MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Pour écouter MouslimRadio choisit ce qui te plait

MouslimRadio sur Winamp MouslimRadio sur iTunes MouslimRadio sur Windows Média Player MouslimRadio sur Real Player MouslimRadio sur QuickTimes MouslimRadio en Streaming MouslimRadio sur SHOUTcast Stream Status MouslimRadio sur SHOUTca.st player MouslimRadio sur Tunein MouslimRadio sur android
Mouslimradio sur tunein Mouslimradio sur android Mouslimradio sur iphone Mouslimradio sur Windows Phone Mouslimradio sur tablette, mobile, téléphone
avril 2015 – MouslimRadio

Flash info du 12 Rajab 1436.

Flash info du 12 Rajab 1436.

 »
L’islam s’enracine au Pays du Matin calme.

Lentement mais sûrement, les efforts déployés par la Corée du Sud pour appréhender la culture et le dogme islamiques portent leurs fruits, notamment par la mise en place d’une politique d’accueil favorable aux étudiants étrangers prenant en compte les problématiques concernant la nourriture halal, les lieux de prières etc…Le paysage social coréen révèle peu à peu des dizaines de milliers de citoyens de confession musulmane parfaitement intégrés au tissu social et économique de la 12eme économie mondiale.

« Ces temps-ci, les Coréens ne sont plus aussi discriminants vis à vis du fait que je suis un musulman, mais ce ne fut pas toujours le cas », se confie Kyung Hee, jeune étudiant agé de 28 ans, dans les colonnes du Korea Herald ce dimanche 26 Avril.
« Quand je suis arrivé ici en 2010, les Coréens avaient une attitude distante avec nous notamment ceux qui fréquentent les salles de prière. Ils étaient troublés par la foi des gens comme moi. ».

Ce sont les attitudes positives, d’ouverture et de compréhension mutuelle qui ont peu à peu dissipé les barrières de l’ignorance, permettant à la jeune communauté musulmane asiatique de montrer son vrai visage à la société coréenne, celui de la paix et de la miséricorde. Ces dialogues interreligieux, initiés par les responsables locaux musulmans ces dernières années, ont été déterminants dans ce processus d’interconnaissance.

« Chaque année, il y a un dialogue entre plusieurs religions ici. Nous discutons des moyens de coexister et de coopérer les uns avec les autres », a naturellement expliqué l’imam Lee Ju-Hwa de la mosquée centrale de Séoul.

Pourtant si le dialogue est essentiel, il ne suffit pas; c’est pourquoi il est intéressant de voir comment les coréens ont été invités à suivre gratuitement des cours d’arabe, des séminaires et des conférences sur les traditions religieuses musulmanes et leurs significations.

Kim Sang-kyu, un dirigeant du Markaz Arabic Center, a déclaré:

« Il y a trois ans, deux étudiants seulement sont venus étudier l’arabe. Maintenant, nous comptons plus de 100 étudiants par mois. Comme la plupart des orateurs arabes sont musulmans, les étudiants coréens qui font l’effort de connaître l’arabe obtiennent une chance de comprendre la culture islamique en communiquant avec les enseignants musulmans. ».

Cette coexistence pacifique prônée par l’imam Lee Ju-hwa de la Central Mosquee de Séoul, a, paradoxalement, été encore plus forte lors des la prise d’otage de citoyens coréens en Afghanistan en 2007. Cela a déclenché la curiosité de nos concitoyens au sujet de cette religion qui connaît la plus forte croissance dans le monde.

L’imam Lee ajoute:

« bien sûr, nous avons nos différences, mais il est important de s’ouvrir aux autres pour essayer de mieux se comprendre, et établir ainsi une base commune pour coexister tous pacifiquement. ».

La Corée du Sud accueille une grande population de travailleurs migrants en provenance du Pakistan et du Bangladesh; le nombre de musulmans d’origine coréenne avoisine, lui, les 45 000 personnes. Selon la Fédération Coréenne Musulmane (KMF), créé en 1967, il y a environ au total entre 120 000 à 135 000 musulmans vivant en Corée du Sud, natifs et étrangers réunis.
*************************************
 »
Amérique : Humour et Polémique face à l’islamophobie.

C’est avec originalité et humour que des musulmans américains ont décidé de répondre à l’islamophobie ambiante. Plusieurs messages ironiques devraient donc être affichés sur les métros de New York au cours de cette semaine.

Parmi les messages de cette campagne, notons : « Les musulmans arrivent et ils apportent avec eux des câlins si féroces que vous aurez envie d’appeler votre grand-mère et lui dire que vous l’aimez ». D’autres affiches moins ironiques mais tout aussi marquantes telles que « Ils ont inventé le café, la brosse à dent et l’algèbre » sont également prévues. Les phrases de ce genre seront affichées dans les 140 stations de métro new yorkaises. L’objectif premier de cette initiative est de déconstruire les préjugés sur les musulmans et de répondre à l’islamophobie.

Cette campagne fait suite à des textes islamophobes affichés sur les bus, à l’initiative de Pamela Geller, comparant les musulmans à Hitler. Pamela Geller et ses confrères à l’origine de ces affiches anti-Islam ont déboursé près de 100 000 dollars. Cela a motivé davantage la réplique humoristique des musulmans. C’est ainsi que Dean Obaidallah a déclaré : « Nous avons juste eu l’impression que, si quelqu’un pouvait dépensé 100 000 dollars et que cela était approuvé, pourquoi ne dépenserions-nous pas une fraction de cela, pour faire la promotion d’un message d’amour et ironique sur les musulmans ? ».

Obeidallah, au cœur de ce projet explique que cet humour est bien plus intéressant et profitable que les messages islamophobes qui ternissent l’image de New York. En effet, cette ville est notamment connue pour la richesse de sa diversité culturelle. La réaction des musulmans est donc légitime mais également originale et surprenante. Utiliser l’humour pour répondre à la haine, il fallait y penser !
***************************
 »
Charlie Hebdo, boycotté par des romanciers.

Presque quatre mois après les attaques de janvier dernier, un événement est prévu aux Etats-Unis, en hommage aux victimes de Charlie Hebdo. En effet, le journal va recevoir un prix à New York pour « le courage et la liberté d’expression », dans les jours qui suivent.

L’événement organisé par l’association mondiale d’écrivains le PEN, aura donc lieu mardi prochain. Pourtant, six auteurs reconnus ont refusé de participer à cette remise de prix, dénonçant les satires de Charlie Hebdo touchant l’Islam et les musulmans. Ces romanciers sont originaires d’Australie, du Canada ou encore de Grande-Bretagne et des Etats-Unis.

Les six auteurs justifient leur décision de boycotter l’événement en raison « des choix éditoriaux du magazine qui vise trop souvent l’Islam et son Prophète », comme le relève France Info. Ainsi, Peter Carey, Michael Ondaatje, Francine Prose, Teju Cole, Rachel Kushner et Taiye Selasi n’assisteront pas au prochain Gala, alors qu’ils avaient pour habitude de s’y rendre chaque année.

Rachel Kushner, auteure de livres, tels Les Lance-Flammes, s’est expliquée dans un mail envoyé aux représentants du PEN, dans lequel elle décrit son malaise vis-à-vis de ce qu’elle nomme « l’intolérance culturelle » de Charlie Hebdo et sa défense d’une « sorte de vision laïque forcée ». « Je ne pourrais pas m’imaginer assise dans une salle qui ferait une ovation debout à Charlie Hebdo. ».

Quelques jours après les attentats, Teju Cole avait déjà critiqué la ligne éditoriale de l’hebdomadaire français, l’accusant de s’articuler « spécifiquement autour de provocations religieuses et racistes ».

Le boycott de ces auteurs est aussi surprenant que courageux. En effet, ils assument totalement leur position, notamment sur les réseaux sociaux, quitte à prendre le risque de perdre une partie de leurs lecteurs. Rappelons que les attaques de Charlie Hebdo ont paradoxalement entraîné un accroissement de l’intérêt pour l’Islam. L’augmentation des ventes du Saint Coran et de livres sur l’Islam a été impressionnante, si bien que certaines librairies se sont retrouvées en rupture de stock.
****************************
 »
Najat Vallaud-Belkacem s’exprime sur l’affaire de la jupe.

La ministre de l’éducation est revenue sur l’affaire de l’exclusion pour cause de jupe ostentatoire, ce jeudi 30 avril. Selon elle, la longueur de la jupe n’était pas le motif de l’exclusion.
L’équipe pédagogique aurait fait preuve de discernement.

En revenant sur l’épisode de l’exclusion, la ministre a indiqué qu’aucun élève ne peut être exclu pour la longueur ou la couleur d’une jupe. Mais elle nuance ses propos, et apporte un soutien clairement marqué à la direction de l’établissement de Charleville-Mézières en détournant le débat.

En effet, selon Najat Vallaud-Belkacem, ce n’est pas la jupe qui a motivé la décision du directeur d’établissement mais « le prosélytisme » supposé.

« l’équipe pédagogique a fait preuve du discernement nécessaire, ce n’est pas la tenue de l’élève qui a été jugée mais le prosélytisme de la part de celle-ci ».

Le reste de l’interview a été consacré à la nouvelle réforme scolaire. Au vu de l’énorme bévue commise, et l’écho retentissant dans les médias, la ministre s’est sentie obligée de monter au créneau afin de défendre son périmètre. Quitte à faire preuve de mauvaise foi et tenter de noyer le poisson en parlant d’une histoire de « prosélytisme » dont il n’avais jamais été question jusque-là et qui reste encore à prouver.

Charger une élève de 15 ans, qui a déjà subi l’humiliation d’une exclusion moralement violente est d’une bassesse sans nom. Le crime commis est d’avoir osé porter une tenue vestimentaire décente. Il s’agit clairement dans cette histoire de préjugés et d’islamophobie. Cette méthode de communication et ces agissements de politique politicienne destinés à faire taire la polémique ne suffiront pas. Oui madame la ministre, nous ne sommes pas dupes.
******************************************
 »
Que savons-nous, sur la mort ?

Le musulman est pleinement conscient du caractère inévitable de la mort. Ainsi, tout au long de sa vie, il œuvre de façon à être prêt à la rencontrer. L’Heure de la mort est des plus explicitées, en effet, elle est clairement expliquée dans le Coran.
Un sentiment de délivrance.

La mort est pour le croyant le moment où il quitte ce bas-monde. Il est une libération, un retour au Créateur. La délivrance est faite par les anges qui recueillent son âme avec douceur. Le défunt ressent alors le besoin de communiquer avec les autres croyants encore vivants, afin de leur annoncer la véracité de la promesse de Dieu, et le fait qu’ils n’ont rien à craindre. Mais, cela lui est proscrit.
Elle est inévitable.

La mort n’est plus dans les têtes, surtout chez les plus jeunes. Étant le plus souvent considérée comme la fin de la vie, l’Homme évite d’y penser, il en a même peur. Mais la mort est pour tous un passage obligatoire. Autrement dit, il est impossible de la fuir, elle ne présente en effet aucune échappatoire, et peu importe qui nous sommes.
Un rappel constant.

La mort fait partie de notre quotidien. En effet, chaque jour les médias nous font état d’innombrables décès, nous observons des cortèges funèbres, de nombreux cimetières, des pertes dans notre entourage. Lorsque l’on est touché par un décès, on ne peut s’empêcher de penser à sa propre mort.
Le Coran au sujet de la mort.

La mort que vous fuyez va certes vous rencontrer. Ensuite vous serez ramenés à Celui qui connaît parfaitement le monde invisible et le monde visible et qui vous informera alors de ce que vous faisiez. Sourate al-Jumua: 8.

Où que vous soyez, la mort vous atteindra, fussiez-vous dans des tours imprenables. Sourate an-Nisa: 78.

De cette façon, il nous est difficile de tricher, nous devons nous efforcer de gagner la satisfaction d’Allah durant ce laps de temps qu’est la vie qu’il nous a accordée, et dont seul Lui connaît le terme.
**********************************
 »
France, histoire de jupe longue, Sarah est malheureusement loin d’être un cas isolé, témoignages.

Sarah est malheureusement loin d’être un cas isolé. Ces extraits de témoignages que nous partageons avec vous sont particulièrement symptomatique des dérives de ces administrations scolaires :

L’incompréhension est totale quand une lycéenne de première nous rapporte ceci :

« Alors le jeudi 4 septembre, j’enlève mon voile et je rentre au lycée. Le proviseur m’interpelle en me disant de mettre un gilet fermé. Je lui explique que ma robe est noire mais que c’est une robe et que cette robe n’est pas religieuse.

Il me répond que « oui c’est un signe ostentatoire qui montre ma religion ».

Je lui explique que j’habite à 1 heure d’ici et que si je pars, je raterai mes cours puisque je n’en ai pas sur moi, mais que cette après-midi j’en aurai un sûr et certain. Il a refusé et m’a interdit l’entrée au lycée et m’a dit de retourner chez moi et de trouver un gilet FERME ou un pull donc je suis parti. ».

Forcée de rater des cours…car son gilet ne ferme pas. On croit rêver.

Un autre témoignage :

« Nos tenues vestimentaires ne dérangent aucunement pour la plupart des professeurs et des élèves, certains même nous soutiennent en secret. »

Et ça continue… « On a pas le droit de porter des robes longues non plus car on nous demande de dépareiller nos vêtements ».

Cette situation est grave. Elle dénote des dérives inquiétantes au sein de ces établissements scolaires. Le ministère de l’Education Nationale doit prendre ses responsabilités.
********************************************
 »
La vérité sur le futur « sex shop halal » à la Mecque.

Vous en avez certainement entendu parler, la news a fait le tour du monde : l’ouverture d’un « sex shop halal » à la Mecque est imminente. L’info largement relayée par les médias était en réalité une intox.

Le fondateur de la marque ElAsira cité dans les articles publiés à ce sujet a souhaité réagir :

« C’est faux ce que les médias ont rapporté à propos de l’ouverture d’un « Sex shop halal » à la Mecque » explique Abdelaziz Aourag.

« Je n’ai jamais proposé aux autorités saoudiennes d’installer ma marque là-bas, c’est une fiction. » ajoute l’entrepreneur néerlando-marocain.

Un sex-shop ne peut pas être halal.

Abdelaziz Aourag précise qu’il vend bien des produits « sensuels » pour le corps à un public musulman mais pas halal.

« C’est incroyable comme cette fausse information est devenue virale ! Le monde entier en a parlé, de l’Australie au Brésil, mais peu de médias ont essayé de me contacter pour vérifier cette nouvelle. Le terme « sex-shop halal « a été repris partout, mais ce n’est pas correct, un sex-shop ne peut pas être halal. El-Asira est une marque de soins pour le corps et de plaisir sensuel. » a indiqué l’entrepreneur à France 24.

Selon lui, les produits El Asira sont acceptés par la charia dans la manière d’être exposés :

« Si je propose de la lingerie par exemple, je ne montre pas de vraies personnes pour l’exposer. Je fais en sorte de bien expliquer l’usage d’un produit sans utiliser de mots vulgaires pour que mon site soit tout public. Je suis musulman et je ne veux en aucun cas offenser les gens. ».

Ce hoax grotesque a tout de même fait les affaires du PDG. Abdelaziz Aourag assure que ses commandes ont augmenté depuis la diffusion de cette fausse information.
**********************************************************************
 »
Espagne : Un Maire se bat contre la construction d’une Mosquée par le Maroc et en ferme une autre.

L’islamophobie n’épargne pas non plus l’Espagne.

C’est ainsi qu’un Maire de la commune de Badalona (Espagne), Xavier García Albiol, s’est opposé fermement à la construction par le Maroc d’une grande mosquée dans sa ville. Ce Maire islamophobe déclare :

“Ce n’est pas le modèle que je veux pour ma municipalité”.

Actuellement, la ville de Badalona recense quatre lieux de culte musulman mais le problème est que ce Maire s’acharne aussi contre l’un de ces lieux en décidant de le fermer au motif qu’il ne répondrait pas aux normes.

Plus de 600 fidèles se retouvent donc à prier dehors le Jour du Vendredi. C’est la raison principale qui a motivé le Maroc en souhaitant construire une Mosquée pour les fidèles de Badalona qui sont en majorité marocain. Le Maire ne l’entend donc pas de cette oreille…

Un vent islamophobe parcourt l’Europe et on ne sait jusqu’où ira cette haine ?
***************************************
 »
Corse : Nouvelle profanation d’un lieu de culte.

L’islamophobie ne cesse guère d’augmenter en France. C’est ainsi qu’un lieu de culte musulman a été à nouveau profané en début de semaine en Corse.

C’est dans la nuit que des individus ont pénétré dans la Mosquée afin de la vandaliser.

Les responsables de cette salle de prière ont déposé plainte.

Mais hélas, comme dans la majorité des attaques islamophobes ces criminels ne sont jamais retrouvés.

Les attaques terroristes à l’encontre des lieux de cultes musulmanes sont de plus en plus fréquents.

Le dernier en date date d’il y a à peine quelques jours. Un incendie a ravagé la salle de prière de Pargny-sur-Saulx, ville située dans la Marne.

En début de mois, ce sont quatre élèves de l’école de formation militaire de Grenoble qui avaient projeté de faire exploser une Mosquée.

Le silence des médias et des politiques sur ces affaires qui passent désormais pour des faits divers a de quoi inquiéter.
********************
France, Apolline de Malherbe déclare sur BFM TV, On peut être nu mais pas porter une jupe trop longue !

Apolline de Malherbe, journaliste politique de BFM TV, revient sur la polémique créée par l’exclusion d’une collégienne musulmane pour le port d’une jupe trop longue considérée comme un signe religieux ostentatoire. Contraste saisissant, à la cérémonie des Molières, un acteur a fait rire toute la salle, incluant la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, en se présentant sur scène complètement nu.

L’éditorial d’Apolline de Malherbe résume bien l’hypocrisie actuelle de la classe politique française qui instrumentalise le principe de laïcité pour stigmatiser la communauté musulmane. Derrière la polémique autour de la jupe de Sarah , collégienne de 15 ans, se cache une des nombreuses dérives de la loi contre le port du voile à l’école.

Depuis la loi de 2004 qui empêche les jeunes filles musulmanes de porter le voile à l’école, les discriminations à l’encontre de ces dernières sont nombreuses. Interdiction de porter des gants, des jupes longues ou encore un simple bandeau sur une partie des cheveux, les lycéennes de confession musulmane subissent une véritable “chasse aux sorcières”. Des mesures spécifiques et illégales sont prises à leur encontre sans que le rectorat ou l’inspection académiquee ne réagissent pour faire cesser ces abus contraire aux libertés fondamentales.

11 ans après la mise en place de la loi de 2004 qui oblige les jeunes filles voilées à retirer leur voile devant les grilles des établissements scolaires, il serait temps de faire un bilan. Sentiment d’exclusion, islamophobie ou dérives discriminatoires, les retours négatifs ne manquent pas.


***********************************************

Flash info du 11 Rajab 1436.

Flash info du 11 Rajab 1436.

 »
FRANCE : La traque aux jupes longues continue dans les établissements scolaires publics français.

Des centaines de cas déjà recensés par le CCIF, c’est la même histoire qui se répète pour une jeune élève de 15 ans comme le révèle le 28 avril, le quotidien L’Ardennais . Une adolescente de 3ème, Sarah avait été exclue de son collège Léo Lagrange de Charleville-Mézières à deux reprises, le 16 et 25 avril, pour le risible motif qu’elle portait une longue jupe noire.

Un vêtement commun considéré comme un «signe ostentatoire» par Mme Dubois, Principale du collège qui a signifié à la jeune fille que «sa jupe – jugée trop longue – ne respectait pas la loi sur la laïcité à l’école».
Une lettre signée de Mme Dubois a été adressée aux parents de la collégienne, stipulant que cette jupe a «un caractère religieux manifeste». Dans cette missive datée du 24 avril, publiée par L’Ardennais, les parents sont sommés par la directrice de «faire rectifier la tenue vestimentaire de la jeune fille» s’ils souhaitent que la scolarité de leur fille soit maintenue au collège.

Pourtant, un simple rappel de la loi de 2004 aurait permis à cette fonctionnaire de s’abstenir de ce laïcisme zélé qui chaque jour contribue à détruire les fondements même de la laïcité.
Encore une fois, une interprétation scandaleuse et abusive de la loi qui vise et harcèle des jeunes filles parce que «trop» musulmanes pour certains.

Désormais une véritable police vestimentaire fait la chasse aux tenues suspectes dans certains établissements publics de ce pays, les tenues décentes et pudiques sont honnies, une aberration sans nom.

La loi no 2004-228 du 15 mars 2004, complétée par une circulaire du 18 mai 2004, reprise à l’article L.141-5-1 du Code de l’éducation dispose que :

«Dans les écoles, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit. Le règlement intérieur rappelle que la mise en œuvre d’une procédure disciplinaire est précédée d’un dialogue avec l’élève».

La circulaire N°2004-084 du 18 mai 2004 rappelle que,

«Les signes et tenues qui sont interdits sont ceux dont le port conduit à se faire immédiatement reconnaître par son appartenance religieuse tels que le voile islamique, quel que soit le nom qu’on lui donne, la kippa ou une croix de dimension manifestement excessive.» La même circulaire déclare que cette loi «ne remet pas en cause le droit des élèves de porter des signes religieux discrets. Elle n’interdit pas les accessoires et les tenues qui sont portés communément par des élèves en dehors de toute signification religieuse».

Dans un entretien accordé à BuzzFeed France, Nicolas Cadène, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité pour le compte du Premier ministre a précisé:

« ce que dit la loi de 2004, c’est que les signes et tenues qui sont portés pour revendiquer une appartenance religieuse sont interdits. On pense évidemment au voile, à la kippa, à une grande croix, à un turban sikh ou une tenue de moine bouddhiste. Une jupe noire ne contrevient donc pas à la loi à priori». En effet, la circulaire N°2004-084 du 18 mai 2004 rappelle que la loi sur la laïcité de 2004 «n’interdit pas les accessoires et les tenues qui sont portés communément par des élèves en dehors de toute signification religieuse».

Face au tollé suscité notamment sur les réseaux sociaux, avec le hashtag JePorteMaJupeCommeJeVeux, on assiste au revirement de l’académie de Reims qui annonce dans un communiqué :
«Au collège Léo Lagrange, si des élèves ont été invités à changer d’attitude et de tenue, aucun n’a été exclu». L’Académie explique que le courrier adressé aux parents n’était qu«une invitation au dialogue».

Selon le CCIF surveillance islamophobie, quelques 130 étudiants ont été exclus l’année dernière pour des tenues jugées trop ouvertement religieuses.

Face à ce racisme anti-musulman indiscutable, un ressentiment distillé sous la bienveillance des plus hautes institutions du pays, il faut systématiquement dénoncer et combattre juridiquement toute forme d’atteinte à nos droits.
***************************************************
 »
Amérique : une mosquée du Missouri ouvre ses portes.

Une mosquée située dans la ville de Columbia, dans l’Etat du Missouri a ouvert ses portes dimanche dernier dans le but d’informer sur la vérité de l’Islam. Au cours de cette journée, conférences et activités diverses ont été organisées.

« J’espère que cela va éclairer l’ignorance et les incertitudes au sujet de l’Islam » a confié Tahura Lodhi au quotidien KOMU. L’organisation d’une telle journée s’avère nécessaire, particulièrement dans le contexte actuel. Entre stéréotypes et crainte de l’inconnu, l’Islam se retrouve au cœur des débats et des préjugés. C’est ce qu’affirme Tahura Lodhi : « Je pense que les gens ont peur de poser des questions ou de savoir exactement ce qui a été dit par les médias ».

Les portes ouvertes de cette mosquée ont permis aux intéressés de pouvoir se renseigner d’une part et d’échanger avec la communauté musulmane d’autre part. En effet, aller vers l’autre afin de le connaître est un des moyens de répondre aux clichés et de se faire son propre avis. Tahura Lodhi met l’accent sur l’importance de ces échanges : « Cet événement permet aux gens d’avoir des conversations, d’apprendre à connaître l’autre et de briser ces barrières ». Les personnes présentes ont donc pu visiter la mosquée, assister à des conférences et échanger librement.

Parmi les sujets évoqués, il y a eu la question des femmes puisqu’elle représente un véritable foyer en termes d’idées reçues. « Je pense que le stéréotype le plus courant est que le hijab est généralement associé à l’oppression et le maintien des femmes séparées ou couvertes » a confié Lodhi. Ainsi, déconstruire les préjugés et appeler à la Vérité ont été deux objectifs principaux de cette journée portes ouvertes.

Ce genre d’initiatives est remarquable et tentent de se développer à travers le monde. Il y a quelques temps de cela, nous évoquions d’ailleurs la campagne « Visit My Mosque » durant laquelle les mosquées britanniques ouvraient leurs portes. De même, la mosquée française de Belfort avait ouvert ses portes en mars dernier. L’engagement de la communauté musulmane à appeler vers l’Islam est admirable, al hamdouliLlah.
**********************************
 »
Cisjordanie : les colons israéliens ont rasé plusieurs foyers palestiniens.

Lundi dernier, l’armée israélienne a procédé à la déconstruction de quatre habitations dans le village de Al-Jiftlik situé en Cisjordanie. L’intervention des forces israéliennes a été particulièrement impressionnante puisque plusieurs bulldozers ont été utilisés.

Le prétexte avancé par l’armée israélienne est que ces foyers se trouvaient sur une « zone militaire ». Des témoins ont assisté à la scène qu’ils ont ensuite décrite à l’Anadolu Agency. Cette intervention est d’autant plus scandaleuse qu’une trentaine de palestiniens étaient logés dans ces habitations.

Ces personnes se retrouvent donc sans toit du jour au lendemain. L’armée israélienne agit une fois de plus en toute impunité sur une terre qu’elle occupe. L’information de ces attaques n’est évidemment pas transmise par la grande majorité des médias. En novembre dernier, Israël avait rasé un village palestinien. Le désert du Naqab où se trouvait ce village, comptait près de 40 villages abritant 53 000 palestiniens. Les colons israéliens n’ont reculé devant rien, pas même face au froid qui arrivait à l’approche de l’hiver. Laissant de nombreuses familles sans foyer, l’armée israélienne avait tout rasé, sans empathie aucune.

Les innombrables attaques et provocations d’Israël perdurent dans le temps. Etant donné qu’aucune instance n’intervient, l’armée israélienne peut nuire au peuple palestinien en toute liberté. Les seuls armes de nos frères sont la patience et l’invocation. En effet, n’oublions pas qu’Allah est Le meilleur des Secoureurs.
*********************
 »
France, Témoignage bouleversant de Nadia devant le Tribunal de Nantes.

Depuis le 15 avril 2015, Nadia se bat afin de récupérer la garde de ses enfants de 7 et 9 ans, injustement enlevés par les services sociaux. Elle est actuellement devant le Tribunal administratif de Nantes afin d’alerter le Préfet de cette iniquité, et raconte dans quelles circonstances ses enfants lui ont été retirés.

vidéo a voir sur islamatouswebradio.info.

*****************************************************
 »
Lancement du projet de TGV pour relier Rabat, Alger et Tunis.

Ce dimanche 26 avril 2015, le DG de la Société Nationale des Transports Ferroviaires a annoncé à Alger, le lancement d’une ligne de TGV, qui reliera à terme le Maroc, l’Algérie et la Tunisie.

Des interconnexions de plus en plus nombreuses.

Après le projet d’autoroute devant à terme relier les 3 pays du Maghreb, c’est le chemin de fer qui est à l’honneur. Un projet discuté il y a plus de 10 ans mais qui n’avait jamais abouti jusqu’à cette semaine.

Cette ligne de TGV devrait faire environ 1200 km et relier Tunis, Alger et Rabat. Les études nécessaires au lancement d’un tel projet ont débuté en Algérie. Côté Maroc, le travail est déjà bien avancé, car une ligne de TGV devrait être opérationnelle à travers le Royaume en 2017. Il suffira donc de relier la gare d’Oujda au tronçon algérien afin de faire la jonction.

A ce jour il n’y a pas plus d’informations sur les délais globaux de réalisation, ni sur le parcours exact qui sera effectué. Il est donc trop tôt pour déterminer le temps nécessaire pour relier Tunis à Rabat en passant par Alger via le réseau ferroviaire.

« Un projet qui sera au service des citoyens des trois pays maghrébins » (Yacine Ben Jaballah DG de la SNTF).

Ce type de projet est nécessaire, voire primordial pour les 3 pays du Maghreb. Le poids de chaque pays individuellement est trop petit sur l’échiquier de l’économie mondiale, et les relais de croissance sont de plus en plus limités. Favoriser les échanges trans-maghrébin, faciliter la mobilité des citoyens, ouvrir et encourager les échanges commerciaux de masse entre l’Algérie, le Maroc et la Tunisie constitue des impératifs qu’ils faut prioriser.

Les synergies sont fortes, proximité géographique, culturelle, religieuse et les potentielles complémentarités non négligeables. C’est le début d’une bonne nouvelle, il ne reste plus qu’aux politiques de faire le nécessaire pour que le projet soit effectivement réalisé.
*************************
 »
Nantes : ses enfants lui sont retirés, Nadia entame une grève de la faim.

Depuis déjà plusieurs jours, Nadia a entamé une grève de la faim devant le Tribunal administratif de Nantes afin d’informer le Préfet de la terrible injustice à laquelle elle fait face. Jointe aujourd’hui par Katibîn, elle nous fait part de son témoignage.

Garde à vue, hôpital psychiatrique et maison d’arrêt.

Cela fait déjà 15 jours que Nadia se bat pour retrouver la garde de ses enfants. Les forces de l’ordre sont venues frapper à sa porte, l’ont menottée et l’ont embarquée sans raison valable. Suite à cela, elle a été mise en garde à vue, en hôpital psychiatrique et a même passé une nuit en maison d’arrêt pour finalement être relâchée. Entre temps, ses enfants, âgés de 7 et 9 ans, ont été pris par les services sociaux.

Soupçonnée de partir faire le « Djihad » ?

Depuis cela, Nadia n’a pas revu ses enfants. Elle précise d’ailleurs que lorsqu’ils sont emmenés à l’école, les forces de l’ordre les encerclent afin que personne ne les approche. Nadia se souvient de la visite d’une éducatrice qui lui avait demandé si elle avait l’intention de partir faire le « djihad », elle a répondu que non et a précisé que si elle s’en irait quelque part avec ses enfants, ce serait pour passer les vacances d’été au Maroc. Ayant trouvé la question trop personnelle, Nadia a, par la suite, refusé de rencontrer cette éducatrice.

Nadia prévoit de déposer plainte.

Le refus de la mère semble avoir déplu aux services sociaux qui se sont empressés de lui retirer ses enfants et accusent Nadia de ne pas avoir justifié les nombreuses absences des deux enfants. Aujourd’hui, Nadia dément ces accusations, elle dit les avoir toujours justifié et, accompagnée de son avocat, elle compte bien déposer plainte contre les services sociaux pour enlèvement d’enfants et également contre l’Etat, pour abus de pouvoir.

Il a été implicitement interdit à la presse de communiquer sur ce terrible drame mais nous ne resterons pas muets face à cette injustice, c’est à vous de propager l’information !
*******************************
 »
France : Sarah, exclue de son collège à cause de sa jupe : doit-on leur rappeler la loi ?

Cet énième dérapage fait le tour du web depuis ce mardi matin 28 avril. Celui du collège Léo-Lagrange, à Charleville-Mézières, qui a décidé d’exclure une élève de 3ème, Sarah, dont le seul tort est d’avoir porté une jupe longue achetée à Kiabi.

L’Observatoire la laïcité contredit l’établissement.

Interdite d’accès à son collège les 16 et 25 avril, Maryse Dubois, principale du collège, avait averti les parents de Sarah à travers un courriel envoyé vendredi 24 avril. Selon elle, cette jupe relève d’un « caractère religieux est manifeste » et enjoint ses parents à «faire rectifier la tenue vestimentaire de la jeune fille si vous souhaitez qu’elle poursuive sa scolarité au collège». Pour défendre ses propos, elle rappelle la loi sur la laïcité à l’école, excuse infaillible pour qui voudrait imposer ses propres restrictions.

Nicolas Cadène, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité, contredit ses dires :

«Ce que dit la loi de 2004 c’est que les signes et tenues qui sont portés pour revendiquer une appartenance religieuse sont interdits. On pense évidemment au voile, à la kippa, à une grande croix, à un turban sikh ou une tenue de moine bouddhiste énumère-t-il. Une jupe noire ne contrevient donc pas à la loi à priori.».

Interrogé par BuzzFeed afin de savoir à quel moment une jupe peut être considérée comme un signe religieux, il affirme :

« Il ne faut pas entrer dans un tel débat, sinon on entre dans une forme de police vestimentaire. Soit c’est clairement religieux, soit ça ne l’est pas et il faut alors se concentrer sur les comportements de l’élève. La vraie question c’est de savoir si cela perturbe les enseignements ou non. Par exemple si l’élève accepte de porter une tenue appropriée pour faire du sport ou pour suivre certains enseignements de chimie ou de SVT. Ou s’il refuse de suivre certains enseignements à cause de son appartenance religieuse. » .

Or, la jeune collégienne n’a vraisemblablement pas causé de troubles, elle se défend même : « Cette jupe n’a vraiment rien de particulier, elle est toute simple, elle n’a rien d’ostentatoire, s’excuse presque la jeune fille. Il n’y a aucun signe religieux du tout. » .

De multiples cas similaires.

Loin d’être le premier dérapage, une centaine d’autres faits comparables sont recensés chaque année par le CCIF. A l’instar d’une jeune collégienne de 15 ans, qui avait également été exclue de son collège du Val-de-Marne pour port d’un bandeau et d’une jupe longue. Le tribunal administratif de Melun avait réfuté la décision de l’établissement suivi du Conseil d’Etat. Face à ces injustices qui se réitèrent et se ressemblent, un rappel à la loi s’impose.
***********************************
 »
Australie : un rabbin défend ardemment le halal.

Reclaim Australia est un rassemblement australien qui ne cesse d’afficher ces derniers temps sa haine pour l’islam et les musulmans. Le groupe multiplie les réunions et les campagnes contre la communauté musulmane du pays allant jusqu’à prôner l’interdiction du halal dans le pays. Face à ces atteintes gratuites, la voix d’un rabbin australien du nom de Moshe Gutnik s’est élevée.
Moshe Gutnik, une haute personnalité.

Moshe Gutnik n’est pas n’importe qui en Australie. Rabbin connu et reconnu pour son orthodoxie, il n’hésite pas en pleine journée de la commémoration de la Shoah à déballer sa pensée concernant le traitement des musulmans et du halal : « Ces demandes sont le produit de préjugés et de l’ignorance. Si elles visaient la certification casher, elles seraient taxées d’antisémitisme !« . Pour le rabbin, « les attaques répétées à l’égard du halal sont un tissu de mensonges et bafouent les droits religieux des Australiens musulmans »
Une solidarité religieuse.

Les gens du Livre sont frères à condition de connaître l’Histoire de leur Livre. Le rabbin Gutnik s’érige comme défenseur de l’islam et de ses préceptes en ajoutant : « Si vous pensez que le halal finance le terrorisme et enfreint la loi australienne, laissez donc la police enquêter et faire preuve de vos allégations et je peux, à mon tour démontrer que les accusations qui jettent le discrédit sur la certification halal relèvent d’une stigmatisation ciblée, qui épargnent le casher alors que son processus est bien plus complexe ». Une belle preuve de solidarité bien loin des conflits d’intérêts prouvant que l’orthodoxie juive reste la plus proche des Écrits divins.
**********************
 »
Palestine : la colonisation reprend à Jérusalem-Est.

Ce lundi 27 avril, un appel d’offres a été lancé par le gouvernement israélien pour relancer la construction de logement dans la colonie de Jérusalem-Est.
Une colonisation continue et en expansion.

Cette information a été révélée par une ONG israélienne « La Paix Maintenant » qui nous apprend que deux quartiers sont ciblés par ce projet de reprise de la colonisation. Il s’agit des quartiers de Neve Yaakov et de Pisgat Zeev situés à Jérusalem-Est.

Depuis les élections législatives de mars 2015, l’ensemble des projets avaient été gelés. Or avec cet appel d’offres, le plan de colonisation global se remet en marche.

Les projets de construction sont de plus en plus nombreux, intégrant de nouveaux lots de construction régulièrement. Aujourd’hui, plus de 60 000 vivent dans ces zones qu’Israël considère comme des territoires de Jérusalem leur appartenant.

Or, il s’agit bien d’un secteur palestinien, et reconnu par la communauté internationale comme tel.

La colonisation est une stratégie à double objectif. Le premier est d’assurer une présence physique au travers de constructions et d’équipements représentant Israël dans les territoires palestiniens. Et le second objectif est de tenter d’équilibrer, voire de supplanter démographiquement le secteur. En clair, être présent en force, avec des moyens et une population nombreuse. Ce mode de fonctionnement permettra, s’il continue à ce rythme, de morceler la Palestine et de la fondre dans un grand Israël. Le programme de colonisation n’est que la face visible d’une volonté de faire disparaître des morceaux de territoires palestiniens. La solution à deux États ? Oui, nous en sommes très loin.
**************************************************
 »
France : Christian Estrosi est un recruteur de jihadistes selon Abdallah Zekri du CFCM.

Le président de l’Observatoire national contre l’islamophobie du CFCM , Abdallah Zekri, a vivement dénoncé les propos de Christian Estrosi.

Le député-maire UMP de Nice avait déclaré que la France devait faire face à des « cinquièmes colonnes » islamistes et qu’une « troisième guerre mondiale » était déclarée à « la civilisation judéo-chrétienne » par « l’islamo-fascisme ».
Des hommes politiques racistes.

Abdallah Zekri a qualifié les déclarations de Christian Estrosi d’immondes et stigmatisantes.

« On en a marre d’être considérés comme des serpillères afin que des hommes politiques racistes viennent vomir leur haine ou s’essuyer les pieds sur nous » a déclaré Abdallah Zekri cité par RTL.

Le député-maire UMP « facilite la tâche des terroristes qui attirent les jeunes. Il ne fait que mettre de l’eau dans le moulin des recruteurs. Christian Estrosi est un recruteur de jihadistes« , a ajouté le membre du bureau exécutif du CFCM.
***************************
 »
De façon inattendue, Sarah reçoit le soutien de Kiabi France.

En excluant la petite Sarah, collégienne musulmane de 15 ans, a cause de sa jupe jugée « trop longue », la principale de l’établissement Maryse Dubois a suscité la réprobation des internautes.

Le vêtement acheté « chez Kiabi pour 2 euros » qui ne respecterait pas la loi sur la laïcité à l’école n’a pas tardé à faire réagir sur Twitter avec le hashtag #JePorteMaJupeCommeJeVeux.

De façon inattendue, Sarah a reçu le soutien du groupe français de distribution de prêt à porter. Le Community manager de Kiabi France a tweeté le petit message « On ne comprend pas bien ce que les gens ont contre nos jupes.. » en utilisant le mot clé JePorteMaJupeCommeJeVeux.

Le hashtag en question se classait en numéro un des tendances du réseau social aujourd’hui.
***********************
 »
Séisme au Népal : l’Algérie accorde une aide d’un million de dollars à la population népalaise.

Alors que le bilan s’alourdit après le séisme qui a frappé le Népal, samedi 24 avril, l’Algérie a décidé de venir en aide à la population népalaise.

L’Algérie accorde une aide financière d’un million de dollars aux victimes. Le pays a également dépêché 70 pompiers spécialisés dans les catastrophes naturelles, une équipe cynophile, ainsi que des médicaments a indiqué le ministère des affaires étrangères algérien.

En outre, 200 tentes, 2.000 couvertures et 4 tonnes de médicaments ont été acheminées vers ce pays, a précisé l’Agence de presse algérienne.

Selon un nouveau bilan officiel, le séisme de magnitude 7,8 a fait plus de 5.000 morts. D’après le décompte fait par le ministère de l’Intérieur népalais, ce sont très exactement 5.057 personnes qui ont trouvé la mort dans la catastrophe. 8 millions de personnes ont été touchées par le séisme dévastateur et plus de 1,4 million de personnes ont besoin de nourriture.
 »
**************
 »
France : Le dessinateur Luz (Charlie Hebdo) annonce qu’il ne caricaturera plus le Prophète.

Le dessinateur Luz de Charlie hebdo a annoncé dans un entretien accordé au magazine “Les Inrockuptibles” qu’il ne caricaturera plus le Prophète Muhammed (paix et bénédiction sur lui). Une annonce qui fait déjà la une des médias.

Le dessinateur Luz, auteur de la dernière couverture caricaturant le Prophète Muhammed, a annoncé qu’il cesserait ce genre de dessin pour des raisons de lassitude.

“Je ne dessinerai plus le personnage de Muhammed, il ne m’intéresse plus. Je m’en suis lassé, tout comme celui de Sarkozy. Je ne vais pas passer ma vie à les dessiner”.

Luz a tout de même souhaité rassurer les lecteurs en expliquant que “les terroristes n’ont pas gagné” contrairement à ce qu’avait déclaré Philippe Val, ancien patron du journal satirique.

“C’est tellement dingue. Il n’est plus lui-même, ce garçon, et il ne parle qu’en son nom. Il n’est plus Charlie, il n’est pas Charlie. Il fait juste partie de l’histoire de Charlie. Il est dans le déni de ce qu’il a été pour ce journal”, ajoute-t-il.”Les terroristes n’ont pas gagné. Ils auront gagné si la France entière continue d’avoir peur”, conclut-il en estimant qu’il s’agit du “ressort du FN”.

Philippe Val, ex-directeur de la rédaction du journal satirique, est accusé d’être le principal responsable du changement de ligne de Charlie Hebdo provoquant par la même occasion la démission de nombreux dessinateurs. Pendant un temps directeur d’Europe 1, l’homme avait notamment viré le caricaturiste Siné suite à un dessin sur Jean Sarkozy. Un esprit Charlie qui avait ses limites.
*********************************
 »
Centrafrique : Des soldats français accusés de violer des “enfants affamés et sans-abri”.

Le journal britannique The Guardian révèle un rapport de l’ONU classé confidentiel qui accuse l’armée française de violer des enfants affamés et sans-abri en Centrafrique. Des accusations extrêmement graves qui risquent d’accentuer les critiques contre le mauvais comportement des militaires français sur place.

Le quotidien britannique qui déclare avoir eu accès à un rapport classé confidentiel dénonce les abus sexuels qu’auraient commis les militaires français entre décembre et juin 2014 en Centrafrique. Les victimes seraient des “garçons affamés et sans-abri” qui “étaient censés être protégés” par les militaires au centre de réfugiés à Bangui, capitale de la Centrafrique.

Le dossier intitulé “La violence sexuelle sur les enfants par les forces armées internationales” a été réalisé par un membre du Haut-Commissariat aux droits de l’homme et un spécialiste de l’UNICEF. Des entretiens à charge ont été réalisés sur des mineurs ne représentant qu’un aperçu du nombre potentiel de victimes. Le Guardian cite notamment un garçon de 11 ans qui déclare avoir été abusé alors qu’il cherchait de quoi se nourrir.

D’autres enfants témoignent et racontent les abus sexuels subis par des soldats français. C’est le cas d’un gamin de 9 ans qui a décrit l’agression qu’il a subie avec son ami par deux soldats au camp de réfugiés à l’aéroport de M’Poko de Bangui. Certains enfants ont pris la fuite après les agressions à l’intérieur du camp.
***********************************
 »
France : Le maire de Montfermeil fait condamner le président de la mosquée à 30000 euros d’amende.

L’acharnement dont fait l’objet l’Association des Musulmans de Montfermeil de la part du maire Xavier Lemoine continue. Le président de la mosquée vient d’être condamné en tant que personne morale à une amende de 30 000 € pour avoir maintenu ouvert la mosquée malgré un arrêté municipal qui ordonnait la fermeture.

Communiqué de l’association :

Dans notre communiqué du 14 janvier 2015, nous faisions part de la nouvelle citation à comparaître, dont notre Mosquée faisait l’objet, devant la 15ème chambre du tribunal correctionnel de Bobigny, le 05 février 2015 pour avoir «… exposé l’ensemble des usagers et des fidèles … à un risque immédiat de mort ou de blessures … ».

Notre président, suite au délibéré du 17 avril 2015, a été condamné pour la « mise en danger d’autrui (risque immédiat de mort ou d’infirmité) par violation manifestement délibérée d’une obligation réglementaire de sécurité ou de prudence” fait commis à Montfermeil du 13 septembre 2012 au 12 décembre 2012 ».

L’ensemble des membres du bureau de l’ACMM se portent solidaires de cette condamnation et en assument la pleine et entière responsabilité.

A propos de l’ACMM :

La mosquée ESSALAM (ACMM) existe depuis 2002. Ancrée dans les territoires, elle joue un rôle social fort et est le lieu de prière pour plus de 1000 musulmans, habitants de Montfermeil ou des communes voisines.

Contact Presse :

Secrétaire Général Farid KACHOUR 06 33 39 25 60.
mailto:contact@mosqueemontfermeil.fr.

www.mosqueemontfermeil.fr.
*****************
 »
Iran : Le chef de la tribu arabe Ahwazi, sunnite, arrêté pour avoir dirigé la prière de groupe.

Un chef sunnite de la tribu arabe Ahwazi a été arrêté la semaine dernière après avoir prié en groupe au mariage de son fils dans la ville de Ahwaz. Le site Internet Sunni prisoners Iran révèle cette nouvelle affaire qui frappe la minorité sunnite.

Shaykh Qassem Jaber al Abbas, 50 ans, un chef de la tribu de al-Bawi du village “3Arab Rashid”, a été arrêté par les forces de sécurité à 22h le 23 avril 2015. Il a été emmené vers un lieu inconnu.

Il a été arrêté peu après avoir officié la prière en groupe de l’Isha à la fête de mariage de son fils dans le village de 3Arab Rashed. Selon certaines sources, les forces de sécurité iraniennes ont agi suite à leur irritation de voir autant d’arabes Ahwazi sunnites en prière.

Comme la plupart des minorités ethniques vivant en Iran, la minorité arabe Ahwazi qui vit principalement dans le sud-ouest de l’Iran a, de par l’histoire, souffert de discriminations économiques, politiques et culturelles de la part du gouvernement iranien.

Le gouvernement iranien chiite se voit préoccupé par la montée de l’Islam sunnite parmi les arabes Ahwazi dans la province du Khuzestan à majorité chiite traditionnellement, ce qui entraîne une répression accrue à l’encontre des personnalités ahwazi sunnites.
***********************************