MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 4 Joumada al Awwal 1436

Conférence : “Questions vives de la laïcité à l’école”

Le vendredi 20 février, de 14 h à 17 h au Patio de l’université de Strasbourg, a eu lieu un débat très important sur les « questions vives de la laïcité à l’école ». Le conférencier Henri Pena-Ruiz, écrivain et philosophe, est connu pour ses travaux sur la laïcité. Il est également maître de conférence à l’institut d’études politiques de Paris. La conférence était adapté à, en majorité, des professeurs ou futurs professeurs. L’événement s’exprimait en trois parties distinctes.
L’intervention du docteur

Le conférencier a parlé de deux points principaux. Il a défini ce qu’était réellement la laïcité et a terminé par montrer ce qu’idéalement serait la laïcité. L’une des premières affirmations fortes qu’il a prononcées était que, ceux qui disent que la laïcité est le fait de ne pratiquer aucune religion et que cela va dans le sens de l’histoire de la France sont des menteurs ou des ignorants. Il a aussi dit que nous sommes une seule communauté, nous sommes des humains avant toutes différences. Dans notre peuple, il y a trois catégories de personnes ; des agnostiques, des athées et des croyants (Chrétiens, Juifs, Musulmans…) mais cela reste dans leurs convictions personnelles et concerne uniquement leurs vies privées. Il a ajouté à cela que lorsque les professeurs enseignent, ils exercent une fonction de l’état, ils doivent alors enseigner d’une manière efficace jusqu’à ce que l’enfant puisse se passer de maître et en aucun cas l’enfant doit se faire influencer par les convictions de ceux-là.
La partie question/réponse

Des questions pertinentes ont été posées comme par exemple celle de savoir si nous partons de la véritable définition de la laïcité et que nous l’appliquions comme il le faut, pourquoi les vacances scolaires sont basées sur des fêtes religieuses ? Et les jours fériés ? La réponse mettait en évidence le fait de revenir au contexte historique et disait que finalement, ce n’était pas des fêtes religieuses mais Païennes. Les jours fériés, généralement rendaient hommage à de nombreuses victimes sauf ceux comme le Mardi gras qui sont religieux mais pour compenser cela, les absences de fêtes d’autres religions ne seront pas comptabilisées à l’école.
Témoignages des professeurs

Lors de ce rassemblement, plusieurs enseignants d’arts plastiques, d’EPS, de SVT, d’histoire-géographie, etc, nous ont rejoint afin de témoigner de leurs difficultés rencontrées durant leurs carrières. Une d’eux, professeure d’EPS, disait qu’elle ne savait pas comment réagir face à des jeunes femmes qui ne voulaient pas porter de tenu “adéquate” pour pratiquer un certain sport à leur aise car elles avaient des tenues amples et que c’était pour leur bien être et pour leurs corps. Elle a ajouté qu’elle s’inquiétait beaucoup de leur état de santé. La réponse du docteur était de ne pas faiblir à ce phénomène. Il faut leur expliquer que c’est pour leur bien et qu’à l’école c’est comme ça et pas autrement.

Certaines questions sont encore ambiguë mais tant que nous pouvons vivre ensemble, le reste n’est que superflu.
*********************************************
Campagne de sensibilisation : un checkpoint israélien à Saint-Denis

Si les photos et les vidéos n’ont pas réussi à éveiller les consciences, la mise en scène y parviendra peut-être. C’est ce qu’a tenté un collectif réunionnais, Palestine Solidarité, en pleine rue à Saint-Denis.
Une mise en scène époustouflante

Shuhada est une rue du centre-ville d’Hébron, une ville palestinienne en Cisjordanie, où un checkpoint israélien est installé y interdisant l’accès depuis plus de 20 ans. En 1994, l’occupation a interdit la circulation dans cette rue à tous les véhicules mais ne pouvant s’en arrêter à cette injustice, les piétons y sont également interdits depuis 2000.

Ainsi, samedi 21 février, le collectif Palestine Solidarité a mis en place un faux checkpoint à Saint-Denis (Réunion), mettant en œuvre une mise en scène similaire à celles que vivent les Palestiniens à l’endroit de ce point de contrôle, à Hébron.

La rue Maréchal Leclerc est alors devenue la rue Shuhada et les passants ont assisté à la campagne de sensibilisation « Ouvrez la rue Shuhada ».


*********************************************
Découvez les terres Berbères dans le Haut Atlas suite aux inondations

Suite au fortes pluies qui ont dévasté la région du Haut Atlas, la Oumma s’est mobilisée ! L’association Alif Lam Mim, le site Oum Zaza et le vidéaste Islamotion TV ont réalisé une récolte importante de fonds afin de venir en aide aux marocains des Haut Atlas.

Les “enchères pour le Maroc” ont permis de récolter près de 30 000 euros en quelques jours !

Islamotion TV s’est déplacé sur le terrain pour faire découvrir aux donateurs et autres lecteurs, la situation dans la région. Des images magnifiques et une situation difficile pour nos frères et soeurs sur place.


****************************
Hautes-Alpes : Journée portes ouvertes à la Mosquée

Ces derniers mois, de nombreuses Mosquées ont pris l’initiative d’ouvrir leur porte.

En effet, cette Journée Porte Ouverte a eu pour but de réunir les citoyens de confessions ou non musulmanes.

Cette initiative permets d’accueillir énormément de personnes qui viennent comprendre ce qu’est l’Islam autour d’un chaleureux vert de thé et de bonnes pâtisseries.

Depuis la tuerie de Charlie, la tension est à son comble et de nombreux lieux de cultes ont reçu des menaces de mort et des insultes à caractère islamophobe.

Malgré cela, ces Mosquées à l’instar de la Mosquée de Gap ont fait le choix d’être proche des citoyens sans distinction.
********************************************
Nouvelle action BDS chez les fabricants de drones israéliens en Angleterre

Cette fois-ci, c’est l’usine de Kent qui a été occupée mardi par une vingtaine de militants britanniques, obligeant la firme à fermer ses portes.

Une partie des militants est montée sur le toit dès 5 h du matin, tandis que d’autres s’enchaînaient aux portes de l’usine, pour protester contre la fabrication d’armements utilisés contre la population civile palestinienne.

Instro Precision, filiale britannique de Elbit, basée à Haïfa, fournit des équipements camera pour drones à Israël, qui en fait l’usage que l’on sait.

« Et si Israël peut se permettre ces massacres, c’est parce le gouvernement britannique collabore sur le plan militaire avec cet Etat, et lui permet même de développer sa production meurtrière sur le sol britannique », a déclaré aux médias — qui ont bien couvert l’événement— Emma Parsons, l’une des militantes de la « Campagne Stop Elbit ».

Ce groupe avait déjà occupé une première fois une autre usine d’Elbit dans le Staffordshire, en août dernier, et Elbit a abandonné les charges contre eux, alors qu’ils devaient passer en procès récemment, parce que la compagnie ne voulait pas dévoiler au tribunal les documents concernant ses exportations vers Israël.

La police, présente sur les lieux, n’a arrêté aucun des participants à cette action.
*************************************

Boston : des tracts menaçant de « tuer les Musulmans » ont glacé le sang de la communauté musulmane de Revere

Ils ne sont pas tombés du ciel, mais ont bel et bien été semés au vent pour répandre la haine de l’islam à Revere, une localité proche de Boston, des papiers volants hautement inflammables et qui ont brûlé les doigts des passants intrigués qui les ont ramassés, ont lancé, mardi dernier, un ultimatum glacial en pleine rigueur hivernale, plongeant la communauté musulmane locale dans une profonde consternation et les forces de l’ordre dans une perplexité empreinte de vigilance.

Dispersés à chaque coin de rue, devant des arrêts de bus, ou encore sous des bancs dans des jardins publics, ces appels au meurtre, griffonnés sur des feuilles volatiles, ont jonché le sol enneigé de la capitale du Massachusetts, menaçant purement et simplement de « tuer les musulmans en Amérique et en Europe et de brûler des exemplaires du Coran si l’ISIS ne capitulait pas sous 72 heures », avec cette variante effroyablement pousse-au-crime : « Tous les musulmans seront tués en Amérique et en Europe ».

Dans une ville aussi métissée et bigarrée que l’est Revere, où les commerces détenus par les musulmans ont fleuri en l’espace de quelques années, ce lâcher de tracts orduriers, qui survient une dizaine de jours après l’horrible drame de Chapel Hill, a atteint son but suprême : terrifier les administrés de confession musulmane en les livrant à la vindicte populaire, et troubler la coexistence harmonieuse qui régnait jusqu’ici entre les différentes communautés, toutes étant extrêmement choquées par ces menaces que personne ne prend à la légère, et surtout pas la police.

« Nous prenons cette affaire très au sérieux, et une enquête a été diligentée toutes affaires cessantes », a déclaré le lieutenant Amy O’Hara, tandis que le ton du premier magistrat de la cité, le maire Daniel Rizzo, bien que se voulant rassurant, trahissait toutefois une inquiétude palpable.

De son côté, l’influent Conseil des relations américano-islamiques (Cair) s’est empressé de remercier les autorités de Revere pour leur promptitude à tout mettre en oeuvre pour remonter la trace du ou des auteurs de ces messages incendiaires, envoyant ainsi un signal fort à une communauté musulmane américaine en proie à une vive anxiété depuis la folie meurtrière islamophobe de Chapel Hill.

« Compte tenu des récentes agressions islamophobes dramatiques à l’échelle nationale, nous exhortons tous les membres de la communauté à redoubler de précautions dans leurs activités quotidiennes et à signaler tout incident sans la moindre hésitation aux forces de l’ordre », a recommandé Ibrahim Hooper, directeur de la communication du Cair, en espérant que l’hiver rigoureux de Boston ne sera pas celui du coeur…

Laisser un commentaire