MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


L’UNHCR salue l’exemplarité des camps de réfugiés en Turquie

A l’heure actuelle, la Turquie a accueilli plus de 3 millions de réfugiés syriens. Depuis le 19 septembre, leur nombre avait augmenté en raison des violences commis par Daesh en Syrie. Vendredi, le Premier Ministre turc Ahmet Davutoglu a affirmé : « Nos frontières sont ouvertes. Nous sommes prêts à partager tout ce que nous avons « .

La Turquie fait donc preuve d’un élan de générosité et d’ouverture, mais le pays a dû aussi faire preuve de beaucoup d’efforts quant à l’établissement, l’organisation et la gestion de camps de réfugiés.  D’après les ONG, la Turquie est exemplaire en la matière. En effet, les camps sont bien organisés.

Un système de carte à puce pour faciliter l’aide alimentaire aux réfugiés

Dans les supermarchés du camp d’Oncupinar, un système de carte à puce a été mis en place pour faciliter les courses des réfugiés syriens.
Les réfugiés peuvent payer avec cette carte. Ce système permet de limiter les problèmes de logistique pour la distribution de vivres. Le PNUD et le Croissant-Rouge turc sont à l’origine de cette initiative. La carte est créditée de 80 livres turques par mois soit environ 35 euros versés par le PAM et le Croissant-Rouge. Elle permet de choisir ce que l’on veut comme produits alimentaires de base.

Le système est sûr puisqu’il fonctionne aussi avec la reconnaissance de l’emprunte digitale. Un système bien meilleur que celui de la distribution de cartons qui ne laisse pas le choix des produits selon les goûts. Ce système sera sans doute exporté dans d’autres pays où se trouvent une forte concentration de réfugiés syriens, en Jordanie et au Liban.

Le camp de Kilis, un modèle exemplaire de camp de réfugiés

Le camp de Kilis est un exemple en matière de camp de réfugiés. Les allées sont propres, le camp est équipé de lignes électriques et d’un grand nombre de lampadaires. Les enfants peuvent profiter des nombreuses aires de jeux, et aller à l’école.

L’exemple de la Turquie en matière de logistique, et de gestion des camps de réfugiés est remarquable. Cet investissement n’aurait pu être possible sans l’effort de toutes ces ONG, ces associations qui travaillent sans relâche, en partenariat avec les autorités locales. Bien évidemment, il reste encore des efforts à fournir. Le niveau de vie des réfugiés reste bien bas. Certains réfugiés vivant en dehors des camps sont dans une grande précarité. Certaines familles sont contraintes de déscolariser leurs enfants et de les envoyer travailler même pour un salaire misérable. Le travail des enfants devient un nouveau fléau à combattre pour les autorités et les ONG. De plus, avec la nouvelle vague de réfugiés provenant de Syrie suite aux récentes violences, la Turquie doit se préparer à poursuivre ses efforts en matière de capacité d’accueil.

Le HCR a fait savoir qu’il sera aux côtés des autorités turques pour les défis à venir. « Je félicite la Turquie qui a rapidement offert le refuge et de l’aide à cette population soudainement et violemment poussée hors de chez elle et qui craignait pour sa survie » a affirmé António Guterres, le Haut Commissaire des Nations Unies dans un communiqué de presse.

Laisser un commentaire