MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 14 Rajab 1436.

Flash info du 14 Rajab 1436.

 »
Israël : Menace d’une intifada noire.

Parmi les juifs d’Israël existe une importante communauté dont on parle peu : les juifs originaires d’Ethiopie. Ils sont environ 125.000 à résider dans le pays et subissent depuis leur arrivée d’importantes discriminations de par leur couleur de peau. Pour dénoncer leur ras-le-bol, une importante manifestation s’est déroulée ce jeudi 30 avril à Jérusalem.

Violences et discriminations.

C’est une vidéo diffusée dimanche dernier qui a mis le feu aux poudres, dans celle-ci un jeune militaire d’origine éthiopienne se fait violemment frapper par un policier qui lui demandait de s’éloigner. Un journaliste israélien commente cette vidéo en avançant que :

Des incidents de cette nature relèvent de la routine pour certains citoyens, qui ont le sentiment d’être devenus le punching-ball de la police.

C’est ainsi qu’une violente manifestation a éclaté ce jeudi, plusieurs milliers d’Israéliens d’origine éthiopienne ont voulu se rendre à la résidence du Premier ministre pour protester contre les violences gratuites subites et les discriminations quotidiennes notamment dans le domaine de l’emploi. Des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre ont eu lieu, les policiers ont répondu aux jets de pierres avec des gaz lacrymogènes et des canons à eaux.

Une vérité ignorée.

Les problématiques concernant les citoyens d’Israël d’orgine éthiopienne ne sont pas récentes et vont même en s’amplifiant comme en témoignent ces évènements. Un slogan des manifestants illustre bien la souffrance des « juifs noirs » :

En Europe, on tue des juifs parce qu’ils sont juifs, et en Israël on tue des juifs parce qu’ils sont noirs !

Pour preuve des difficultés rencontrées par cette partie de la population : plus de 50% de celle-ci vit en dessous du seuil de pauvreté selon des chiffres du gouvernement. Depuis leur arrivée au début des années 1990, les juifs d’Ethiopie peinent à trouver leur place dans la société et sont régulièrement victimes de racisme.

Au travers de ces évènements c’est un point noir supplémentaire pour le gouvernement d’Israël déja coupable de nombreuses choses envers les Palestiniens et plus globalement les musulmans des pays voisins. S’ajoute à cela un véritable phénomène de racisme et de rejet envers une partie de sa population qui est pourtant de confession juive. Il devient crucial pour le reste du monde de s’interroger sur ce gouvernement qui, quotidiennement, vole, tue et discrimine jusqu’en son sein.
********************************
 »
Les trois jours blanc du mois de Rajab 2015. 1436.

Jeûner le 13e, 14e et 15e jours de chaque mois de l’année fait partie de la tradition prophétique (Sunna) en Islam. Ces jours dit « jours blancs » sont fixés en fonction du calendrier lunaire. Étant donné que le mois de rajab 2015 / 1436 a débuté le lundi 20 Avril 2015, les jours blancs de ce mois lunaire correspondent au samedi 2 mai, dimanche 3 mai et lundi 4 mai in-cha’Allah.

Les mérites du jeûne de ces trois jours est immense

Le Prophète a dit :

« Si tu jeûnes 3 jours dans le mois, alors jeûne le 13e, le 14e et le 15e », Rapporté par Nasai et authentifié par Cheikh Al-Albani.

« Le jeûne de trois jours chaque mois est comme le jeûne continue et les jours blancs sont: le matin du 13e jour, du 14e et du 15e », Rapporté par Tirmidhi et authentifié par Cheikh Al-Albani.

Bien que facultatif, les mérites du jeûne de ces trois jours est immense. En effet, notre bien aimé prophète a dit a son sujet « Ceci est comme le jeûne du mois entier », Rapporté par Nasai et authentifié par Cheikh Al-Albani.

« Le jeûne constitue un bouclier, un refuge contre l’enfer » rapporté par Al-Bokhary et Moslim

A mi-rajab, il est bon de rappeler que seulement 45 jours environ nous séparent du mois de ramadan 2015. Le début du mois sacré sera annoncé après observation du premier croissant de lune à la fin de cha’bane, in’cha’Allah.
****************************************
 »
Week end 100% femmes, les 30 et 31 Mai 2015

Spécial femmes et enfants.
Entrée gratuite .

Jour 1 , Samedi 30 mai de 11h30 à 20h00 :

Journée 100% femmes 3ème édition.

Au programme :
Shopping – Conférence -Restauration & Barbecue – Garderie Structures gonflables et pleins d’autres surprises vous attendent …

Tous les bénéfices de cette journée seront reversés à la mosquée de Pantin pour sa construction, In sha Allah.
Et le week end continue….

Jour 2 , Dimanche 31 mai de 10h00 à 19h00 :

Big Vide Dressing et Shopping.

Au programme :
Shopping – Troc à volonté , vide dressing – Garderie – Restauration et Barbecue – Structure gonflable.
Refaite votre garde robe sans trop débourser. Top budget égale top qualité !

Petits prix garantis !

Dimanche 31 mai ça sera vous la Reine du Shopping !

L’équipe de “Journée 100% femmes” se fera un plaisir de vous accueillir, venez nombreuses.

ADRESSE :
Terrain de la future grande mosquée,
48 rue racine, 93500 Pantin.

Contact : 06 34 53 60 37.
07 51 27 81 10.
Facebook : Sarah oum Nahyl.

Accès :
A86 BOBIGNY – PERIPH PORTE DE LA VILETTE.
BUS 134-234 COURTILLIÈRES / CITE PONT DE PIERRE .
TRAM 1 DRANCY AVENIR.
METRO 7 FORT D’AUBERVILLIERS.
METRO 5 BOBIGNY P. PICASSO.

Ps : Les garçons de plus de 9 ans ne sont pas tolérés à notre rencontre. Cet événement est réservé aux femmes et aux enfants. Merci de votre compréhension.
***************************
 »
Maroc : Le projet “fou” : Une tour en plein Sahara.

Un projet incroyable va certainement voir le jour au Maroc.

Il s’agit d’un concept fou proposé par un cabinet d’architectes français : La construction d’une tour de 450 mètres et d’une surface totale de 780.000 m2.

Le plus invraisemblable est que ces architectes veulent utiliser ” les caractéristiques extrêmes de son climat en sources d’énergie et de fraîcheur”.

Comme toutes les tours de ce type, il s’agit évidemment de tours qui proposent des hôtels, logements, commerces, restaurants, salle de sports, Mosquées et même un observatoire de météorologie.

Pour les clients, il est même prévu sur le toit une piste d’atterrissage pour les avions privés.
***********************************
 »
Vin rouge sur les tables, pour le dîner de lancement de la réforme de l’islam de Bajrafil et Marquardt.

Depuis quelques semaines, Islam&Info vous évoque la cas du lobbyiste Félix Marquardt, ami de l’imam Mohamed Bajrafil, avec qui il a lancé un « Davos de l’islam » , qui réunira tous « les musulmans démocrates, modérés et éclairés ». Un projet de “réforme de l’Islam” qui provoque incompréhension et rejet au sein de la communauté.

Récemment, Islam&Info vous informait d’une soirée gala dont le thème était “Islam et démocratie au 21ème siècle” présentée par Félix Marquardt et Mohamed Bajrafil accompagnés par le “progressiste” Ghaleb Benchikh, l’islamophobe sioniste Alain Finkielkraut, l’imam crypto chiite de Vienne Adnan Ibrahim ou encore le sociologue proche des lobbys LGBT Omero Marongiu-Perria.

Beaucoup se sont interrogés sur la démarche d’un néo-converti proche “des puissants de ce monde” qui, à peine entré dans l’Islam, veut déjà le réformer ou encore sur la présence d’un personnage sulfureux comme Alain Finkielkraut.

Une nouvelle affaire vient frapper les organisateurs déjà destabilisés par les nombreuses critiques qui ont afflué sur les réseaux sociaux. Sur certaines photos et notamment sur la vidéo du prédicateur d’Ivry Mohamed Bajrafil intitulée “quel pays applique mieux la sharia que la France ?”, on peut apercevoir des bouteilles de vin sur les tables. Interrogé par des internautes, Félix Marquardt s’est défendu en expliquant que “les musulmans du 21ème siècle sont assez sereins dans leur foi pour ne pas imposer à tous leurs choix personnels”. Une explication qui n’a pas satisfait les internautes qui depuis n’hésitent pas à lui rappeler l’interdiction de boire, vendre ou proposer de l’alcool.
 »
*****************************************************
 »
Plus de 6 200 morts au Népal après le violent séisme.

Le bilan du tremblement de terre survenu samedi 25 avril au Népal est extrêmement lourd : au moins 6 200 victimes ont été recensées par les autorités. Ce chiffre, confirmé par le ministère népalais de l’Intérieur, n’est encore que provisoire.

Outre les morts et les blessés (plus de 10 000), le tremblement de terre a aussi provoqué l’effondrement de centaines d’habitations et de bâtiments historiques, à l’instar d’une tour datée du 19e siècle située dans la capitale Katmandou. Le gouvernement craint un bilan humain plus désastreux qu’il ne l’est déjà.

La secousse d’une magnitude de 7,9 sur l’échelle de Richter s’est déclarée au nord-ouest de Katmandou. Elle a provoqué des avalanches meurtrières dans l’Everest, très prisé des touristes.

Le séisme, qui a été ressenti dans le nord de l’Inde, la Chine et le Bengladesh, est le plus meurtrier du Népal depuis celui survenu en 1934. Il avait alors fait au total près de 20 000, en ajoutant les 8 000 décès recensés dans le nord de l’Inde durant cette catastrophe naturelle.

Le bilan est régulièrement mis à jour depuis l’annonce de la catastrophe le 25 avril.
**********************************
 »
Israël critiqué pour le battage fait autour de son aide au Népal alors que Gaza est toujours en ruine.

Le directeur de Human Rights Watch a critiqué Israël pour sa mise en scène de l’aide d’urgence qu’il apporte au Népal dévasté par un tremblement de terre alors qu’il continue à empécher la reconstruction à Gaza.

« Il est plus facile de s’occuper d’un désastre humanitaire lointain que de celui plus proche provoqué par Israël à Gaza » a twitté Kenneth Roth en commentant l’annonce par Israël d’un vol de 260 médecins de l’armée et personnels militaires à destination de Katmandou.

« Arrêtez le blocus » a demandé Roth. Plus tôt dans le mois, 46 agences d’aide internationale ont vivement demandé des sanctions contre Israël s’il ne mettait pas fin au siège de Gaza qui a empéché la reconstruction ne serait-ce que d’une seule maison durant les 8 mois passés depuis l’attaque destructrice du dernier été.

« Le blocus est une punition collective; il est imposé en violation des [lois humanitaires internationales] et, selon l’ONU, peut être source de crimes de guerre, » déclare le rapport signé, entre autres, par Oxfam et Save the Children.

Le blocus continuel de Gaza dévastée équivaut à « un crime de guerre », disent les agences d’aide.
En dépit du fait que 100 000 personnes, dont les logements ont été détruits par Israël, demeurent sans abri, « Aucun logement permanent n’a été reconstruit » ajoute-t’il.

Plus de 2200 palestiniens ont été tués par l’attaque israélienne, dont 547 enfants. Au moins 11000 palestiniens ont été blessés.

Malgré l’urgence de l’appel des agences d’aide pour Gaza, le rapport a été quasiment ignoré par les médias.

Soutien de l’ambassadeur des Etats-Unis.

Les derniers rapports établissent le bilan des morts dus au tremblement de terre au Népal et aux douzaines de répliques à 3000 personnes, avec la plupart des dégats concentrés dans la capitale Katmandou.

Pendant ce temps, L’ambassadeur des Etats-Unis en Israël Shapiro a lui aussi été rapide à exploiter la tragédie, twittant que les Etats Unis et Israël « ont donné [la] même réponse : annonce de secours immédiat et assistance. ».

sur Twitter, — Dan Shapiro (@AmbShapiro) 25 avril 2015 :

Prières pour le peuple du Népal. les Etats Unis et Israël ont la même réponse : annonce de secours immédiat et assistance. Heureusement, nous pouvons sauver des vies.

Shapiro a été complétement silencieux à propos du blocus de Gaza qui continue d’empécher d’y apporter aide et assistance.

Les désastres comme outils de propagande.

L’utilisation par Israël de son apport d’aide lors de désastres mondiaux afin de corriger son image trempée de sang est une technique bien rodée qui constitue une politique officielle.

« Vous allez participer à une mission importante » a dit le premier ministe Benyahim Netanyahou aus personnels militaires envoyés au Népal. « Ceci est le véritable visage d’Israël – un pays qui fait tout son possible dans de telles occasions. ».

En 2013, Israël à déployé des équipes d’assistance aux philippins après que des milliers d’entre eux aient été tués par le typhon Haiyan.

Il a, à cette occasion, mis en oeuvre une propagande multimedia sophistiquée, avec un compte Twitter dédié et des videos sur YouTube pour vanter ses efforts.

Le blogueur de Electronic Intifada Benjamin Doherty qualifie ce type de propagande de « blanchiment d’image » (« blue washing »).

Doherty, écrivant avant la dernière attaque destructrice contre Gaza, a noté que les aides les plus mises en avant par Israël étaient loin d’être exceptionnelles, voire dans le contexte des événements proches de lui, minuscules.

La catastrophe humanitaire en Syrie a chassé des millions de réfugiés dans les pays avoisinants, et Israël a fait de menus efforts.pour fournir des soins de santé à quelques syriens. Les efforts minuscules de l’armée israélienne pour fournir de l’aide à une poignée de syriens sont sur-représentés dans les medias internationaux alors que les camps de réfugiés et les villes en Jordanie, en Turquie et au Liban sont complétement saturées de syriens fuyant les violences. Il n’y a aucun autre pays en faisant si peu avec autant de bruit autour.

Un effort israélien qui n’a rien d’exceptionnel.

En effet, des douzaines de pays et d’agences d’aide ont fourni de l’assistance au Népal. Etant donné la taille relativement importante de son budget militaire, la contribution d’Israël aux efforts d’assistance ne va pas au delà de ce que fournissent les autres nations.

En plus des approvisionnements, le Royaume Uni a envoyé sept équipes de recherche et sauvetage, quatre chiens de recherche et sauvetage et une équipe de traumatologues.

Le Qatar a annoncé qu’il avait mis en place un « pont aérien » avec plusieurs appareils transportant de grandes quantité de matériel de sauvetage et un hôpital de campagne. La Turquie a également offert d’envoyer un hôpital de campagne de 50 lits.

L’Iran a annoncé qu’il travaillait déjà avec ses voisins pour envoyer en urgence de l’approvisonnement et des équipes de sauvetage.

Le Pakistan a expédié quatre avions de transport militaire C-130 transportant du matériel de sauvetage et un hôpital de 30 lits.

Politique officielle.

Les missions d’aide à des pays comme le Rwanda, l’Arménie, la Turquie, Haïti, les Philippines et la Macédoine ces dernières dizaines d’années ont aidé à « susciter du respect pour Israël » a observé le général de réserve Shuki Shemer , le précédent officier médical supérieur de l’armée israélienne.

«Les missions outre-mer contribuent à la « hasbara » d’Israël »
Hasbara – le mot hébreu pour « explication » – en est venu à signifier propagande d’état dans le contexte des efforts faits par le gouvernement pour améliorer l’image du pays.

En effet , ceci était une recommandation particulière du Reut Institute, le groupe de réflexion israélien qui a créé la feuille de route qu’Israël et ses organisations alliées utilisent pour saboter et attaquer le mouvement de solidarité avec la Palestine, en le nommant « délégitimisation ».

« En lien avec la bataille contre la délégitimisation et pour redorer l’image d’Israël, Tikkun Olam acquiert une grande signification parce cela crée une dissonance avec l’image diabolisée d’Israël défendue par les délégitimiseurs, » affirme le Reut Institute dans son influent rapport 2010 sur comment combattre les critiques d’Israël.

Tikkun-olam est une expression en hébreu qui signifie « réparer le monde » et elle possède une valeur éthique dans beaucoup d’interprétations modernes du judaïsme.

C’est également la bannière sous laquelle Israël, qui s’auto-définit « Etat juif », mène ses missions d’aide, ce qui en fait un outil efficace de hasbara.

Israël peut chercher à démontrer qu’il pense réparer le monde, mais il ne pense définitivement pas à réparer Gaza.

“Trafic d’êtres humains”.

Le tremblement de terre au Népal a mis en lumière une pratique internationale que certains assimilent à du trafic d’êtres humains.

Comme élément de son « secours », Israël a évacué 25 bébés nés de mères porteuses népalaises, neuf d’entre eux étant prématurés.

« Beaucoup de couples d’homosexuels israéliens ont adopté des enfants avec l’aide de mères porteuses au Népal parce que la grossesse pour autrui (GPA) est illégale en Israël pour les couples homosexuels, » rapporte The Guardian.

Les officiels du gouvernement israélien disent qu’ils vont accélerer la sortie d’un texte du ministre de l’intérieur autorisant ces enfants, qui sont des citoyens népalais et ne peuvent être considérés juifs selon la loi israélienne, à entrer dans le pays.

La procédure standard nécessite des tests ADN pour prouver que le père d’un enfant est israélien.
Il y a eu une pression en vue de légaliser la GPA pour les couples gay en Israël afin de contourner le problème en vue de les recruter dans la guerre contre ce qui est nommé « la menace démographique » portée par les palestiniens.

« Légaliser la GPA pour les gays en Israël autoriserait ‘des oeufs juifs dans des mères juives’ », a avancé Fred Hertz.

Les activistes gays juifs voient la GPA pour les couples homosexuels comme importante pou « maintenir l’avantage démographique sur les non juifs », a expliqué Hertz, un juriste et avocat LGBT pro-israélien.

Alors que les enfants étaient évacués par avion hors du pays, il n’y a eu aucun commentaire sur le sort de leur mère.

La GPA commercialisée, où des habitants des pays riches paient des femmes de pays désespérément pauvres pour qu’elles portent un bébé pour eux, est une industrie en croissance rapide dans des endroits comme l’Inde, la Thaïlande ou le Népal, qui a un revenu moyen par tête de seulement 730$.
La pratique de la GPA commerciale est interdite dans plusieurs pays européens. La GPA hors commerce est autorisée dans certains pays européens. Aux Etats-Unis, certains états autorisent d’en faire commerce, mais l’attirance pour des pays comme l’Inde et le Népal provient du fait qu’ils sont bien meilleur marché.

Un article de 2010 dans ‘Mother Jones’ à propos du marché « louer un utérus » en Inde décrit « des dortoirs de gestation » dans ce qui constitue des « usines à bébés », et affirme que les femmens y sont confrontées à des procédures qui peuvent mettre leur vie en danger.
L’Inde a récemment mis en vigueur de nouvelles restrictions concernant son industrie de la GPA de 1.5 million de dollars.

L’été dernier, la Thaïlande a déclenché une enquête après que neuf bébés obtenus par GPA ont été trouvé dans des circonstances qui suggérent un trafic d’êtres humains avec, entre autres, l’Australie.

Cette industrie, très peu régulée globalement, à fait parler d’elle l’année dernière après qu’un couple australien a été accusé d’avoir abandonné un bébé , dont il avait commandé la gestation à une femme en Thaïlande, après avoir appris que le garçon, prénommé Gammy, avait le syndrome de Down.

La Thaïlande envisage d’interdire cette pratique.
*********************************
 »
Centre Afrique : « Mon fils a été abusé par des soldats français contre une boite de sardines ».

Quatorze militaires français sont soupçonnés d’avoir commis des viols contre des enfants « affamés ».

«Les soldats français demandaient aux enfants ce qu’ils voulaient, ces derniers répondaient : nous avons faim. Alors, en échange de biscuits ou d’une bouteille d’eau, les militaires réclamaient de se faire sucer le sex ou de coucher avec des enfants de 10,11 ou encore 12 ans, par voie anale», témoigne Germaine, actuellement en charge des enfants, qui auraient été violés par les troupes françaises dans un site de déplacés à Bangui.

Le Parquet de Paris a diligenté une enquête sur l’affaire qui défraye la chronique, et le président français François Hollande a assuré, jeudi, qu’il serait «implacable» si «Certains militaires se sont mal comportés».

Au camp des déplacés de l’aéroport de Bangui M’poko, où les faits se seraient produits, entre les mois de décembre 2013 et juin 2014, frustration et colère règnent après que les langues se soient déliées.

Charlotte (le nom a été modifié à la demande de la concernée) est la mère de Sylvère, qui a 12 ans aujourd’hui. Au moment des faits, son enfant n’avait que 10 ans, raconte-t-elle à Anadolu, les larmes aux bords des yeux.

«Les enfants du camp ont toujours eu l’habitude d’aller auprès des militaires français, car à chaque fois, ces soldats leur donnaient des biscuits et autres aliments», explique-t-elle.

Elle avoue, avec pudeur, n’avoir «jamais rien soupçonné, jusqu’au jour où Sylvère est arrivé en marchant étrangement».

«Je l’ai interrogé sur ce qu’il lui était arrivé mais, il a refusé de me dire quoi que ce soit. C’est quand, plus tard, j’ai entendu d’autres enfants se moquer de lui en l’appelant ‘femme des Sangaris’ (soldats français) que j’ai fait pression sur mon fils. C’est à ce moment-là, qu’il a craqué et m’a tout raconté», confie Charlotte en sanglots.

«Mon fils a été abusé en échange d’une boîte de sardines», lance-t-elle, enfin, la voix grave.

Le fils de Rita a, lui aussi, subi le même sort que Sylvère.

« Quand nous sommes arrivés au camp, au début de la crise en décembre 2013, nous n’avions rien à manger, nous ne possédions rien. Bien sûr, les enfants étaient très vulnérables et fragiles. Pour avoir de quoi se nourrir, ils se rendaient auprès des forces françaises et géorgiennes », confie-t-elle à Anadolu.

Relatant le supplice de son fils, placé devant un dilemme cornélien, elle poursuit : « En échange de quelques rations, mon fils était obligé de soit mettre les organes des soldats dans sa bouche, soit se retourner » pour subir les affres d’autres pratiques « odieuses ».

«C’est en entendant les cris et les plaintes des enfants que nous avons commencé à saisir les faits. Ca arrivait souvent le soir, vers 23h… et personne ne pouvait rien y faire. Nous avions peur», reconnait la mère, désemparée.

Face à cette tragédie, les mères qui refusent, aujourd’hui, que leurs enfants croisent la caméra par «peur de représailles», avouent avoir été impuissantes durant tout ce temps.

«Je ne pouvais pas porter plainte. Je ne pouvais rien faire, car il n’y avait ni justice, ni Etat», explique Charlotte, révoltée. Aujourd’hui, pourtant, elle reprend espoir.

«Savoir que les bourreaux de mon fils seront traduits en justice me suffit. Je ne demande rien de plus », assure-t-elle, un tantinet optimiste.

Joint par Anadolu, le procureur de la République centrafricaine Ghislain Grezenguet, a relevé, pour sa part, que le parquet n’avait jamais été saisi d’une affaire pareille.

«Mais, à l’annonce de la révélation du rapport confidentiel élaboré par les Nations Unies, nous sommes en train de tout faire pour nous saisir de l’affaire, avoir un contact avec les victimes et mener nos propres investigations puisque l’acte a été perpétré sur le sol centrafricain», a-t-il assuré.

Jeudi, la justice française a indiqué que 14 militaires accusés d’avoir abusé sexuellement d’au moins six jeunes garçons «affamés et sans abri», âgés de 9 à 11 ans, ont été identifiés.

Le ministère français de la Défense a annoncé, de son côté, mercredi soir, que «Si les faits étaient avérés, il veillera à ce que les sanctions les plus fermes soient prononcées à l’égard des responsables de ce qui serait une atteinte intolérable aux valeurs du soldat».

En Centrafrique, aucun commentaire des troupes françaises ou de la Mission onusienne (Minusca), déployée dans le pays, n’a pu être obtenu jusqu’à jeudi soir.

Depuis le lancement de l’opération Sangaris, en décembre 2013, en RCA, près de 2000 soldats français ont été déployés, au moment où le pays sombrait dans un conflit intercommunautaire, opposant Séléka (groupe politico-militaires musulmans) et anti-Balaka (milices chrétiennes) et qui a fait des centaines de morts dans les deux camps, des milliers de déplacés et contraint bon nombre de Musulmans à quitter la RCA vers les pays voisins.

Le site de l’aéroport de Bangui M’Poko, qui abritait plus de 100 mille déplacés il y a un an, en compte aujourd’hui près de 18 mille, selon des sources humanitaires.

Ces déplacés ont, par ailleurs, été appelés, début avril, par le gouvernement de Bangui, à quitter progressivement le camp pour des raisons d’ordre sécuritaire, économique et d’hygiène, d’après les mêmes sources.
**************************

Laisser un commentaire