MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 07 Rabi al Thani

Tariq Abdul-Wahad: « Je ne suis pas Charlie… »

Il y a quelques jours, l’ancien pensionnaire de la prestigieuse NBA (ligue de Basketball Nord Américaine) se confiait auprès du site web sportif spécialisé Hoopshyre.  Celui qui a porté les couleurs de Sacramento, Orlando, Denver et Dallas durant sa carrière aborde les faits tragiques qui ont frappé son pays d’origine. Tariq Abdul-Wahad, premier joueur français de l’histoire a avoir évolué dans le prestigieux championnat américain nous livre en toute franchise sa vision des évènements.

L’actuel Coach de la Lincoln High School de San José en Californie, a été horrifié par les actes commis en France « au nom soi disant d’une religion ». Olivier Saint Jean a embrassé l’islam en 1996, date à laquelle il prit le nom de Tariq Abdul Wahad. Depuis c’est une personnalité musulmane publique intègre et engagée qui n’hésite pas à prendre position pour affirmer et défendre haut et fort l’authentique message de l’Islam, celui de la paix et de la miséricorde.

Ainsi, au sujet des fusillades qui se sont déroulées à Paris, il rappelle, comme tout être humain sur cette terre, « Chaque fois que des personnes innocentes perdent la vie, il y a toujours une onde de choc. On ne s’y habitue jamais. Que ce soit en France ou ailleurs ».  Le dogme musulman insiste sur le caractère sacré de la vie humaine, aussi « nos pensées et nos prières vont en premier lieu pour les victimes innocentes de ces tragédies ».

Il refuse le raccourci effectué trop facilement par les médias de masse qui ne font que constater les conséquences de ces actes et omettent systématiquement de réfléchir sur les causes premières, des germes profonds qui n’ont pour Tariq que peu de lien avec la religion en vérité. Dans un article du Time Magazine, son prédécesseur et frère de foi, Kareem Abdul-Jabbar, est lassé de devoir sans cesse rappeler que l’islam est une religion du juste milieu et qui ne peut d’aucune manière être associée à ces actes criminels.

« Nous avons d’innombrables histoires au sujet de notre Prophète (PBSL)  Bien Aimé qui fut moqué, ridiculisé, maltraité et agressé. Sa réponse, fut un comportement exemplaire et cohérent  de  paix et de  patience sans   représailles » ajoute t-il.

Ces explosions méprisables de violence ne peuvent avoir de justification religieuse. Elles sont forcément politique; la méconnaissance mène à l’ignorance et celle-ci aboutit irrémédiablement à la haine et la violence. A la question de la liberté d’expression  qui est brandie comme un étendard, Tariq oppose la réciprocité du respect entre toutes les composantes de la société, une position de justesse et d’équilibre; en somme une responsabilité commune qui permet la liberté de chacun. C’est pourquoi il ne peut adhérer au concept creux, réducteur et clivant du « Je suis Charlie ».

Il précise :

« J’ai vu quelque chose sur les médias sociaux qui correspond plus à ma position: Je ne suis pas Charlie parce que je crois au respect, et je ne suis pas un terroriste parce que je crois en la paix »

Sur la question de la compréhension de l’Islam en France et en Europe, Tarik est soucieux de la tournure des évènements: selon lui la droitisation des discours politiques aboutira à une impasse certaine.

Pourtant dans les faits, les grands parents des musulmans français ont versé leur sang pour ce pays, leurs enfants ont contribué à la construction de l’exagone après les grandes guerres du siècle dernier et leurs petits enfants font partie intégrante de la société française actuelle. On ne peut plus continuer à nier ces évidences et à omettre le poids du passé :

« Tant que l’histoire de la présence musulmane en France sera volontairement obscurcie et cachée à l’opinion publique, il y aura toujours cette impression que l’islam est une sorte d’ennemi. Si vous ajoutez à cela le passé colonial sombre du pays, il est évident que des malentendus surgissent sur la question de la présence de l’islam en France. »

En Amérique,  c’est différent, car la liberté de culte est l’une des bases sur lesquelles le pays a été fondé. D’autre part la communauté musulmane est très active et a  la volonté de parler d’une seule voix pour transmettre le message de paix de notre honorable religion.

Cependant, il reste confiant en la capacité de ses coreligionnaires français pour continuer à montrer qu’ils ont une « influence positive dans la société française,  malgré la récupération politique pour masquer les vrais problèmes qui affligent le pays ».

Comme par le passé, il enjoint les personnalités musulmanes de premier plan quel que soit leur domaine d’action : sport, média, culture, entrepreneurs etc… à prendre position et à s’engager pour  l’amélioration de la situation des musulmans de France.
**********************************
Shlomo Sand: « Je ne suis pas Charlie… »

Shlomo Sand est un historien israélien (université de Tel-Aviv). Il a publié Comment le peuple juif fut inventé, une étude de la construction nationale israélienne par le mouvement sioniste.

Rien ne peut justifier un assassinat, a fortiori le meurtre de masse commis de sang-froid. Ce qui s’est passé à Paris, en ce début du mois de janvier constitue un crime absolument inexcusable. Dire cela n’a rien d’original : des millions de personnes pensent et le ressentent ainsi, à juste titre. Cependant, au vu de cette épouvantable tragédie, l’une des premières questions qui m’est venue à l’esprit est la suivante : le profond dégoût éprouvé face au meurtre doit-il obligatoirement conduire à s’identifier avec l’action des victimes ? Dois-je être Charlie parce que les victimes étaient l’incarnation suprême de la liberté d’expression, comme l’a déclaré le Président de la République ? Suis-je Charlie, non seulement parce que je suis un laïc athée, mais aussi du fait de mon antipathie fondamentale envers les bases oppressives des trois grandes religions monothéistes occidentales ?

Certaines caricatures publiées dans Charlie Hebdo, que j’avais vues bien antérieurement, m’étaient apparues de mauvais goût ; seule une minorité d’entre elles me faisaient rire. Mais, là n’est pas le problème ! Dans la majorité des caricatures sur l’islam publiées par l’hebdomadaire, au cours de la dernière décennie, j’ai relevé une haine manipulatrice destinée à séduire davantage de lecteurs, évidemment non-musulmans. La reproduction par Charlie des caricatures publiées dans le journal danois m’a semblé abominable. Déjà, en 2006, j’avais perçu comme une pure provocation, le dessin de Mahomet coiffé d’un turban flanqué d’une grenade. Ce n’était pas tant une caricature contre les islamistes qu’une assimilation stupide de l’islam à la terreur ; c’est comme si l’on identifiait le judaïsme avec l’argent !

On fait valoir que Charlie s’en prend, indistinctement, à toutes les religions, mais c’est un mensonge. Certes, il s’est moqué des chrétiens, et, parfois, des juifs ; toutefois, ni le journal danois, ni Charlie ne se seraient permis, et c’est heureux, de publier une caricature présentant le prophète Moïse, avec une kippa et des franges rituelles, sous la forme d’un usurier à l’air roublard, installé au coin d’une rue. Il est bon, en effet, que dans la civilisation appelée, de nos jours, « judéo-chrétienne », il ne soit plus possible de diffuser publiquement la haine antijuive, comme ce fut le cas dans un passé pas très éloigné. Je suis pour la liberté d’expression, tout en étant opposé à l’incitation raciste.
******************************
M. Vastel déclare: « incinérer les dépouilles des terroristes » et peu importe ce qu’en dit leur religion

Alors que les amalgames se répètent et que les musulmans continuent d’être stigmatisés -davantage- après les attentats de Charlie Hebdo, certains en arriveraient à les “punir” au détriment même d’une certaine liberté.

Après les attaques du 7 janvier, de nombreuses lois ont été discutées et mises en place pour « lutter contre le terrorisme », et apparemment, tout ceci est loin d’être terminé. Mercredi dernier sur France Bleu, Laurent Vastel, le maire de Fontenay-aux-Roses, a fait part de son nouveau souhait : l’incinération obligatoire pour les « dépouilles des terroristes. » Selon lui, les tombes de ces derniers pourraient devenir « des lieux de pèlerinages malsains. »

Le premier visé dans cette affaire est Amedy Coulibaly qui habitait Fontenay-aux-Roses et pour le maire, il est tout simplement hors de question que le défunt y soit enterré. Seulement, l’islam interdit l’incinération des morts, mais ceci, Laurent Vastel n’en a que faire et l’ignore totalement. Il insiste :

«Quand des gens sont tués dans le cadre d’une entreprise terroriste dont ils sont les auteurs, on oblige à une crémation (…) Ça pourrait être une loi, faudrait que je la suggère à M. Valls.»

M’hammed Henniche désapprouve

Le secrétaire général de l’Union des associations musulmanes de Seine-Saint-Denis s’est exprimé sur ce point et a déclaré à Metronews : « Religieusement, l’Islam n’autorise pas la crémation des personnes décédées. Les défunts ne peuvent être qu’enterrés. »

Il exprime également sa désapprobation vis-à-vis de cette éventuelle nouvelle loi qui, selon lui, accroîtrait « la grogne de la communauté musulmane qui est, au regard du Coran, collectivement responsable de l’enterrement de toutes les personnes décédées de confession musulmane. » Mais ce n’est pas tout, selon M. Henniche, cette décision n’a aucun honneur et serait, au contraire, un moyen de « répondre à une injustice par une autre injustice qui ne ferait que le glorifier (le terroriste). »

Cette loi, si elle passait, bafouerait certains principes religieux du défunt et ce, quelque soit sa religion. Affaire à suivre…
****************************************
Le jeûne: un antidote choc pour l’organisme

Bien qu’ils soient en bonne santé, seuls les animaux savent jeûner instinctivement lorsque leur corps le demande. Personne n’a besoin de leur apprendre ce qu’ils doivent faire.

En revanche l’homme détient un instinct ombragé par son intellect qui le pousse à cogiter, à tout régenter, et à tout comprendre.

Pour l’être humain, l’idée du jeûne est toujours un peu effrayante. Elle s’associe souvent à des concepts de faim, de privation, de maladie, d’affaiblissement.

Cependant le jeûne a été dicté dans toutes les religions sans exception, et recommandé par la médecine de toute époque et de toutes les civilisations.

“Ô les croyants! On vous a prescrit as-Siyam (le jeûne) comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété, pendant un nombre déterminé de jours. Quiconque d’entre vous est malade ou en voyage, devra jeûner un nombre égal d’autres jours. Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter (qu’avec grande difficulté), il y a une compensation: nourrir un pauvre. Et si quelqu’un fait plus de son propre gré, c’est pour lui; mais il est mieux pour vous de jeûner; si vous saviez! ”
[Sourate La Vache verset 183 et 184]

Notons que le jeûne périodique est le meilleur moyen de lutter contre les maladies et le vieillissement. Cela a été notamment prouvé lors d’une étude sur les animaux.

Certaines personnes estiment ne pas pouvoir jeûner, sous prétexte qu’elles risqueraient d’empirer leur état de santé. Néanmoins de multiples expériences ont prouvé, par des analyses de sang avant et après, que quelques jours de jeûne suffisaient à rétablir l’équilibre en vitamines, en sels minéraux et autres métaux.

Notre système de surconsommation entraîne l’organisme dans un encrassement réduisant les facultés d’assimilation des cellules de notre corps. Par ailleurs, de nombreux métabolismes peuvent se produire lors du jeûne:

– d’abord, la flore intestinale peut fabriquer toutes les vitamines dont le corps a besoin, sauf la vitamine C;
– les stérols de la peau, sous l’effet du soleil, peuvent recycler les déchets organiques de la peau, en protéines et acides aminés;
– des transferts ioniques peuvent être faits au niveau cellulaire, pour équilibrer les besoins;
– une élimination massive des déchets en profondeur qui n’aurait pas le temps d’être fait entre deux repas.

Ajoutons qu’en plus de détoxifier l’organisme, le jeûne permet de préserver son âme des turpitudes et des fourbes du mal.

D’après Abou Houraïra (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit:

“Le jeûne n’est pas de s’abstenir de manger et de boire, certes le jeûne est de s’abstenir des futilités et des obscénités ainsi si quelqu’un t’insulte ou agit avec toi avec ignorance alors dit: Certes je jeûne, certes je jeûne.

(Rapporté par Al Hakim)

En somme, il convient de souligner que le jeûne est un véritable bouclier face aux attaques quotidiennes dont notre corps, notre coeur, notre esprit sont les victimes.

Qu’il s’agit de notre santé, de notre confort psychique, de notre éveil spirituel, le jeûne permet de remédier aux multiples dégâts que l’on rencontrera dans l’ici bas.
*************************
Malak al-Khatib, 14 ans, la plus jeune détenue palestinienne dans les prisons israéliennes

Malak al-Khatib, jeune palestinienne de 14 ans a été arrêtée par les autorités israéliennes alors qu’elle rentrait de l’école le 31 décembre dernier. L’élève de 4ème a été condamnée à 2 mois de prison assortis d’une peine d’amende de 6000 shekels, soit 1335 €.

L’occupation sioniste enferme la jeune fille depuis un mois environ pour de supposés jets de pierre, l’obstruction d’une route et la possession d’un couteau. Sa détention a été prolongée par deux fois sans lui permettre de dire un mot à ses parents qui craignent pour la vie de leur fille.

Le 18 janvier dernier, quatre autres enfants, de 11 à 14 ans, ont également été détenus et menacés pendant quatre heures par les autorités israéliennes avant d’être relâchés.

L’occupation israélienne détient encore en captivité 4900 prisonniers palestiniens, répartis sur 17 prisons et centres d’internement ou d’interrogation. Un rapport du ministère chargé des détenus palestiniens précise que les sionistes emprisonnent actuellement 190 enfants.
**********************************
France : une famille musulmane a été victime d’une violence policière inacceptable

La Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie a été saisie le 20 Janvier 2015 par une famille musulmane de Lyon 8 ème qui a été victime d’une violence policière inacceptable.

Le 19 janvier 2015 Madame C. âgée de 51 ans ainsi que ses deux filles mineures âgées de 14 et 17 ans et son fils âgé de 22 ans ont été victimes de violence verbales et physiques et d’insultes à caractère raciste , traitant la maman «  d’hystérique et de débile » en lui disant « retourne dans ton pays ».

Des policiers en civil sont entrés dans la maison familiale sans explication , en l’absence des parents et en violentant l’une des filles qui a été tasée et blessée, l’autre , alertée avec sa mère et arrivant à leur domicile , a été giflée et jetée au sol . Puis le fils âgé de 22 ans , arrivé sur les lieux , a été interpelé violemment , menotté, et la mère ayant voulu protéger son fils et avoir des explications a été tasée à son tour , violentée, matraquée et mise à terre .

Nous avons appris que d’autres familles dans le même arrondissement de Lyon auraient été victimes des mêmes violences et auraient été menacées si elles déposaient plainte. Des médecins urgentistes auraient eu connaissance de ces violences et auraient confirmé ces pratiques d’un autre âge.

Nous condamnons ces pratiques indignes et demandons au Préfet de Police et au Ministère de l’intérieur de faire la lumière sur ces violences inacceptables et de prendre les sanctions qui s’imposent afin de ramener ces fonctionnaires à la légalité républicaine.
*********************
Il ne sera pas inquiété alors qu’il menaçait de « faire exploser » la mosquée

Un ex-militaire du 3e RPIMa âgé de 67 ans a été interpellé, vendredi 23 janvier, pour avoir menacé de « faire exploser » la mosquée de Carcassonne.

Vendredi, Stéphane Richardot, militaire en retraite, s’était rendu plusieurs fois à la mairie du village de Pezens où il réside. La première fois vers 9 h 30, il avait rendez-vous avec un adjoint mais il souhaitait pouvoir le rencontrer à un autre moment puis Stéphane Richardot quitte la mairie et repasse  fréquemment. Un peu avant midi, il est revenu vêtu d’un treillis et d’un pull kaki.
A 13 heures, je fais péter la mosquée de Carcassonne

«Il est arrivé à bord de sa voiture, les warnings allumés et de la musique militaire à fond», explique un témoin. «Là, relate un élu, il nous a dit : à 13 heures, je fais péter la mosquée de Carcassonne, à 13 h 30 je mange à La Comédie, et à 14 heures, je vais place Carnot» selon la depeche.fr

À 12 h 30, l’ex-militaire avait effectivement garé sa voiture le long de la clôture de la mosquée alors que plusieurs centaines de musulmans se trouvaient dans la mosquée Essalam pour la prière du vendredi. Il s’est présenté comme « un militaire » selon le président de l’association islamique de l’Aude, puis a déposé des tracts portant la mention « La France, on l’aime ou on la quitte ».

La patrouille de police qui surveillait le lieu de culte musulman a  immédiatement interpellé l’individu, pendant qu’un périmètre de sécurité était mis en place autour du véhicule. Stéphane Richardot avait affirmé que la voiture contenait des explosifs, rapporte le quotidien régional L’Indépendant. Deux spécialistes du déminage ont pris possession d’une valise posée à l’arrière mais la mallette ne contenait que des tracts, signés «Voix des Français – Renaissance 95», une association réputée d’extrême droite. L’alerte a été levée vers 16 heures.

Le domicile de l’auteur des menaces d’attentat a fait l’objet d’une perquisition. Les enquêteurs n’ont trouvé aucune arme.

Le sexagénaire a été placé en hôpital psychiatrique, à Limoux, à l’issue de sa garde à vue, a-t-on appris auprès du procureur de la République de Carcassonne.
*************************
Rama Yade contre le droit des mères voilées d’accompagner les sorties scolaires

Après les attentats de Paris, comment doit-on réagir ? Choisissant de se focaliser sur la laïcité et l’école, Rama Yade, ancienne secrétaire d’Etat sous l’ère Sarkozy et conseillère régionale UDI d’Ile-de-France, s’est attaquée au droit des mères voilées d’accompagner les enfants lors de sorties scolaires.

Dans une interview à Metronews publiée dimanche 25 janvier, elle a qualifié de « défaite pour la laïcité » la position de Najat Vallaud-Belkacem en faveur des mères voilées.

Après avoir désigné « la laïcité et l’école » comme les sujets prioritaires de réflexion après les attentats, Rama Yade évoque immédiatement les mères voilées. « Le dernier renoncement en date, je dirais même la dernière défaite pour la laïcité, c’était cette décision du ministère de l’Education nationale d’autoriser les femmes qui accompagnent les sorties scolaires à être voilées », affirmé lex-secrétaire d’Etat.
******************************

Laisser un commentaire