MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 8 chabann 1436.

Flash info du 8 chabann 1436.

Ecouter la Radio, en direct sur :
http://www.islamatouswebradio.info

 »
Pays-Bas : vers l’interdiction du niqab dans les lieux publics ?

Nouvelle proposition de loi aux Pays Bas : celui d’interdire le port du niqab dans les lieux publics alors que jusqu’alors il était autorisé. Ce projet de loi devra être validé par le parlement avant d’entrer en vigueur dans le pays.

Le ministère de l’intérieur a fait part de l’existence de ce projet « Des vêtements dissimulant le visage seront interdits dans les bâtiments de l’enseignement et ceux des soins de santé, du gouvernement et dans les transports publics », propos relevés par l’AFP vendredi dernier. Cette prohibition ne sera donc pas appliquée à tous les lieux communs mais à certains services publics.

Ainsi, si cette loi passait, le port du niqab serait autorisé dans la rue mais pas dans d’autres lieux publics comme les hôpitaux, les transports en commun ou les écoles. Cette interdiction concerne clairement le port du niqab bien que le ministre de l’intérieur soutient qu’aucune religion n’est visée par cette proposition. Cette loi prévoit une amende de 405 euros pour qui oserait la violer. Le ministre de l’intérieur a d’ailleurs précisé que cette loi avait un intérêt pour la population puisqu’elle s’appliquerait dans « des situations spécifiques où il est essentiel que les gens puissent se regarder ou pour des raisons de sécurité ».

Les projets de loi interdisant le port du niqab prennent de l’ampleur à travers le monde. Cela nous rappelle entre autres l’interdiction du port du niqab au Congo, appliquée depuis début mai. Fort heureusement, certains font preuve d’ouverture d’esprit comme l’ex-archevêque Rowan Williams qui clamait : « laissons les enseignantes de primaire porter le niqab en classe ». Position extrêmement rare dans la sphère publique, surtout par les temps qui courent.
*************************
 »
Une école de San Diego se met aux menus halal.

A San Diego, ville côtière de Californie, on a décidé de proposer un menu halal aux étudiants. Ces derniers, de confession musulmane, ne mangeaient pas ou peu à midi ce qui a poussé leurs parents à une mobilisation afin d’offrir un menu de substitution en adéquation avec le régime alimentaire musulman.
Du halal dans les assiettes.

Musulmans ou non, de nombreux élèves estiment que la qualité des produits proposés à la cantine est médiocre, comme Rosa Duarte : « Normalement, je ne mange pas à la cantine scolaire parce que les menus ne sont pas bons. Depuis l’arrivée du poulet halal, […] je mange mieux ». Le travail de la direction de l’établissement a porté ses fruits. Dans une volonté de satisfaction générale et d’écoute des sensibilités des différentes communautés de la ville, le halal est arrivé dans les assiettes.

« Tous les étudiants mangent gratuitement, et nous nous demandions pourquoi ne mangent-ils donc pas à la cantine. Si les élèves mangent, ils peuvent apprendre. Si ils ne mangent pas, ils ne peuvent pas apprendre »avoue un responsable scolaire. Ajoutant : « Nous essayons vraiment de travailler avec les communautés pour proposer des menus alimentaires adéquats, parce que nous voulons que les élèves mangent. Nous avons une forte population hispanique donc nous voulons également satisfaire. ».

A l’heure où en France on fait la chasse aux musulmans et par tous les moyens, où l’accession à l’école pour le musulman est de plus en plus complexe (refus du voile, refus de la jupe, cantine sans menu adapté…), la définition du vivre-ensemble semble être simple ailleurs. Écouter les autres, comprendre leurs besoins et trouver une solution qui ne lèse personne, voilà la recette. La vie en harmonie n’est sans doute pas un rêve quand tout le monde y contribue un tant soit peu et puis tout le monde le sait, le bonheur est dans l’assiette… enfin, je crois.
****************************
 »
Malaisie : Découverte de 139 fosses communes servant au trafic de réfugiés.

Ce lundi, le chef de la police de Malaisie a détaillé la découverte réalisée en fin de semaine dernière à proximité de la frontière avec la Thaïlande, il s’agit de 139 tombes et on ne connaît pas encore le nombre exact de corps qu’elles contiennent. La seule chose connue est que ces tombes sont celles de réfugiés, pour la majorité Rohingyas, tentant de fuir le pays.
La Malaisie en difficulté.

Depuis quelques semaines, le gouvernement essaie de réagir face au trafic d’êtres humains qui sévit depuis des années sur ses terres. Longtemps accusé de laxisme voire d’absentéisme face à l’ampleur du phénomène, les récentes découvertes de nombreux camps le long de la frontière avec la Thaïlande servant au passage de clandestin on semble-t-il amorçé un début d’action. Initialement, la Malaisie avait nié l’existence de tels camps en appuyant sur le fait que les zones frontalières situées au nord du pays sont difficiles d’accès mais les récentes interventions ont démontré le contraire. Suite à ces découvertes, des opérations policières ont été menées afin de démanteler les réseaux de trafiquants d’êtres humains, ce qui a donné lieu à un grand désordre et à l’abandon de milliers de migrants en pleine mer par leurs passeurs.
Les autorités sous pression.

Au vu de l’ampleur du trafic dans cette zone, il est difficile de croire que le gouvernement n’en connaissait pas l’existence. En effet, ce ne sont pas moins de 28 camps qui ont été découverts le long de la frontière, dont le plus grand pouvait accueillir jusqu’à 300 personnes. De plus, le mois dernier une trouvaille similaire a été faite en Thaïlande, plus de 70 camps avaient ainsi été découverts et des dizaines de trafiquants avaient été arrêtés.

Cette nouvelle découverte macabre fait craindre le pire pour les victimes de ce trafic d’êtres humains, pour la majorité des membres de la minorité musulmane Rohingya. Il est grand temps que les gouvernements locaux réagissent et que les gouvernements internationaux viennent prêter main-forte pour stopper ce commerce illégal.
**************************
 »
Les trois jours blancs du mois de Chaabane 2015, 1436.

Le mois de Chabann 2015, 1436 a débuté le Mardi 19 Mai dans plusieurs pays musulmans. Les trois jours blancs de ce mois du calendrier islamique seront le dimanche 31 Mai, le lundi 1er Juin et le Mardi 2 Juin in-cha’Allah. Ces dates correspondent évidement au 13e, 14e et 15e jours du mois de Chabann.

Trois jours dont le jeune est très méritoire : « Le jeûne de trois jours chaque mois est comme le jeûne continue et les jours blancs sont: le matin du 13e jour, du 14e et du 15e ». hadith rapporté par l’Imam Tirmidhi et authentifié par Cheikh Al-Albani.

Les paroles prophétiques qui invitent les musulmans à jeuner à cette occasion sont nombreux et d’une manière générale le messager d’Allah a dit au sujet du jeûne surérogatoire :

« Tout Serviteur qui jeûne un jour pour l’Agrément d’Allah verra son visage éloignée du Feu d’une distance de soixante-dix ans pour ce jour qu’il aura jeûné. » Hadith rapporté par Al-Boukhari

Les jours blancs sont appelés ainsi car ce sont les jours dont les nuits sont éclairées par la pleine lune.
Le fait de jeûner les jours blancs du mois de Chaabane

Quel est l’avis religieux concernant le jeûne de la mi-Cha`bâne; les jours (13-14-15) ?

Réponse de Cheikh Ibn Baz: Il est recommandé de jeûner trois jours de chaque mois, que ce soit du mois de Chabânn ou en dehors de lui et il a été établi que le Prophète a ordonné à `Abd-Allah ibn `Amr ibn Al-`Ass de les jeûner. Il a été également rapporté qu’il l’avait recommandé à Abou Ad-Dardâ’ et Abou Hourayra. Il n’y a pas de mal à jeûner ces trois jours certains mois et à les délaisser d’autres mois ou à les jeûner de temps en temps; car cela est surérogatoire et non obligatoire. Mais le mieux consiste à être constant et à les jeûner tous les mois, dans la mesure du possible. [source : alifta]

Nous sommes à quelques jours du mois de Ramadan, le début du mois sacré sera annoncé officiellement après observation du premier croissant de lune à la fin de ce mois du calendrier hégirien conformément à la sunnah authentique.
*****************************
 »
Les publications Facebook de la fondation al Kawakibi de Félix Marquardt et Bajrafil, disparaissent.

Fin de la partie pour la “Fondation Al Kawakibi” ou simple changement de stratégie de communication ? Les internautes s’interrogent depuis ce matin sur la disparition des posts Facebook de la fondation créée par le lobbyiste américain Félix Marquardt et les imams Mohamed Bajrafil et Adnan Ibrahim.

Rififi à la Fondation Al Kawakibi ? Le projet de réforme de l’Islam lancé par Félix Marquardt, Adnan Ibrahim, Mohamed Bajrafil, Ghaleb Bencheikh et Oméro Marongiu-Perria a connu de grosses secousses suite aux nombreuses critiques soulevées par les internautes musulmans choqués notamment de voir des sociologues, deux imams controversés ou encore un communicant se charger de changer l’islam ou sa compréhension.

Depuis le début de la polémique autour la conférence sur l’Islam et la Démocratie au 21ème siècle qui a vu Alain Finkielkraut réconforté dans ses positions islamophobes et sionistes par l’islamologue opposé au voile Ghaleb Bencheikh, rien ne va plus au sein de la Fondation Al Kawakibi. Dès le lendemain, Asma Lambaret, féministe marocaine, déclarait quitter le navire tandis que Félix Marquardt, critiqué pour son ignorance sur le sujet, insistait pour préciser qu’il n’était pas aux manettes via Twitter.

Dans le même temps, le silence de l’imam Mohamed Bajrafil devant les questions incessantes d’internautes musulmans choqués par la présence de bouteilles de vin sur les tables et les réponses désastreuses de Félix Marquardt sur Twitter mettaient les membres de la Fondation dans une position extrêmement délicate.

Suite à cette polémique, l’imam de Brest Rachid Abou Houdeyfa a décidé de mettre en garde les fidèles contre la fondation Al Kawakibi et ses principaux acteurs lors d’un sermon du vendredi . Une prise de position qui lui a valu les railleries des principaux artisans de la dite réforme à savoir Félix Marquardt et Mohammed Bajrafil qui n’ont pas manqué de se moquer du religieux ainsi que des vertus médicinales de l’urine de chameau pourtant reconnue dans l’Islam et par les médecins.

Les attaques contre l’imam de Brest Rachid Abou Houdeyfa ne se sont pas arrêtées là, puisque dans la foulée, c’est Michael Privot, directeur de l’ENAR (European Network Against Racist), qui a écrit un article insultant relayé par SaphirNews intitulé : “Abou Houdeyfa: agent de décérébration de la communauté musulmane ?”.

Michael Privot est connu pour ses tribunes avec Oméro Marongiu-Perria (un des principales acteurs d’Al Kawakibi) sur l’homosexualité présenté comme un défi théologique pour les musulmans. Le directeur de l’ENAR n’hésite pas à taxer d’homophobe toute personne ne se reconnaissant pas dans sa démarche comme le démontrent ses tweets.

Pour comprendre un peu mieux cet article injurieux de Michael Privot à l’encontre d’un religieux respecté au sein de la Communauté, il convient de regarder les soutiens de l’ENAR. On y remarque la présence du logo Open Society Fondation, organisation gérée par le financier philanthrope américain George Soros connu pour être l’auteur de graves crises économiques et humanitaires suite à de la spéculation sur les monnaies et les denrées alimentaires. La fondation Open Society soutient aussi de nombreux mouvement tels que la GayFest (organisateurs de GayPride en Bulgarie), les Femen ( no comment) ou encore l’International Renaissance Fondation ( principal acteur de la guerre en Ukraine ).

Le celèbre mouvement BDS, pour le boycott des produits israéliens, a appellé toutes les associations anti-racistes, arabes, musulmanes ou pro-palestiniennes à refuser l’argent de la Fondation de George Soros étant donné son soutien aux sociétés comme Teva ou Sodastream qui opèrent illégalement dans les territoires occupés en Palestine.

” Nous appelons toutes les organisations palestiniennes, arabes et internationales, qui ont reçu des fonds des fondations Soros, à faire pression sur M. Soros pour qu’il nettoie son portefeuille d’investissements dans des violations des droits de l’homme, et à s’abstenir de demander des fonds de ces fondations s’il ne parvient pas à le faire. ” – BDS.

Etrangement, le logo de l’Open Society figure toujours sur le site de l’ENAR, un an presque jour pour jour après cet appel du mouvement BDS… Occupé par ses attaques irrespectueuses à l’encontre de religieux, Michael Privot n’a surement pas dû avoir le temps (sic) de couper les ponts avec le milliardaire Geoges Soros et sa fondation distributrice de millions d’euros…

Décidemment, voici une autre personne dont la Fondation Al Kawakibi aurait pu se passer. On essaie toujours de comprendre le rôle de l’imam Mohamed Bajrafil dans ce grand “fourre-tout” dans lequel personne ne se reconnaît. Le silence de l’imam d’Ivry sur Seine devant l’incompréhension des fidèles et de la grande majorité des acteurs associatifs ou religieux musulmans tranche avec ce qui se dit en interne sur ses choix dans la participation à un tel projet… Beaucoup attendent qu’il mette fin à sa participation publiquement afin de “laver son honneur” mais rien à l’heure où nous écrivons ces lignes.

La suppression (?) des posts Facebook de la fondation de Félix et consorts pourrait s’expliquer par le souhait d’une nouvelle communication de la part de ses membres suite aux nombreux couacs de départ qui ont provoqué un levier de bouclier au sein de la Communauté. Marquardt déclairait récemment dans un interview sur SaphirNews, décidément très impliqué dans le soutien au projet de réforme, avoir commis des erreurs de communication plutôt que de fond.

“Le tort que mes choix nous ont causé, pris hors de contexte par l’extrême droite et les néo-salafistes, me fait penser que je reverrai ma copie pour les prochains dîners d’Al-Kawakibi.”

Alors, nouveau départ pour la Fondation Al Kawakibi ? Déjà, Félix Marquardt a annoncé que son prochain invité sera Tariq Ramadan, lui aussi partisan d’une “réforme radicale” comme l’indique le titre de son livre “Islam, la réforme radicale : Ethique et libération” qu’il tente de mettre en place avec son organisation le CILE (Centre de Recherche sur la Législation Islamique et l’Éthique) soutenue et basée au Qatar. Un pari risqué pour l’islamologue suisse qui pourrait lui même être discrédité en participant à redorer le blason d’une organisation et d’un projet “mort né”.
*******************************************
 »
France : Pau : Refoulée du camping car elle porte le foulard, second jugement en Cour d’appel.

Il s’agit du cas de Nama Mohamed, française de confession musulmane qui s’est vu interdire l’accès d’un camping par sa gérante parce qu’elle porte … le voile.

En novembre 2013, lorsque Nama et son mari Abdelattif arrivent sur le gite de l’Orée du Bois à Dax ceux-ci sont choqués de la réception que leur réserve Valérie Dussin. Alors qu’ils ont réservé et même payé des arrhes de la location, la gérante demande au mari de Nama Mohamed de retirer le voile de sa femme sinon elle s’obstinera à leur bloquer l’accès du camping.

Après le dépôt de plainte, le procureur de la République propose une médiation pénale. Mais Nama humiliée et refoulée veut qu’on lui donne le statut de victime.

Suite à l’échec de la médiation pénale, le parquet propose une composition pénale. Mais cette fois ci c’est la gérante qui refuse. En effet, pour elle il est légitime qu’elle refuse les femmes musulmanes car cela la dérange de ne voir que le visage de ses clientes …

Valérie Dussin est donc jugée pour discrimination pour raisons religieuses mais est relaxée par le tribunal !

Le parquet lui-même fait appel. L’affaire devait donc être jugée une seconde fois devant la cour d’appel de Pau le 21 mai.

Il y’a donc 4 jours, l’affaire a été rejugée une seconde fois par la cour qui requiert une amende assortie d’un sursis.

La cour se prononcera donc le 2 juillet 2015.

Cela ne va pas sans rappeler une affaire similaire celle de Fanny Truchelut qui avait refusé l’accès à son gite à une femme portant le foulard. Elle avait été condamnée en octobre 2008, à deux mois de prison avec sursis et 4 000 euros d’amende.

En France, l’islamophobie gagne du terrain et devient particulièrement inquiétant quand il touche des membres de la Justice … Vous avez dit apartheid ?
**************************

Laisser un commentaire