eux un jour mais attendent de pouvoir le faire en toute sécurité et durablement. Le sort des musulmans qui ont tenté de réintégrer les villes et villages de l’ouest de la République centrafricaine peut être déterminant de ce point de vue. Leur sécurité, leur liberté de religion et les autres droits doivent être protégés. ».
****************************************

Omar Sy refuse de prendre position sur le conflit israélo-palestinien et indigne les internautes.

Omar Sy avait jusqu’alors laissé une image plutôt positive de lui-même déclarant notamment que sa foi l’aidait à avancer dans sa vie. Il s’est fait remarquer cette fois de manière beaucoup moins sympathique en déclarant sur une chaîne israélienne qu’il ne voulait pas se positionner sur le conflit israélo-palestinien n’ayant pas « toutes les infos ».

Lors d’une interview donnée à la chaîne israélienne i24 news, l’acteur français a refusé de donner son point de vue sur le conflit israélo-palestinien jugeant qu’il « n’a pas toutes les infos ». Parallèlement à cette étonnante esquive, il soutient tout de même suivre l’actualité et « vivre très mal » la montée de l’antisémitisme et du communautarisme.

Cette curieuse éviction de la question se heurte au drame qui a bouleversé une famille palestinienne aujourd’hui avec la mort d’un bébé de 18 mois brûlé vif dans sa maison incendié par des colons israéliens.

De même, les réseaux sociaux se sont enflammés pour répondre à l’acteur, ironisant son intervention, et rappelant les désastres commis par Israël. On se souvient notamment de l’été dernier durant lequel plus de 2000 palestiniens ont trouvé la mort dont un tiers sont des femmes et des enfants. Récemment, un rapport de l’ONU incriminait sévèrement l’armée israélienne pour sa conduite durant cette opération militaire, l’opération brodure protectrice, l’accusant de crimes de guerre. C’est sans surprise que le premier ministre, Benyamin Netanyahu, a balayé d’une phrase cette accusation défendant et se rangeant du côté de son armée : «Israël ne commet pas de crimes de guerre».
*******************************************
Ali Saad Dawabsha, bébé palestinien de 18 mois, brûlé vif par des colons israéliens.

Ce vendredi 31 juillet est une date macabre, un bébé palestinien de 18 mois a été brûlé vif dans sa maison incendiée par des colons israéliens, près de Naplouse en Cisjordanie occupée, tôt dans la matinée.

L’un des habitants de la ville de Ma’an témoigne que des colons israéliens se sont rués sur deux maisons, brisant les fenêtres pour y jeter des liquides inflammables et des cocktails molotov.

Un petit bébé, Ali Saad Dawabsha, a été pris au piège. Il a été gravement brûlé et est décédé rapidement. La famille du jeune enfant a également été blessée. La mère et le père, Riham et Saad ainsi que son grand frère de 4 ans, Ahmed, ont subi des brûlures d’une grande gravité. Ils ont directement été conduits à l’hôpital.

La maison a quant à elle été complètement détruite, l’autre maison a été taguée par des inscriptions en hébreu.

Les criminels israéliens ont réussi à se sauver sans être vus, personne n’est en mesure de les identifier.

« Nous avons vu quatre colons fuir en restant à distance les uns des autres. Nous avons essayé de les poursuivre mais ils ont fui vers la colonie de Maale Efrayim située à proximité.. », a affirmé Musallem Dawabsha, 23 ans.

Cette agression n’est pas la première, en seulement quelques mois, depuis le début de l’année, on compte 120 attaques menées par des colons israéliens envers les palestiniens situés à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupées d’après le Bureau des Nations Unies pour la Coordination des affaires humanitaires (UNRWA).

Les autorités israéliennes et les forces armées sont conciliantes vis-à-vis de ces actes barbares.

« La politique non déclarée des autorités israéliennes en réponse à ces attaques est clémente et conciliante », déclare l’organisation B’Tselem. «Les auteurs sont rarement jugés, et de nombreux cas sont soumis à aucune enquête ou sont classés sans suite. »

Qu’Allah accueille le petit Ali Saad Dawabsha dans son vaste paradis et qu’Il vienne en aide à sa famille.

vidéo a voir sur islamatouswebradio.info.

Ali Saad Dawabsha, bébé palestinien de 18 mois… par islamatouswebradio
********************************

Flash info du 15 Shawwal 1436.

Flash info du 15 Shawwal 1436.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur :
http://www.islamatouswebradio.info.

**********************************************

Une femme en niqab pour illustrer un article sur comment identifier les kamikazes.

Nous avions évoqué en novembre dernier sur Ajib.fr, le fameux « réflexe niqab », une formule empruntée à un Tumblr qui recense les manipulations iconographiques dans les médias.

Parce que le choix d’une photo n’est pas innocent, nous avions dénoncé, comme beaucoup d’autres d’ailleurs, les pratiques journalistiques scandaleuses qui consistent à illustrer des articles avec des femmes en niqab alors même que le contenu n’a aucun rapport avec le niqab.
Ainsi, des journalistes n’hésitent pas à utiliser des photos de femmes en niqab lorsque le sujet traite d’actes islamophobes à l’égard de femmes qui portaient un simple voile. Le niqab ou la burqa permet ainsi d’alimenter dans les esprits de certains lecteurs l’image des talibans, l’idée du perte d’identité, d’une invasion, sans oublier que le port du niqab dans les lieux publics a été interdit. Certains internautes se permettaient donc de justifier l’acte islamophobe à l’égard de la femme portant le foulard qu’elle était hors-la-loi puisque le niqab était interdit- des réflexions montrant bien la confusion dans l’esprit des personnes et les amalgames. Et pourtant, les journalistes savent très bien distinguer hijab et niqab. Même lorsque la polémique autour de la proposition d’interdire le port du foulard à l’université, un journaliste du Monde avait utilisé une photo d’une femme en niqab.

Récemment, le quotidien Le Monde dans son édition du 29 juillet, récidive en choisissant d’illustrer son article intitulé « Comment identifier un kamikaze ? Les conseils de l’ONU à ses employés au Tchad » avec… une femme en niqab.
Cette association niqab/kamikaze ne peut qu’inciter les esprits des gens à faire un lien direct entre niqab et violence, niqab et attentat suicide, plus globalement islam et violence. Un lien scandaleux. Pas étonnant finalement que des sondages réalisés en France révèle la mauvaise perception de l’islam par des concitoyens. Récemment, un sondage Ifop réalisé pour Atlantico a révélé que 44% des français sondés estime que la communauté musulmane est « plutôt une menace pour l’identité de notre pays ».

Alors comme le dit Marwan Muhammad, statisticien et conseiller Islamophobie auprès de l’OSCE, »comment ensuite s’étonner des sondages records montrant une opinion publique hostile à l’islam et aux musulmans, quand on produit un jour après l’autre les réflexes de leur problématisation? ».
*************************

Féminismes islamiques ou comment remettre la femme musulmane au centre de ses actions.

Zahra Ali, doctorante en sociologie à l’EHESS et à l’IFPO, est engagée depuis de nombreuses années au sein de dynamiques musulmanes, féministes et antiracistes.
Dans son livre, elle interroge des militantes musulmanes du monde entier sur les thématiques croisées de racisme, colonialisme et féminisme. L’auteur nous livre une vision élargie des luttes pour les femmes au sein de l’islam, s’appuyant sur des mouvements théoriques et politiques qui ont pour enjeu de montrer la possibilité de l’existence de féministes musulmanes.

Inhabituel. Pour ne pas dire révolutionnaire ! On ne va pas chercher la petite bête !
Et puis la révolution féministe islamique a déjà eu lieu il y a 1400 ans dans un coin de l’Arabie. Il ne reste plus qu’à l’appliquer.
Alors dans une remise en question du Fiqh patriarcal parfois figé dans des applications hostiles envers les femmes, Zahra Ali regroupe la parole de militantes qui dans le monde entier, dans leur foi et au service de la Oumma se questionnent sur la femme et le féminisme dans l’Islam. Dans un monde post-colonialiste ou néo-colonialiste, elles affrontent les craintes à la fois de prendre le féminisme pour la cinquième colonne d’un Occident aux visées hégémoniques, de se retrouver face à des murs de traditions séculaires ou simplement face à l’incompréhension d’une religion qui traîne derrière elle les plus machistes et patriarcaux des clichés.
Adressé aux femmes musulmanes (ou pas), aux hommes musulmans (ou pas) comme aux féministes occidentales réclamant l’exclusivité des luttes dans leur vision globalisée de l’émancipation féminine, cet ouvrage met le pied dans un système rarement observé sous cet angle.
Quand il est habituel de faire parler les hommes ou les non-musulmans à la place des femmes musulmanes (on a pu le voir avec la loi sur le voile et la laïcité en France) ce livre est une bouffée d’air dans un monde un peu trop fermé. Il apporte donc sa contribution à l’essence de l’Islam, c’est à dire la remise en question individuelle dans l’application des volontés divines, toujours au service de la communauté.

Bonne lecture.
*************************************

L’Autriche ouvre une enquête contre Geert Wilders pour incitation à la haine.

La ministère public autrichien a ouvert une enquête contre le leader de l’extrême droite néerlandaise, Geert Wilders, pour incitation à la haine.

Le leader du Parti pour la liberté avait comparé le Coran au livre « Mein Kampf » d’Adolf Hitler lors d’une réunion du parti nationaliste Freiheitliche Partei Österreichs (FPÖ) le 27 mars dernier. L’Islamophobe avait également plaidé pour l’interdiction du livre sacré de l’Islam aux Pays-Bas.

Geert Wilders est un allié de Marine Le Pen.

Geert Wilders, notoirement pro-israélien, est un allié de Marine Le Pen. Le dirigeant et fondateur du PVV néerlandais et la présidente du FN ont lancé en novembre 2013 un appel commun aux autres partis populistes européens pour former une alliance.

La présidente du Front national a annoncé mardi 16 juin être parvenue à former un groupe au Parlement européen baptisé « Europe des nations et des libertés ». Le groupe est coprésidé par Marine Le Pen et le néerlandais Marcel de Graaff, issu du Partie de la liberté de son allié Geert Wilders.
***************************************
Notre station de radio, islamatouswebradio, à nouveau censuré sur youtube, pour avoir osé montré la vérité.

La vérité dérange, sur youtube, et il n’est pas bon pour certain que les images parlent d’elle même. C’est pour cela que le compte youtube de la radio a de nouveau été cloturé après la diffusion d’une vidéo montrant la réelle situation des palestiniens.

Il s’agit d’une vidéo proposé par BDS pour lutter contre la propagande d’israel.

Cela fait la deuxième fois que l’on subi la censure, mais ce n’est pas un problème, car sur internet, il n’y a pas que youtube….
****************************

Des commerçants musulmans portent plainte contre le maire FN de Beaucaire.

Le maire Front National de Beaucaire, Julien Sanchez a été cité à comparaître ce 29 juillet par des commerçants musulmans de sa ville. Les commerçants considèrent « discriminatoires » deux arrêtés municipaux destinés à fermer les magasins dans certains quartiers pendant la nuit.

Dans la citation, sont mis en cause l’arrêté du 16 juin interdisant l’exercice professionnel de toutes les épiceries, primeurs, et commerce de distribution de 23H00 à 08H00 dans un périmètre se situant à l’intérieur d’un périmètre délimité du centre-ville et celui du 17 juin 2015 interdisant à tous les commerces de travailler de 23h00 à 05h00 dans deux rues de la ville.

Les plaignants estiment que ces deux arrêtés visent substantiellement les commerçants d’origine maghrébine, appartenant à la confession musulmane selon le quotidien Midi Libre. Ils notent également que la période choisie, jusqu’au 31 octobre, couvre le ramadan et la saison estivale lorsque l’activité est la plus importante pour ces commerçants.

L’audience devant le tribunal correctionnel de Nîmes est prévue le 1er septembre à 14 h, a précisé à Abdallah Zekri, président de l’Observatoire national contre l’islamophobie, au sein du Conseil français du culte musulman qui s’est porté partie civile.
******************************

Le rideau de la porte de la Kaaba exposé au siège de l’ONU à New York.

Le rideau de la porte de la Kaaba a été exposé cette semaine au siège de l’ONU à New York. A cette occasion, une cérémonie spéciale s’est tenue avec la participation du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon et du représentant permanent de l’Arabie saoudite auprès des Nations Unies Abdallah Y. Al-Mouallimi.

Un discours retraçant l’histoire de la kiswa de la Kaaba a été donné lors de la cérémonie.

La kiswa est une étoffe de soie ornée de versets coraniques, de couleur noire, recouvrant la Kaaba à la Mecque. Elle comporte également un rideau appelé « Burqa » qui couvre partiellement la grande porte en cuivre de la ka’ba. Totalement fait de soie d’une hauteur de 6,5 mètres et d’une largeur de 3 mètres, ce rideau porte de textes coraniques et affiche des ornements islamiques faits de fils d’argent recouverts d’or.

La kiswah de la Kaaba est changée chaque année à la veille de l’Aïd al-Adha.
********************************

Ouverture officielle d’un établissement privé musulman à Corbeil-Essonnes.

L’établissement privé musulman « Excellence » à Corbeil-Essonnes annonce l’ouverture officielle de son école primaire et de son collège. Le groupe scolaire pourra accueillir dès la rentrée 2015 jusqu’à 144 élèves, du CP au CE 2 et de la 6e à la 4e. C’est le deuxième dans le département de l’Essonne après Vigneux.

A travers cette école musulmane, l’Association Groupe Scolaire Excellence souhaite ancrer sur le territoire français un projet éducatif fondé sur trois piliers : l’éthique de responsabilité, l’équité à l’égard de toutes les catégories sociales et la promotion de la dignité humaine.
********************************

Algérie : apprentissage obligatoire de la darija durant le cycle fondamental.

La darija, autrement compris comme le parler algérien, deviendra obligatoire dans l’enseignement fondamental dès la rentrée scolaire prochaine en Algérie. Cette décision a été élaborée lors de la Conférence nationale sur l’évaluation de la mise en oeuvre de l’école d’Alger les 26 et 27 juillet.

La darija sera désormais le premier pas des écoliers algériens afin d’apprendre la langue arabe de manière progressive, d’après les déclarations de Messeguem Nedjadi, inspecteur général du ministère de l’Education nationale. Le parler algérien est employé par 70 à 80% de la population.

« Les enseignants doivent prendre en considération le fait que les enfants parlaient le dialecte dans leur foyer. Pour ne pas les perturber, le dialecte doit demeurer la première langue d’expression à l’intérieur de l’enceinte scolaire. Une complémentarité entre le dialecte algérien et la langue arabe devrait permettre aux enfants de s’épanouir au primaire.», a notifié Messeguem Nedjadi.

Dans le même esprit, il a soutenu que l’enseignement de la langue tamazight devrait s’opérer dès la rentrée prochaine en le généralisant à 20 wilayas à partir du mois de septembre.
*********************************
REPORTAGE ARTE : Birmanie : La malédiction des Rohingya.

Le sort des Rohingya interpelle. La politique de ségrégation et de persécution mise en place par le gouvernement et soutenue par des moines bouddhistes montre comment la minorité musulmane est conduite à fuir dans des conditions déplorables ou à vivre constamment agressée. La mise en exergue de la haine envers les musulmans et de l’identité nationale maintiennent la mise au ban de ces derniers.

Malgré la dénonciation de l’ONU qui a déclaré les Rohingya minorité la plus persécutée du monde, les exactions se poursuivent dans l’indifférence de la communauté internationale.

Reportage clair et édifiant revenant sur la dramatique situation de nos frères et soeurs pris au piège par des mises en scène et des inventions mensongères de la part de la politique gouvernementale et de moines bouddhistes. Qu’Allah leur vienne en aide.
****************************

Tunisie : un demi million de touristes algériens depuis la fin du Ramadan.

Les pays occidentaux avaient fortement déconseillé à leurs habitants de se rendre en Tunisie afin d’y passer les vacances suite à l’attentat de Sousse le 26 juin. L’Algérie vient à la rescousse de son voisin avec déjà un demi million de personnes qui s’y sont rendues pour leurs vacances.

La Grande-Bretagne, le Danemark ou encore l’Irlande avaient demandé à leurs ressortissants de quitter la Tunisie après l’attentat de Sousse dans lequel notamment une trentaine de touristes britanniques ont péri. Le tourisme tunisien était ébranlé par ces recommandations des pays occidentaux visant à restreindre l’envoi de ressortissants sur cette terre réputée pour son attrait estival et ce, malgré l’engagement tunisien rapide pour des mesures sécuritaires strictes.

Pourtant, c’était sans compter l’Algérie dont ses habitants se sont rendus en masse vers ce pays limitrophe pour y passer leurs vacances. On compte pour le moment un demi million d’algériens ayant pris la route pour les villes d’Oum Teboul et d’El Ayoun après la fin du ramadan. Des milliers d’algériens sont encore attendus, les estimations portent à 700 000 le nombre de vacanciers d’origine algérienne espérés en Tunisie.

Les touristes musulmans deviennent une nouvelle donnée économique non négligeable et qui risque d’augmenter au fil des années.
**********************************

L’Oréal organise un concours pour élire la plus belle barbe !

A l’heure où en France de nombreux musulmans sont face à des problèmes de discrimination à l’embauche en raison de leur barbe, L’Oréal Paris organise un concours pour élire l’homme qui aurait la plus belle barbe. Ce dernier deviendrait alors le nouveau visage de Men Expert.

Le concours intitulé #mysexybarbe s’est déroulé durant les mois de juin et juillet il prend fin aujourd’hui, jeudi 30 juillet, journée d’annonce du gagnant. Il suffisait d’envoyer une photo selfie de sa barbe pour participer.

Ce concours assez anecdotique montre le décalage entre l’acharnement vécu par les musulmans et les nouvelles tendances de la mode qui laissent davantage de libertés aux hommes pour exprimer l’image qui leur correspond. La barbe est actuellement un élément à double tranchant, accepté et plutôt « fashion » quand elle est portée par un non musulman, crainte et vilipendée quand il s’agit d’un musulman. Comment maintenir un tel paradoxe?
*********************************

Selon Manuel Valls, l’islam sera un enjeu électoral en 2017.

L’islam est un sujet de débats ardents au sein de la politique française. En début de semaine, lors de la clôture d’un forum à l’Assemblée nationale intitulé « République et islam : ensemble relevons le défi », Manuel Valls a soutenu que l’islam serait « un enjeu électoral » pour l’année 2017. Ces propos s’inscrivent à la suite de la première réunion de la nouvelle instance de dialogue du gouvernement avec les musulmans de France et d’un débat organisé par Les Républicains de Nicolas Sarkozy.

Manuel Valls, premier ministre français, se dit prêt à soulever ce défi et lancer le « débat » en insistant sur « le respect de l’autre » ce qui n’aurait pas été le cas chez les politiques de droite d’après ce qui pouvait être compris entre les lignes de son élocution. Il affirme :

« Mais je ne suis pas naïf, je sais que ça sera un enjeu électoral, à tous points de vue et pour beaucoup de monde ».

Abdallah Zekri du CFCM avait critiqué la mise en avant excessive de l’islam.

Manuel Valls a conclu son discours en s’adressant à deux pôles, le premier « aux responsables politiques qui se réclament de la République » pour « qu’ils relèvent le défi sans démagogie politicienne ni surenchère populiste mais sereinement et fermement en se référant aux valeurs de la République » ; et le second aux Français musulmans « afin qu’ils aident à la construction d’une relation apaisée avec la République par la promotion de l’islam de France comme un islam des Lumières, moderne et tolérant ».

A l’heure actuelle, pourtant, les fidèles musulmans ne peuvent qu’être déçus des promesses non tenues par le gouvernement Hollande et ce, bien que les votants musulmans se soient mobilisés dans leur grande majorité pour élire François Hollande à la présidence en montrant ainsi leur désapprobation quant à la politique islamophobe menée par Nicolas Sarkozy.

En dépit de la victoire de la gauche, les mesures et lois islamophobes se sont poursuivies et se sont accentuées. Les votants musulmans sont toutefois désormais avertis.
***************************

Gisele Bündchen, célèbre mannequin, en niqab pour passer incognito à Paris !

Afin de passer incognito durant son séjour en France et pour se rendre à différents rendez-vous notamment des consultations dans des cliniques de chirurgie esthétique, l’ex star des podiums, la célèbre Gisèle Bündchen a revêtu un voile intégral dans les rues parisiennes.

La top modèle désormais retirée des podiums s’est rendue à ses rende-vous pour des interventions chirurgicales en burqa en compagnie de sa soeur. Elles ont été démasquées par le sac à dos de cette dernière.

Pas d’amende pour les mannequins de renommée à la retraite ?

Cette anecdote a conduit Gisèle Bundchen à faire la une du New-York Post.
***************************************

Arabie saoudite : les saoudiennes autorisées à voyager sans tuteur.

L’Arabie Saoudite est en plein changement. Après le droite de vote et l’éligibilité aux élections municipales, les femmes pourront désormais voyager sans un « mahram » (tuteur). Une première dans le Royaume.

La reportrice de RFI à Ryad, Clarence Rodriguez, rapporte la promulgation d’une nouvelle loi inédite en Arabie Saoudite. Dans la « plus grande discrétion » les autorités ont supprimé l’obligation de voyager avec un mahram pour les femmes saoudiennes. Une révolution dans le royaume jugé conservateur qui est passée inaperçue auprès de la population ainsi que dans la presse internationale.

Après l’autorisation de voter et de se présenter aux élections municipales de décembre prochain, il s’agit pour la monarchie saoudienne de prouver son ambition de changement notamment après la multiplication des critiques sur les relations hommes – femmes dans le royaume. Une décision éminemment stratégique tournée vers ses alliés occidentaux.
***************************

Israël autorise le gavage forcé des détenus palestiniens.

Briser la résistance palestinienne à tout prix, telle est la volonté d’Israël. Le Parlement israélien a adopté, jeudi 30 juillet, une loi autorisant l’alimentation de force des prisonniers en grève de la faim dès lors que « la grève de la faim crée un risque immédiat pour la vie du prisonnier ou des dégâts permanents à sa santé », selon un député du Likoud.

Les autorités israéliennes, craignant un nouveau et vaste mouvement de grève de la faim de prisonniers palestiniens comme ce fut le cas en 2012, a ainsi légalisé une forme de torture pour contrecarrer toute vague de protestations dans les Territoires occupés palestiniens.

Pour le ministre à la Sécurité Intérieure, Gilad Erdan, « les grèves de la faim des terroristes en prison sont devenus un moyen de menacer Israël ».

La loi a été adoptée par 46 voix contre 40 sur 120 députés. La Liste arabe unie, qui regroupe les principaux partis arabes à la Knesset, a dénoncé une loi pour torturer les prisonniers palestiniens qui nie leur droit légitime à résister.

La plupart des grévistes de la faim sont en effet des Palestiniens maintenus en détention administrative, une procédure qui permet à Israël une détention pour des périodes de six mois renouvelables indéfiniment sans inculpation ni jugement.

L’Association médicale d’Israël, qui considère aussi que l’alimentation forcée est une forme de torture et est médicalement risquée, a exhorté les médecins israéliens à la désobéissance.
*******************************************